background preloader

#genocide

Facebook Twitter

L’Allemagne reconnaît le génocide des Herero et des Nama en Namibie. L'Elysée déclassifie ses archives sur le génocide rwandais. L'ONU inquiète du risque de génocide au Soudan du Sud. « La France a une part de responsabilité dans le drame rwandais » 06-pieter-hugo-rwanda-portraits. Last month, the photographer Pieter Hugo went to southern Rwanda, two decades after nearly a million people were killed during the country’s genocide, and captured a series of unlikely, almost unthinkable tableaus.

06-pieter-hugo-rwanda-portraits

In one, a woman rests her hand on the shoulder of the man who killed her father and brothers. In another, a woman poses with a casually reclining man who looted her property and whose father helped murder her husband and children. In many of these photos, there is little evident warmth between the pairs, and yet there they are, together. In each, the perpetrator is a Hutu who was granted pardon by the Tutsi survivor of his crime. The people who agreed to be photographed are part of a continuing national effort toward reconciliation and worked closely with AMI (Association Modeste et Innocent), a nonprofit organization. The photographs on the following pages are a small selection of a larger body on display — outdoors, in large format — starting this month in The Hague.

France-Rwanda : il est grand temps d'ouvrir les archives. Le génocide rwandais raconté en bande dessinée. Il y a tout juste deux décennies commençait l’extermination des Tutsis et des Hutus modérés du Rwanda.

Le génocide rwandais raconté en bande dessinée

De l’effroi des massacres au droit d’inventaire actuel, plusieurs romans graphiques ont exprimé le choc de ce génocide d'une brièveté et d'une barbarie terribles (huit cent mille morts en trois mois). Le dernier en date vient de paraître à l’initiative d’une grande figure du reportage. « Je fus témoin et vis ce que nul ne souhaite voir.

Coup d'arrêt aux relations entre la France et le Rwanda. Dans son discours devant 30.000 spectateurs réunis ce lundi à Kigali, le président rwandais a renouvelé ses attaques contre la France, qu'il accuse d'avoir pris part aux massacres de 1994.

Coup d'arrêt aux relations entre la France et le Rwanda

Le président Paul Kagame souffle sur les braises de la crise diplomatique entre le Rwanda et la France. Rwanda : la France ne participera pas aux commémorations du génocide. La France sera représentée lundi à Kigali aux commémorations marquant le 20e anniversaire du génocide rwandais par son ambassadeur Michel Flesch, a indiqué dimanche 6 avril le Quai d'Orsay. « L'ambassadeur sera présent à la cérémonie présidée par Paul Kagame », a précisé le porte-parole du ministère français des affaires étrangères Romain Nadal, en ajoutant qu'il n'avait « jamais été question d'un boycott des cérémonies » après les déclarations du président rwandais accusant Paris d'avoir « participé » au génocide de 1994.

Rwanda : la France ne participera pas aux commémorations du génocide

Samedi, la France avait dit « regretter de ne pouvoir prendre part aux commémorations » et annulé le voyage prévu à Kigali de la ministre de la justice, Christiane Taubira. « La France est surprise par les récentes accusations portées à son encontre par le président du Rwanda » qui « sont en contradiction avec le processus de dialogue et de réconciliation engagé depuis plusieurs années entre nos deux pays ». Génocide rwandais : première condamnation historique en France. Premier procès lié au génocide rwandais : perpétuité requise contre l'accusé. Condamnation en Allemagne d'un Rwandais pour le génocide de 1994. La justice allemande a condamné à quatorze ans de prison, mardi 18 février, un Rwandais, reconnu coupable de complicité dans le génocide au Rwanda en 1994.

Condamnation en Allemagne d'un Rwandais pour le génocide de 1994

Agé de 56 ans et réfugié depuis 2002 sur le sol allemand, Onesphore Rwabukombe était jugé depuis janvier 2011 par la haute cour régionale de Francfort. Le parquet fédéral avait requis la réclusion à perpétuité, tandis que la défense avait demandé l'acquittement. Cet ancien maire de Muvumba, dans le nord-est du Rwanda, était accusé d'avoir ordonné et coordonné un massacre commis en avril 1994 par des soldats rwandais et des miliciens hutus, au cours duquel ont péri au moins 1 200 Tutsis qui s'étaient réfugiés dans une église.

Il avait été également accusé d'avoir participé à deux autres massacres, avant que ces accusations ne soient abandonnées fin 2011. Procès historique à Paris du génocide rwandais. Le génocide rwandais devant un jury d'assises français. VIDÉO - Pascal Simbikangwa, un ancien capitaine rwandais, est jugé à Paris pour complicité de génocide.

Le génocide rwandais devant un jury d'assises français

Les fantômes du génocide rwandais vont planer durant au moins six semaines sur le palais de justice de Paris. Un jury populaire de cour d'assises plonge à partir de mardi dans les ténèbres du massacre de quelque 800.000 hommes, femmes et enfants, commis d'avril à juillet 1994 au Rwanda, un petit pays de la région des Grands Lacs. Les victimes de cette «solution finale» à l'africaine, des Tutsis pour la plupart, furent tués par balles ou à la machette dans des maisons, des églises, au bord des routes ou, pour ceux qui fuyaient, au fond des marais ou sur les collines. La dernière tragédie hors norme du XXe siècle. Les jurés vont juger Pascal Simbikangwa, un Rwandais de 54 ans, pour complicité de génocide et complicité de crimes contre l'humanité.

L'ONU craint un génocide en République centrafricaine. Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Tous les éléments sont réunis pour qu'il y ait un génocide en République centrafricaine (RCA).

L'ONU craint un génocide en République centrafricaine

C'est la mise en garde de John Ging, le directeur des opérations humanitaires du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, OCHA), qui compare la situation à celle du Rwanda et de la Bosnie en leur temps. Il appelle à une large mobilisation humanitaire et militaire, évoquant « une méga-tragédie ». « Des atrocités sont commises de façon continue.

Les gens ont peur des autres communautés. M. Malgré la dégradation de la situation, le commandant de l'opération française « Sangaris », le général Francisco Soriano, a tenu à relativiser l'ampleur des violences, estimant qu'il y avait une « baisse réelle de la tension dans la capitale » depuis le 2 janvier. A Bangui, qui compte 800 000 habitants, la moitié de la population vit entassée dans des camps de fortune. Génocide/Rwanda: procès en hiver 2014. L'ancien capitaine rwandais Pascal Simbikangwa sera jugé du 4 février au 28 mars 2014 devant les assises de Paris, où se tiendra le premier procès en France lié au génocide qui a fait 800.000 morts au Rwanda en 1994, a-t-on appris aujourd'hui.

Génocide/Rwanda: procès en hiver 2014

Il est poursuivi pour "complicité de génocide" et "complicité de crimes contre l'humanité". Pascal Simbikangwa, paraplégique depuis un accident de la circulation en 1986, avait été interpellé dans une affaire de faux papiers, puis identifié comme étant recherché par Interpol. Il avait été mis en examen en 2009 pour son rôle présumé dans le génocide rwandais.

Présenté comme un membre de l'Akazu, le premier cercle du pouvoir hutu qui, selon ses accusateurs, a planifié et mis en oeuvre le génocide, Pascal Simbikangwa est notamment accusé d'avoir distribué des armes à des barrières tenues par des miliciens extrémistes hutus Interahamwe et, fort de son influence et de son autorité, de les avoir encouragés à commettre les massacres. Jeuneafrique. Rwanda : la justice français rejette un recours de la veuve Habyarimana - RWANDA/FRANCE. Khmers rouges : grève des interprètes cambodgiens au Tribunal international. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Adrien Le Gal C'est un nouveau coup dur pour le tribunal chargé, à Phnom Penh, de juger les anciens dirigeants communistes khmers rouge pour leur responsabilité dans les crimes commis entre 1975 et 1979 au Cambodge.

Khmers rouges : grève des interprètes cambodgiens au Tribunal international

Lundi 4 mars, à l'ouverture de la séance, et alors que les juges s'apprêtaient à écouter la déposition de l'historien et journaliste Philip Short, spécialiste des Khmers rouges et auteur d'une biographie de Pol Pot qui fait autorité (Anatomie d'un cauchemar, Denoël, 2007), les interprètes cambodgiens se sont mis en grève pour réclamer le paiement de leurs arriérés de salaire, interrompant les travaux. "N'est-il pas paradoxal que le personnel d'une institution censée juger les responsables d'un régime qui a causé famine, misère et injustice, soit aujourd'hui contraint de vivre dans une situation où la survie au quotidien devient problématique ? "