background preloader

Le CorteX (COllectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences) est un collectif né en 2010 à Grenoble, Marseille et Montpellier. Son but est de réunir tous les acteur

https://cortecs.org/accueil/

Related:  marynet30complotisme / théorie du complotSPME 2017 : D'où vient l'info ?Désinformation : Rumeurs/Complots/HoaxTribes

Le projet "S'informer et communiquer sur internet et les réseaux sociaux" S’informer et communiquer sur internet et les réseaux sociaux Découverte de la presse écrite papier et en ligne Info ou intox sur le web, comment faire la différence dès le primaire ? Donner des clés aux élèves pour faire la différence entre info et intox sur le web, c’est l’enjeu d’une séquence d’éducation aux médias, que Rose-Marie Farinella a conçu et expérimenté dans une classe de CM2 l’an dernier et qu’elle met à nouveau en pratique depuis le mois de novembre. Avec ces cours d’esprit critique, son objectif est d’aider les élèves à devenir des cyber-citoyens avertis qui ne se fassent pas manipuler.

CHRONIQUES SCOLAIRES (4) – Comment forme-t-on l'esprit critique Chaque mois les « chroniques scolaires » passent l’éducation au crible des sciences sociales. Aujourd'hui, elles reviennent sur la formation à l'esprit critique, devenue une priorité mise en avant par le gouvernement, en réponse à la radicalisation djihadiste sur Internet et à l'adhésion des jeunes aux thèses complotistes. L'objectif, pourtant, semble bien difficile à atteindre… La formation de l'esprit critique apparaît comme un objectif mis en exergue dans tous les textes officiels de l’Éducation nationale. Elle est présente par exemple dans le référentiel de compétence des enseignants, cela juste après l'item « transmettre les valeurs de la République » : d'après ce texte, les enseignants ont pour mission d' « Aider les élèves à développer leur esprit critique, à distinguer les savoirs des opinions ou des croyances, à savoir argumenter et à respecter la pensée des autres ». L’« esprit critique », une notion problématique

Non, des migrants n'ont pas incendié un centre par manque de Nutella INTOX Se défaussant de toute responsabilité à l’aide d’un habile «selon le Daily Mail», l’hebdomadaire de la droite de la droite Valeurs actuelles (tout comme le site américain Breitbart ou des médias pro-russes) rapporte une histoire surprenante, selon laquelle «des migrants ont mis le feu à un centre d’accueil à Düsseldorf parce qu’il n’y avait pas assez de Nutella et de bonbons disponibles». Une histoire mettant vaguement en cause «des migrants» (combien ?) brûlant un bâtiment pour des sucreries ? Voyons voir… DESINTOX Les faits datent de juin 2016 lorsqu’un centre d’accueil pour réfugiés de Düsseldorf avait été ravagé par le feu suite à l’incendie de matelas par des migrants.

Un guide pour vous aider à vérifier les informations en ligne Comme l’explique très bien le journaliste Farhad Manjoo, dans ce récent (et excellent) article du New York Times intitulé « How the Internet Is Loosening Our Grip on the Truth« , la validation de l’information diffusée sur le web est à la fois critique et complexe. Critique car il faut bien sûr établir au mieux la vérité factuelle, mais çà ce n’est pas nouveau. Complexe car la multiplication des sources peut finalement se révéler contre-productive. « Jungle » de Calais : la fausse photo de migrants souriant devant leurs tentes en flammes Avec le démantèlement de la « jungle » de Calais, des photos antidatées de tentes brûlées en Slovénie il y a un an ont refait surface sur Twitter. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs L’évacuation très médiatisée de la « jungle » de Calais, mercredi 26 octobre, a été très commentée sur les réseaux sociaux.

Dans la capitale mondiale des fausses informations «Les usines ont fermé, les emplois se sont évaporés. L’équipe locale de football est passée de la première à la troisième division. Le seul cinéma de la ville a plié bagages il y a quinze ans. Le centre-ville s’est fané.» Il pourrait s’agir d’un de ces reportages sur la «Rust belt» américaine, territoires désindustrialisés dont le vote a été déterminant dans la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis. Sauf que cet article publié dans Wired est consacré à Vélès, 44.000 habitants, discrète deuxième ville de Macédoine, qui l’est de moins en moins depuis qu’une activité médiatique de niche y prospère sur les ruines de l’activité industrielle passée.

Hooligans à l’Euro : Olivier Mazerolle abusé par un photomontage de pelle dans un stade Le journaliste de RTL a interrogé le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, sur la présence d’un homme armé d’une pelle au Stade-Vélodrome. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard Plus que par le terrain (malgré, tout de même, une égalisation russe à la dernière minute), le match Angleterre-Russie, samedi 11 juin, a surtout fait parler de lui par les incidents qu’une minorité de « supporteurs » russes et britanniques ont provoqué à Marseille les jours précédant la rencontre, ainsi qu’après le coup de sifflet final. Plusieurs peines de prison ferme ont été prononcées lundi et des supporteurs russes vont être expulsés de France.

S'informer avec les médias sociaux Cet article à été initialement diffusé dans le numéro de mars du journal Epicure (version collège en page 18 et version lycée en page 17) Presse écrite, radio, télévision d’un côté ; blog, médias sociaux de l’autre. Nous avons désormais le choix pour nous informer. Mais dans cette jungle informationnelle, qui parfois se contredit, qui croire ? Quelle stratégie adopter pour s’informer et ne pas être manipulé. Médias traditionnels versus réseaux sociaux Ces photos trompeuses qui circulent après les attentats du 13 novembre à Paris Certains internautes profitent de l’émotion collective pour manipuler des images sur les réseaux sociaux. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Entretenir la psychose, faire le buzz, diffuser de fausses informations pour attiser la haine… Les photos détournées qui ont commencé à circuler après les attentats de Paris montrent une nouvelle fois combien certains internautes profitent de l’émotion collective pour manipuler les images à des fins peu avouables, sans que ceux qui les partagent ne s’aperçoivent de la tromperie.

Related: