background preloader

L'expo Doisneau se prolonge sur vos tablettes

L'expo Doisneau se prolonge sur vos tablettes
L'expo Doisneau se prolonge sur vos tablettes Fort du succès de l'expo "Doisneau, Paris les Halles" qui s'est tenue à l'Hôtel de Ville jusqu'à fin avril, Paris.fr vous propose de prolonger le plaisir de cette expo sur votre iPad grâce à une application gratuite, riche en photos et vidéos. Retrouvez tout l’univers de l’exposition « Doisneau Paris les Halles » sur votre iPad Plébiscitée par les 110.000 parisiens et touristes qui l’ont visité au printemps 2012, l’exposition « Doisneau Paris les Halles » se prolonge désormais sur une application iPad gratuite. A travers le regard amoureux et précieux du photographe qui a célébré ce quartier parisien et ses pavillons Baltard comme personne, cette application vous propose une visite interactive de l’exposition, des interviews, des reportages et bien évidement de superbes clichés de l’illustre photographe. L'application est prévue pour la tablette de la marque Apple, iPad. >> Téléchargez l'application gratuitement sur l'Appstore Infos pratiques >>

http://www.paris.fr/accueil/culture/doisneau-et-le-ventre-de-paris/rub_9652_actu_110423_port_24330

Related:  Hotel de ville de ParisphotographesPhotos

Exposition sur le sort des enfants juifs à Paris de 1940 à 1945 La Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives de la Défense s'est associée à la ville de Paris pour l'exposition C'étaient des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris, 1940-1945 du 26 juin au 27 octobre 2012. En juillet 1942, près de 14 000 Parisiens ont été arrêtés par la police française et, pour une large part, rassemblés au Vélodrome d’hiver. Helmut Newton Depuis la mort d’Helmut Newton (1920 -2004), aucune rétrospective du photographe n’a eu lieu en France, pays où il a cependant créé une partie majeure de son œuvre, notamment en travaillant pour l’édition française de Vogue. Sulfureux, parfois choquant, l’œuvre de Newton a cherché à restituer la beauté, l’érotisme, l’humour, parfois la violence que sa sensibilité lui permettait de relever dans les rapports sociaux des mondes qu’il fréquentait : la mode, le luxe, l’argent, le pouvoir. L’exposition réunit plus de deux cents images, quasi exclusivement des tirages originaux ou « vintage » réalisés sous le contrôle d’Helmut Newton : polaroïds, tirages de travail de divers formats, œuvres monumentales. Elle sera enrichie d’un extrait du film réalisé par June Newton, épouse du photographe pendant soixante ans et elle-même photographe : Helmut by June. Commissaire June Newton, avec la collaboration de Jérôme Neutres, conseiller du Président de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais

Nadar, la norme et le caprice Disparu il y a tout juste 100 ans, Félix Tournachon dit Nadar (1820 – 1910), dont l’art de portraitiste a souvent été célébré, reste l’emblème de la photographie du XIXe siècle. L’époque des années 1850 a vu la réalisation des portraits des plus grands artistes de la bohême parisienne, et la mise au point d’une recette qui assure le succès de l’atelier sous le Second Empire. Sous la Troisième République, alors que Paul Nadar (1856 – 1939) accompagne l’entreprise paternelle puis lui succède, la standardisation du portrait apparaît souvent comme une dérive commerciale. L’exposition propose de réviser ce point de vue en considérant le rôle du succès des photographies d’acteurs et d’actrices de théâtre de l’époque comme une vision complémentaire de la société fin de siècle. Commissaire : Michel Poivert Sur invitation de la Ville de Tours, le Jeu de Paume présente une programmation "hors les murs" au Château de Tours.

Les meilleures terrasses de Paris - Restos-Bars Trop bobo. Trop bruyante. Trop bondée ! Exposition Izis, Paris des rêves - Hôtel de Ville, Paris Sur les quais de la Seine, Petit Pont. © Izis Bidermanas Il fallait avoir une grande foi en ses rêves pour fuir la misère de son pays natal en 1930 et rejoindre Paris. Le jeune Izraëlis Bidermanas, né en 1911 dans la petite ville lituanienne de Marijampolé, rêvait comme beaucoup d’autres de la patrie des artistes, de cette terre d’adoption qui allait devenir une source inépuisable d’inspiration pour ce photographe bientôt connu sous le nom d’Izis. Apprécié depuis comme l’un des membres éminents du mouvement "humaniste", Izis était en 1951 l’un des "Five French Photographers" exposés au MoMA de New York, avec Brassaï, Doisneau, Ronis et Cartier-Bresson. Presque 30 ans après sa disparition, en 1980, le photographe demeure cependant moins célèbre que ses compagnons d’alors. Homme aux bulles de savon, Petticoat Lane, Middlesex street, Whitechapel, 1950. © Izis Bidermanas

Pierre Bourdieu. <br /> Images d’Algérie. Une affinité élective Pierre Bourdieu. Images d’Algérie. Une affinité élective Le 18 mars 2012 a été célébré le 50e anniversaire des accords d’Évian, qui mirent fin à la guerre d’Algérie. À cette occasion, le Jeu de Paume propose une exposition des photographies de Pierre Bourdieu prises en Algérie de 1958 à 1961. D’abord appelé du contingent en 1955, Pierre Bourdieu (1930-2002) séjourne une deuxième fois en Algérie, où il enseigne à la Faculté des lettres d’Alger de 1958 à 1961.

Bar porte-bonheur - Restos-Bars Le secret parisien d'Amélimelo ? Pouvoir respirer le Mexique, le Brésil et l'Inde à tout moment de la journée grâce aux jus de fruits pressés et aux soupes exotiques du bar bazar Litchi. Au milieu du marché de St Germain des Près, ce bar rouge vitaminé a un air d'échoppe brésilienne : jus de fruits ultra-frais pressés sous vos yeux, ambiance bariolée, tabourets hauts, vente de portes bonheurs, bondieuseries et gris-gris multicolores... de quoi pimenter définitivement votre spiritualité ! Ce bar n'est que l'extension du bazar Litchi, petite boutique située en plein coeur du Marais. Mêlant le kitsch des cultes et superstitions du monde entier, cette boutique vous propose aussi bien des autels sud-américains miniatures pour vous faire des « cérémonies maison », que des philtres d'amour décrivant par étape le rituel auquel vous devrez vous conformer !

Brassaï, 08/03/2014 l'Hôtel de Ville l'exposition Brassaï, pour l'amour de Paris à l'Hôtel de Ville du 8 se prolonge jusqu'au 29 mars 2014. Il est encore temps pour vous d'aller découvrir ce panorama du Paris des années 1930-1950. Hongrois de naissance, Brassaï s'avère être un parisien de coeur, tant il apprécie cette ville qu'il a découvert à ses quatre ans lors d'un voyage avec son père. Aussi, l'artiste ne cessera de photographier les parisiens, qu'ils soient vauriens, intellectuels ou travailleurs de nuit, et le paysage parisien l'Hôtel de Ville accueille Brassaï, pour une exposition gratuite visible du 8 Novembre 2013 au 29 Mars 2014 : intitulée Pour l'amour de Paris, cet événement revient sur la vie parisienne des années 1930 à 1950, immortalisée sous les flashs de Gyulus Halasz, alias Brassaï.

Sebastião Salgado Genesis est la grande exposition de Sebastião Salgado, un hommage photographique sans précédent à notre planète. Les 245 photographies exposées, au terme de huit ans de travail et d’une trentaine de voyages à travers le monde, sont présentées selon un parcours en cinq chapitres géographiques ("Aux confins du Sud", "Sanctuaires naturels", "Afrique", "Terres du Nord", "Amazonie et Pantanal"), qui sont autant de régions du monde explorées par Sebastião Salgago pour nous révéler la nature de notre planète dans toute sa splendeur. « Genesis est la quête du monde des origines, celui qui a évolué pendant des millénaires avant d’être confronté au rythme de la vie actuelle, avant d’oublier ce qui fait de nous des êtres humains. Cette exposition nous présente des paysages, des animaux et des peuples qui ont su échapper au monde contemporain. Elle met à l’honneur ces régions vastes et lointaines où, intacte et silencieuse, la nature règne encore dans toute sa majesté. Lélia Wanick Salgado

Musée Nicephore Niepce - Studio Blumenfeld C’est aux Etats-Unis, après-guerre, dans un contexte de croissance, d’effervescence d’une presse en plein essor, que l’activité d’Erwin Blumenfeld (1897-1969) se déploie, enjouée, inventive et personnelle. Vogue , Harper’s Bazaar , Collier’s , Cosmopolitan , Life , Look , tous les grands magazines de mode américains vont faire appel pendant plus de 15 ans au photographe, qu’Alexandre Liberman qualifie, admiratif, de "plus graphique et le plus enraciné dans les beaux-arts". Pour cette exposition, les plans-films du photographe, majoritairement dégradés soixante ans après, ont été restaurés par le laboratoire du musée Nicéphore Niépce. Pour redonner aux images leurs couleurs d’origine, un travail de reconstitution numérique des couleurs a été effectué.Composée de près de cent tirages modernes, d’extraits de presse originaux et de tirages vintage noir et blanc, l’exposition montrera la réalité méconnue de ce fonds d’atelier photographique de mode et de publicité.

Related: