background preloader

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!
La caféine L’effet stimulant du café lui vient en grande partie de son action sur nos récepteurs membranaires à l’adénosine. L’adénosine est un neuromodulateur du système nerveux central qui possède des récepteurs spécifiques. Quand l’adénosine se fixe sur ses récepteurs, l’activité nerveuse est ralenti et nous devenons somnolents. L’adénosine facilite donc le sommeil et dilate aussi les vaisseaux sanguins, probablement pour assurer une bonne oxygénation lorsque nous dormons. Or, la caféine est un antagoniste des récepteurs à l'adénosine. L’activation de plusieurs circuits neuronaux par la caféine va aussi amener l’hypophyse à relâcher des hormones qui vont faire produire davantage d’adrénaline aux glandes surrénales. En général, chaque tasse bue est stimulante et la tolérance au café, si elle existe, n'est pas très importante. Liens généraux sur la caféine:

Comment le café stimule le cerveau L'effet stimulant du café provient largement de la façon dont elle agit sur ​​les récepteurs de l'adénosine dans la membrane neuronale. L'adénosine est un neuromodulateur du système nerveux central qui possède des récepteurs spécifiques. Lorsque l'adénosine se lie à ses récepteurs, l'activité neuronale ralentit, et vous vous sentez somnolent. L'adénosine facilite donc le sommeil et dilate les vaisseaux sanguins, probablement pour assurer une bonne oxygénation pendant le sommeil. La caféine agit comme un antagoniste des récepteurs d'adénosine. Cela signifie qu’elle se lie à ces récepteurs et empêche l’adénosine de s’y loger et d’y jouer son rôle de « frein ». L'adrénaline est une « hormone du combat ou de la fuite », donc elle augmente votre niveau d'attention et donne à votre système nerveux dans son ensemble un surcroît d'énergie. La caféine peut créer une dépendance physique. Source Institut canadien pour les neurosciences, Université McGill, Montréal.

Quel effet la caféine a-t-elle sur le cerveau ? Par Maxime Lambert le 31 août 2014 à 09:59 Modifié le 28 décembre 2018 à 18:06 Rien de tel qu'un petit café pour vous booster dès le matin ou après un déjeuner copieux. Mais connaissez-vous vraiment les mécanismes d'action de la caféine, et ses effets sur votre organisme ? Vous faites peut-être partie de ces nombreuses personnes pour lesquelles prendre une tasse de café est l’une des étapes fondamentales d’une bonne journée. Comme tous les psychotropes, la caféine agit sur certains récepteurs de votre cerveau. La caféine empêche l'état de somnolence La caféine est la substance psychoactive la plus consommée dans le monde, la plupart du temps de manière quotidienne. Elle est aussi un ingrédient de certains sodas comme le Coca-cola, et de boissons énergisantes. L’adénosine se fixe sur ses récepteurs dédiés, et son rôle est de protéger le cerveau en ralentissant l’activité nerveuse, de manière à nous faire entrer dans un état de somnolence. La production d'adrénaline et de dopamine stimulée

Caféine La caféine, aussi désignée sous les noms de théine, ou 1,3,7-triméthylxanthine ou méthylthéobromine est un alcaloïde de la famille des méthylxanthines, présent dans de nombreux aliments, qui agit comme stimulant psychotrope et comme léger diurétique. La caféine a été découverte en 1819 par le chimiste allemand Friedlieb Ferdinand Runge. Il la nomma « Kaffein » en tant que composé chimique du café, qui en français devint « caféine ». Des boissons très populaires contiennent de la caféine comme le café, le thé et le maté. La caféine est notamment présente dans les graines du caféier et du guarana ainsi que dans les feuilles de yerba maté et du théier. De fait, la caféine est la substance psychoactive la plus consommée au monde ; elle est légale dans tous les pays, à la différence d'autres substances psychoactives. Provenance[modifier | modifier le code] Grains de café torréfiés, principale source de caféine. Le chocolat, dérivé du cacao, contient une faible quantité de caféine.

Boire trois ou quatre cafés par jour serait bon pour la santé Boire trois à quatre cafés par jour serait bon pour la santé, selon une étude publiée fin novembre dans la revue médicale British Medical Journal. A dose raisonnable, la boisson noire contribuerait à réduire les risques de diabète, de maladie du foie, de démence, voire même de prévenir certains cancers. Europe 1 fait le point sur les enseignements de cette étude avec le docteur Gérald Kierzek. Des composants anti-oxydants. Selon cette étude, qui compile les résultats de plus de 200 recherches précédentes, "c'est bien l'association entre café et santé qui a été étudiée, et pas seulement la caféine", analyse Gérald Kierzek. Dans son ensemble, le café contient en effet des composants anti-oxydants, à l'image de l'acide chlorogénique, qui vont agir comme des anti-inflammatoires ou des anti-bactériens. Des risques en cas de surconsommation. Il y a par contre quelques idées qui sont balayées dans cette étude.

Nouvelle étude rassurante sur le café Le café, c’est comme la politique. On est pour, on est contre, on s’énerve quand on rencontre une personne qui pense le contraire. Et il est rare qu’on change de camp. Il y a cinq ans, j’étais contre le café. J’avais lu que le café stoppe la digestion. Le café, donc, évitait de s’assoupir mais il provoquait aussi, par derrière, des ballonnements, des gaz, et une malabsorption des nutriments provoqués par la digestion incomplète. Egalement, la caféine étant un excitant, j’avais en tête qu’elle perturbe le sommeil et qu’elle rend les gens fébriles, agressifs. J’évitais donc, au maximum, le café. Avec l’âge, on évolue… Cependant, les études sur le café s’accumulant, j’ai changé d’avis. J’ai fait l’année dernière un récapitulatif de ce qu’on sait aujourd’hui sur le café [1]. Je ne vais donc pas refaire un exposé complet sur le café. C’est une étude publiée en juin dans la revue scientifique « Comprehensive Reviews in Food Science ans Food Safety ». La vérité qu’on n’a pas envie d’entendre

Related: