background preloader

Scolariser les élèves allophones et les enfants des familles itinérantes - Inclusion scolaire des élèves allophones et des enfants de familles itinérantes

Scolariser les élèves allophones et les enfants des familles itinérantes - Inclusion scolaire des élèves allophones et des enfants de familles itinérantes
Le parcours inclusif : fondement et principes La mise en oeuvre de l'École inclusive pour les EANA et les EFIV repose sur des principes partagés par l'ensemble des acteurs de l'éducation : Des séminaires nationaux Séminaire du 2 mai 2017 : « Pilotage des dispositifs d'accueil et de scolarisation des élèves allophones nouvellement arrivés : quels parcours d'inclusion pour des élèves en situation de vulnérabilité ? » Dans un contexte national et européen marqué par l'accueil d'enfants de réfugiés et de mineurs non accompagnés, ce séminaire a permis de mettre en exergue des pistes de réflexion, d'actions et d'organisations territoriales susceptibles de renforcer la coopération entre les services de l'éducation nationale et les partenaires locaux, afin d'améliorer le parcours d'inclusion et de réussite des élèves allophones nouvellement arrivés, en particulier des élèves de 16 ans et plus. En raison de problèmes techniques, la qualité du son des quatre premières vidéos est altérée. Plénière

http://eduscol.education.fr/cid73170/inclusion-scolaire-des-eleves-allophones-et-des-enfants-de-familles-itinerantes.html

Related:  Scolarisation des élèves allophones/primo-arrivantsinclusion EANA et EFIV

Minorités linguistiques et langues minorées vont-elles de pair ? 1Notre démarche s’inscrit dans l’approche socio-didactique dont les principes sont de lier enseignement des langues et pratiques langagières sociales. Il s’agit donc d’une didactique qui enracine sa réflexion dans l’ancrage historique et socio-économique des sujets dont elle s’occupe. C’est aussi une démarche historique, non pas dans le sens où elle remonte loin dans l’histoire, mais dans le sens où elle prend en compte la dimension historique des objets étudiés. Différencier en lecture écriture avec la littérature jeunesse Comment prendre en charge les élèves non lecteurs ou en très grande difficulté par rapport à l’écrit, sans qu’ils se sentent mis à l’écart et sans délaisser les autres élèves de la classe ? Comment gérer semblable hétérogénéité ? Quelles situations didactiques, quels dispositifs inventer pour que chacun construise les compétences dont il a besoin, tout en se sentant membre à part entière d’une même classe ? Des enseignants-chercheurs ont élaboré des dossiers d’exploitation de cinq albums jeunesse (Une histoire à quatre voix, Le Loup rouge, L’agneau qui ne voulait pas être un mouton, Terriblement vert, Le Vieil Homme et le lion), visant à illustrer une démarche d’apprentissage de la lecture-écriture qui : Pour découvrir l'ouvrage Différencier en lecture écriture avec la littérature jeunesse et les contenus associés, cliquer sur accéder le_vieil_homme_et_le_lion.pdf

La scolarisation des élèves allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs La loi de refondation de l’École de la République réaffirme sans ambiguïté la nécessité de promouvoir une école inclusive pour tous les élèves à besoins éducatifs particuliers. Pour les élèves allophones nouvellement arrivés et les enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs, l’objectif est de permettre une scolarisation en milieu ordinaire en prenant en compte les besoins spécifiques de ces élèves, par la mise en place de dispositifs d’accompagnement favorisant l’apprentissage du français, langue de scolarisation, et la continuité pédagogique. Dans un contexte national marqué par l'accueil d'enfants de réfugiés et de mineurs isolés, tous les acteurs de l'éducation nationale sont mobilisés pour accueillir chaque enfant, quels que soient son origine, sa situation et son mode de vie, au sein de l'École de la République. Garantir le respect des principes de droit commun

Élèves allophones : réussir leur inclusion scolaire Education et société L'accueil d'un élève allophone exige un accompagnement et un suivi particuliers. Réseau Canopé vous propose une sélection de ressources pour l'aider efficacement dans ses apprentissages. Comprendre les spécificités de l'accueil des élèves allophones

Franc-parler.org : Dossier : De quelques apports de la pratique théâtrale en classe d'accueil Accueil > Sommaire des dossiers > Février 2009 Voir les vidéos Stéphanie Clerc Les EFIV à l'école Au 19è siècle a eu lieu un grand recensement des populations mobiles débouchant sur une catégorisation des nomades.16 juillet 1912 : ils doivent obtenir un carnet anthropométrique dès l'âge de 13 ans. Ils ne peuvent stationner que 48h sur terrain et doivent faire viser leur carnet par le maire. En 1940 le nomadisme est interdit. Les voyageurs sont assignés à résidence, puis internés en majorité dans des camps français jusqu'en 1946. Certains sont déportés et exterminés en Allemagne.

Elèves allophones nouvellement arrivés (E.A.N.A.) Est considéré comme élève allophone tout élève arrivé sur le territoire, dont le français n'est pas la langue maternelle. Le français langue de scolarisation (ou français de scolarisation, FLSco) est le français enseigné à des non-francophones en tant que facteur d'insertion dans un cursus scolaire ou universitaire. C'est en l'occurrence l'objet de tous les cours donnés par les Casnav. A ne pas confondre avec le français langue étrangère (FLE) qui est la langue française lorsqu'elle est enseignée à des non francophones, dans un but culturel, professionnel ou encore touristique. Petit lexique de français langue de scolarisation (Ac.

Une École inclusive : enjeux et démarches pour l’accueil et la scolarisation des élèves allophones nouvellement arrivés (EANA) , des élèves issus de familles itinérantes ou de voyageurs (EFIV) Résumé Après avoir situé son propos dans la logique de son activité professionnelle à l’interface entre recherche, formation et pratique, Marie-Odile Maire Sandoz pose la complexité de la diversité des situations scolaires non réductibles à des typologies d’élèves pour lesquelles il y aurait des réponses calibrées. Elle rappelle que l’École est aussi constituée d’une communauté d’enfants, de jeunes et d’adultes qui apprend à accueillir et à reconnaître à chacun une place. Puis l’intervenante aborde en trois points ce qui est ou pourraient être les leviers de d’actions : l’accueil de l’élève et des ses parents, l’entrée dans la forme scolaire, les apprentissages linguistiques des EANA et des EFIV. Il s’avère que très souvent les problématiques rencontrées par l’accueil et la scolarisation de ces élèves rejoignent celles de l’ensemble de la communauté scolaire ou pour le moins croisent fortement celles des élèves dont on dit que la culture familiale est éloignée de celle de l’école.

Dynadiv - Programme de recherche "PARAADIV" (PARcours d'Apprenants, Altérité, DIVersité) Version française > Activités > Programmes Ce programme s'intéresse aux problématiques de l'altérité culturelle et linguistique dans les processus d'insertion, notamment ceux liés à l'insertion scolaire. Vous trouverez ci-joint un diaporama présentant un projet de recherche en cours, mené en collaboration par Cécile GOÏ, Emmanuelle HUVER et Elatiana RAZAFI, membres de DYNADIV. La recherche de terrain est orientée vers un public d'Elèves Nouveaux Arrivants (ENA), dans l'objectif d'opérer au travers de celui-ci un "effet de loupe". On peut en effet considérer que, pour les ENA, l'altérité culturelle et linguistique est plus manifeste que pour d'autres publics. La perceptibilité exacerbée de cette altérité permettrait de faciliter un travail autour des interprétations croisées des différents acteurs et des imaginaires liés à l'altérité et à la diversité.

SOS ! inclusion des élèves allophones Les élèves visés sont des allophones, n’ayant pas toujours été scolarisés de façon continue, soit primo-arrivants ne bénéficiant pas de la possibilité de passer une année en UPE2A, soit élèves qui après un an en UPE2A ont encore besoin d’étayage pour la maîtrise du français de scolarisation. Certaines des ressources pourront aussi s’adresser aux familles. Le contexte des établissements est très variable pour l’accueil des élèves allophones : prise en charge en UPE2A ou inclusion directe en classe ordinaire ; heures spécifiques de FLS (français langue seconde et de scolarisation) ou pas, personne ressource FLS dans l’établissement ou simplement coordination par le CPE, le professeur principal… L’enjeu principal est l’apprentissage du français langue de scolarisation (et non la communication au quotidien) et l’entrée dans les disciplines. Autonomie : où, quand ?

L’inclusion scolaire des élèves allophones : les modalités spécifiques au collège Camus de Besançon Accueilli par Daniel Vienney, principal du collège, le recteur a rencontré élèves allophones et professeurs le 28 janvier dernier En référence aux textes réglementaires, on parle aujourd’hui "d’élèves allophones arrivants", c’est à dire d’élèves dont les langues premières sont autres que le français. Dans la plupart des cas, ces enfants ou adolescents ont déjà des compétences plurilingues à leur arrivée. L’apprentissage intensif du français est un facteur essentiel d’intégration sociale. Pratiquer la langue de son pays d’accueil permet d’accéder à la culture et favorise l’égalité des chances en n’interrompant pas la dynamique des apprentissages. L’institution scolaire est de ce fait le lieu déterminant de cette acquisition.

Les élèves allophones nouvellement arrivés Depuis les classes d’ « initiation » et d’ « adaptation » des années 70, l’enseignement aux élèves allophones a bien évolué. Il s’oriente maintenant vers des formes d’intégration prometteuses, mais qui doivent s’accompagner d’un effort de formation des enseignants. Évolution des textes officiels C’est en 1970 que furent crées les premières classes d’initiation pour enfants étrangers dans l’enseignement primaire, puis en 1973 les classes d’adaptation pour enfants de migrants étrangers dans le secondaire. Dès ces premières circulaires, la crainte de voir ces enfants marginalisés se traduit par la mise en place de structures nécessairement transitoires destinées à donner aux élèves la capacité à communiquer en français reconnue comme une condition indispensable à l’intégration de l’enfant étranger dans l’école française.

L’immigration à l’école – Évolution des politiques scolaires d’intégration L ES ENFANTS dossier Immigration et intégration DE MIGRANTS ET L’ÉCOLE SANTÉ, SOCIÉTÉ ET SOLIDARITÉ N° 1, 2005 d’une partie des activités de leur classe, les ELCO marginalisent ceux à qui ils s’adressent. De même, ils dévalorisent l’étude et la pratique des langues concernées en les maintenant dans un statut particulier et minoré, au lieu de leur reconnaître celui de langues vivantes et, pour au moins trois d’entre elles (l’Arabe, l’Espagnol et le Portugais), celui de langue de communication internationale. En avril 2000, André Hussenet, auteur du rapport qui avait clairement énoncé la nécessité de revoir le bien-fondé des ELCO, devenait directeur-adjoint du cabinet de Jack Lang, ministre de l’Éducation nationale. Le 22 mai 2001, le ministre indiquait pour la première fois, en ces termes, la voie nouvelle qu’il souhaitait tracer : Il faisait ici référence au foulard dit islamique et sans doute au risque de fragmentation communautariste de l’école et de la société françaises.

Related: