background preloader

Quand les mots valent de l’or, par Frédéric Kaplan (Le Monde diplomatique, novembre 2011)

Quand les mots valent de l’or, par Frédéric Kaplan (Le Monde diplomatique, novembre 2011)
Le succès de Google tient en deux algorithmes : l’un, qui permet de trouver des pages répondant à certains mots, l’a rendu populaire ; l’autre, qui affecte à ces mots une valeur marchande, l’a rendu riche. La première de ces méthodes de calcul, élaborée par MM. Larry Page et Sergey Brin alors qu’ils étaient encore étudiants en thèse à l’université Stanford (Californie), consistait en une nouvelle définition de la pertinence d’une page Web en réponse à une requête donnée. En 1998, les moteurs de recherche étaient certes déjà capables de répertorier les pages contenant le ou les mots demandés. Mais le classement se faisait souvent de façon naïve, en comptabilisant le nombre d’occurrences de l’expression cherchée. Au fur et à mesure que la Toile s’étendait, les résultats proposés aux internautes étaient de plus en plus confus. — L’enchère sur un mot-clé. — Le calcul du score de qualité de la publicité. — Le calcul du rang.

http://www.monde-diplomatique.fr/2011/11/KAPLAN/46925

Related:  Présence numériqueLecturesMarque-pagesInternet et libertés

Piratage: comment protéger efficacement mes mots de passe [TUTO] Souriez, vous êtes sur le point de vous faire hacker. Les studios Sony peu avant Noël, le compte Twitter de l'armée américaine, le journal Le Monde le 18 janvier dernier, des sites de nombreuses municipalités françaises et régulièrement votre voisin de palier... On ne compte plus les victimes de piratages, encore plus nombreuses depuis que la France est dans la ligne de mire du cyber djihad. Dans la plupart des cas, la porte d'entrée des hackers était un simple mot de passe, subtilisé, ou "forcé", parce que beaucoup trop mal protégé. L'Express fait le point sur nos mauvaises habitudes en ligne et sur les bonnes pratiques à adopter pour éviter de voir sa vie numérique toute entière tomber dans l'escarcelle d'une personne mal intentionnée.

L’autonomie de l’apprenant et les TIC - Monique Linard Considérons comme théoriquement acquis, pas dans les pratiques mais au moins en théorie, le fait que plus personne ne rêve de faire une formation à distance uniquement en virtuel. Considérons aussi acquis le fait que plus personne ne rêve de faire passer la technologie en premier et la réflexion pédagogique en second. Tenons également pour avérés les trois points ou conditions développés par M. Trindade.

Google, l’araignée qui a colonisé le Web « Nous sommes capitalistes » : Google et l’industrie de la connaissance En quelques années, Internet s’est imposé dans le quotidien de milliards d’êtres humains à travers le monde, à tel point que certains se demandent à quoi pouvaient bien ressembler leurs existences avant d’être connectées. Avec le réseau sont apparus une multitude de services et d’interfaces qui se sont livré bataille, avant que quelques mastodontes, les GAFA – Google, Apple, Facebook et Amazon – ne parviennent à devenir omniprésents sur les cinq continents, en irriguant la Toile de leurs noms et produits. Des quatre, Google est sans aucun doute le plus influent : ses concepteurs, Larry Page et Sergueï Brin, ont profité de l’explosion de la bulle Internet au début des années 2000 pour imposer leur moteur de recherche au plus grand nombre. La recette du succès ?

Ce que Google sait de vous… parce que vous le lui donnez Le bref article traduit ci-dessous ne fait que réunir et rassembler commodément des liens vers des ressources qui ne sont nullement secrètes. C’est au contraire tout à fait ouvertement que Google met à votre disposition ce qu’il sait de vous, il vous suffit de rechercher dans les paramètres de votre compte Google (mmmh car vous en avez encore un n’est-ce pas ?). Vous vous demandez sans doute alors pourquoi un article du Framablog vous invite à cliquer sur les liens… Google, alors que nous sommes engagés dans une campagne à long terme pour vous inciter à vous déprendre de son emprise. Disons que c’est une façon rapide et frappante de prendre conscience de ce que nous sommes devenus pour cette entreprise : des données monnayables.

Rédiger ses travaux Programme de développement des compétences informationnelles Développé par le Réseau de l’Université du Québec, le Programme de développement des compétences informationnelles (PDCI) guide l’étudiant dans les différentes étapes de réalisation d’un travail. Rédiger son travail : regroupement de plusieurs guides de rédaction selon le type de travail à remettre, de ressources d’aide à la rédaction de références bibliographiques et de pratiques à suivre pour éviter le plagiat. Guide de présentation des mémoires et des thèses Le Guide de présentation des mémoires et des thèses regroupe un éventail d’informations relié au processus de réalisation d’un mémoire ou d’une thèse.

Les alternatives Linux aux logiciels Windows Il est parfois difficile quand on vient de nombreuses années d’utilisation de Windows de se familiariser au monde de GNU/Linux. Le système d’exploitation est différent, cela demande un temps d’adaptation mais on finit par s’y faire avant de finalement le trouver super. Perdre l’usage de tous les logiciels qu’on avait l’habitude d’utiliser est beaucoup plus déroutant. Quelle est l’alternative Linux à Photoshop? Voilà le genre de questions que l’on se pose tous quand on découvre l’univers du pingouin. Dans ce billet nous essaierons de faire un tour des alternatives Linux aux logiciel dédiés à Windows en espérant que cela puisse vous aider un peu

Connaître et contrôler ce qu'on enregistre sur vous  Diffusion de données personelles / traces / e-reputation Cours en ligne sur la diffusion des données personnelles sur Internet : notions de droit à la vie privée, de e-réputation ; conseils à mettre en pratique, vidéo de prévention CNIL et des informations complémentaires dans la rubrique "le saviez-vous ?". Fiche détaillée Ressource créée le : 06/07/2011 Ressource mise à jour le : 06/07/2011 Caramba, mes étudiants n'ont pas (tous) hacké mon examen ! · Publié le 29 juin 2014 par Damien Van Achter Il y a 5 ans, quand j’ai commencé à donner ce cours de « Culture numérique » à l’IHECS, je n’imaginais pas que les 20 étudiants du départ deviendraient 80 et que je ne verrais leur tête pour la 1ère fois que le jour-même de l’examen. Au fil des ans, ce cours baptisé initialement « atelier multimédia », s’est en effet progressivement mué, par la force du nombre, en laboratoire d’apprentissage à distance, composé essentiellement de lectures et de vidéos partagées au gré de ma veille, de « bons liens » issus de mon réservoir perso , de sessions de Google Hangout sous forme de « how to, de quizz hebdomadaires (mais facultatifs), d’exercices pratiques (et obligatoires) et de conversations quasi permanentes sur Twitter (un peu) et Facebook (beaucoup). Avec au bout du compte, un examen « ouvert », avec accès à internet, un dispositif de surveillance volontairement absent et un questionnaire à remplir sur Google Doc.

ProtonMail : faut-il faire confiance aux Suisses? - Cantos numériques Rédigé par Christophe 1 28 mai 2015 Logiciels libres courriel sécurité protection vie privée webmal Snowden Je ne sais plus quel film avait cette réplique : « en Suisse, l'important n'est pas de s'arrêter au rouge mais de montrer qu'on le fait ». ProtonMail, malgré sa réputation de webmail ultra sécurisé a tout de même gardé ce caractère atavique du Suisse moyen.

Pourquoi Facebook et Instagram font-ils de nous des losers ? Plages paradisiaques, hamburgers alléchants et soirées déjantées, voilà ce que l’on voit passer en quasi-permanence sur nos timelines Facebook et Instagram. Et pour cause, sur les réseaux sociaux, armes fatales du personal branding, on ne dévoile que ce l’on veut bien et en particulier ce qui est susceptible de faire saliver nos voisins virtuels. Ces mises en scène incessantes, celles des autres mais aussi les nôtres, peuvent-elles nous impacter négativement et nous rendre, au final, malheureux? “Depuis l’arrivée de Facebook et d’Instagram, j’ai compris que tout le monde ne montre de sa vie que ce qu’il veut bien”, écrit Nathanaël Rouas, dans son livre Le bomeur, paru en 2014, qui raconte le parcours du combattant d’un jeune chômeur bobo qui essaie de rester cool.

Des dispositifs en ligne pour personnaliser l’apprentissage tout au long de la vie : quelques recommandations 1L’éducation et la formation tout au long de la vie (EFTLV) grâce aux technologies web et aux applications pédago-technologiques permettent aux dispositifs en ligne de personnaliser l’apprentissage aux besoins de chacun. 2Afin d’assurer les conditions gagnantes pour favoriser l’apprentissage tout au long de la vie, des recherches de développement et évaluatives ont été entreprises depuis les 18 dernières années par des équipes du Centre d’expertise et de recherche sur l’apprentissage à vie (SAVIE) afin de construire des dispositifs d’apprentissage personnalisé (DAP) et de soutien à l’apprentissage à l’aide d’une plateforme de conception Personn@lisa et de les expérimenter auprès des milieux de formation formelle et non formelle. 3Après une mise en contexte, nous ferons état des résultats de nos études sous forme de recommandations pour tous ceux et celles qui souhaitent développer des DAP. La personnalisation de l’apprentissage

Edward Snowden : «Pendant que vous lisez ceci, le gouvernement en prend note» Il y a exactement deux ans, trois journalistes et moi travaillions avec fébrilité dans une chambre d’hôtel de Hongkong, attendant de voir comment le monde réagirait face à la révélation que l’Agence nationale de la sécurité (NSA) enregistrait des informations relatives à presque chaque appel téléphonique aux Etats-Unis. Les jours qui ont suivi, ces journalistes et d’autres ont diffusé des documents révélant que les gouvernements de pays démocratiques effectuaient un suivi des activités privées de citoyens ordinaires qui n’avaient rien à se reprocher. Au bout d’à peine quelques jours, le gouvernement américain a réagi en portant plainte contre moi en vertu de lois sur l’espionnage datant de la Première Guerre mondiale. Des avocats ont indiqué aux journalistes qu’ils risquaient d’être arrêtés ou cités à comparaître s’ils retournaient aux Etats-Unis. Des politiciens se sont hâtés de condamner notre initiative, la qualifiant d’antiaméricaine, affirmant même qu’il s’agissait de trahison.

Le droit à l’oubli sur Internet : une idée dangereuse Dans son dernier rapport annuel, la défenseure des enfants aborde la question de donner aux adolescents la possibilité d’effacer d’Internet les données personnelles qu’ils peuvent regretter, en grandissant, d’y avoir mis un peu trop vite… Mais ce ne sont pas les seuls à avoir besoin d’être protégés dans ce domaine. Bien des adultes, notamment après une séparation ou un divorce, aimeraient pouvoir faire disparaître les images de leur vie privée passée qui peuvent s’avérer problématiques lors de la construction d’une nouvelle relation. On peut aussi évoquer les étudiants qui signent hâtivement des pétitions en ligne qui resteront plus tard accessibles à leurs éventuels futurs employeurs. Pourtant, la possibilité d’effacer est-elle bien la solution ? Si une technologie simple permettait à chacun de faire disparaître d’Internet ce qui lui déplaît, le risque ne serait-il pas que chacun fasse encore moins attention à ce qu’il y met ? Sans compter que la vie ne s’arrête jamais.

Related: