background preloader

Affaire TMG (Hadopi) : une étrange plainte déposée par la CNIL

Affaire TMG (Hadopi) : une étrange plainte déposée par la CNIL
Souvenez-vous. Avant l'été, des données issues d'un serveur de la société nantaise chargée de collecter les adresses IP des internautes pour les transmettre à l'Hadopi avaient fuité, laissant présager la possibilité d'une importante faille de sécurité dans la riposte graduée. Tout a été fait depuis pour minimiser la portée de l'affaire, l'Hadopi se contentant du minimum syndical en suspendant la réception automatisée des adresses IP, sans interrompre ses relations commerciales avec TMG. Tout juste sait-on que la CNIL avait jugé, dans une mise en demeure, que la société s'était rendue coupable d'un "certain nombre de manquements aux obligations de sécurité, incompatibles avec l'activité de TMG : manque de rigueur dans la mise à jour des équipements informatiques, mesures de sécurité physique défaillantes et absence de procédure formalisée garantissant la bonne application de ces mesures". De là à penser que la plainte vise à identifier la source du journaliste, il n'y a qu'un pas. Related:  Lectures

Des chercheurs ont mis au point le matériau le plus léger au monde Des scientifiques viennent de mettre au point le matériau le plus léger au monde. Il s'agirait d'un métal composé à 99.99% d'air. Sa particularité : sa structure est comparable à celle de la tour Eiffel. La masse volumique du micro lattice serait de 0.9mg/cm3 (ou 0.9kg/m3). A titre de comparaison, celle de l'aluminium est de 2 700 kg/m3. Le projet est à l'initiative du DARPA (agence du département de la Défense américain) et le matériau a été développé par l'Université de Californie située à Irvine, le California Institute of Technology (Caltech) et les HRL Laboratories. Sa structure se compose de tubes épais de 100 nanomètres en nickel-phosphore interconnectés les uns aux autres en treillis. Composé essentiellement d'air, il peut être comprimé à 50% de sa taille et retrouver sa taille initiale après cela. Il pourrait être utilisé pour fabriquer des électrodes de batteries mais trouverait aussi des applications pour absorber des vibrations comme le son. [sciencemag via gizmag]

(MàJ) Copie privée : peine d'un million d'euros infligée aux ayants droit - Actu PC INpact Première diffusion 3 décembre 2011 Exclusif PC INPact. Copie France est condamnée à 1 million d’euros au profit de Rue du Commerce. Dans son jugement du 2 décembre, le TGI de Nanterre reproche aux ayants droit des négligences fautives alors qu'ils ont le monopole de la perception de la copie privée en France. En cause, leur inaction à l'égard des cybermarchands étrangers. Le projet de loi Copie privé, adopté à l'Assemblée nationale, sera examiné au Palais du Luxembourg le 19 décembre. En 2007, Rue du Commerce avait tenté en vain d'y remédier en attaquant des sociétés étrangères pour concurrence déloyale. Nouveau front franco-français Rue du Commerce et Patrick Jacquemin, son administrateur, ont donc ouvert un nouveau front, épaulé par l'avocat Cyril Chabert. Pourquoi ? Mais ce n’est pas tout. Qu'en dira le TGI de Nanterre dans son jugement du 2 décembre 2011(*) ? Un marché gris, une concurrence faussée Le test du consommateur lambda A qui la faute ? Mais ce n’est pas tout.

Doom 3 Is Open Sourced The seminalsurvivalhorror game Doom 3 has been open sourced. The source code to the game, which usesthe id Tech 4 engine, has been published under the GPL license making it free to access, modify and distribute under the samelicense. The code ishosted on Github. Plans for the Doom 3 source code to be open-sourced have long been known, but held up by legal issues affecting various elements within the game and its code. The developers behind Doom 3, id Software, have open-sourced several of their games in the past, including Quake 3 which lead to the creation of popular open-source spin ‘Open Arena‘. With a new code base to work from I suspect we will see new, imaginative and wholly native Linux titles spring up over the coming years.

Téléchargement : une loi Hadopi 3 ? - Politique Nicolas Sarkozy a confirmé vendredi 18 novembre sa volonté de mettre en place un Centre national de la musique destiné à favoriser la création musicale et qui serait financé par une taxe sur les fournisseurs d'accès à internet (FAI), lors d'un déplacement à Avignon. "Nous allons mettre en place pour la musique un système qui s'apparente au système du Centre national du cinéma (CNC) pour le cinéma", a déclaré Nicolas Sarkozy au terme d'une réunion des ministres de la Culture de pays du G8 et du G20 consacrée à la création culturelle à l'ère numérique. "Je souhaite que les fournisseurs d'accès, qui sont extrêmement prospères et tant mieux pour eux, puissent contribuer à la création musicale comme contribuent un certain nombre d'acteurs à la création cinématographique", a poursuivi le chef de l'Etat devant ce "Forum d'Avignon". Un rapport remis en septembre au ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a préconisé la création d'un Centre national de la musique sur le modèle du CNC.

La justice européenne s'oppose au filtrage du net Ordonner à un fournisseur d'accès à internet la mise en place d'un système de filtrage et de blocage des communications électroniques afin de protéger les droits de propriété intellectuelle est contraire au droit européen, a affirmé ce jeudi la Cour européenne de justice. L'arrêt porte un coup sévère aux partisans d'un filtrage généralisé sur internet, qui porte atteinte aux droits fondamentaux des citoyens européens, dit en substance la Cour. La justice européenne était appelée à trancher dans un différend opposant la Société belge des auteurs compositeurs (Sabam) au fournisseur d'accès Scarlet Extended. En 2004, la Sabam avait constaté que des internautes, utilisant les services de Scarlet, téléchargeaient sur internet, sans autorisation et sans paiement de droits, des oeuvres reprises dans son catalogue. (Source AFP) Lire les réactions à cet article.

High-Tech : Sarkozy riposte à Hollande sur la suppression de l'Hadopi Le président de la République se dit «sidéré» par la proposition de revenir sur la loi Hadopi, portée par le candidat socialiste. Nicolas Sarkozy continue de défendre l'Hadopi coûte que coûte. À l'occasion de ses vœux au monde culturel, le président de la République a vigoureusement répondu mardi à François Hollande, se disant «sidéré» par la promesse du candidat socialiste de supprimer l'emblématique loi contre le piratage votée durant son mandat. Pour Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait devant un public de créateurs, l'abrogation de l'Hadopi souhaitée par François Hollande trahirait une «absence de courage» électoraliste que les artistes «paieront» tôt ou tard. Le président de la République, qui paraît assumer l'impopularité de la riposte graduée parmi les internautes, a souhaité au contraire «aller plus loin» dans la lutte contre le piratage sur Internet. Un rejet de la licence globale

La Geek connection du hip hop La sixième édition de MusicNetWorks s'est déroulée ce lundi à La Cantine. En fil conducteur, les codes de la culture web et ceux de la street culture. OWNI et Siliconmaniacs reviennent en photos et en podcats sur la soirée. L’intégralité des podcasts est disponible sur Silicon Maniacs. Lundi 21 novembre avait lieu le sixième Music Networks consacré aux musiques urbaines, sur le thème, “Get geek or die trying”. Au programme, un détour du côté des labels, de l’as du marketing Lady Gaga, des nouveaux talents issus du web, ou des parcours atypiques de Tanaïs Gustave, qui a doublé Sony en créant le site N°1 des fans d’Alicia Keys en France. Quels sont les nouveaux usages et les codes des artistes issus du web ? FonkyFlav et Starlion entre deux plateaux @MusicNetworks #6 Get geek or die trying - ©JacobKhrist MNW#6 : Les artistes émergent by Silicon Maniacs MusicNetworks #6 Get geek or die trying- ©JacobKhrist Et si Fifty Cents était un philosophe qui s’ignore ? Quels nouveaux moyens de production ?

Hadopi : François Hollande gardera un "couperet pédagogique" Le changement c'est maintenant, sauf pour le droit d'auteur. A plusieurs reprises, François Hollande a promis ces dernières semaines qu'il abrogerait la loi Hadopi s'il était élu au mois de mai prochain. Mais il est toujours resté très vague sur ce qu'il comptait faire de l'après-Hadopi. Après avoir fait planer un faux doute sur la possibilité qu'il cède à la mise en place d'une licence globale pour légaliser les échanges d'œuvres hors de l'espace marchand, François Hollande a envoyé ses troupes au front pour calmer les ayants droit. Il a été confirmé très rapidement que le candidat socialiste ne proposait pas de licence globale. Pire, il n'y aura aucune légalisation ou même dépénalisation des échanges de fichiers sur les réseaux P2P, qui pourront toujours faire l'objet de poursuites pénales avec des peines maximales de 3 ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende. Ce qui est certain en revanche, c'est que les abonnés paieront davantage sans avoir davantage de droits.

Les agriculteurs payeront des droits de copie privée de leurs semences Une proposition de loi débattue la semaine prochaine à l'Assemblée Nationale prévoit d'obliger les agriculteurs à payer des droits lorsqu'ils voudront utiliser les semences qu'ils auront eux-mêmes produites, dès lors qu'il s'agit de variétés protégées par un droit exclusif. Une situation qui rappelle par certains aspects le droit à la copie privée. Mise à jour – Selon Le Monde, 21 semences seraient concernées par la proposition de loi, adoptée par les députés. Il s’agirait essentiellement de céréales, même si la liste définitive n’est pas encore arrêtée. D’autres semences pourraient être concernées, notamment celles de légumes. Sujet du 25 novembre – Lorsque l’on parle de propriété intellectuelle, les droits d’auteur, les brevets et les marques commerciales viennent immédiatement en tête. Le texte présenté au Parlement provoque la colère des agriculteurs, qui y voient la volonté de les rendre dépendants de l’industrie des semences. Un droit aux semences de ferme, contre rémunération Lire

Hadopi 3 – Le fail annoncé [+ spoilers] Je n'aime pas causer de lutte contre le téléchargement illégal et, d’Hadopi ici, car, j'ai l'impression qu'on tourne en rond, que je re-explique toujours les mêmes choses, mais bon, que voulez-vous, ils ne veulent pas changer d'avis. On ne va pas les refaire malheureusement et moi je suis du genre pédagogue et patient ;-) Après l'échec d'Hadopi 1, l'échec du firewall open office, l'échec d'Hadopi 2, l'échec de la carte musique jeune, l'échec TMG, l'échec du volet pédagogique "Emma Leprince" et ses pôtes... etc., il est temps pour moi de vous spoiler un peu le FAIL de la prochaine saison d'Hadopi, alias Hadopi 3 (ou peu importe son nom...) Le gouvernement vient de découvrir 2 nouvelles choses qui font tache dans le "dream-package" vendu depuis quelques années aux artistes, aux représentants de l'industrie culturelle et aux lobbys (non, cela n'a rien à voir avec l'allaitement maternel ou le piratage de BlackBerry, je vous rassure). Ces 2 choses sont : OMG !! Ils sont forts non ? C'est beau.

Vers une économie de la contribution La solution du capitalisme à bout de souffle pourrait bien être à chercher du côté des logiciels libres. Bernard Stiegler, philosophe, appelle à passer "du consumérisme toxique à une économie de la contribution". Ce n’est plus un secret pour personne : le capitalisme est en train d’être dévoré par ses propres effets toxiques. En 2005, parmi d’autres voix peu écoutées alors, une association française, Ars Industrialis, lancée par quatre philosophes et une juriste, avait sonné le tocsin. Aujourd’hui, l’association comporte plus de 500 membres, économistes, philosophes, informaticiens et toxicologues (car le capitalisme est devenu “addictif” et “pulsionnel”) confondus et ne semble pas s’être trompée de sonnette d’alarme. Malaise du consumérisme L’homme habite un petit moulin industriel reconverti en maison à Epineuil-le-Fleuriel, au beau milieu de la France paysanne. Le problème du capitalisme, c’est qu’il détruit nos existences. Où se situe la solution ? Poison et remède Telecomix GlobaLeaks

L’empire Hollywood attaque Internet Aux États-Unis, les lobbyistes des industries culturelles soutiennent plusieurs projets de loi pour renforcer les moyens de lutte contre le piratage. Quitte à autoriser des attaques en règles, en bloquant l'accès à des sites. Sauf mention contraire, les liens de cet article sont en anglais. Les lobbyistes d’Hollywood font pression pour faire adopter devant le Congrès américain une importante réforme législative, qui prévoit le filtrage et le blocage systématiques des sites soupçonnés d’encourager le piratage d’œuvres protégées. [Cette loi] signifierait la fin d’Internet tel que nous le connaissons. La démocrate Zoe Lofgren, représentante élue de la Silicon Valley, emboite le pas “d’éminents activistes et des ingénieurs réseaux qui ont émis des réserves et méritent largement d’être pris en considération”. “Peine de mort” pour les sites Internet Faire disparaître les sites Internet qui font prétendument entorse au droit d’auteur est une idée qui a fait du chemin. Guerre des lobbys

Dissection d’une nouvelle cyberarme En 2010, la découverte de Stuxnet changeait la donne en matière de cyberarme. Son perfectionnement dépassait les attentes. Aujourd'hui, une nouvelle cyberarme, baptisée Duqu, confirme qu'une étape a bien été franchie. Analyse de Félix Aimé, consultant en sécurité informatique. Ces deux dernières années, deux malwares se sont illustrés dans le cyberespace par leur complexité, mais aussi par leur utilité stratégique. Plus d’un an après la découverte de Stuxnet, un autre logiciel malveillant fait son apparition dans le cyberespace. Vulnérabilité non connue Sa méthode de déploiement était triviale, mais son code diffère des autres trojans habituellement rencontrés dans ce type de campagne d’espionnage. Comparaison d’un extrait du code entre Stuxnet et Duqu, laissant penser que les deux sont l’oeuvre d’un seul et même groupe Duqu a été repéré la première fois en octobre 2011 par un laboratoire hongrois de sécurité informatique dénommé Crysys. Stuxnet, la première cyberarme

Socrates : le romantique et le révolutionnaire S'il est un footballeur qui, à l'heure de sa nécrologie, est difficile à réduire à une de ses facettes, c'est bien Socrates, décédé ce week-end. Médecin, demi-frère de Rai, alcoolique avoué dans ses dernières années, il fut un footballeur exceptionnel et intimement lié au Brésil romantique de Telê Santana, mais aussi un insurgé lorsqu'il prit la tête, avec quelques autres, de la "Démocratie corinthiane", une expérience d'autogestion au sein du club des Corinthians de Sao Paulo qui constitua un spectaculaire mouvement d'opposition à la dictature militaire d'alors. On peut entrer dans l'histoire du football avec les habits des perdants magnifiques: tel fut le destin de la Seleçao de Telê Santana, vaincue à la Coupe du monde 1982 par le fameux réalisme italien, puis lors de l'édition 1986 au terme du mythique France-Brésil. Entre 1981 et 1985, avec ses compères Wladimir, Casagrande ou Zé Maria, Socrates aura incarné plus qu'une philosophie du jeu.

Related: