background preloader

Ministres de la Culture _Veme République

Facebook Twitter

Passage en revue des locataires de la rue de Valois , de 1959 à nos jours (2016)

André Malraux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

André Malraux

André Malraux, photographie de Roger Pic (1974).Paris, BNF. Œuvres principales Compléments André Malraux, pour l'état civil Georges André Malraux, né le dans le 18e arrondissement de Paris et mort le à Créteil (Val-de-Marne), est un écrivain, aventurier, homme politique et intellectuel français. Essentiellement autodidacte et tenté par l'aventure, André Malraux gagne l'Indochine où il participe à un journal anticolonialiste et est emprisonné en 1923-1924 pour trafic d'antiquités khmères. Militant antifasciste, André Malraux combat en 1936-1937 aux côtés des Républicains espagnols.

Il écrit alors de nombreux ouvrages sur l'art comme Le Musée imaginaire ou Les Voix du silence (1951) et prononce des oraisons funèbres mémorables comme lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon le 19 décembre 1964[1]. Jacques Duhamel - Histoire du ministère. Ministre des affaires culturelles du 7 janvier 1971 à avril 1973 (Président de la République Georges Pompidou - Premier ministre : Jacques Chaban-Delmas puis Pierre Messmer) (pas de nouveau décret d'attribution) Privilégier les démarches contractuellesEn mars 1971, une charte culturelle est signée avec l'Office de radio-télévision française (ORTF) en ce qui concerne le contenu de ses programmes et le reversement annuel de 5 MF au fonds de soutien au cinéma pour compenser le manque à gagner causé à l'industrie cinématographique par le passage de films à la télévision.

Jacques Duhamel - Histoire du ministère

Pour renforcer les compagnies dramatiques décentralisées, un décret du 2 octobre 1972 institue des contrats triennaux de décentralisation dramatique. Réorienter la politique patrimonialeEn rupture avec la politique de Malraux, Jacques Duhamel affirme "Plutôt sauver pour cinquante ans, mille monuments publics et privés, que cinquante grands palais pour mille ans". Repères bibliographiques Repères bibliographiques. Michel Guy - Histoire du ministère. Principaux articles et entretiens avec Michel Guy (presse et revues) - GUY Michel [entretien avec], "Le secrétaire d'Etat à la culture veut multiplier les échanges entre la province et Paris", in Le Monde, 28 juin 1974. - GUY Michel "Les grandes lignes d'une politique culturelle", in Bulletin d'information du Secrétariat d'Etat à la Culture, 1er août 1974. - GUY Michel [entretien avec], "Il est fondamental de créer très tôt chez les enfants un appétit de culture", in Jours de France, décembre 1974. - GUY Michel [entretien avec], "Je ne suis là que pour défendre la liberté de création", in Le Quotidien de Paris, 17 décembre 1974. - GUY Michel [entretien avec], "Mon objectif est d'intéresser tous les Français à quelque chose qui soit leur créativité personnelle", in Sud Ouest, mars 1975.

Michel Guy - Histoire du ministère

François Léotard - Histoire du ministère. Principaux articles et entretiens avec François Léotard (presse et revues) - JAQUIN Patrick, "Entretien avec le ministre de la Culture et de la Communication, François Léotard", in Danser, 27 novembre 1986.

François Léotard - Histoire du ministère

Jack Lang. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jack Lang

Pour les articles homonymes, voir Lang. Famille, études et carrière académique[modifier | modifier le code] Jack Lang fait des études secondaires au lycée Henri-Poincaré de Nancy. Entré en sixième en 1949, il redouble cette classe, puis est envoyé deux ans en pension au collège de Lunéville. Il revient en classe de quatrième au lycée Poincaré. C'est au Conservatoire d'art dramatique de Nancy, en 1957, qu'il fait la connaissance de Monique Buczynski, issue d'un milieu juif polonais, fille de Jacques Buczynski, né en Lituanie en 1900[5], et d'Elvire Kahn[2], qu'il épousera le . Après ses études à Paris, il entame une carrière universitaire à la faculté de droit de l'université de Nancy. Théâtre et débuts dans l'exécutif culturel[modifier | modifier le code]

L'actualité de Jack Lang. Communiqués de la Présidence 26.01.16 Lancement d'"Evalang" 06.01.16 Jack Lang s'exprime suite à la disparition de Pierre Boulez 14.12.15 Signature d'une convention de partenariat entre le CIEP et l'Institut du monde arabe.

L'actualité de Jack Lang

Fleur Pellerin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fleur Pellerin

Fleur Pellerin, née Kim Jong-suk le à Séoul en Corée du Sud, est une haute fonctionnaire et femme politique française. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance et études[modifier | modifier le code] Kim Jong-suk (김종숙) naît le à Séoul, en Corée du Sud[1]. Abandonnée dans les rues de Séoul 3 ou 4 jours après sa naissance[4],[5], puis envoyée dans un orphelinat[6], elle est ensuite adoptée à l'âge de six mois par une famille française, en février 1974, et devient « Fleur Pellerin »[7]. Audrey Azoulay. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Audrey Azoulay

Cet article concerne un événement récent(11 février 2016). Le texte peut changer fréquemment, ne pas être à jour ou manquer de recul. Le titre lui-même peut être provisoire. N'hésitez pas à l'améliorer en veillant à citer vos sources. L'actualité non encyclopédique, elle, va sur Wikinews. Pour les articles homonymes, voir Azoulay. Audrey Azoulay, née le [2] à Essaouira[3], est une haut fonctionnaire et femme politique franco-marocaine[3].