background preloader

Apprendre à apprendre : les clés pour optimiser l'apprentissage – Blog Toolearn

Apprendre à apprendre : les clés pour optimiser l'apprentissage – Blog Toolearn

http://www.toolearn-blog.fr/tendances/optimiser-apprentissage/

Related:  Apprendre, mémoriserapprendreMéthodes de travail/étudeCerveau, mémoire, attention, etc.Autour de la mémoire

Conférence "Comment l'élève apprend" Conférence « Comment l’élève apprend » de Daniel Favre, Docteur en neurosciences et professeur en sciences de l’éducation à l’université de Montpellier 2, faite lors du séminaire des inspecteurs de l’académie de Versailles le jeudi 18 novembre 2010 à l’auditorium de l’Internat d’excellence de Marly-le-Roi. Daniel Favre Docteur d’État en neurosciences et docteur en sciences de l’éducation, Daniel Favre est professeur des universités en Sciences de l’éducation à l’IUFM de l’académie de Montpellier. Spécialiste reconnu des mécanismes cognitifs et affectifs de la violence, il a co-organisé en 1999 à la Villette l’expo « Le désir d’apprendre ». Réussir ses examens: une question de préparation Vous aimeriez faire vos examens en toute confiance et, surtout, en toute connaissance de cause? Voici quelques conseils pour une préparation efficace diminuant, par le fait même, le stress et la fatigue. Commencer l’étude deux semaines avant Deux semaines à l’avance, on met les bouchées doubles: c’est le sprint final! Commencez à intégrer les notions qui seront à l’examen.

Ce qu'on ne peut pas ne pas savoir sur le cerveau de l'enfant (enseignants, parents, professionnels de l'éducation) Pour Stanislas Dehaene, psychologue cognitiviste et neuroscientifique, les adultes (et en particulier les enseignants) doivent maîtriser un bon modèle informatif et explicatif sur le fonctionnement du cerveau des enfants. Dans ses nombreux livres et conférences, il vise à donner aux enseignants un bagage de principes fondamentaux sur la plasticité cérébrale et les mécanismes de l’apprentissage humain. En revanche, il refuse de conseiller tel ou tel manuel, telle ou telle méthode : ces principes sont compatibles avec une grande liberté liberté pédagogique. Dans son idée, l’enseignant est un expérimentateur. Pour Stanislas Dehaene, les connaissances autour du cerveau de l’enfant s’articulent autour de trois grands axes :

[Dossier] Sciences cognitives et apprentissage – 3/5 - le blog de Solerni – plateforme de MOOCs Dans les premières parties de ce dossier, nous avons vu qu’en moyenne, le cerveau humain possède dès la naissance un capital de cent milliards de neurones qui restera relativement constant tout au long de sa vie. En revanche, la véritable variable, c’est la connectivité entre les neurones qui évolue au gré des situations: en fonction des expériences et sollicitations, les connexions entre neurones seront tantôt mises en place et tantôt recyclées pour d’autres usages. Les sciences cognitives définissent ainsi l’apprentissage dans sa forme élémentaire comme la réaction cérébrale d’un individu à un stimulus : une information est perçue, traitée puis intégrée par le biais de modifications structurelles des réseaux neuronaux : c’est la plasticité cérébrale ou synaptique. Rôle du cerveau dans l’apprentissage : plasticité synaptique Pour pouvoir apprendre, il faut pouvoir mémoriser afin d’être en capacité de réutiliser une notion, un concept, ou une procédure. Mémorisation et apprentissage

Apprendre, réviser, mémoriser : des techniques de consolidation des apprentissages efficaces Pourquoi exiger des élèves qu’ils retiennent des choses alors qu’on n’a rien fait pour les aider à mémoriser ? Comment « jouer » avec l’oubli ? La mémoire (ou plutôt les mémoires) n’est pas un stock d’éléments pour se rappeler des souvenirs. Les neurosciences nous invitent à repenser cette définition car la mémoire est au cœur de toutes les activités scolaires. Un souvenir est une agrégation d’éléments mémoriels de structures extrêmement différentes (sémantiques, émotionnels, visuels…). Les morceaux de souvenirs s’installent dans des zones différentes du cerveau. L'intuition Texte .pdf intuition Educateurs de tous poils, soyez intuitifs ! Mais alimentez l’intuition ! Beaucoup de nos réactions face à une situation, beaucoup de nos actes, découlent de l’intuition. On ressent intuitivement qu’il faut faire comme ceci ou comme cela. Intuitivement signifie en langage courant qu’on ne sait pas trop pourquoi on « sent » qu’il faut agir de telle ou telle façon.

Stratégies d’apprentissage Les stratégies d’apprentissage sont les processus mis en place afin d’intégrer, comprendre et restituer des connaissances. Plusieurs travaux * ont tenté d’analyser les stratégies d’apprentissage mises en place spontanément par les élèves ou enseignées à l’école. Ces travaux sont essentiels afin d’évaluer quelles sont les stratégies efficaces, et quelles sont celles, qui, bien qu’encrées dans la pensée collective, ne sont pas pertinentes ou peu rentables. Avant toute chose, il faut avoir en tête que chaque individu est unique : Analyser le mouvement des yeux pour améliorer l’enseignement Dans le domaine des neurosciences, on s’intéresse de plus en plus au suivi des mouvements oculaires. Pour plusieurs raisons, le milieu de l’éducation s’y intéresse aussi. Quelles sont les retombées possibles au niveau de l’enseignement et de l’apprentissage? Quels sont les enjeux? Quels sont les aspects éthiques soulevés?

Comment gagner de l'espace dans la mémoire ? La mémoire de travail est l’endroit du cerveau où la réflexion a lieu. Nous y rassemblons des idées et les transformons en quelque chose de nouveau. Mais notre mémoire de travail est limitée, et si nous essayons d’y entreposer trop d’éléments, la pensée devient confuse et nous perdons le fil du problème que nous essayions de résoudre, de l’histoire que nous tentions de suivre ou encore des différents arguments que nous étions en train d’évaluer avant de prendre une décision complexe. Les personnes qui ont plus de place dans leur mémoire de travail parviennent mieux à réfléchir. Même si nous ne pouvons pas accroître l’espace disponible dans notre mémoire de travail, nous pouvons réduire l’espace utilisé par les éléments que nous y glissons de deux façons différentes : en regroupant les informations pour qu’elles prennent moins de place dans la mémoire à court terme.

Mieux apprendre à l’aide de la répétition espacée Tout le monde se trouve face à la nécessité d’apprendre plusieurs informations durant un temps parfois très limité. La plupart des gens rencontrent des problèmes lors de l’#apprentissage, parce que la mémoire humaine n’est pas très fiable. Alors existe-il une #méthode pour apprendre facilement ? La technique de la répétition espacéeComme son nom l’indique, cette technique signifie qu’un apprenant doit répéter les informations qu’il doit apprendre à chaque fois qu’il est sur le point de les oublier. Cette technique repose sur le principe qui stipule que l’oubli est partiel, et que si on essaie d’apprendre à nouveau ce que l’on a déjà appris, on réduit les probabilités de l’oubli, et on mémorise beaucoup plus efficacement.Cette technique est très compatible avec la règle générale du fonctionnement du cerveau qui dit que l’ont ne peut apprendre que 5 à 7 nouvelles informations en une seule fois. Partagez sur les réseaux sociaux :

Etude: Raisonnement individuel et collectif en classe lors d'activités créatives simples et complexes Cette recherche s'intéresse aux processus d'apprentissage et à l'activité des enseignants dans des activités créatives à l'école. Nous nous intéressons aux compétences des élèves à réaliser des tâches simples et complexes en collaboration créative. D’une part, nous considérons des tâches créatives qui peuvent être intégralement achevées comme composer un rythme, un texte écrit, construire un objet original. D’autre part, nous considérons des tâches créatives qui ne se limitent pas à l’objet produit, mais nécessitent la création d'un système ouvert (usages, règles, mode d'emploi, etc.). Ces tâches sont impossibles à achever exhaustivement, car la création peut continuellement être ajustée pour des raisons liées à l'ergonomie, à des exceptions, ou des compléments (glossaire, etc.).

Aider votre enfant à mieux étudier - Aider son enfant Votre enfant sait-il étudier? Le moment de faire ses devoirs arrive. Que fait votre enfant? dyspraxie, dys… EIP, TDAH : les apports de la gestion mentale. Ceux qui me connaissent savent que je me sers de la gestion mentale depuis un temps certain et que je trouve que cette pratique est un axe de pédagogie très intéressant puisqu’il respecte le fonctionnement de chaque individu. Je l’utilise tant avec les enfants qui me sont confiés dans le cadre de mon rôle d’intervenante en milieu scolaire qu’avec des enfants/adolescents que je suis en coaching. La gestion mentale est alors un apport complémentaire important, à compléter avec des éléments de travail touchant l’estime de soi, la confiance en soi, les croyances, les valeurs, les sabotages, les parasitages… Tous ces éléments maillés entre eux peuvent permettre aux enfants/adolescents d’entrevoir (et même de voir) la lumière au bout du tunnel, car ils prennent conscience que d’autres portes peuvent s’ouvrir, que d’autres possibles existent. Quand ils ont pris conscience de leur fonctionnement, ils peuvent alors prendre la direction de certaines choses : un cerveau averti en vaut deux.

3 conseils pour augmenter sa capacité de mémorisation et d'apprentissage Jean-François Michel est l’auteur du livre Les 7 profils d’apprentissage. Il estime qu’avec ces 3 conseils, tout le monde peut améliorer grandement sa capacité de mémorisation au service d’apprentissages de qualité. 1.Passer le test des profils d’apprentissage pour déterminer comment on apprend

Related: