background preloader

Wikipedia Portail Philosophie

Wikipedia Portail Philosophie
Les théories du contrat social sont des théories de philosophie politique qui pensent l'origine de l'État dans une convention originaire entre les humains, par laquelle ceux-ci renoncent à une partie de leurs libertés, ou droits naturels, en échange de lois garantissant la perpétuation du corps social. L'idée d'un contrat social pose déjà celle d'un état de nature, préexistant à toute société organisée. Cet état de nature ne correspond nullement à une réalité historique précédant l'instauration des lois, mais à l'état théorique de l'humanité lorsque soustraite à toute loi. Le contrat (ou pacte) social est alors pensé comme un pacte librement établi par la communauté des humains dans le but d'établir une société organisée et hiérarchisée. Le concept même d'un pacte social apparaît précocement chez Platon (sous forme de castes) dans le cadre d'une pensée plus large sur la fondation d'une cité idéale. Lire la suite

http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Philosophie

Related:  PhilosophiePhilosophie

Phénoménologie et matérialisme dialectique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Phénoménologie et matérialisme dialectique est un ouvrage publié par Tran Duc Thao en 1951 aux Éditions Minh Tan à Paris. Première partie: La méthode phénoménologique et son contenu effectivement réel[modifier | modifier le code] Langage et pouvoir symbolique L’acte de délégation et le fétichisme politique L’auteur analyse ensuite l’acte de délégation par lequel une personne donne pouvoir à une autre. Il qualifie cet acte de magique et précise qu’il permet de faire exister ce qui n’était qu’une collection de personnes plurielles, sous la forme d’une personne fictive, « un corps mystique incarné dans un corps social. » Pour pouvoir s’identifier au groupe et dire « je suis le groupe », « je suis donc le groupe est », le mandataire nous dit Bourdieu doit en quelque sorte s’annuler dans le groupe, faire don de sa personne au groupe, clamer et proclamer : « je n’existe que par le groupe .» Il dira plus tard que « c’est lorsque je deviens Rien et parce que je suis capable de devenir rien, de m’annuler, de m’oublier, de me sacrifier, de me dévouer que je deviens Tout. »

Métaphysique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La métaphysique est une branche de la philosophie et de la théologie qui porte sur la recherche des causes, des premiers principes[1]. Elle a aussi pour objet la connaissance de l'être absolu comme première cause, des causes de l'univers et de la nature de la matière. Elle s'attache aussi à étudier les problèmes de la connaissance, de la vérité et de la liberté[2]. Avant le développement des sciences modernes, la philosophie de la nature était la seule discipline non subordonnée à la métaphysique ; parce qu'étude objective de la nature et des principes physiques. Avec l'introduction des démarches empiriques et expérimentales, cette branche a été appelée « science » à partir du XVIIIe siècle, afin de la distinguer des interrogations spéculatives concernant les sujets non physiques.

Popper, Tolérance et responsabilité, 3 Les liens dans le texte permettent d'afficher des commentaires explicatifs au passage de la souris, ou d'accéder, en cliquant, à des documents complémentaires. L'idée d'une vérité objective et l'idée d'une recherche de la vérité sont ici d'une importance décisive. L'homme qui le premier présenta une théorie de la vérité reliant l'idée de la vérité objective à celle de la faillibilité humaine principielle était le présocratique Xénophane. Il est né probablement en l'an 571 avant J.-C. dans l'Ionie en Asie mineure. Il fut le premier grec à penser l'écrit, le premier moraliste, le premier à penser la connaissance et le premier à penser le monothéisme.

Ontologie (philosophie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'ontologie est une branche de la philosophie concernant l'étude de l'être, de ses modalités et de ses propriétés. En philosophie, l'ontologie (de onto-, tiré du grec ὤν, ὄντος « étant », participe présent du verbe εἰμί « être ») est l'étude de l'être en tant qu'être (définition proposée par Aristote), c'est-à-dire l'étude des propriétés générales de tout ce qui est. La scolastique considéra cette étude comme une partie de la métaphysique, en tant qu'elle définit les transcendentiae, les déterminations communes à tous les êtres (ce qu'on appellera plus tard métaphysique générale, par opposition à la théologie, dite métaphysique spéciale).

Wittgenstein, Remarques philosophiques – PhiloSophie Ludwig Wittgenstein, Remarques philosophiques, édition posthume de Rush Rhees, trad. Jacques Fauve, Gallimard, 1975. 57. L’emploi du mot « je » est une des formes de re-présentation les plus fallacieuses de notre langage, en particulier là où celui-ci a recours au « je » pour re-présenter l’expérience vécue immédiate – comme dans : « Je vois une tache rouge. » Aussi serait-il riche d’enseignement de remplacer cette façon de s’exprimer par une autre dans laquelle l’expérience vécue immédiate ne serait pas re-présentée à l’aide du pronom personnel ; parce que ce faisant on pourrait voir que cette re-présentation n’est pas essentielle aux faits. Non que la re-présentation nouvelle soit en quelque sens que l’on veuille plus correcte que la première, mais son utilité, sa seule utilité, serait de montrer clairement ce qu’est d’un point de vue logique l’essentiel de la re-présentation. 58.

Réalisme (philosophie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Réalisme. Le réalisme est une étiquette philosophique assez large qui, comme toute étiquette, peut sembler réductrice et partant donner lieu à des usages abusifs. Le réalisme se caractérise par une méthode : partir de l'expérience empirique pour remonter positivement aux principes fondamentaux. Notre pathétique civilisation de la distraction C’est un philosophe qui met les mains dans le cambouis. En 2001, il claquait la porte d’un think tank à Washington, qui le payait pourtant grassement, parce qu’il n’en pouvait plus de voir sa pensée appauvrie et muselée. Alors il est devenu réparateur de motos. En quoi l'autre est-il semblable & différent ? Problématique: En quoi l'autre est-il semblable et différent ? I. Identités. 1°) Nous faisons partie de l'espèce humaine. Et à ce titre, génétiquement parlant, nous sommes identiques.

Théorie aristotélicienne de la causalité Ainsi, la cause matérielle d'une écuelle est le bois ou le métal, son essence le fait de contenir des aliments, sa cause motrice le procédé par lequel on l'a fabriquée et sa cause finale son usage en alimentation. La cause matérielle[modifier | modifier le code] Dans les concepts fondamentaux d'Aristote, la puissance est associée à la matière. La cause formelle[modifier | modifier le code] La cause motrice[modifier | modifier le code]

Diotime Gilles Abel , asbl.philomene@gmail.com Philomène est le nom de l'association pour la promotion et l'étude de la pratique de la philosophie pour enfants en Belgique francophone. Elle a été créée en 2001 par Gilles Abel, philosophe formé au Québec à la philosophie pour enfants par M.

Related: