background preloader

La programmation pour les enfants: et pourquoi pas le code en LV3 ?

La programmation pour les enfants: et pourquoi pas le code en LV3 ?
Alors que l’informatique est omniprésente et que l’initiation –même superficielle– à la programmation semble plus nécessaire que jamais, son enseignement se raréfie et les salles de classe se vident petit à petit. Des mots, des conjonctions, des signes de ponctuation et des symboles mathématiques s’imbriquant dans un ordre mystérieux: voilà ce que voit un néophyte confronté à des lignes de code. Ce néophyte, c’est moi, c’est peut-être vous, c’est en tout cas la majeure partie de la population qui n’a pas été mise dans la confidence. Pourtant, les bases de la programmation informatique ont bel et bien été enseignées dans les lycées français. Le Plan Informatique pour Tous, présenté en 1985 par Laurent Fabius, alors Premier ministre, a équipé les écoles en matériel offrant aux élèves –et avant eux à leurs enseignants– un premier contact avec les ordinateurs. Back to Basic Machine à penser et outil à tout faire, l’ordinateur est envisagé comme un moyen de connaissance et d’interaction. Related:  Lectures

Utiliser un langage de programmation au collège En classe de 3e, deux parties du programme m’ont incité à utiliser un langage de programmation durant quelques séances. Il s’agit d’une part de la notion de fonction et d’autre part de l’introduction des probabilités. Concernant les fonctions, le formalisme des langages de programmation me semblait donner une motivation au formalisme Mathématique. Les algorithmes comme ensembles de procédures permettant de fournir un résultat sont assez présents dans le programme de 3e (en Arithmétique et en Calcul littéral notamment). Les travaux proposés aux élèves mettent l’accent sur deux objectifs didactiques : faire apparaître l’image d’un nombre par une fonction comme le résultat d’un ensemble de commandes construites auparavant. mettre en défaut le modèle spontanné d’équiprobabilité sur un exemple d’expérience aléatoire à deux épreuves (voir la page 10 du document d’accompagnement sur les probabilités en 3ème) Pourquoi pas le tableur ? Choix du langage être simple à installer 1. 2. 3. Conclusion

Loppsi : la police va bien utiliser ses super logiciels espions Montage représentant une main sortant d’un écran d’ordinateur (Don Hankins/Flickr/CC). « Keylogger » : le gros mot est lâché. Les logiciels espions font leur entrée officielle dans l’arsenal que la police peut utiliser pour mener des opérations de surveillance, dans le cadre d’enquêtes visant les terroristes présumés ou les personnes suspectées de crimes en bande organisée. La loi Loppsi 2 sur la sécurité, promulguée en mars 2011, restait dans le flou sur les moyens exacts donnés à la police pour surveiller communications et données numériques. Les circulaires diffusées par le ministère de la Justice fin août sont plus précises : elles expliquent aux procureurs et policiers comment ils doivent concilier les interceptions téléphoniques et électroniques standards avec les nouvelles « mesures de captations informatiques » prévues dans le texte. Contourner la perquisition « Ces nouveaux dispositifs ne visent plus uniquement les correspondances, mais toute forme de document informatique. »

L’apprentissage de la programmation informatique à l’école primaire et secondaire De plus en plus, sur le web, on s’interroge sur l’enseignement de la programmation à l’école. Cela fait trente ans que je milite pour que nos enfants apprennent à programmer. Cette question est cependant assez complexe ; je jette ici quelques éléments qui pourront , je l’espère, s’ajouter à une réflexion sérieuse sur le sujet. Parmi ces éléments, je traiterai des apprentissages particuliers en programmation et des embûches à ces apprentissages. Ce que l’élève apprend Qu’est-ce que l’élève apprend en programmant un ordinateur ? Je crois que l’élève, en programmant, devient concepteur c’est-à-dire un créateur. L’élève apprend à travailler par projet. «[...] Si la programmation apporte tant, pourquoi donc ne l’apprend-on pas à l’école ? Les embûches à ces apprentissages en milieu scolaire Plusieurs embûches bloquent la possibilité d’organiser un apprentissage de la programmation à l’école. -L’aconnaissance des enseignants. - La mauvaise expérience de plusieurs avec l’ordinateur.

La vidéo francisée des 20 ans du noyau Linux Le noyau Linux a 20 ans. C’était en effet le 25 août 1991 que Linus Torvalds (qui fait justement l’objet de la librologie de la semaine) a en effet posté son célèbre message. Pour l’occasion la Linux Foundation nous a proposé un petit clip anniversaire que nous avons non seulement sous-titré (merci Framalang) mais également doublé en français (merci Padoup-Padoup). La vidéo en VO STFR Loaded: 0% Progress: 0% —> La vidéo au format webm—> Le fichier de sous-titres La vidéo en VF —> La vidéo au format webm Sur le même sujet, on pourra également lire la très intéressante interview donnée par Torvalds à LinuxFr. Transcript URL d’origine du document L’histoire de Linux (à l’occasion de son 20e anniversaire) Notre histoire commence il y a vingt ans. C’est en août 1991 qu’un étudiant en informatique de 20 ans nommé Linus Torvalds s’est assis devant son écran à Helsinki pour envoyer un des plus célèbres messages de l’histoire de l’informatique Des entreprises ont basé leur activité sur Linux.

Java's Cool - Cadrage Trois étapes dans l'apprentissage de l'informatique. Il faut être clair : à l'ère numérique dans laquelle nous vivons, les fondements de l'informatique constituent un savoir indispensable comme peut l'être la lecture ou l'écriture, et tôt ou tard (et plutôt tantôt que trop tard !), c'est une discipline à part entière qu'il faut pouvoir enseigner à nos jeunes, probablement en trois étapes : [primaire-collège] Apprentissage de l'usage des outils : apprendre à utiliser les outils : édition, communication, (et un clavier !) Sans oublier, à tous les niveaux, le développement de la réflexion et de la culture : comprendre d'où vient l'informatique, ce qu'elle change au niveau de notre société, etc.. Un levier: l'apprentissage de la programmation. On peut dire, comme l'enseigne Gilles Dowek, que, au confluent des quatre clés de voûte de l'informatique (Algorithme, Langage, Information, Machine), il y a la programmation. De quelques perspectives pédagogies. Quand le professeur apprend avec l'élève.

Les vrais Net-goinfres, ce sont les FAI Ancien consultant en stratégie, notamment pour de grands groupes de télécoms, président d'un fonds de capital développement qui investit entre autres dans des sociétés Internet, Henri de Bodinat a du mal à avaler le discours des FAI. Coup de gueule. Monsieur Lévy [Jean-Bernard Lévy, ndlr], le patron de Vivendi (SFR), celui de Deutsche Telekom, et celui d’Alcatel ont récemment planché devant la Commission européenne, et ont récemment publié dans Le Monde une tribune libre, expliquant onctueusement que pour le bien de tous, pour permettre de financer les investissements épouvantablement lourds en fibre optique, et pour permettre un accès sans problème aux sites Internet consommateurs de bande passante, comme YouTube, il fallait… faire payer les opérateurs de ces sites Internet… Faire payer ceux qui leur ont permis de réaliser des profits importants Cette proposition est à la fois indécente et destructrice de valeur. Un nouveau clou dans le cercueil de nos économies Image CC Flickr CaptPiper

Pas besoin de savoir programmer pour comprendre les fondements de l'informatique ou utiliser les logiciels Est-il besoin de savoir programmer pour comprendre les fondements de l'informatique ou utiliser les logiciels ? François Élie, Bastien Guerry , Dominique Lacroix, Philippe Lucaud, Charlie Nestel, Cécile Picard-Limpens, Thierry Viéville Ce texte collectif fait la synthèse d'échanges sur la liste de diffusion du groupe ITIC de l'association Enseignement Public et Informatique (EPI : www.epi.asso.fr), produits à la suite du partage des références : « Why everyone should learn programming » (2010), Daniel Shiffman & Mark Webster [1], et « Comment développer la culture en informatique : en l'enseignant dès le lycée » (2010), Antoine Petit [2]. Deux questionnements Une aristocratie et un tiers-état de l'informatique en quelque sorte [3]. Comme s'il n'existait pas d'ingénierie informatique, fondée pour une grande part sur des mathématiques appliquées... Des utilisateurs à la merci des concepteurs en quelque sorte. Cinq clés pour y répondre Cinq clés permettent de briser cette double idée reçue. 1.

Machines hostiles, par Jean-Noël Lafargue Il n’est pas difficile de faire l’expérience de la violence des portillons automatiques dans les couloirs du métro parisien. Un défaut d’attention, un mouvement décalé, un sac à dos un peu large, un enfant tenu par la main qui n’accepte pas de se presser… et la tenaille de caoutchouc broie les épaules ou frappe les tempes. L’aventure fait sourire les usagers quotidiens du métro : ceux-là ont appris à s’adapter aux machines. Les victimes elles-mêmes n’incriminent que leur propre maladresse. L’apparente logique du contrôle des billets (à la rationalité économique fort discutable) crée d’autres contraintes. D’innombrables dispositifs programmés gèrent ou assistent notre quotidien. Taille de l’article complet : 1 649 mots. Lycées, bibliothèques, administrations, entreprises, accédez à la base de données en ligne de tous les articles du Monde diplomatique de 1954 à nos jours. (3) John Maeda, Maedamedia.Journal d’un explorateur du numérique, Thames & Hudson, Paris, 2000.

«Au primaire, l'informatique ne doit pas se réduire à Word» Sélectionné par la rédaction Crédits photo : ShanePope - Flickr CC VOTRE AVIS – À la place des cours d'apprentissage à Word et Excel dans les écoles primaires, les élèves britanniques vont apprendre à coder des programmes. Qu’apporte l’introduction de la programmation? Au regard des commentaires de nos lecteurs, les heures passées à l’école devant Word ou Excel sont rébarbatives. Selon notre internaute Robert43, le codage et la programmation présentent des vertus non négligeables pour la structuration intellectuelle des écoliers. Enseigner la programmation est-il prioritaire? En dépit des effets bénéfiques apparents de la programmation, tous ne partagent pas les points de vue précédemment évoqués. Comment mettre en place la programmation dans le cursus scolaire? Vincent, actuellement lycéen en classe de première estime que : «Les élèves apprennent l’informatique lorsqu’ils en ont besoin : ce n’est pas une chose bien compliquée pour notre génération.

Hacker le domaine public La semaine dernière a été une semaine de deuil pour le domaine public, à double titre. Michael Hart, pionnier de l’édition électronique et père du projet Gutenberg, est mort après avoir consacré sa vie à favoriser la libre diffusion des textes du domaine public. Avec Wikisource et Internet Archive, le projet Gutenberg était l’un des rares espaces du web où l’on pouvait encore trouver du domaine public « à l’état pur », sans couches de droit plus ou moins illégitimement rajoutées. Hervé Le Crosnier, sur son blog Mediapart, explique bien en quoi une initiative comme le projet Gutenberg est essentielle pour la vitalité du domaine public : Le projet Gutenberg, avec ses 37000 livres en 60 langues, est aujourd’hui une des sources principales de livres numériques gratuits diffusés sous les formats actuels (epub, mobi,…) pour les liseuses, les tablettes, les ordiphones, et bien évidemment le web. La durée de protection par le droit d’auteur doit être réduite. WordPress: J'aime chargement…

Algorithmique et programmation : réflexions et expérimentations Exposé fait au séminaire de l’IREM le mercredi 28 octobre 2009 : réflexions générales sur l’introduction de l’algorithmique en Seconde, choix du logiciel le mieux adapté, progression pour insérer des activités algorithmiques tout au long de l’année dans chaque partie du programme, compte rendu de l’expérimentation réalisée en classe depuis le début de l’année. Pour aller plus loin, les documents ayant servi de support aux stages animés par Isabelle Abou pour les professeurs de Seconde sont disponibles sur IcosaWeb . Pourquoi l’algorithmique ? Nécessité pour l’École de s’inscrire dans la société civile où les média sont omniprésents. L’utilisation des TIC devient une pratique incontournable de l’enseignant et de l’élève. Recherches actuelles en algorithmique De nombreuses recherches et problèmes mathématiques sont en inter-relation avec les recherches en algorithmique. Beaucoup de colloques concernent les recherches de pointe en algorithmique. Apports de l’algorithmique Choix d’AlgoBox

Hackons l’école ! À l'occasion de la rentrée, OWNI hacke l'Education nationale. Pour se préparer au monde de demain, une autre pédagogie existe, celle des hackers. Les hackerspaces et les makerspaces, ces lieux physiques où se réunissent les hackers, « sont les écoles du futur ». Tel est le credo de James Carlson, fondateur de The School Factory [en] une association qui accompagne la création de ces endroits dédiés aux expérimentations électro-informatiques et au Do It Yourself (DIY, « fais-le toi-même »). Et il parle d’un futur très proche : « Que voulons-nous dire par le terme “école” en 2020 ? Les honneurs du ratage « Le premier qui a dix réponses justes reçoit un bon point. » Quel jeune élève n’a jamais entendu ce genre de promesses ? Le système actuel récompense les couards qui ne font pas d’erreurs. La pratique contre la théorie Le premier jour, ils nous ont regardés bizarrement, une élève est passée et nous a dit : “mon câble de console de jeu a été mangé par mon lapin, pourriez-vous me le réparer ?”

Related: