background preloader

Historique du génocide arménien

Historique du génocide arménien

http://www.youtube.com/watch?v=TTVLbnIFqio

Related:  Civils et militaires dans la Première Guerre mondiale (1914-1918)Génocide arménienGénocide arménien5. le génocide arménienGénocide Arménien

Un exemple de la violence de masse : le génocide arménien L’activité proposée consiste à confronter des extraits d’un film avec des documents d’époque. Les élèves complètent un questionnaire puis sont amenés à renseigner un schéma qui servira de trace écrite. Il est intéressant de montrer que la notion de génocide a été employée de façon rétrospective puisque le terme n’existait pas à l’époque. Il s’agit de faire réfléchir les élèves sur la nature génocidaire de ces terribles événements à partir de la définition de génocide. Dans le Mas des alouettes, Paolo et Vittorio Taviani évoquent le génocide arménien de 1915 à travers la saga d’une riche famille arménienne partagée entre ceux qui vivent encore sur la terre natale et vont éprouver dans leur chair toute l’horreur de la tragédie et ceux qui ont émigré en Italie et cherchent dans l’angoisse à envoyer subsides et secours aux leurs. base documentaire sur le génocide arménien

Génocide arménien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cadavres d'Arméniens : photo prise par l'Église apostolique arménienne et transmise à Henry Morgenthau, 1915, près d'Ankara. Publiée en 1919 dans Mémoires de l'ambassadeur Morgenthau, l'ambassadeur américain écrit en légende : « Ceux qui sont tombés sur le chemin.

Arménie 1915, centenaire du génocide Organisée à l’occasion du Centième anniversaire du génocide des Arméniens, cette exposition présente un état de nos connaissances sur cet événement marquant de l’histoire du XXe siècle, illustrant les violences de masse commises contre les populations civiles et leurs conséquences. Le génocide des Arméniens montre que le contexte de la Première Guerre mondiale et l’émergence d’un régime totalitaire, celui des Jeunes-Turcs, ont constitué les deux conditions dont le pouvoir avait besoin pour mettre en oeuvre son programme génocidaire. Cette exposition produite par la Ville de Paris, avec le prêt exceptionnel de 350 documents photos et de 150 pièces provenant du Musée-Institut du Génocide Arménien et de la bibliothèque Nubar à Paris, vise à présenter au grand public une synthèse des savoirs dont on dispose aujourd’hui sur ces violences extrêmes et leurs conséquences. De 1908 à 1918, l’Empire a été dirigé par le Comité Union et Progrès.

Mouvement des Jeunes Turcs Les Jeunes-Turcs sont un mouvement révolutionnaire ottoman, formé de jeunes gens (Turcs, Grecs, Arméniens, Bulgares, etc.) réclamant la restauration de la Constitution de 1876. Ce mouvement a pour origine le déclin progressif de l’Empire ottoman tout au long du XIXe siècle et l’échec des réformes menées dans le cadre du Tanzimat pour enrayer ce déclin. Il a également a provoqué la révolution de 1908 et dirigé la politique de l’Empire ottoman jusqu’à la défaite face aux Alliés, lors de la Première Guerre mondiale, en novembre 1918. Le mouvement Jeunes-Turcs s'est constitué en partie à l’intérieur de l’Empire (Istanbul et Salonique) et en partie à l’extérieur (Genève, Le Caire, Paris). La révolution des Jeunes-Turcs s'est réalisée en deux temps. En juillet 1908, les nationalistes réussirent un putsch militaire à Salonique.

L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916) - Encyclopédie des violences de masse Introduction Parmi les innombrables violences observées durant la Première Guerre mondiale, l’extermination des Arméniens constitue l’épisode le plus sanglant touchant des populations civiles : environ un million cinq cent mille personnes perdent la vie en 1915-1916, victimes du régime jeune-turc (Cf. infra, « Le bilan des violences de masse »). Le contexte de guerre — la Turquie entre dans le conflit aux côtés de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie — crée les conditions propices à un tel déchaînement de violence et permet de légitimer des mesures inconcevables en temps de paix. Entre avril et septembre 1915, un terroir arménien vieux de trois mille ans — les provinces arméniennes de l’Est de l’Asie Mineure — a été méthodiquement vidé de sa population, rayé de la carte en l’espace de quelques mois.

Talaat Pacha Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mehmet Talaat Pacha, né en 1874 à Kardjali, aujourd'hui en Bulgarie, mort le 15 mars 1921 à Berlin, en Allemagne, est un homme d'État ottoman, grand vizir et membre principal de la Sublime Porte de 1913 à 1918. Il était un des leaders du mouvement Jeunes-Turcs. Il est le principal organisateur du génocide arménien. On lui attribue l'ordre de « tuer tous les hommes, femmes et enfants arméniens sans exception »[1]. Génocide arménien : la quête de mémoire Ce fut le premier génocide du XXe siècle et les historiens sont aujourd’hui quasi unanimes à le considérer comme tel. Les massacres et les déportations des Arméniens de l’Empire ottoman entre 1915 et 1917 firent près d’un million et demi de morts. Le combat de leurs descendants pour que soit nommé et reconnu à la hauteur de sa gravité ce que leurs aïeux ont subi, continue. A Erevan, la capitale de l’Arménie, des centaines de milliers de personnes sont attendues ce vendredi pour une cérémonie au mémorial dédié aux victimes du génocide. Longtemps taboue, la question est désormais ouvertement discutée dans la société civile turque, mais Ankara persiste à nier toute intention exterminatrice à l’encontre de la population arménienne de l’Empire, reconnaissant toutefois la réalité de centaines de milliers de morts dans des déplacements forcés de population et des massacres mutuels.

Djemal Pacha Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ahmed Djemal Pacha (Ahmet Cemal Paşa en turc) est né le 6 mai 1872 d'un père pharmacien militaire, Mehmet Nesip Bey. Entre 1908 et 1918, Djemal était l'un des plus importants administrateurs du gouvernement ottoman. Il a été diplômé de l'école militaire de Kuleli en 1890, puis de l'académie militaire en 1893 à Istanbul. Il a d'abord servi pour le 1er département du Ministère des problèmes militaires, puis il a travaillé au Département de construction de fortifications de Kirkkilise rattaché à la 2e armée. Djemal fut désigné au second corps d'armée en 1896.

Related:  LudéosGENOCIDE Armenien