background preloader

Chronologie de l’affaire Dreyfus : faits et débats parlementaires – Assemblée nationale

Chronologie de l’affaire Dreyfus : faits et débats parlementaires – Assemblée nationale
Coll. part. 1859 : naissance d'Alfred Dreyfus à Mulhouse 1870 : occupation de l'Alsace-Lorraine 1894 : arrestation et condamnation d'Alfred Dreyfus 1895 : dégradation du capitaine Dreyfus à l'École militaire à Paris et déportation à l'île du Diable 1898 : publication dans l'Aurore de « J’accuse !... 1899 : procès de Rennes 1903 : relance de la révision par Jean Jaurès 1906 : réhabilitation d'Alfred Dreyfus 1914-1918 : première guerre mondiale ; mobilisation d'Alfred Dreyfus 1935 : mort d'Alfred Dreyfus à Paris 6 octobre 1894 : La Section de statistique (service de renseignements de l'armée soupçonne le capitaine Alfred Dreyfus d'être l'auteur d'un bordereau manuscrit non signé adressé à l'attaché militaire de l'ambassade d'Allemagne en France Maximilian von Schwartzkoppen et relatif à l'envoi de documents secrets. Maximilian von Schwartzkoppen 15 octobre 1894 : Le capitaine Dreyfus est arrêté sur ordre du général Mercier . Auguste Mercier Photographie Marius Neyroud © Ordre des avocats de Paris

La manifestation antiparlementaire du 6 février 1934 à Paris - Jalons pour l'histoire du temps présent La manifestation antiparlementaire du 6 février 1934 constitue l'une des crises politiques majeures de la IIIe République. Depuis les débuts de la crise économique en France, les différents gouvernements de la IIIe République (la droite libérale de 1930 à 1932 ; les radicaux depuis 1932) doivent faire face à la montée d'une importante contestation politique. Les mouvements antiparlementaires, notamment les ligues d'extrême-droite, connaissent en effet un essor spectaculaire. Au début de l'année 1934, se saisissant de l'affaire Stavisky, l'Action française lance une grande campagne contre le gouvernement des "voleurs et des assassins". Daladier devant être investi le 6 février 1934 par la Chambre des députés, plusieurs associations et organisations appellent à manifester au cours de cette journée. Rassemblés place de la Concorde, les ligueurs, dont certains sont armés, se fixent pour but de marcher sur le Palais Bourbon et d'envahir l'Assemblée nationale.

Le pouvoir de la presse dans l'Affaire dreyfus. - TPE 601 AFFAIRE DREYFUS Durant toute l'Affaire Dreyfus, la presse était dotée d'une grande influence. Le pouvoir qu'elle possède était plus fort que le pouvoir de ceux dans une position traditionnelle du pouvoir politique, comme les membres de la Chambre des Députés par exemple. En fait, les hommes comme Clemenceau, Drumont et Jaurès excerçaient plus d'influence comme journalistes qu'un simple élu. Pourquoi la presse est-elle devenue si importante ? La nature de cette affaire est centrée sur l'opinion publique. La presse a joué un grand rôle dès le début de l'affaire, elle a débuté avec l'arrestation du Colonel Dreyfus jusqu'à son premier procès. Les quotidiens rivalisent d'annonces sensationnelles sur la personnalité de l'ennemi publique numéro un: Dreyfus. Les journaux antisémites ont utilisé l'affaire Dreyfus comme une occasion d'attaquer les Juifs dans l'armée, ainsi que les politiciens Juifs, qui étaient accusés de protéger Dreyfus, tels les Rothschilds.

Etude de cas: le rôle de la presse dans l'affaire Dreyfus (1894-1906) - blog histoire geographie lycée eaubonne Etude de cas: l'affaire Dreyfus (1894-1906), la presse et l'opinion publique au cœur des débats. (HGGSP Première) Rappel de l'affaire Dreyfus : En 1894, le journal le Figaro révèle l'existence d'une enquête au sein de l'état-major de l'armée française à la suite d'une affaire d'espionnage. Une du journal républicain satirique le Grelot de novembre 1894. Mais en 1896, le colonel Picquart (chef du contre-espionnage) découvre le véritable espion: le commandant Esterhazy. "J'accuse", la célèbre une du journal l'Aurore du 13 janvier 1898 qui lance véritablement l'affaire Dreyfus. Quel fut le rôle de la presse pendant l'affaire ? La presse écrite, dont les tirages sont de plus en plus importants, véhicule les opinions antagonistes des dreyfusards et des antidreyfusards. Ex#1 : « l'Aurore » est un petit quotidien parisien de centre gauche, républicain et progressiste, fondé en 1897, dont les idées sont principalement incarnées par Georges Clemenceau, son éditorialiste.

6 février 1934 - Manifestation sanglante à Paris Le 6 février 1934, le radical Édouard Daladier présente à la Chambre des députés son nouveau gouvernement. C'est le prétexte à une violente manifestation antiparlementaire qui va faire trembler la République et susciter en définitive l'union des socialistes et des communistes, jusque-là refusée par ces derniers. André Larané Quatre-vingts ans plus tard... Nous relevons des similitudes entre le 6 février 1934 et le «Jour de colère» du 26 janvier 2014, à Paris aussi : hostilité à un gouvernement de centre-gauche impuissant à juguler la crise économique et affaibli par des affaires de corruption, manifestants majoritairement issus de la droite traditionnelle, mais avec une frange violente venue des extrêmes... Mais gardons-nous toutefois d'en tirer des conclusions. Fracture politique Édouard Daladier a été pressenti le 30 janvier par le président de la République Albert Lebrun pour présider le Conseil des ministres. Les Croix-de-Feu constituent le groupe le plus nombreux de la manifestation.

L'Affaire Dreyfus par Fabrice CAIN Ce texte a paru dans RAK REKA, publication du Département Jeunesse et Hehaloutz de l'O.S.M. en mars 1994 La convocation Le samedi 13 octobre, en début de matinée, le capitaine Dreyfus reçoit à son domicile de l'avenue du Trocadéro une convocation l'invitant à se rendre le lundi à 9 heures, au Ministère de la Guerre : "Paris, le 13 octobre 1894. Cette convocation étonne le capitaine : l'heure est matinale pour une "inspection général", qui d'ordinaire a lieu le soir. Dès son arrivée, il est reçu par le commandant Picquart, de l'Etat Major de l'Armée, qui le fait entrer dans son propre bureau. La dictée La surprise de Dreyfus s'accroît : le général est absent, il il est reçu par un officier étrange et solennel, en uniforme, qui se présente comme "commandant du Paty de Clam". C'est alors que le commandant du Paty, penché sur le capitaine Dreyfus, lui dicte un texte soigneusement élaboré : Paris, 15 octobre 1894. Du Paty poursuit lentement sa dictée : Le bordereau

schema de synthese medias et opinion publique dans les grandes crise tle es l 13 mai 1958 - Alger se révolte Le 13 mai 1958, les Algérois d'origine européenne en appellent au général de Gaulle pour maintenir la souveraineté de la France sur l'Algérie. L'insurrection va avoir raison de la IVe République... et inutilement prolonger la guerre d'Algérie en mettant fin aux espoirs nés quelques mois plus tôt. Sabotage d'une solution politique Au début de l'année 1958, Pierre Pflimlin, député MRP (chrétien-démocrate) de Strasbourg, est pressenti pour la présidence du Conseil. Les gaullistes qui militent corps et âme pour le retour du général de Gaulle au pouvoir encouragent les Pieds-noirs à la sédition. Le 10 mai 1958, Alain de Sérigny, directeur de l'Écho d'Alger, publie un éditorial où il en appelle à de Gaulle pour sauver l'Algérie française que les partis traditionnels et le prochain gouvernement s'apprêtent à lâcher : «Je vous en conjure, parlez, parlez vite, mon général...» Le 13 mai 1958 est le jour de l'investiture de Pierre Pflimlin. Le général Jacques Massu en prend la présidence.

Alfred Dreyfus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Dreyfus. Alfred Dreyfus, né le à Mulhouse, mort le à Paris, est un officier français d'ascendance alsacienne et de confession juive, victime en 1894 d'une erreur judiciaire qui est à l'origine d'une crise politique majeure des débuts de la IIIe République, l'affaire Dreyfus (1894–1906), au cours de laquelle l'opinion française s'est divisée en deux clans ennemis : les dreyfusards et les antidreyfusards[1],[2],[3]. Biographie[modifier | modifier le code] Origines et débuts professionnels[modifier | modifier le code] Après l'annexion de l'Alsace-Lorraine par l'Allemagne en 1871, Lorrains et Alsaciens ont la possibilité de partir pour la France s'ils ne veulent pas devenir citoyens allemands. La même année, il épouse Lucie Hadamard (-), issue d'une famille aisée de diamantaires. Le Deuxième Bureau et le bordereau[modifier | modifier le code] Le procès de 1894[modifier | modifier le code]

Stavisky : L'affaire dans les journaux quotidiens (1934) Ensemble de coupures de presse extraites de 91 journaux parus en 1934 sur les affaires Stavisky et Prince (L’Humanité, Excelsior, Le Petit Journal, L’Intransigeant, L’Ami du peuple, Le Matin, Le Salut publique, Paris-Soir, Le Quotidien, L’Éclaireur de l’Est, La Petit Gironde, La Tribune, L’Action française, La Liberté, Le Courrier du Pas-de-Calais, etc.). L'affaire Stavisky est un scandale financier qui a défrayé la chronique judiciaire et politique de décembre 1933 à février 1934. Escroc ayant ses entrées dans le monde politique, Alexandre Stavisky (Slobodka, Ukraine, 1886-Chamonix 1934) monta une anarque de faux bons de caisse au nom du Crédit municipal de Bayonne. L’exploitation médiatique et politique de son suicide » suspect (9 janvier 1934) contribua à la chute du ministère Camille Chautemps (27 janvier) et à la journée du 6 février 1934. Pour en savoir plus, voir "L'affaire Stavisky. Voir aussi les autres lots de la collection Zoummeroff :

13 mai 1958 naissance de la Cinquième République, vidéo 13 mai 1958 naissance de la Cinquième République, vidéo Histoire et conflits Epoques - Archives vidéos Histoire et conflits Epoques Affaire Dreyfus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette affaire est souvent considérée comme le symbole moderne et universel de l’iniquité[3] au nom de la raison d’État, et reste l’un des exemples les plus marquants d’une erreur judiciaire difficilement réparée, avec un rôle majeur joué par la presse et l’opinion publique. Résumé de l'affaire Dreyfus[modifier | modifier le code] Certaine de l'incohérence de cette condamnation, la famille du capitaine, derrière son frère Mathieu, tente de prouver son innocence, engageant à cette fin le journaliste Bernard Lazare. Parallèlement, le colonel Georges Picquart, chef du contre-espionnage, constate en que le vrai traître avait été le commandant Ferdinand Walsin Esterhazy. L'état-major refuse pourtant de revenir sur son jugement et affecte Picquart en Afrique du Nord. Confusions possibles[modifier | modifier le code] Il ne faut pas confondre dreyfusards, dreyfusiens et dreyfusistes. Contextes de l'affaire Dreyfus[modifier | modifier le code] Témoignages

Le mythe de l'extrême droite des années 1920 : le « judéo-bolchevisme » Après la Révolution d'octobre 1917, une thèse antisémite se répand partout en Europe : les Juifs, à l'origine d'un « complot mondial », seraient les véritables artisans de la conquête du pouvoir par les bolcheviks en Russie et viseraient à étendre leur domination sur le reste de l'Occident. Une idée relevant totalement de l'amalgame et du fantasme, le rôle joué par la minorité juive de Russie dans la Révolution ayant été déformé et exagéré, entre autres par la propagande d'une partie des Russes blancs fidèles au tsar. Certains émigrés russes ont en effet crédité les Juifs des tueries commises après la Révolution, en particulier le meurtre de Nicolas II et de sa famille en 1918, décrit comme un « crime rituel » juif, comme le rapporte notamment Pierre-André Taguieff dans son ouvrage « La judéophobie des modernes ». À noter que dès le XIXe siècle, les mouvements conservateurs antisémites avaient attaqué les idées marxistes en insistant sur les origines juives de Karl Marx.

» Le 13 Mai 1958 : la journée qui fit tomber la IVème République - Réussir en Histoire et Géographie Le mois de Mai 2008 aura été celui des anniversaires. Après les 40 ans de Mai 68, déjà évoqué dans des articles précédents, voici les 50 ans de la Vème République Voici un lien vers les vidéos de l’INA : Alors qu’en 1958 la Tunisie et le Maroc étaient déjà indépendants, la situation en Algérie s’était gravement détériorée: le Front de libération nationale (FLN) avait lancé une insurrection en novembre 1954, entraînant une escalade militaire. En 1957, quelque 400 000 soldats français étaient présents en Algérie pour y maintenir l’ordre. D’après le site de l’université laval au Québec.

Dreyfusards et Antidreyfusards : 1]-Les deux France: À côté des partisans sincères de la culpabilité ou de l'innocence de Dreyfus apparaissent les dreyfusistes et les anti-dreyfusistes. Pour les uns, c'est un moyen de remettre en cause la politique des modérés d' « apaisement », entre l'Église et la République. Mais aussi de s'attaquer à l'institution militaire jugée réactionnaire (les radicaux) ou même dangereuse par essence (les socialistes). Pour les autres (monarchistes, républicains conservateurs ou cléricaux intransigeants) c'est le moyen de prendre leur revanche sur les modérés, jugés trop proches des milieux juifs, protestants ou maçons et sur leurs nouveaux alliés catholiques « ralliés ».Les dreyfusards, soutenus surtout par des républicains radicaux, dont certains comme Clémenceau sont aussi désireux de faire oublier le scandale de Panama, puis par des socialistes jaurésiens, heureux de pouvoir vitupérer contre le jésuitisme et le militarisme, soutiennent que Dreyfus est innocent. 2]-L'affaire est un roman:

Related: