background preloader

Le génocide arménien, crime imprescriptible

Le génocide arménien, crime imprescriptible
La Turquie s'enlise dans les voies embourbées du mensonge et elle ne peut espérer gagner du temps dans cet enlisement : le crime est imprescriptible. Yves Ternon Le 24 avril 1915, le gouvernement turc procède dans la nuit à l'arrestation de toutes les personnalités arméniennes intellectuelles et politiques de Constantinople (...). Cette rafle ouvre pour les Arméniens une période de déportations systématiques qui tend finalement, à partir des provinces où la guerre se déroule, à l'élimination complète de l'élément arménien du territoire turc. En deux ans, plus d'un million de personnes trouvent la mort dans des conditions horribles de barbarie, histoire inimaginable en un temps d'idéalisme encore triomphant.

http://www.imprescriptible.fr/

Related:  Enseigner le génocide arménienGénocide arménien

MONDE : Génocide arménien : la Turquie et la France vont-elles rompre leurs relations ? Pourquoi la Turquie se sent-elle visée par ce texte ? D'abord parce qu'elle a toujours nié le génocide arménien, reconnu par les institutions internationales et de nombreux gouvernements de la planète, dont la France en 2001. Les autorités turques reconnaissent bien que 300 000 à 500 000 Arméniens ont péri dans l'Anatolie ottomane en 1915-1916, mais selon elles, il s'agit des aléas de la Première guerre mondiale et non d'une extermination de masse d'1 million et demi de personnes, le chiffre établi par la communauté arménienne. La vie du front vue par la presse satirique L’offensive allemande sur la Marne provoque dans l’Hexagone une vague d’effroi résumée par une formule, répétée çà et là comme un mantra : « Pourvu qu’ils tiennent ! » Le souvenir de la guerre de 1870 fait peser sur les poilus une terrible responsabilité aux yeux des civils. Le 9 janvier 1915, un dessin de Forain paraît dans L’Opinion et provoque une polémique assez vive. Deux poilus conversent dans une tranchée : « Pourvu qu’ils tiennent ! », dit l’un d’eux. « Qui ça ? », réplique l’autre. « Les civils. »

24 avril 1915 - Le génocide arménien - Herodote.net Le samedi 24 avril 1915, à Constantinople (*), capitale de l'empire ottoman, 600 notables arméniens sont assassinés sur ordre du gouvernement. C'est le début d'un génocide, le premier du XXe siècle. Il va faire environ 1,2 à 1,5 million de victimes dans la population arménienne de l'empire turc (ainsi que plus de 250.000 dans la minorité assyro-chaldéenne des provinces orientales et 350.000 chez les Pontiques, orthodoxes hellénophones de la province du Pont). Un empire composite

Reconnaissance du génocide arménien Question écrite n° 09152 de Mme Annie David (Isère - CRC) publiée dans le JO Sénat du 25/09/2003 - page 2883 Mme Annie David souhaite attirer l'attention de M. le ministre de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche sur la place accordée au génocide arménien dans le système éducatif de notre pays. La loi du 29 janvier 2001 (n° 2001-70), par laquelle " la France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 ", constitue une formidable avancée en faveur d'une reconnaissance plus large au plan international. Elle lui rappelle que les références au génocide arménien dans les manuels scolaires de première édités en 1997 et de troisième édités en 1999, régressent tout à la fois en quantité et en qualité par rapport à la période précédente de l'édition scolaire (1988-1994). Par ailleurs, l'enseignement du génocide dans les écoles primaires et dans les lycées se heurte à l'absence de son enseignement au sein des universités françaises.

Internements et déportations des juifs et des résistants : Le rôle actif de l'Etat français, actualité Vichy Thomas Fontaine - historien Thomas Fontaine est docteur en histoire de l’université Paris I et chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle. Il est le co-auteur de La collaboration 1940-1945 ; Vichy-Paris-Berlin publié en 2014 aux Editions Tallandier à l'occasion de l'exposition consacrée au sujet aux Archives nationales. Serge Klarsfeld - avocat Serge Klarsfeld est né le 17 septembre 1935 à Bucarest (Roumanie). Il est diplômé d'études supérieures en Histoire à la Sorbonne.

génocide arménien Processus d'extermination de la minorité arménienne de confession chrétienne de l'Empire ottoman qui, d'avril 1915 à juillet 1916, a coûté la vie à plus d'un million et demi d'hommes, de femmes et d'enfants, auxquels il faut ajouter 250 000 chrétiens d'Orient (Assyro-Chaldéens, Syriaques). 1. Genèse du processus génocidaire 1.1. L'Empire ottoman menacé Loi sur le génocide arménien : les députés votent pour, Ankara coupe les ponts Les députés français ont adopté jeudi la proposition de loi sur la négation des génocides, dont celui des Arméniens en 1915, malgré les menaces et l’indignation de la Turquie et la présence de plusieurs milliers de manifestants à l’extérieur de l’Assemblée nationale. Le texte, voté à main levée, a été adopté par une très large majorité de la cinquantaine de députés présents, une demi-douzaine votant contre. En sortant de l’hémicycle, le président des députés UMP, Christian Jacob, s’est félicité d’un «bon travail parlementaire». La proposition de loi prévoit un an d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende pour toute négation publique d’un génocide reconnu par la loi. La France reconnaît deux génocides, celui des Juifs pendant la seconde guerre mondiale et celui des Arméniens, mais ne punit jusqu’à présent que la négation du premier. Le texte doit maintenant passer devant le Sénat.

1942, des rafles à la déportation - HISTOIRE - la Shoah en France: Le camp de Drancy Le camp de Drancy Le camp d'internement de Drancy est installé en 1941 par les autorités d'occupation dans un vaste bâtiment alors inachevé, appartenant à un ensemble d'habitation collectif appelé la Cité de la Muette. Il s'agit d'un immeuble en forme de U de quatre étages, autour d'une cour d'environ 200 mètres de long et 40 mètres de large.

Related: