background preloader

1er mai 68 chronologie des événements - archive vidéo INA

1er mai 68 chronologie des événements - archive vidéo INA

http://www.youtube.com/watch?v=cjgSSSZuVbk

Related:  Médias et opinion publiqueContexte historique / Mai 68Mai 68Médias et démocratie sous la Vème République

Mai 1968 : images et médias Cet exercice propose, à partir de documents de l’Ina et d’une exposition virtuelle consacrée à Mai 1968 sur le site de la Bibliothèque nationale de France, des pistes pour aborder à la fois les évènements de mai 1968 grâce aux médias et le traitement de Mai 1968 par les médias et l’image. Cette étude peut être menée en classe de 3° (dans son intégralité ou en partie) sur TNI (elle peut aussi être réalisée en salle informatique). Elle s’accompagne bien sûr de précisions de l’enseignant, qui pourra par exemple attirer l’attention des élèves sur la taille des affiches, leurs producteurs, expliquer avec eux la symbolique de certains éléments. Les documents peuvent éventuellement être utiles en Terminale ST2S pour traiter de l’événement. Consultez : Que dénoncent les 2 affiches à droite de l’image ?

Chronologie Chronologie Mai • 1er maiPour la première fois depuis 1954, manifestation autorisée à Paris : défilé commun CGT-PCF-PSU, de la République à la Bastille. Lancement du journal La cause du peuple. • 2 maiDébut du voyage du premier ministre Georges Pompidou en Iran et en Afghanistan.Incendie dans les locaux de la FGEL à la Sorbonne provoqué par Occident, et incidents avec la police à la faculté des lettres de Nanterre, où les cours sont suspendus par le doyen Pierre Grappin ; huit étudiants nanterrois sont déférés devant le conseil de l’université. • 3 maiMeeting dans la cour de la Sorbonne contre l’incendie des locaux de la FGEL, la fermeture de la faculté de Nanterre et la convocation des étudiants nanterrois devant la commission disciplinaire. • 4 mai

Charles de gaulle - paroles publiques Parcours thématique Aude Vassallo Introduction Chacun connaît le goût du général de Gaulle pour les "petites phrases". De Gaulle et la constitution de la Ve République De 1940 à 1969, le général de Gaulle a marqué de son empreinte l'histoire constitutionnelle française. Les péripéties sont connues : création d'un « pouvoir » capable de maintenir une force combattante française dans la guerre, présidence du gouvernement provisoire, tentative de rassemblement du peuple français, solitude vigilante du Recours, présidence du cabinet ministériel, enfin, présidence de la République. Tout cela a été plusieurs fois et bien décrit. Il s'agit donc, en utilisant les travaux publiés, d'apporter une simple réflexion personnelle.

Allocution radiodiffusée du 30 mai 1968 - Charles de Gaulle - paroles publiques Charles de Gaulle Françaises, Français, étant le détenteur de la légitimité nationale et républicaine, j'ai envisagé, depuis vingt quatre heures, toutes les éventualités, sans exception, qui me permettraient de la maintenir. J'ai pris mes résolutions. Il était une fois le cinéma - La passion du cinema JLG/Mai 68. Historiquement, ce rapport a bien eu lieu : Godard a non seulement participé aux événements, mais en a également été l’un des acteurs. Au cours du Festival de Cannes de cette année, Godard et Truffaut décident d’annuler les projections en soutien aux grévistes, et prouvent que le cinéma n’est pas en reste en matière de contestation. Quelques mois plus tôt déjà, les mêmes protagonistes manifestent contre le limogeage d’Henri Langlois de la Cinémathèque Française, et subissent de violents revers de la part de la police. A charge de revanche, l’ultime mobilisation des anciens des Cahiers a le mérite d’engager une partie de l’élite culturelle sur la voie de la révolution. En participant peu après au projet des Cinétracts, lancé par les Etats Généraux du Cinéma, Godard va bien plus loin que son homologue Truffaut, et emploie son talent de cinéaste au service des revendications ouvrières et étudiantes.

"Anti-Le Pen" 2002 : Images et Internet. Nouvel outil : nouveaux procédés ? n°3, automne 2004, p. 182-293. Au printemps 2002, l’histoire politique française a été marquée, comme chacun sait, par un événement majeur : la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, ce que les journalistes ont traduit par la formule, désormais communément admise, de « séisme du 21 avril ». La mobilisation qui s’en est suivie, pour « faire barrage à l’extrême droite », a été largement analysée et commentée, parfois à chaud, par les spécialistes des médias. En revanche, peu parmi eux ont souligné la place brusquement occupée par Internet dans ce phénomène, devenu, en quelques heures ou quelques jours, l’outil le plus efficace pour organiser la riposte, faire circuler l’information sur les formes variées des initiatives, nourrir et relayer les mots d’ordre, garantir le succès des manifestations de rue, nationales ou locales. Internet contre Le Pen

Esprit(s) de mai 68 En mai et juin 1968, l’intersyndicale de la Bibliothèque Nationale prend part aux mouvements contestataires qui agitent le pays et se réunit chaque jour rue de Richelieu pour réfléchir à l’avenir de la BN. Dans le même temps, une centaine d’agents volontaires font preuve d’ingéniosité et s’activent pour collecter tracts, affiches, banderoles qui forment aujourd’hui un témoignage unique du mouvement de mai 68. Voici des extraits du récit qu’en fait Marie-Renée Morin alors responsable du Service de l’Histoire de France. Comme tous les organismes publics ou privés, la Bibliothèque Nationale ne resta pas indifférente aux événements de mai 68.

Le jour d'avant : La guerre au fil des ondes Lorsque l'on évoque la Radio en France durant l'Occupation, deux types d'auditeurs viennent à l'esprit. Les uns, peu nombreux, écoutaient la Radio de Londres la BBC (qu'ils prononçaient d'ailleurs sans snobisme "bébéçé"). Les autres se groupaient autour du poste familial pour ne rien perdre des programmes de Radio-Paris. La Radio de Londres et Radio-Paris, se livraient une guerre sans merci sur les ondes mais elles cohabitaient plus pacifiquement dans le vieux poste de TSF familial. L'écoute de la radio de Londres était interdite et en cas de contrôle, il valait mieux ne pas laisser trainer n'importe où l'aiguille du cadran... Ici Londres...

Une radio de combat 4/5 : Radio-Vichy et radio Paris Pendant que la BBC prête sa voix à la Résistance, les radios de la collaboration exercent une contre-propagande active. Radio-Vichy: Henriot dénonce la BBC (13 juin 1942) A partir de février 1942, Philippe Henriot, ancien député de Gironde élu en 1932 qui dérive par la suite vers l’extrême droite, tient une chronique hebdomadaire sur les ondes de Radio-Vichy. Le rôle de la radio, 1940-1944 Le rôle de la radio, 1940-1944 Jean-Louis CRÉMIEUX-BRILHAC (Chef du service de diffusion clandestine au commissariat à l'intérieur à Londres, 1942-1944) Le rôle de la radio, 1940-1944, Espoir n°66, 1989

Related: