background preloader

Danah boyd : Ce qu’implique de vivre dans un monde de flux

Danah boyd : Ce qu’implique de vivre dans un monde de flux
A la Web 2.0 Expo qui se tenait mi-novembre à New York, la sociologue danah boyd a, comme à son habitude, fait une brillante présentation sur les conséquences qu’il y a à vivre dans un monde de flux, notamment en commençant à en dresser la liste des limites. Explorons dans ses pas – partiellement, mais fidèlement -, son « Streams of Content, Limited Attention : The Flow of Information through Social Media » (Flux de contenus, attention limitée : le flot d’information dans les médias sociaux). Image : danah boyd sur scène à la Web 2.0 Expo à New York en novembre 2009, photographiée par James Duncan Davidson. Vivre dans des flux Nous vivons dans des flux, comme l’expliquait Nova Spivack, c’est-à-dire dans un monde où l’information est partout. « Cette métaphore est puissante », rappelle danah boyd. « L’idée suggère que vous viviez dans le courant : y ajoutant des choses, les consommant, les réorientant. » 4 fausses idées sur la révolution numérique 1. 2. 3. 4. Inattention ? Hubert Guillaud

http://www.internetactu.net/2010/01/06/danah-boyd-ce-quimplique-de-vivre-dans-un-monde-de-flux/

Related:  Bibliographie sur les réseaux sociauxNouvelles technologiesEcosystèmePERSONNALITES SIC - PRESSE - PHILOAUTEURS

Retour sur "réseaux et communautés" Bon l’activité est finie, il ne reste plus que les traces. Sur l’animation du cours qui a duré trois heures, je ne sais trop quoi en penser. J’en ressorts assez frustré. En premier lieu, 3 heures, c’est vraiment trop peu pour ce sujet aussi bien en terme de contenu qu’en terme d’interaction avec les étudiants ; deuxièmement s’il faut que je continue à faire des diaporamas, il faut s’en échapper lors de l’animation et proposer des activités. Big Data : la nécessité d’un débat Il nous a semblé intéressant de traduire, de façon collaborative (via Framapad), l’essai original que viennent de publier danah boyd et Kate Crawford présentant « Six provocations au sujet du phénomène des Big Data ».Ces chercheuses, orientées vers l’ethnographie des usages des technologies de communication, s’interrogent – en toute connaissance de cause [cf. cette étude sur les tweets des révolutions tunisiennes et égyptiennes à laquelle a participé danah boyd]- sur les limites épistémologiques, méthodologiques, mais aussi éthiques des Big Data : champ d’études qui s’ouvre aujourd’hui sur la base des énormes jeux de données que fournit internet, en particulier celles générées par l’activité des usagers des sites de réseaux sociaux, que seuls des systèmes informatiques ont la capacité de collecter et de traiter. 6 provocations à propos des Big Data Traduction : Pierre Grosdemouge (@cultord) & Fred Pailler (@Sociographie) à l’initiative de Laurence Allard. L’ère de Big Data a commencé.

Entreprise 2.0 > Peut-on envisager une entreprise sans email ? Je termine ma réflexion entamer avec mes deux précédents billets sur les problèmes de productivité liés à l’email (La collaboration en temps-réel encore à la traine, la faute à l’email + Et si on ressucitait le no email friday ?). Je vous propose donc d’envisager l’étape ultime : l’abolition de l’email. Bon OK, dit comme ça cela peut vous paraitre grotesque, mais plus j’y pense et plus ça me semble réaliste dans certains cas de figure. Prenons par exemple le cas très spécifique d’une petite société de consulting : Équipe réduite, très peu de personnel administratif (il serait possible de sous-traiter le secrétariat, la paye et la compta), des collaborateurs en constant déplacement (donc pourquoi pas en télé-travail).

La hiérarchie des connaissances est elle vraiment dépassée Par Rémi Sussan le 23/02/15 | 26 commentaires | 5,051 lectures | Impression “Le Futur du web a 100 ans”, un titre étrange pour un article de la revue en ligne Nautilus (@nautilusmag) sur les idéologies qui ont façonné la toile au cours du dernier siècle. Si les noms de Vannevar Bush et Ted Nelson nous sont connus, l’auteur, Alex Wright (@alexgrantwright), nous fait découvrir d’autres acteurs bien moins fameux, comme l’inventeur et avocat belge Paul Otlet, ou bien célèbres, mais dans un domaine très différent, comme c’est le cas de H.G. Wells.

Réseaux ou communautés On parle beaucoup de réseaux aujourd’hui en confondant souvent avec le terme de communauté. Pourtant les deux termes ne sont pas équivalent. Fred Cavazza, en s’appuyant sur les réseaux sociaux issu du web social met en avant une première distinction d’usages : publier n’est pas dialoguer et il propose ce schéma parlant : Le premier cas est celui de la communauté où il montre qu’il y a interaction, sous la forme d’une conversation. Il met d’ailleurs un lien vers un de ses billets sur les forums. Le forum est la fonctionnalité essentielle de l’interaction défini comme l’échange de trois messages : premièrement, le message initial, ensuite la réponse à ce premier message et enfin le feed back, c’est à dire la confirmation de réception de la réponse ; et éventuellement bien sûr l’enchaînement de la discussion.

danah boyd : pourquoi avons-nous peur des médias sociaux A l’occasion de la conférence SXSW qui se tenait mi-mars à Austin, Texas, la sociologue de Microsoft, danah boyd, a donné une très intéressante conférence sur « le pouvoir de la peur chez les publics en réseaux » dont elle a publié le transcript sur son site. Son intérêt pour cette question, comme elle l’explique, vient du fait qu’elle travaille particulièrement sur les cultures adolescentes et les rapports des jeunes aux nouvelles technologies (voir les nombreux articles que nous avons consacré aux travaux de cette chercheuse). Dans ce cadre, elle observe notamment l’intimidation en ligne et est souvent confrontée aux problèmes que les jeunes rencontrent via les réseaux sociaux. L’occasion de revenir avec elle sur comment les médias en réseaux favorisent nos angoisses et comment pouvons-nous les combattre. Pour danah boyd, si l’on suit une suite de causes à effets, les choses sont assez simples. Nous vivons dans une culture de la peur.

Web : Quand le Web réinvente notre quotidien La nouvelle génération de services Internet va bouleverser la manière d'organiser sa vie de tous les jours. Jusqu'où ira donc le Web ? L'année 2009 a consacré le succès de l'Internet communautaire, dit «Web 2.0». Son plus bel ambassadeur, le réseau social Facebook, est passé de 150 millions d'utilisateurs à plus de 350 millions de membres actifs en douze mois.

Geneviève Jacquinot-Delaunay Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Delaunay. Geneviève Jacquinot-Delaunay (décédée le 14 décembre 2014) est professeure émérite de l'Université de Paris VIII en Sciences de l'éducation et chercheuse associée au Laboratoire «Communication et politique» (CNRS, Paris). Elle est membre du Conseil d’orientation et de perfectionnement du Centre de liaison de l’éducation et des moyens d’information (CLEMI), ainsi que du réseau africain d’enseignement à distance RESAFAD. Bibliographie[modifier | modifier le code]

Web2.0 et Communauté – Partie 3/3 L'origine du concept de communauté et ses différents types. a) La notion de communauté La communauté est un fait social nécessaire chez les hommes. C’est un sujet sans fond qui ne cesse d’évoluer et qui est sans nul doute un concept phare des sciences humaines. Nous avons extrait des parties explicatives d’auteurs ayant traité le sujet de communauté. danah boyd : Vivre avec, dans et autour de l’information La lecture de la semaine il s’agit d’un texte de danah boyd signalé par un auditeur fidèle de l’émission Régis Barondeau que je remercie à cette occasion. Je parle souvent de danah boyd ethnographe américaine spécialisée dans l’étude des réseaux sociaux et particulièrement dans l’usage qu’en font les jeunes Américains. Dans ce texte, qui date de 2009, danah boyd étend son champ d’intérêt. Son objet est ici d’interroger une notion qu’elle appelle le flow qu’on pourrait traduire par le « flux »», et les conséquences de cette injonction à être dans le flux.

Le French Tech Tour 2010 : une belle opportunité pour les entrep La Mission économique-Ubifrance de San Francisco vient d'annoncer le lancement de la quatrième édition du French Tech Tour, qui se tiendra du 4 au 11 juin prochain dans la Silicon Valley. Cet événement attire toujours plus de partenaires américains. Ils seront 15 cette année : Adobe, Apple, AT&T, Cisco, eBay, Fujitsu, Google, Intel Capital, Microsoft, Nokia, Qualcomm, Sony, Sprint, Symantec, Verizon . Pour une start-up française, c'est une très belle occasion de se frotter au marché américain. Agence régionale du livre Les métamorphoses numériques du livre III 9. La sagesse du bibliothécaire face au numérique Par Michel Melot Je ne pense pas que le bibliothécaire soit moins sage depuis l’arrivée du numérique.

Vers une vie privée en réseau « Quand je signais mes mails avec mon identifiant et mon mot de passe, ce n’était pas seulement de la provocation : ma sécurité est basée sur le fait que je sauvegarde mes données, pas sur un secret qui risquerait – si je le croyais protégé – de m’être préjudiciable. » — Laurent Chemla Pionnier de l’internet et auteur des « Confessions d’un voleur« , livre incontournable (et téléchargeable gratuitement) pour qui veut comprendre les valeurs (et l’histoire) de l’internet tel qu’il s’est développé dans les années 90, Laurent Chemla a une conception somme toute particulière de la vie privée. Les professionnels de la sécurité savent également qu’il se trouvera toujours quelqu’un de plus compétent qu’eux, disposant de plus de moyens ou de temps, et qu’aucun système n’est sécurisable à 100 %. On sait, d’autre part, que la sécurité des logiciels libres -dont le code source est librement consultable- est a priori plus fiable que celle des logiciels propriétaires, dont le code est un « secret« .

Cross-plateform Parmi les tendances majeures de 2010 sera sans nul doute l’intégration encore plus forte du social et du conversationnel sur les sites de marque. Les contenus sociaux ne doivent pas seulement se limiter à Facebook ou Twitter mais doivent concerner également directement les sites de marques qu’ils soient vitrines ou marchands. A ce titre, une solution comme celle proposée par Stribe, une start-up française qui vient de remporter le 1er prix au Concours des Star-Up de la Conférence LeWeb’09, est pertinente. Les lancements depuis un peu plus de un an des modules Facebook Connect (que j’avais eu l’occasion de vous présenter dans Pourquoi intégrer Facebook Connect sur votre site ?) Ces services sont de plus en plus plébiscités comme le confirme les chiffres annoncées cette semaine par Facebook (Facebook Connect : Celebrating Year One).

Related: