background preloader

Apprendre et réussir (1): comprendre sa mémoire

Apprendre et réussir (1): comprendre sa mémoire

http://www.youtube.com/watch?v=5EC0IyWqfhg

Related:  Stratégies cognitivesNeurosciencesRessources en éducationmémoire m2neurosciences/ neuroéducation

L'Agence nationale des Usages des TICE - Conception et usages de la carte mentale Willy Berthasson, professeur des écoles à Saint-Just-Malmont (43), travaille avec sa classe de CM2 autour des cartes mentales dans le cadre d’une expérimentation de scénarios pédagogiques innovants ITEC (Innovative Technologies for an Engaging Classroom). L’origine du projet ITEC (Innovative Technologies for an Engaging Classroom) est un projet de recherche-action financé par le 7e Programme Cadre de la Commission européenne.

Stratégies pour soutenir le développement de la mémoire de travail - TA@l’école Ajouter aux Favoris Jeffrey MacCormack et Ian Matheson Bien que nous sachions depuis longtemps qu’il existe une relation entre la mémoire de travail et les troubles d’apprentissage (TA), nous n’arrivons pas encore à cerner précisément en quoi cette relation consiste. Grâce à la mémoire de travail, nous pouvons conserver temporairement de l’information pendant que notre cerveau est occupé à une autre tâche. Nous utilisons notre mémoire de travail pour apprendre une langue, résoudre des problèmes et exécuter d’innombrables autres tâches.

Agir ensemble Altay MançoSous la direction de Altay MançoCompétences interculturellesEDUCATION IMMIGRATION, INTERCULTUREL L'éducation "inclusive" apparaît aujourd'hui comme une nouvelle perspective synthétique, originale et systémique, permettant de respecter les diversités sans s'enfermer dans une conception communautariste, d'amener les différents acteurs à coopérer, à permettre aux différents points de vue et pratiques d'évoluer, dans le sens du respect et de l'épanouissement de chacun. Présenter ce type de pratiques, en tirer les enseignements nécessaires à l'extension de telles inspirations, constitue l'objectif de cette publication. Philippe Meirieu : Des rituels, oui… mais lesquels ? Dans le cadre de la « grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République », le ministère de l’Éducation nationale demande de « rétablir » et de « valoriser » les « rites républicains », de développer « la compréhension et la célébration des rites et symboles de la République : hymne national, drapeau, devise » ; il demande également que « les projets d’école et d’établissement comportent des actions relatives à la formation du citoyen et à la promotion de ces valeurs ». Ces exigences – qui ne sont, en fait, pas très nouvelles – posent, en réalité, plus de problèmes qu’elles n’en résolvent. Les rituels ne valent que par ce qu’ils permettent Les anthropologues nous l’affirment : pas de société humaine sans rituels. C’est aux rituels funéraires, en effet, qu’ils font remonter l’apparition de ce que nous appelons l’humanité : quand nos ancêtres décident d’enterrer et d’honorer leurs morts.

Arts de la mémoire : les principes de la mémorisation – Formation 3.0 Quels sont les principes de mémorisation utilisés dans les arts de la mémoire ? Comment mémoriser des quantités d’informations sans se tromper ? Quel rôle peuvent encore jouer les arts de la mémoire à l’ère numérique ? « Gérer l’hétérogénéité avec les cartes heuristiques » Dans le cadre de son partenariat avec le Centre de ressources du Drouot (Mulhouse Alsace Agglomération) et la Délégation Éducation et Société (réseau Canopé), Canopé Académie de Strasbourg – Département du Haut-Rhin, propose à l’ensemble de la communauté éducative une conférence animée par Lucas GRUEZ Pour lutter contre le décrochage scolaire tout en favorisant l’excellence de chacun, Lucas Gruez propose aux enseignants, aux professionnels de l’enfance, aux éducateurs, d’articuler le concept théorique des intelligences multiples d’Howard Gardner avec l’outil des cartes heuristiques.

BMI - Neurosciences Bienvenue sur le site de l'Institut des Neurosciences (BMI-Brain Mind) La compréhension des mécanismes et des principes fondamentaux du fonctionnement normal ou pathologique du cerveau humain, à travers l’utilisation et le developpement d’approches expérimentales, théoriques, technologiques, et computationnelles innovantes, constitue la mission de l’Institut des Neurosciences (BMI). Le défi scientifique des chercheurs du BMI consiste en l’étude des fonctions cognitives en tant que manifestations de processus cérébraux produits par l’activité coordonnée de milliers de cellules et synapses.

De la capacité à la compétence : un apprentissage par étapes et dans Construire une compétence Une compétence ne s’acquiert pas comme les connaissances, ce n’est pas une augmentation des acquis de même niveau. Il ne suffit pas de s’entraîner à faire un acte pour être compétent à le réaliser quels que soient les situations, le matériel, les protocoles en cours, les lieux, la personne à qui l‘on réalise le soin. Une compétence présente une construction complexe. Elle induit de connaître le sens de l’activité faite, la connaissance des règles de l’art pour la réaliser ainsi que celles des limites éthiques quant aux modalités de réalisation et de sa finalité. Construire une compétence nécessite une progression, c’est un parcours constitué d’étapes : partir d’une situation simple pour aller dans la complexité des connaissances et des savoirs faire et savoirs être, nécessités par une situation, en incluant forcément une attitude réflexive de la part de celui qui réalise l’activité.

une vision du portfolio d’apprentissage Yves Morin présente dans son blog un article très pertinent sur le portfolio où il indique comment il l’utilise pour évaluer le travail de ses étudiants. Je vous en propose une synthèse en deux citations et un graphique. « [Utiliser le portfolio] pour faire travailler les étudiants significativement et leur apprendre à s’assumer comme apprenant, à se responsabiliser, à s’autoréguler, à s’impliquer et à être autonome. » « Le cahier d’apprentissage fournit l’occasion à l’étudiant de se développer au travers son cheminement personnel. L’étudiant est celui qui bâtit son cahier, il exerce ses choix et son droit sur le contenu, il représente ce qu’il est comme apprenant et ce qu’il devient. » Enfin, Morin présente comment le portfolio permet d’agir sur la personne, les tâches, les stratégies cognitives, métacognitives et motivationnelles, les objectifs visés et les représentations initiales.

Comment apprendre ? Pourquoi réviser ? Nous possédons tous plusieurs types de mémoire : une mémoire visuelle, axée sur la vision ; une mémoire auditive, axée sur ce que nous entendons et une mémoire kinesthésique ou mémoire sensorielle, basée sur les autres sens que la vue et l’audition. Ces trois formes de mémoire fonctionnent alternativement ou conjointement. Selon les personnes la mémoire dominante est différente mais la majorité de la population a une mémoire visuelle. D’après une étude d’université nous apprenons : 1% des choses par le goût, 1,5% par le toucher, 3,5% par l’odorat, 11% par l’ouïe et 83% par la vision. La première mémoire est la mémoire immédiate, la mémoire sensorielle, celle des sensations. Nous ne gardons en mémoire les informations de cette dernière que durant quelques millisecondes.

Faire évoluer sa pratique enseignante Des stimulations ciblées permettent de remodeler notablement l’organisation cérébrale. Vivre avec la moitié du cerveau Quelques dizaines de Québécois atteints d'épilepsie rebelle vivent avec la moitié de leur cerveau. Ils ont subi une hémisphérectomie, soit l'ablation chirurgicale d'un hémisphère cérébral. Mais le cerveau est un organe complexe; il parvient à s'adapter à cette perte en faisant travailler davantage l'hémisphère restant

Comment retrouver le plaisir d'enseigner grâce aux mauvais élèves  Les 6 principes à connaitre: 1) Sortir des explications simplistes sur les causes de la difficulté à apprendre pour donner sa place à l'empêchement de penser Cessons de vouloir toujours expliquer l'échec scolaire par un manque de bases ou par un comportement inadapté. Enseigner - Apprendre avec Britt-Mari Barth « À l’origine de mon travail, il y avait le constat que les élèves ne s’engageaient pas vraiment dans leurs apprentissages, beaucoup s’ennuyaient ou s’inquiétaient… D’où, mon envie de mieux comprendre le processus enseigner-apprendre pour identifier les facteurs qui étayent ce processus. » Britt-Mari Barth dirige le Laboratoire de recherche pour le développement sociocognitif (LAREDESCO). Elle est l’auteure de trois ouvrages de référence : L'Apprentissage de l'abstraction, Le savoir en construction et Elève chercheur, enseignant médiateur, donner du sens aux savoirs (éditions Retz). Vos travaux, depuis 25 ans, vous ont conduit à élaborer une pédagogique connue sous le nom de « l'apprentissage de concepts »… Il s’agit pour l’enseignant d’entrer dans les apprentissages par un processus de conceptualisation - plutôt que par le contenu - et ainsi amener les élèves à construire le sens de ce contenu.

Related:  Psychologie cognitive