background preloader

Sebastião Salgado

Sebastião Salgado
Genesis est la grande exposition de Sebastião Salgado, un hommage photographique sans précédent à notre planète. Les 245 photographies exposées, au terme de huit ans de travail et d’une trentaine de voyages à travers le monde, sont présentées selon un parcours en cinq chapitres géographiques ("Aux confins du Sud", "Sanctuaires naturels", "Afrique", "Terres du Nord", "Amazonie et Pantanal"), qui sont autant de régions du monde explorées par Sebastião Salgago pour nous révéler la nature de notre planète dans toute sa splendeur. « Genesis est la quête du monde des origines, celui qui a évolué pendant des millénaires avant d’être confronté au rythme de la vie actuelle, avant d’oublier ce qui fait de nous des êtres humains. Cette exposition nous présente des paysages, des animaux et des peuples qui ont su échapper au monde contemporain. Elle met à l’honneur ces régions vastes et lointaines où, intacte et silencieuse, la nature règne encore dans toute sa majesté. Lélia Wanick Salgado Soutiens

http://www.mep-fr.org/evenement/sebastiao-salgado-2/

Related:  Le Voyage 2020-21photographes

«Le sel de la terre», un grand voyage en Salgado Le Sel de la terre est un film sur le photographe brésilien Sebastião Salgado, fait par deux coréalisateurs : le vétéran Wim Wenders et le jeune Juliano Ribeiro Salgado, fils de Sebastião. Juliano Salgado a apporté les kilomètres de films qu’il a tournés en accompagnant Sebastião autour du monde. Wenders, lui-même photographe, s’est plongé dans les archives photographiques de Salgado, et l’a interviewé. Il a inventé un dispositif qu’il appelle la «chambre noire bis», où le photographe, assis seul face à l’écran, regarde ses clichés tout en répondant à Wenders, qui n’apparaît pratiquement pas à l’image.

Ce que nous faisons de notre Vie ... [Re diffusion] Ou ce que la Vie fait de nous ? Crées égaux (Created Equal) est un projet photo du photographe Mark Laita qui se penche sur les contrastes entre les personnes, les vies et les cultures à travers de magnifiques portraits en noir et blanc."Aux Usa, la différence entre riches et pauvres s'accentue, les disputes entre libéraux et conservateurs se renforcent, et même le bien et le mal semblent de plus en plus polarisés. Au coeur de cette série photo, il y avait mon désir de montrer que nous sommes tous égaux , jusqu'à ce que notre environnement , les circonstances et peut être le destin nous fasse devenir ce que nous sommes." La France de Raymond Depardon du 30 septembre 2010 au 9 janvier 2011 François-Mitterrand / Grande Galerie Célèbre pour ses reportages sur des lieux sensibles, pour les nombreux livres où il tisse étroitement texte et image, pour les films où il s’attache au quotidien d’une société en pleine évolution, Raymond Depardon est décidément un auteur sans limites. Cinéaste autant que photographe, il s’interroge toujours avec acuité sur les liens entre l’image et l’éthique. Il a consacré maintes fois des reportages au territoire français, mais il a voulu concrétiser une idée folle qui le travaillait depuis longtemps : photographier seul à la chambre 20x25 le territoire français, ses régions, ses pays. Nomade dans l’âme, il se fixe alors à lui-même la mission qui, depuis 2004, le mènera sur les routes au gré des saisons et de la lumière afin de montrer à égalité les régions que chacun rêve de visiter ou celles qui se dérobent à tout romantisme. Visites guidées

Philippe Ramette renverse le parvis de la Part-Dieu avec sa photo monumentale Le parvis de la gare de la Part-Dieu de Lyon accueille depuis le 21 janvier et jusque la mi-mai, une œuvre photographique inédite de l’artiste Philippe Ramette de 45X26 mètres. Elle représente un homme, l'artiste lui même, et met en scène une vue "inversée" de Lyon. "C’est l'apparition décalée d’un personnage dans une position surprenante qui apparaît dans un paysage auquel on s’est habitué. Un personnage qui n’est pas inactif mais dans une attitude de projection aussi bien physique que mentale", explique Philippe Ramette.

Hyperloop: le design du "transport du futur" révélé Hyperloop, ou les prémices de la téléportation. Même s'il n'est pas question de se dématérialiser pour réapparaitre autre part, le projet d'Elon Musk, fondateur de X.com, ayant fusionné avec le site de paiements en ligne PayPal, du constructeur de voitures électriques Tesla et de l'entreprise privée d'exploration spatiale SpaceX, a de quoi faire rêver. Ce lundi, le milliardaire a présenté le design du "cinquième mode de transport révolutionnaire", après la voiture, le train, le bateau et l'avion: l'Hyperloop, donc. Mis au point par des équipes venues de Tesla et SpaceX en se basant sur des technologies développées au sein des deux compagnies, "Hyperloop consiste en un tube à basse pression avec des capsules, transportées à faible et grande vitesses sur la longueur du tube", détaille le document de 57 pages décrivant le projet publié par le milliardaire américano-sud-africain.

Florence Henri ou l'image construite au Jeu de Paume Florence Henri (1893-1982) est une femme qui a cultivé la liberté, une figure cosmopolite qui n'hésite pas à changer radicalement d'activité artistique. Et, du piano à la photographie, en passant par la peinture, elle rencontre toujours les artistes qui comptent et se fait remarquer rapidement. La liberté lui vient sans doute d'une enfance mouvementée, puisqu'elle nait à New York en 1893 d'un père français et d'une mère allemande. Elle perd sa mère à deux ans, part vivre dans sa famille maternelle en Silésie jusqu'à neuf ans.

EducEco 9 septembre 2012 | Par Anja François RANDRIAVANIAINA - Source : Tom’s Guide FR oRo ou la voiture électrique de demain Les designers ne manquent pas d’imagination lorsqu’il s’agit de l’environnement. Pour exploiter les énergies renouvelables, voici un concept de véhicule faisant l’impasse sur le carburant fossile. Dénommé oRo, ce concept de véhicule électrique est sorti tout droit de l’imagination du designer You Yin Ting. S’inspirant d’un fauteuil à bascule, oRo possède une allure moderne.

STÉNOPÉS - annickmaroussy La forme d'une ville change plus vite, hélas ! que le coeur d'un mortel. Baudelaire Vingt siècles de métamorphoses séparent l'antique Lutèce au Paris d'aujourd'hui. Cet aigle pourrait être l’avion du futur Date de publication : 19/08/2015 Format : Fil d'info Si le design de l’avion classique s’inspire déjà de la forme d’un oiseau, The Eagle va plus loin dans le biomimétisme en copiant l’aérodynamisme du prédateur éponyme.

Related: