background preloader

Socrate

Socrate
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Socrate (Σωκράτης) Philosophe occidental Antiquité Portrait de Socrate. Socrate (en grec ancien Σωκράτης / Sōkrátēs) est un philosophe grec du Ve siècle avant. Déjà renommé de son vivant, Socrate est devenu l’un des penseurs les plus illustres de l'histoire de la philosophie. En dépit de cette influence culturelle, très peu de choses sont connues avec certitude sur le Socrate historique. Problème des sources et « question socratique »[modifier | modifier le code] Socrate n'ayant jamais rien écrit, sa vie et sa pensée sont connues principalement par des contemporains (Aristophane), qui ont parfois été ses disciples (Platon et Xénophon), ainsi que par des sources indirectes, au premier rang desquelles Aristote (né en 384). Alors que Xénophon était jusque-là la principale source sur la pensée du Socrate historique, le lancement de la question socratique a été principalement l'œuvre de Friedrich Schleiermacher. Vers 435 av. Related:  Figuration et image - 1ére

Mimesis Qui a tué Socrate ? (1/4) : Faites entrer l’accusé A quoi ressemble Athènes au moment du procès de Socrate ? Essayons de mieux comprendre les enjeux de l'époque. « L’affaire Socrate » ce n’est pas seulement son procès, c’est tout le retentissement qu’il a eu et qui en a fait un événement (« L’événement Socrate ») qui requiert interprétation et éclaircissements à chaque époque pour que celle-ci y mire ses propres contradictions, ses propres enjeux. Dans son ouvrage L’évènement Socrate dont il est question aujourd’hui, notre invité l’historien Paulin Ismard étudie le fonctionnement de la démocratie athénienne à travers le procès de Socrate qui a connu une énorme postérité et qui a été l’occasion d’interroger la nature de la démocratie athénienne. Le texte du jour Quant au philosophe, Lysias ayant écrit pour lui un plaidoyer, il le lut d'un bout à l'autre et dit : "C'est un beau discours, Lysias, pourtant il ne me va pas". Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, II 38-41 (ed. Lecture Lectures cette semaine: Georges Claisse

Platon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Platon (Πλάτων) Grèce Antiquité Platon (en grec ancien Πλάτων / Plátôn, né à Athènes en 428/427 av. Il est généralement considéré comme l'un des premiers philosophes occidentaux, sinon comme l’inventeur de la philosophie[3], au point que Whitehead ait pu dire : « la philosophie occidentale n'est qu’une suite de notes de bas de page aux dialogues de Platon »[4]. Biographie[modifier | modifier le code] À part quelques données certifiées, dont la chronologie est d'ailleurs incertaine, la vie de Platon est mal connue[7]. Jeunesse[modifier | modifier le code] Platon est l’élève de Théodore de Cyrène[16], précepteur de Socrate, de Théétète qui lui enseigne les mathématiques, et de l’historien Timée de Tauroménion, selon Cicéron. Platon et sa famille Buste de Platon. Malade, il n'assista pas à la mort de Socrate[p. 20] en -399.

Philosophie politique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La philosophie politique est la branche de la philosophie qui étudie les questions relatives au pouvoir politique, à l'État, au gouvernement, à la loi, à la politique, à la paix, à la justice et au bien commun entre autres. Elle est considérée comme une des branches de la philosophie pratique à côté de la philosophie du droit et de la philosophie morale. En tant que recherche philosophique, elle se distingue de celles menées par les sciences humaines et sociales (sociologie, histoire, psychologie, science politique) en ce que, à la différence de celles-ci qui s'attachent à ce qui existe historiquement et particulièrement, elle est fondée sur la recherche d'un universel, guidée par la question du juste, du meilleur et du légitime[1]. Cette recherche aboutirait-elle à l'impossibilité de son achèvement que cela ne changerait pas la nature de la recherche. De nos jours, la science politique est devenue inséparable de la philosophie politique.

Pline, histoires naturelles : les raisins de Zeuxis Zeuxis d'Héraclée. Peintre grec de l'école ionienne (5e siècle avant J.-C.) Pline l'Ancien sur Zeuxis«XXXV (IV) Les portes de l’art étaient ouvertes par Apollodore; Zeuxis d’Héraclée les franchit l’an quatre de la quatre-vingt-quinzième olympiade, et le pinceau, car c’est encore du pinceau que nous parlons 57, le pinceau, qui commençait déjà à s’enhardir arriva entre les mains à beaucoup de gloire. Quelques auteurs l’ont placé mal à propos dans la quatre-vingt-neuvième olympiade, date qu’il faut réserver pour Démophile d’Himère, et Nésée de Thasos; car il fut l’élève de l’un de des deux, on ne sait pas lequel. Il eut pour contemporains et pour émules Timanthès, Androcyde, Eupompe, Parrhasius. PLINE L'ANCIEN, Histoires naturelles, Livre XXXV, XXXV, traduit et annoté par Émile Littré, Paris, éd.

Qui a tué Socrate ? (4/4) : Verdict : condamné à mort Condamné à mort ! Le verdict du procès condamne Socrate à boire la ciguë et marque l'avènement de la philosophie. Mais pourquoi Socrate n'a-t-il pas accepté les propositions d'évasion ? Le texte du jour « Criton fit un signe à l’esclave qui se tenait tout à côté. Il porta la coupe à ses lèvres et tout tranquillement, tout facilement, il la vida. L’homme nous montrait que Socrate se refroidissait et devenait raide. Bien sûr, fit Criton, ce sera fait. A cette question. Voilà, Echécrate, ce que fut la fin de notre ami, d’un homme dont nous pouvons dire que, parmi tous ceux qu’il nous a été donné de connaître, il fut le meilleur, le plus sensé aussi et le plus juste ». Platon, Phédon, 117b (Flammarion, Ed. Lectures - Platon, Apologie de Socrate, 41c-42a (trad Luc Brisson) p 127 - Xénophon, Lettre de Xénophon à Xantippe, femme de Socrate dans Œuvres complètes de Thucydide et Xénophon (A Desrez Librairie-Editeur, 1836) Extraits - Fin du Phédon, RTF 27/10/1955 Références musicales

Référence:Œuvres (Platon) Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre. @Book{ Author = { Platon}, Title = {Œuvres complètes}, Language = {grec ancien et traduction française}, Publisher = {Les Belles Lettres}, Karl Marx Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Marx. Karl Marx Philosophe occidental Époque contemporaine Karl Marx en 1875 Il est connu pour sa conception matérialiste de l'histoire, sa description des rouages du capitalisme, et pour son activité révolutionnaire au sein du mouvement ouvrier. Biographie[modifier | modifier le code] Maison natale à Trèves, devenue le musée Karl Marx. Études[modifier | modifier le code] Engagement[modifier | modifier le code] À Berlin, il appartient au cercle des « hégéliens de gauche », dénommés aussi « jeunes hégéliens » (avec Bruno Bauer et d'autres) qui cherchent à tirer des conclusions athées et révolutionnaires de la philosophie de Hegel. Le journal d'opposition Rheinische Zeitung[modifier | modifier le code] Au début de 1842, certains bourgeois libéraux de Rhénanie, en contact avec les hégéliens de gauche, créent à Cologne un journal d'opposition au clergé catholique, la Rheinische Zeitung (« Gazette rhénane »).

Mythologie grecque La mythologie grecque, c'est-à-dire l'ensemble organisé des mythes provenant de la Grèce antique, se développe au cours d'une très longue période allant de la civilisation mycénienne jusqu'à la domination romaine. La rencontre entre les Grecs et les Romains coïncide avec celle de la mythologie grecque et de la mythologie romaine : la première exerce une forte influence sur la seconde, qui ne s'y réduit pas pour autant. Longtemps après la disparition des religions grecque et romaine, la mythologie grecque est utilisée comme sujet d'inspiration par les artistes, et continue à l'être de nos jours. La mythologie dans la société grecque Mythologie et religion Toutes les divinités ayant reçu un culte en Grèce antique n'ont pas fait l'objet de récits mythiques. Mythologie et littérature Mythologie et arts figurés Les textes sont loin d'être les seuls vecteurs de la mythologie grecque : celle-ci est également très présente dans les arts figurés tels que la céramique et la sculpture. Olympe Héros

Platon Platon (en grec ancien Πλάτων / Plátôn /plá.tɔːn/[1]), né en 428 / 427 av. J.-C. et mort en 348 / 347 av. J.-C. à Athènes, est un philosophe antique de la Grèce classique, contemporain de la démocratie athénienne et des sophistes qu'il critiqua vigoureusement. Il reprit le travail philosophique de certains de ses prédécesseurs, notamment Socrate dont il fut l'élève, ainsi que Parménide, Héraclite et Pythagore, afin d'élaborer sa propre pensée. Il est généralement considéré comme l'un des premiers philosophes occidentaux, sinon comme l'inventeur de la philosophie, au point que Whitehead a pu dire : « la philosophie occidentale n'est qu’une suite de notes de bas de page aux dialogues de Platon »[3]. Biographie[modifier | modifier le code] La vie de Platon est mal connue[4]. Jeunesse[modifier | modifier le code] Généalogie de la famille Platon. Formation[modifier | modifier le code] Buste de Parménide, penseur ionien qui a influencé la pensée de Platon. — Lettre VII, 324. En 403 av. Selon R.

Thomas (apôtre) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Incrédulité de saint Thomas, Rembrandt, 1634. Thomas l'Apôtre ou saint Thomas est un des douze apôtres de Jésus. Son nom figure dans les listes d'apôtres des trois évangiles synoptiques et du livre des Actes des Apôtres. L'évangile selon Jean lui donne une place particulière. Il doute de la résurrection de Jésus-Christ, ce qui fait de lui le symbole de l'incrédulité religieuse. Depuis 1969, il est célébré le 3 juillet par les Églises catholique romaine et syriennes, spécialement en Inde où sa fête revêt une solennité toute particulière. Thomas l'incrédule (miniature du XIIe siècle) Dans les évangiles synoptiques, Thomas n'est pas autrement mentionné que dans les listes d'apôtres[Note 2]. Mais c'est son incrédulité qui lui donne une place unique dans le récit des apparitions de Jésus. Les reliques de cette « Sainte Ceinture », portées par diverses légendes de transmissions, apparaissent en nombre en Occident au Moyen Âge.

Victoire de Samothrace Très tôt en Grèce, la représentation de la victoire a été personnifiée sous les traits d'une déesse ailée, descendant sur terre pour faire honneur au vainqueur. Fidèle à cet esprit, le monument érigé dans le sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace au début du 2e siècle av. J.-C. représente une Victoire se posant sur l'avant d'un navire de guerre, pour commémorer sans doute une victoire navale. Par la virtuosité de sa sculpture et par l'ingéniosité de sa construction ce monument est un chef-d'oeuvre inégalé de la sculpture grecque d'époque hellénistique. Le monument : une statue et sa base Le pied droit touchant à peine le pont du navire, la Victoire est saisie à la fin de son vol, les ailes encore déployées, les vêtements tourbillonnant au vent. Le style : un homme et son époque Le monument de la Victoire était abrité dans un petit édifice dont il ne reste plus que les fondations. Une somptueuse offrande Bibliographie

Phédon (Platon) Phédon (en grec : Φαίδων / Phaídōn) est un dialogue de Platon qui raconte la mort de Socrate et ses dernières paroles. La question que pose et à laquelle répond ce dialogue est la suivante : Quelle doit être l’attitude du philosophe devant la mort ? Le dialogue évoque ainsi les notions des liens entre l’âme et le corps, l'éternité de l'âme et la destinée de celle-ci après la mort[1]. La première est celle de l’entretien entre les disciples de Socrate et ce dernier le jour de sa mort. La deuxième date importante à savoir est quand s’est déroulé le récit de l’entretien ci-dessus par Phédon, qui était en présence d’Echécrate et d’un auditoire de pythagoriciens. Seuls Phédon d'Élis et Échécrate de Phlionte sont à proprement parler les personnages du dialogue, en tant qu’interlocuteurs directs ; tous les autres, amis et disciples de Socrate, ne sont qu’évoqués dans le récit, et leurs propos sont rapportés. Échécrate demande à Phédon ce que Socrate a dit avant sa mort, et comment il est mort.

Related: