background preloader

Comité Défense Cause Arménienne

Comité Défense Cause Arménienne

http://www.cdca.asso.fr/cdca/cdca-photographies_genocide.htm

Related:  ArménieGénocide arméniencommémoration du centenaire

Emmanuel Carasso membre jeunes-turcs Les responsables du massacre des arméniens et du renversement du Sultan Abdülhamid II sont le fait du mouvement des “Jeunes turcs”, leaders de la révolution turque de 1908. Leurs valeurs rejoignent les revendications de la Révolution française de 1789, où un génocide de chrétiens avait eu lieu également. Ils ont recruté leurs membres dans les sociétés secrètes des étudiants “progressistes” des universités et des cadets militaires, qui voulaient “occidentaliser” de fond en comble la société. Proches de la franc-maçonnerie, les formalités d’admission étaient celles du rituel maçonnique. Leur but : faire table rase de la vieille Turquie …

Mouvement des Jeunes Turcs Les Jeunes-Turcs sont un mouvement révolutionnaire ottoman, formé de jeunes gens (Turcs, Grecs, Arméniens, Bulgares, etc.) réclamant la restauration de la Constitution de 1876. Ce mouvement a pour origine le déclin progressif de l’Empire ottoman tout au long du XIXe siècle et l’échec des réformes menées dans le cadre du Tanzimat pour enrayer ce déclin. Il a également a provoqué la révolution de 1908 et dirigé la politique de l’Empire ottoman jusqu’à la défaite face aux Alliés, lors de la Première Guerre mondiale, en novembre 1918.

La mobilisation industrielle et technique dans les collections photographiques de la RATP Aller au contenu principal Accueil > Tresors Darchives > Fonds Publics > Autres Etablissements > Archives > La mobilisation industrielle et technique dans les collections photographiques de la RATP Autres établissementsArchives La Grande Guerre en photographies Ce site vous propose une découverte interactive en ligne originale de photographies de la Première Guerre Mondiale. Il se compose de deux modules : Le Miroir (publication hebdomadaire patriotique), Revue photographique des numéros numérisés du journal (août 1914 – décembre 1919) et Les yeux de la guerre, vues stéréoscopiques accessibles en 3D. Pour Le Miroir, une grande partie des numéros ont été intégralement numérisés. On peut accéder au contenu par numéro et de manière chronologique.

Les Arméniens islamisés du Hamchèn 1- Dans une interview parue le 30 avril 2007 (Hetqonline), Sergeï Vardanian, philologue et rédacteur en chef du mensuel Hamshen Voice déclare qu’il existerait environ 30 000 musulmans parlant arménien dans la région de Khoba en Turquie. Les historiographes Ghevond et Hovnan Mamigonian soutiennent qu’en 789-790, pour fuir les Arabes, Shapouh Amadouni, son fils Hamam, et 12 000 de leurs sujets auraient abandonné la province d’Ararat pour la côte sud-est de la Mer Noire, alors intégrée à l’Empire byzantin. Hamam Amatouni construisit la ville d’Hamamachèn, devenue Hamchèn. Après 1489, la Principauté Hamchèn arménienne fera partie de l’Empire ottoman.

Talaat Pacha Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mehmet Talaat Pacha, né en 1874 à Kardjali, aujourd'hui en Bulgarie, mort le 15 mars 1921 à Berlin, en Allemagne, est un homme d'État ottoman, grand vizir et membre principal de la Sublime Porte de 1913 à 1918. Il était un des leaders du mouvement Jeunes-Turcs. Il est le principal organisateur du génocide arménien. On lui attribue l'ordre de « tuer tous les hommes, femmes et enfants arméniens sans exception »[1]. Jeunes années[modifier | modifier le code] Le journal des marches et opérations Le journal des marches et opérations (JMO) dans « Mémoire des hommes » est une source inestimable pour connaître les combats, faits de guerre de jour en jour dans un régiment ou un bataillon. Cela se lit comme un roman et comme indications on a la composition des corps, le tableau nominatifs des officiers, le bilan humain (nombres de tués, blessés), le déroulement des opérations, etc. Si le recherche d’un régiment d’infanterie dans les inventaires est simple en revanche retrouver un soldat dans ces journaux est compliqué car il faut connaître justement le régiment auquel il était incorporé.

Photographier la Grande Guerre Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, la photographie est encore considérée comme le meilleur moyen de s'approcher de la réalité. On parle d'objectivité irréfutable et, à ce titre, on estime que l'image instantanée est parfaitement adaptée pour rendre compte du nouveau conflit moderne. Ainsi, pendant toute sa durée, un nombre incalculable de clichés sont pris, à l'aide d'appareils de formats divers, par des photographes professionnels ou de simples amateurs, en l'occurrence des soldats partis avec leur propre matériel. Toutefois, parmi les différents sujets traités, les photographies représentant des scènes de bataille sont extrêmement rares et souvent incomplètes ou imparfaites. La charge d’une section de Zouaves sur le plateau de Touvent. La première vague a été publiée le 19 juin 1915, dans la revue l’Illustration.

1895 1ers Massacres d’Arméniens Les congés sont l’occasion de moments de lecture et de réflexion sur les livres peut-être plus libres que de coutume parce que le temps sort de l’ordinaire, parce que des paysages nouveaux prêtent au dépaysement. Dans le train et sur la côte de Bretagne nord, nous nous sommes plongés dans le récit du massacre de près de 2000 Arméniens à Trébizonde, un port de la Mer noire, le 8 octobre 1895. Cet événement tragique appartient à la série des Grands massacres commis dans l’empire ottoman par le « sultan rouge » (parce que sanguinaire) Abdülhamid II.

Djemal Pacha Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ahmed Djemal Pacha (Ahmet Cemal Paşa en turc) est né le 6 mai 1872 d'un père pharmacien militaire, Mehmet Nesip Bey. Entre 1908 et 1918, Djemal était l'un des plus importants administrateurs du gouvernement ottoman.

Related: