background preloader

L’approche par compétences, une réponse à l’échec scolaire ?

L’approche par compétences, une réponse à l’échec scolaire ?

http://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/php_main/php_2000/2000_22.html

Related:  compétences transversalesmemoireÉVALUATION PAR COMPETENCESPEDAGOGIE PAR COMPETENCESMéthodes, pratiques et réflexions pédagogiques

L'approche par compétences en éducation : un amalgame paradigmatique Toute réforme apporte avec elle son lot de tension et d’inquiétude que les novateurs auraient intérêt à prendre en compte. La plupart du temps, les résistances naissent bien davantage des maladresses des novateurs, qui sont trop souvent portés à vouloir donner l’impression qu’ils ont trouvé la pierre philosophale, que du refus de changer des personnes concernées. Il ne faut pas non plus trop s’étonner du fait que les réformes actuelles des systèmes éducatifs suscitent de nombreuses critiques qui proviennent de plusieurs sources différentes. À vrai dire, il faut bien avouer que les irritants n’ont pas manqué. Ainsi, l’injonction qui consistait (et consiste toujours) à exiger de la part des enseignants qu’ils se consacrent à l’enseignement (sic) des compétences finit pas brimer toute créativité et innovation.

L’école démocratique Et de deux ! Après le désaveu de Marcel Crahay il y a deux ans, c’est au tour du célèbre pédagogue français Philippe Meirieu de dire tout le mal qu’il pense de l’approche par les compétences. Extrait d’une interview publiée sur le site du "café pédagogique" : « Ma position, c’est qu’on n’apprend pas « par compétences », même quand on acquiert des compétences. « Apprendre par compétences », c’est réduire l’apprentissage au couple « objectif/évaluation » indéfiniment multiplié. C’est écraser complètement l’historicité des apprentissages et oublier la manière dont les histoires singulières s’approprient les savoirs. Pour autant, bien sûr, je ne suis pas hostile, à « l’accompagnement personnalisé », bien au contraire. L’approche par compétence Il est question d’un modèle d’apprentissage basé sur le développement des compétences dans un contexte de formation professionnelle et technique. L’écart est souvent grand entre la formation dispensée au sein des établissements de formation et le milieu du travail. Cet article qui n’est qu’un modeste résumé des travaux de M.

Dangers, incertitudes et incomplétude de la logique de la compétence en éducation 1 La déferlante des compétences touche également d’autres pays, mais nous sommes dans l’incapacité d’ (...) 1L’école ressemble à une mer tumultueuse : au déferlement d’une vague fait suite le déferlement d’une autre. Dans le champ pédagogique, ces vagues ont pour nom : pédagogie active, pédagogie par centres d’intérêt, pédagogie fonctionnelle, pédagogie par projets, pédagogie par objectifs et, dernière écume, pédagogie par compétences. Ces courants successifs ne sont pas des modes : chacun a sa logique propre et, généralement, a pour ambition de combler une défaillance du courant précédent et/ou du système éducatif. Quel(s) problème(s) éducatif(s) et/ou sociétal (ou sociétaux), l’approche par compétences a-t-elle l’ambition de résoudre ?

Serge Tisseron : La pédagogie de projet et le numérique, où en est la France ? - Osons Innover Ainsi, n‘utiliser que du papier, du crayon, que du livre entraîne forcément un certain type de relation à soi-même, aux autres, aux savoirs et aux apprentissages et d’un autre côté, utiliser parallèlement ou exclusivement les outils numériques en entraînent une autre relation type. Il faut souligner cependant qu’aujourd’hui, ces deux cultures sont en train de se métisser très fortement puisque les repères traditionnels de la culture du livre, qui sont traditionnellement axés sur la temporalité et la chronologie, se retrouvent désormais dans la culture des écrans. Preuve en est la fameuse timeline de Facebook que nous connaissons tous : avant, les informations que nous mettions sur Facebook se répartissaient sans ordre précis, à tel point qu’il était difficile de s’y retrouver ; aujourd’hui, elles s’ordonnent selon une ligne temporelle, c’est-à-dire selon quelque chose qui reste l’un des fondements de la culture du livre, à savoir la chronologie. La relation au savoir

Des ateliers libres de type Montessori J’ai mis à profit mes 3 premières semaines de vacances, sans enfant et sans soleil (ou presque !), pour mettre au point des ateliers de manipulation et d’expérimentation de type Montessori, comme ceux que j’avais pu voir sur Ecole Petite Section. Ces ateliers seront proposés aux enfants de Petite Section et Moyenne Section pendant des temps définis (principalement au moment du réveil échelonné) et selon un protocole précis, qu’il faudra mettre en place en début d’année : - chaque enfant prend 1 tiroir de son choix, l’emporte pour s’installer à sa place,

L’approche par compétences : 
une mystification pédagogique Introduction Dans le monde francophone, le mouvement de réforme pédagogique baptisé « approche par compétences » a commencé par se développer au Québec et en Suisse romande, avant de s’étendre à la Belgique, à Madagascar et, plus timidement, en France. En Communauté française de Belgique, c’est le « décret missions » de juillet 1997 qui a donné le coup d’envoi de la réforme. Il y était question d’ « amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre à apprendre toute leur vie et à prendre une place dans la vie économique, sociale et culturelle ». Ainsi se trouvaient associées officiellement, et pour la première fois, deux idées : celle de viser le développement de « compétences » (même si en 1996 on les place encore sur le même pied que les « savoirs ») et celle d’utiliser plus efficacement l’enseignement obligatoire au service de la « vie économique ».

La notion de compétence en éducation et formation La notion de « compétences » continue à provoquer des polémiques, souvent outrancières. C’est pourquoi l’ouvrage de Bernard Rey tombe à point nommé. L’ouvrage comprend quatre parties. La première revient sur les acceptions de la notion de compétence, en séparant bien son sens économicosocial et son sens scolaire. On pourra contester la vision très négative de la compétence dans le domaine de l’entreprise, mais là n’est pas vraiment le sujet. Ce qui importe, c’est que dans le domaine de la formation, on n’est plus focalisé sur le seul résultat (qui révèlerait la présence d’une compétence en amont), mais bien sur la manière de construire la compétence, avec référence à des règles d’action explicites.

construire des competences Construire des compétences Entretien avec Philippe Perrenoud, Université de Genève Propos recueillis par Paola Gentile et Roberta Bencini Le blog comme outil pédagogique, notes J’ai commencé à donner des cours à Paris 3 Sorbonne Nouvelle en février 2011 : une charge de cours de 2h hebdomadaire, intitulé “Photographie et presse” au sein du parcours de spécialisation “Images” de la Licence de Médiation culturelle (L2). Un groupe de 35 étudiants en moyenne, ayant commencé leur spécialisation dans l’image au premier semestre de cette deuxième année de licence. J’ai alors décidé par commodité d’ouvrir un blog comme support de ce cours (blog sommaire sur wordpress): Le Coin de Censier. Premier billet – de bienvenu – publié le 8 février 2011: “Le blog permet de compiler les informations concernant le cours, la bibliographie, des ressources documentaires, des informations ponctuelles en lien avec le cours, etc. Mais aussi de signaler des articles, expositions, liens, lieux etc. de la photographie que vous souhaitez partager ; des ressources ; la publication de compte rendu ou autres suggestions…”.

En Europe, les compétences contre le savoir, par Nico Hirtt La pensée éducative de Mme Androulla Vassiliou, commissaire européenne à l’éducation, tient en quelques phrases : « améliorer les compétences et l’accès à l’éducation en se concentrant sur les besoins des marchés », « aider l’Europe à engager la compétition globalisée », « équiper les jeunes pour le marché du travail d’aujourd’hui » et « répondre aux conséquences de la crise économique ». Elle résume assez bien les conceptions des dirigeants européens, qui considèrent depuis une quinzaine d’années que la première mission de l’école est de soutenir les marchés et que la solution aux problèmes de chômage et d’inégalité réside dans une meilleure adéquation entre l’enseignement et les « besoins » économiques. « La notion de réussite pour tous ne doit pas prêter à confusion » Taille de l’article complet : 1 580 mots. Vous êtes abonné(e) ? Connectez-vous pour accéder en ligne aux articles du journal.

Ne plus noter Futur enseignant, dis-moi comment tu comptes évaluer, et je te dirai quel type d’enseignant tu seras. Réfléchir autour des questions d’évaluation est bien une entrée majeure dans les questions fondamentales du métier. Le souci premier pour un enseignant débutant est de parvenir à des résultats fiables, et ceci se traduit souvent par un recours au seul système d’évaluation quantitative. Au fur et à mesure de ma pratique, il m’est rapidement apparu que la fiabilité des résultats n’était jamais garantie, et qu’il était nécessaire de sortir de l’évaluation strictement sommative pour s’orienter vers une évaluation qualitative, favorable aux apprentissages et mieux comprise par les élèves.

Bel article qui décrit les raisons de la réforme, l'approche par compétence. Cette nouvelle forme d'apprentissage contribut-elle à diminuer l'échec scolaire ? Vous trouverez tout ce qu'il faut à l'intérieur de ce texte de même que les rapports au savoir ! by mariepiermaheux2014 Feb 28

Related:  Pédagogie