background preloader

Vos photos de la Première Guerre mondiale : Guerre 1914-1918 : vos photographies d'archives

Vos photos de la Première Guerre mondiale : Guerre 1914-1918 : vos photographies d'archives
Related:  Photos 1ére Guerre Mondiale 14-18Première Guerre mondiale

musée militaire virtuel Médiathèque de l'architecture et du patrimoine : autochromes de la guerre 1914-1918 Autochromes de la guerre 1914-1918 1. La technique employée 2. Les photographes Inventé en 1903 par les frères Lumière, l'autochrome est la première photographie couleurs (" en couleurs naturelles ") fabriquée de façon industrielle. Destiné à être projeté, l'autochrome est considéré comme étant l'ancêtre de la diapositive en couleurs moderne. Les photographies présentées ici ont été réalisées par quatre photographes, opérateurs militaires pendant le conflit de la première guerre mondiale : Cuville, Castelnau, Aubert et Albert Samama-Chikli. Castelnau et Cuville ont réalisé leurs clichés en 1917 après le recul des troupes allemandes dans le nord-est de la France et en Belgique. À l’évidence prévues pour être utilisées à des fins de propagande, elles représentent des destructions (bâtiments civils ou religieux, usines, arbres fruitiers, etc.), mais aussi des portraits de civils et de militaires connus ou anonymes. Les photographies d’Aubert n’ont rien à voir avec ce qui précède.

I- LES DEUX FRERES LE GOFF DU 116ème RI de Vannes - mes ancêtres en guerre 1-PRESENTATION : De Quillianet en Peumerit à la première bataille de la Marne Au moment ou la première guerre mondiale est déclarée, Jean Marie LE GOFF dit "Guillaume" (sur la photo à gauche), né à PEUMERIT(Finistère) le 18 mai 1891, effectue son service militaire au 116ème Régiment d'infanterie de Vannes depuis le 9 octobre 1912.Noël Alain LE GOFF dit "Alain", son frère, (sur la photo à droite), né en la même commune le 15 mars 1893 l'a rejoint depuis son incorporation au service le 27 novembre 1913. Ci-dessus, la comparaison de trois portraits provenant des photos précédentes, où on peut voir Jean-Marie (Guillaume) Le Goff. 2-SITUATION DU REGIMENT D'AOUT A SEPTEMBRE 1914:"116ème de ligne autour de ton drapeau" (d'après les renseignements aimablement fournis par Monsieur Jean-Yves RIO, que je salue bien amicalement) Le régiment dès le 7 août 1914 s'embarque en Gare de VANNES direction GRAND-PRE (Ardennes). A partir du 24, la retraite s'annonce et le repli s'effectue sur SAINT-AIGNAN.

PARIS 1914 Première guerre mondiale Photographier la Grande Guerre Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, la photographie est encore considérée comme le meilleur moyen de s'approcher de la réalité. On parle d'objectivité irréfutable et, à ce titre, on estime que l'image instantanée est parfaitement adaptée pour rendre compte du nouveau conflit moderne. Ainsi, pendant toute sa durée, un nombre incalculable de clichés sont pris, à l'aide d'appareils de formats divers, par des photographes professionnels ou de simples amateurs, en l'occurrence des soldats partis avec leur propre matériel. Toutefois, parmi les différents sujets traités, les photographies représentant des scènes de bataille sont extrêmement rares et souvent incomplètes ou imparfaites. La charge d’une section de Zouaves sur le plateau de Touvent. La première vague a été publiée le 19 juin 1915, dans la revue l’Illustration. Le second cliché a été publié le 15 mai 1915 dans l'Illustration. Quant au second, plusieurs remarques s'imposent. Auteur : Laurent VÉRAY

La Grande Guerre en dessins, des artistes pendant la premiere guerre mondiale 14-18 Documents d'époque, Cartes-photos, Cartes photos écrites, Cartes-postales, Cartes postales écrites, Dans les tranchées, Photos aériennes, Photos autres Il y a quelques temps j'ai récupéré quelques cartes illustrées écrites par un soldat et des membres de sa famille, souvenirs émouvants quand on sait qu'il a été, peu de temps après, tué au combat. (1) Originaire de l'Yonne, il était né et habitait Ancy-le-Franc. Comme tous ses compagnons du front, il profitait d'un moment de repos ou de calme pour écrire quelques mots à sa famille. Principalement pour les rassurer, taisant les dangers auquels il avait à faire face, mais parfois aussi pour leur demander de petits services. C'est le cas de la première de ses cartes. Elle date du 2 février 1915, elle est adressée à son épouse. 2 février 1915 Ma petite femme chérie J'ai reçu ta lettre du 28 janvier hier aussi comme tu me dis que tu vas aller à Paris je te met deux mots a la hâte en arrivant fait repasser les lames de mon rasoir avant de me l'envoyer, je viens d'écrire à Jean et à ma tante Je termine en vous embrassant tous de tout coeur. La suivante est datée du 8 février. 15 février 1915

un petit groupe de brancardiers du 76e RI faisant partie du peleton de musique. Centenaire de 14-18

Related: