background preloader

Vers une économie de la contribution

Vers une économie de la contribution
La solution du capitalisme à bout de souffle pourrait bien être à chercher du côté des logiciels libres. Bernard Stiegler, philosophe, appelle à passer "du consumérisme toxique à une économie de la contribution". Ce n’est plus un secret pour personne : le capitalisme est en train d’être dévoré par ses propres effets toxiques. Aujourd’hui, l’association comporte plus de 500 membres, économistes, philosophes, informaticiens et toxicologues (car le capitalisme est devenu “addictif” et “pulsionnel”) confondus et ne semble pas s’être trompée de sonnette d’alarme. Malaise du consumérisme L’homme habite un petit moulin industriel reconverti en maison à Epineuil-le-Fleuriel, au beau milieu de la France paysanne. Au 20ème siècle, un nouveau modèle s’est substitué au capitalisme industriel et productiviste du 19ème : le consumérisme, qu’on assimile au Fordisme et qui a cimenté l’opposition producteur/consommateur. Le problème du capitalisme, c’est qu’il détruit nos existences. Poison et remède

Bernard Stiegler – A voix haute XEnvoyer cet article par e-mail Bernard Stiegler – A voix haute Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Fermer “Nous ne sommes plus dans une économie du désir mais de la dépendance” Pulsionnelle, standardisée, addictive. « Ce qui caractérise notre société actuelle selon moi, c’est son caractère pulsionnel. Du besoin au désir En 1907-1908, une autre forme de capitalisme se met en place sous l’influence de Henry Ford qui, le premier, adopte la production à la chaîne. Du désir à la pulsionMaintenant, voyons l’effet que cela a produit sur la société. La perte de singularité C’est ce processus de destruction du lien social qui fait que l’on assiste à la disparition progressive du désir et à la montée des pulsions. Le sentiment d’exister J’ai étudié Richard Durn, cet homme qui n’était pas un criminel, pas un border-line, qui avait fait des études, qui se disait écolo et qui, en 2002, a assassiné plusieurs membres du conseil municipal de Nanterre au pistolet-mitrailleur. Par Caroline Castets

Monkeybread Software - Software - Combine PDFs 5.1 Source code Version History Download CombinePDFs Online Store Belorussian translation Spanish translation New in version 5.1: Pages can be marked to have no page number.Added French and Italian translation.Remembers more settings.Merge button is back.Better overlays.Version History In the year 2003, in the German newsgroup someone looked for an application to combine several PDF files easily. Over the years the software got a lot of attention. Drop some PDF or picture files on the application or the main window. About the PDF boxes: Every page has a different sizes depending on what area was defined to create it, how large it is used for content or where it is suggested to be cropped. Since 2011 our application is availble in the App Store. Features Requires Mac OS X 10.4 or newer. Works with Mac OS X 10.6 Snow Leopard and Mac OS X 10.7 Lion. Version 4.x fails on Mac OS X 10.7 Lion, but version 5.x works fine. Translations French by Stephane Pinel. Italian by Federico Magonio. Order license

"Free !" : pourquoi l'économie de demain sera gratuite Eco89 publie un extrait du nouveau livre de Chris Anderson, mode d’emploi du commerce à l’ère du tout numérique. Faux billet de zéro dollar à l’effigie de George Bush (DR) Le meilleur moyen de gagner de l’argent ? Tout proposer gratuitement ! C’est la thèse surprenante de Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired, le magazine de référence du web et du numérique. Chris Anderson n’en est pas à son coup d’essai. Avec Free ! Une gratuité complète (grâce à la pub notamment), ou partielle voire factice (en faisant payer des services complémentaires, par exemple). Dans cet extrait, Anderson présente les « règles du gratuit » et « les dix principes du raisonnement d’abondance ». Si c’est numérique, tôt ou tard cela sera gratuit. Sur un marché concurrentiel, les prix chutent jusqu’au coût marginal. Les atomes aimeraient bien être gratuits aussi, mais ils n’y mettent pas autant du leur. Hors du domaine numérique, les coûts marginaux tombent rarement à zéro. Vous n’arrêterez pas le gratuit. ► Free !

Une Redéfinition Du Pouvoir ; La Révolution de l’ère WikiLeaks - Synthèse Aujourd'hui nous vous proposons un long texte, générant une pensée complexe mais accessible. Il est la traduction collaborative du texte de Nozomi Hayase écrit à l'origine en anglais. Nous vous le proposons à la lecture et à la diffusion dans vos réseaux. Il s'agit sans nul doute d'un texte majeur pour notre co-construction : Et voici, en préambule, une synthèse réalisé par Alexis, qui aura été le traducteur le plus productif du texte originel : Les Indignés, Occupons la défense, Occupy Wall Street, France Uncut, Colibri, et tant d’autres, les créatifs culturels, comme les appelle le Nouvel Obs, font la une des journaux, jours après jours, mois après mois. Nozomi Hayase analyse cette redéfinition du pouvoir, la révolution à l’ère de WikiLeaks. Une modification des rapports de forces, car les mouvements actuels ne revendiquent pas de réformes auprès de leurs dirigeants, ils agissent.

Notice explicative du DC4 - Formulaire pour répondre aux marchés publics Déclaration de sous-traitance A – Identification de l’acheteur Reprendre les coordonnées de l’administration qui passe le marché. Exemple : Mairie de X Nom de la personne responsable du marché Adresse Tél E-mail B – Objet du marché public Reprendre l’intitulé de l’objet du marché. Exemple : « Fourniture de ramettes de papier » ou « Réalisation du site internet de la communauté de communes ». C – Objet de la déclaration de sous-traitance Précisez si : · vous joignez votre demande de sous-traitance à votre dossier de candidature, · si vous déposez votre demande une fois que le marché vous a été attribué, · si votre demande annule et remplace une déclaration de sous-traitance exécutée auparavant (dans ce cas, préciser la date de la déclaration antérieure). D – Identification du soumissionnaire ou du titulaire du marché public Indiquez les éléments qui permettent de vous identifier. Société X Adresse : Tél : Fax : E-mail : Siret : Code APE : E – Identification du sous-traitant G – Conditions de paiement

Groupe de travail sur l'économie de la contribution ARCHIVES DE l'ATELIER - Enregistrements audio des séances de l'atelier - Intervention de Bernard Stiegler lors de la séance du 6 Novembre 2010 (video) - Intervention de Bastien Sibille : Entreprises à sources ouvertes - monnaie et dette, séance du 17 décembre 2011 : paix monetaire et financiere au sein de la zone euro - Innonation comme pharmacologie positive au delà de la logique économiste : séance du 4 février 2012 - Propositions pour le financement d'une croissance durable et soutenable : séance du 20 mars 2012 - Energie contributive : séance du 19 mai 2012 - Efficacité énergétique : séance du 28 janvier 2013 Ce groupe de travail « Economie de la contribution », est une thématique au centre de nos préoccupations ; celle-ci a fait l’objet de plusieurs débats au théâtre de la Colline et a été largement abordée dans nos publications, dans nos interventions publiques et dans notre Manifeste 2010.- cf. www.arsindustrialis.org/manifeste-2010 [1] cf. [2] cf. [4] cf. [8] cf. [9] cf. [10] cf.

À propos | Next & CoWorking Les réseaux sociaux nous ont permis de partager nos passions avec des personnes qui nous étaient inconnues. Entre coopérations, partenariats, trocs de compétences et réseautage naissent des idées qui méritent d’être concrétisées. C’est pourquoi Nextformation met à disposition des entrepreneurs et des porteurs de projets, un espace de CoWorking gratuit en semaine de 18h à 22h. Cet espace, dédié à la l’initiative et à la créativité, principalement fréquenté par nos stagiaires et nos clients est aussi ouvert à toutes personnes extérieurs cherchant un lieu de partage pour donner de l’élan à ses projets. Bien desservi, au centre de Paris, cet espace est disponible sous réservation pour tous les porteurs de projets collaboratifs, associatifs ou innovants. La salle la plus spacieuse peut accueillir jusqu’à 50 personnes en format conférence et toutes les salles disposent d’un vidéoprojecteur et d’un accès wifi.

Au fil de mes humeurs... Fiche Libres savoirs, les biens communs de la connaissance Auteur(s) du livre: Ouvrage collectif coordonné par VecamÉditeur: C&F Éditions978-2-915825-06-0Publié en 2011Première rédaction de cet article le 5 novembre 2011 Qu'est-ce qu'il y a de commun entre la paysanne mexicaine qui réclame de pouvoir faire pousser des semences de maïs de son choix, le parisien qui télécharge de manière nonhadopienne un film qu'il ne peut pas acheter légalement, la chercheuse états-unienne qui veut publier ses découvertes sans enrichir un parasite qui vendra très cher le journal scientifique, le programmeur brésilien qui développe du logiciel libre, et l'industriel indien qui veut fabriquer des médicaments moins chers ? Tous veulent pouvoir utiliser librement le savoir issu des communs. Les communs, ce sont tous les biens, matériels ou intellectuels, qui n'ont pas été capturés par des intérêts privés et qui sont gérés ensemble. Cet ouvrage collectif fait le tour de la question pour les communs immatériels, ceux dont l'usage par l'un ne prive de rien les autres.

Related: