background preloader

Les douze travaux d'Hercule

Les douze travaux d'Hercule
Related:  Mythologie, héros, dieuxantiquité

Mythojulie : Arbres généalogiques de la mythologie grecque et romaine Das alte Ägypten, Reise, Bücher, Blog - Selket's Ägypten La Mètis et l’hybris (ou hubris ou ubris) La mètis désigne en grec, non pas l’intelligence, mais une forme particulière d’intelligence et de pensée, fondée sur la ruse, l’astuce, le stratagème, mais aussi la dissimulation, la tromperie voire même le mensonge. La mètis, rappelle Jean-Pierre Vernant, s’épanouit dans la pensée grecque archaïque qui ne fait pas de distinction entre l’être et le paraître, entre le monde des Idées et le monde sensible. Elle s’applique donc à des réalités mouvantes, instables et ambiguës, qui ne se prêtent ni au raisonnement rigoureux, ni à la mesure précise, ni à la mise en système. Elle renvoie aussi bien au savoir-faire de l’artisan, qu’à l’adresse du navigateur évitant les écueils, ou à l’habileté du sophiste. La mètis est le moyen qu’utilise le plus faible pour triompher, sur le terrain même de la lutte, de celui qui est théoriquement le plus fort. Mètis, c’est aussi le nom d’une déesse, première épouse de Zeus et future mère d’Athéna, tel que le raconte Hésiode, dans sa Théogonie.

Travaux d'Hercule VII : Le taureau crétois Eurysthée lui imposa ensuite de capturer le Taureau de Crète qui avait engendré le Minotaure. Bien qu'il soufflât des flammes par son museau, Hercule préféra le capturer à mains nues. VIII : Les chevaux de Diomède Pour son huitième travail, Hercule dut capturer les juments sauvages du roi de Thrace, Diomède. IX : La ceinture de l'Amazone Hippolyte Le neuvième des Travaux fut d'apporter à la fille d'Eurysthée, Admète, la ceinture d'or d'Arès, que portait Hippolyte, la reine des Amazones. X : Géryon Le dixième de ses travaux fut de ramener le troupeau de Géryon qui avait la réputation d'être l'homme le plus fort de la terre. XI : Les pommes du jardin des Hespérides Héraclès avait déja accompli ses dix Travaux mais Eurysthée, qui n'avait compté ni le second ni le cinquième, lui en imposa deux autres. XII : Cerbère Le dernier et le plus terrible des Travaux d'Hercule fut de ramener des Enfers son gardien, Cerbère, le chien à trois têtes. Frédéric Weber

Héraclès – Une autre image du héros Nous connaissons tous Héraclès et ses douze travaux, Hercule et sa peau de lion qui lui couvre la tête et les épaules. À travers ce parcours, nous découvrirons d'autres visages du héros, quelques exploits certes, mais aussi des images plus inattendues qui font partie des collections grecques, étrusques et romaines. Héraclès : homme, dieu ou héros ? Itinéraire jusqu'à la prochaine œuvre : Plusieurs salles du département des antiquités grecques, étrusques et romaines étant actuellement fermées pour réaménagement, ce parcours n’est plus réalisable mais garde néanmoins son intérêt dans une approche thématique des collections. Œuvres à la Loupe Le Scribe accroupi à la loupe | Musée du Louvre Sisyphe Dans la mythologie grecque, Sisyphe (en grec ancien Σίσυφος / Sísuphos), fils d'Éole (le fils d'Hellen) et d'Énarété, est le fondateur mythique de Corinthe. Certains textes de l'Antiquité le nomment "Sesephos". Sisyphe est surtout connu pour son châtiment, consistant à pousser une pierre au sommet d'une montagne, d'où elle finit toujours par retomber. Mythe[modifier | modifier le code] Sisyphe est le fils d'Éole et d'Énarété. Ce mythe n'est pas exclusif des traditions gréco-romaines. Interprétation[modifier | modifier le code] Le châtiment de Sisyphe a fait l'objet de plusieurs interprétations. Selon une interprétation naturaliste du mythe, contestée par plusieurs critiques[6], Sisyphe représenterait le soleil qui s'élève chaque jour pour plonger à nouveau le soir sous l'horizon. Selon une interprétation morale, le châtiment de Sisyphe vient sanctionner son hybris en symbolisant la vanité des ambitions humaines. Notes et références[modifier | modifier le code] Sisyphe, sur Wikimedia Commons

Gustave Doré « Un beau jour, Eurysthée, doutant de la force de son luron de frère, lui fit accepter plusieurs effroyables défis. Hercule partit en se persuadant bien que vouloir, c'est pouvoir. Le terrible lion de la forêt de Némée lui apparaît… Hercule, unissant l'adresse à la force et au courage, saisit l'animal par la queue, et le fait tournoyer avec la violence d'une fronde. » Lithographie à la plume de Gustave Doré. Planche de quatre sujets, 34,8 x 26,1 cmTiré à part avec la lettre des planches n°1 et 2 publiées dans Les travaux d'Hercule par Gustave DoréAubert & Cie (Paris), 1847. BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC-298 (V, 1)-PET FOL © Bibliothèque nationale de France « Le maire de la commune de Némée vient féliciter le triomphateur d'avoir purgé ses états d'un voisin si incommode. Planche de quatre sujets, 34,8 x 26 cmTiré à part avec la lettre des planches n°5 et 6 publiées dans Les travaux d'Hercule par Gustave DoréAubert & Cie (Paris), 1847. Dessin de Gustave Doré. dor_157

Related: