background preloader

Migrants afrique

Facebook Twitter

CARTE BLANCHE CARTO20. Dossiers - Club du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest (CSAO) MIGRATION EN AFRIQUE. Avec une augmentation légèrement supérieure à 500000 personnes, puisque de 2000 à 2005 le nombre total des migrants est passé de 16,3 à 16,9millions, l’Afrique est la région du monde qui a connu le taux de croissance du nombre des migrants internationaux le plus faible; ce continent enregistre également la proportion la plus faible de migrants rapportée à sa population, soit deux pour cent.

MIGRATION EN AFRIQUE

Quant à la part des migrants originaires d’Afrique dans la population mondiale de migrants, elle est restée stable, à neuf pour cent (ONU, DAES, 2005). Les migrants se répartissent largement dans tout le continent, avec des effets disproportionnés sur les pays subsahariens. En chiffres absolus, ce sont les grands pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique australe qui accueillent le plus grand nombre de migrants, mais, par rapport à leur population, ce sont les plus petits pays qui en reçoivent le plus.

Un migrant africain sur deux reste sur le continent. Sommée d’agir face au raz-de-marée médiatique de Lampedusa, Bruxelles vient de prendre des mesures pour clarifier les règles de sauvetage des réfugiés.

Un migrant africain sur deux reste sur le continent

Lundi 9 décembre 2013, la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen a adopté un texte précisant le mode opératoire de l’agence Frontex, chargée du surveiller les frontières extérieures de l’Union européenne. Pointés du doigt pour leurs atermoiements lors de plusieurs naufrages, les garde-côtes bénéficieront dorénavant d’un cadre d’intervention mieux défini. Ils seront également appuyés par le dispositif de surveillance des frontières maritimes Eurosur, lancé lundi 2 décembre 2013. Dans le même temps, les euro-députés ont approuvé un nouveau système de partage de données devant permettre de repérer les embarcations plus en amont. Comprendre, avant qu’elles n’atteignent les «zones de recherche et de secours», qui obligent les autorités compétences à recueillir les naufragés. Lu sur CERI. L'Afrique est notre avenir. Si la croissance africaine n'est pas au rendez-vous, la constitution d'un continent de deux milliards d'habitants au sud de l'Europe sera à terme un risque majeur pour la stabilité de la zone méditerranéenne.

L'Afrique est notre avenir

D'ici 2050, d'un côté, le nombre d'actifs européens va diminuer de 90 millions, de l'autre, l'Afrique subsaharienne va gagner 700 millions d'actifs. Regardons les tendances à l'oeuvre à partir des hypothèses de la Banque mondiale : d'un côté de la Méditerranée, la population européenne diminuant de 57 millions d'habitants avec une population active en décroissance d'environ 90 millions de personnes en âge de travailler, mais conservant un des pouvoirs d'achat le plus élevé au monde ; de l'autre, une Afrique subsaharienne qui aura gagné 950 millions d'habitants dont 700 millions en âge de travailler avec un pouvoir d'achat qui risque de demeurer un des plus faibles du monde.

La croissance des mouvements migratoires qui résultera de cette pression démographique sera sans précédent. 1. Sciences Po Map Library - Migrations africaines, 2010. Migrations africaines, le défi de demain. En 2016, l’immigration de ce continent de 1,2 milliard d’habitants a détrôné les arrivées syriennes, afghanes et irakiennes en Europe.

Migrations africaines, le défi de demain

A trop se focaliser sur le Moyen-Orient, on n’a pas vraiment vu venir l’Afrique… En 2016 pourtant, à bas bruit, l’immigration de ce continent de 1,2 milliard d’habitants a détrôné les arrivées syriennes, afghanes et irakiennes en Europe. Selon une communication de Frontex, l’agence européenne de gardes-frontières et de garde-côtes, du 6 janvier, 93 % de ceux qui ont débarqué en Italie l’an dernier, venaient de ce continent. L’année qui vient de s’achever pourrait donc s’imposer comme une transition, un passage de relais entre deux exils. Avec son million de réfugiés en Europe, s’ajoutant aux millions déjà massés en Turquie, au Liban ou en Jordanie, 2015 avait été une « année syrienne », une « année de l’asile », et les esprits sont restés sur cette vision, qui a masqué les autres mouvements de migrations en train de s’affirmer.

L’italie en première ligne.