background preloader

Dionysos

Dionysos
Dionysos et satyre Dionysos (Διονυσος) qu'on retrouve sous le nom de Bacchus chez les romains et qui fut assimilé à une ancienne divinité italique, Liber Pater, est une divinité complexe de l'ancienne Grèce. On a longtemps pensé que son culte était récent mais la découverte des tablettes mycéniennes de Pylos remettent en question cette idée. Il ne faisait pas partie des douze Olympiens à l'origine, mais Hestia lui céda sa place. La complexité de sa divinité se traduit par un grand nombre de surnoms et d'épithètes : Nysaios: de Nysa Bromios: bruyant Dithurambos : Cantique consacré à Dionysos dansé et chanté par des choristes déguisés en satyres Evios : cri lancé lors des bacchanales Bakkhos : (Bacchus) qui retentit Zagreus, Sabazios : dieu phrygien Couronné de pampres, tenant le thyrse, la patère ou le canthare ou encore la grappe de raisin, la ciste mystique, il chevauche un bouc, un âne ou une panthère apprivoisée. Dionysos enfant British museum

Déméter Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, Déméter (en grec ancien Δημήτηρ / Dêmếtêr qui dérive de Γῆ Μήτηρ / Gễ Mếtêr, « la Terre-Mère » ou de Δημομήτηρ / Dêmomếtêr, « la Mère de la Terre », de δῆμος / dễmos, « la terre, le pays ») est la déesse de l'agriculture et des moissons. Mythe[modifier | modifier le code] Quand Hadès, souverain des morts, enleva Perséphone pour en faire son épouse, sa mère, Déméter, partit à sa recherche et négligea les récoltes de la Terre. Déméter enseigna aux humains le travail des semis et du labour. Culte[modifier | modifier le code] Dans Les Travaux et les Jours, Hésiode revient fréquemment sur Déméter, et il y donne de nombreux détails sur les rites religieux entourant la fertilité et le travail de la terre. Déméter était honorée dans les mystères d'Éleusis, un culte célébrant le retour à la vie et le cycle des moissons. Épiclèses, attributs et sanctuaire[modifier | modifier le code] Sources[modifier | modifier le code]

Divinités olympiennes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les divinités olympiennes sont les divinités grecques qui, selon la mythologie, résident sur le mont Olympe. Traditionnellement, le canon olympien est limité à douze, six dieux et six déesses. La liste de ces divinités a cependant varié selon les époques, et en compte en tout quatorze différentes. Zeus, Héra, Poséidon, Arès, Hermès, Héphaïstos, Athéna, Apollon, Aphrodite, Dionysos, Artémis et Hadès, sont toujours comptés parmi les douze. Ils sont complétés par Hestia, Déméter dont la présence est variable. Homère, entre autres au chant I de l’Iliade, fait allusion à un langage des dieux différent de celui des mortels, quand il explique que l'Hécatonchire Briarée s'appelle Égéon dans la langue des dieux[1]. Portail de la mythologie grecque

Diomède Il existe plusieurs Diomède (Gr; Διομήδης; Lat. Diomede) dans la mythologie. A signaler que Diomède fut le premier nom de Jason avant que Chiron choisisse celui-ci. Diomède dévoré par ses cavales G. ① Fils d'Arès et de la nymphe Cyrène, ou de d'Atlas et d'Astéria, Diomède fut le roi des Bistones, en Thrace. Héraclès les dompta lors de son huitième travail et fit dévorait Diomède par ses propres cavales. Dans une autre version, dans cette expédition il eut la douleur de perdre Abdèros, son favori, auquel après sa victoire il avait donné les chevaux à garder pendant qu'il allait attaquer les Bistones. On raconte que le fameux Bucéphale, cheval d'Alexandre le Grand, descendait d'une de ces juments. Apollodore, Bibliothèque: II,5,8 Diodore de Sicile: IV, 15, 3 Hygin, Fables : 30; 250 Pausanias, Périégèse: VIII,22,4 Voir aussi Héraclès ② Fils de Tydée et de Déipylé (fille d'Adraste), Diomède fut élevé par Chiron et vengea son père mort lors de la guerre des Sept contre Thèbes.

Family tree of the Greek gods Key: The essential Olympians' names are given in bold font. See also List of Greek mythological figures Notes External links Media related to Family trees of Greek mythology at Wikimedia Commons Dionysus / Bacchu Artémis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom d'Artémis[modifier | modifier le code] Divinité des frontières[modifier | modifier le code] Née sur l'île d'Ortygie (« l'île aux cailles »), appelée plus tardivement Délos, Artémis fait du pays des Hyperboréens sa résidence principale[6] où elle règne en maîtresse de la nature sauvage et des animaux. « Que toutes les montagnes soient les miennes », déclare-t-elle dans l'hymne de Callimaque de Cyrène. Selon une légende, Artémis est née un peu avant Apollon et elle aurait aidé Léto, sa mère, à accoucher, remplaçant ainsi Ilithyie, déesse de l'accouchement[10]. Chasseresse à l'arc d'or[modifier | modifier le code] Surnommée « la Bruyante » (Κελαδεινή / Keladeinế), elle mène sa meute et la pousse de la voix. Didrachme d'Ionie représentant la déesse Artémis. La déesse sagittaire est enfin appelée par Homère Artémis khrysêlakatos, « à l’arc d’or », et par Hésiode iokhéairê, « l'archère »[12]. Déesse vierge[modifier | modifier le code]

Apollon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Apollon (en grec ancien Ἀπόλλων / Apóllôn, en latin Apollo) est le dieu grec du chant, de la musique et de la poésie. Il est également dieu des purifications et de la guérison, mais peut apporter la peste avec son arc ; enfin, c'est un des principaux dieux capables de divination, consulté, entre autres, à Delphes, où il rendait ses oracles par la Pythie. Il a aussi été honoré par les Romains, qui l'ont adopté très rapidement sans changer son nom. Mythe Naissance Sa naissance est contée en détail dans l’Hymne homérique à Apollon[8] : sur le point d'enfanter, Léto parcourt la mer Égée, cherchant un asile pour son fils. Tétradrachme de la région Illyro Péonienne représentant Apollon Chez les Hyperboréens L'arrivée à Delphes La guerre de Troie Dans la guerre de Troie, Apollon se range aux côtés des Troyens, qui lui consacrent un temple sur leur acropole[27]. Défenseur des Troyens, il a pour principal adversaire sa demi-sœur Athéna[38]. Amours Musicien

Egée Fils ainé de Pandion II et de Pylia fille de Pylas roi de Mégare, Egée (Gr. Αἰγεύς; Lat. Aegeus), roi légendaire d'Athènes et de Mégare lutta avec ses frères Nisos, Pallas et Lycos pour reprendre le pouvoir que les fils de Mérion avaient accaparé. Egée consultant Thémis Peintre de Codros (Berlin) Marié deux fois il n'avait pourtant pas d'enfant et il alla consulter l'oracle de Delphes qui lui recommanda "de ne pas délier son outre de vin avant d'avoir regagné Athènes" Ne sachant pas bien interpréter cette réponse, il décida d'aller prendre conseil auprès de son ami Pitthée, roi de Trézène. Quand il passa par Corinthe, Médée qui fuyait la ville après en avoir été chassée par Jason lui demanda asile en échange de son aide et de ses connaissances de magicienne. Pitthée le reçut à Trézène et comprit rapidement la signification de l'oracle. Thésée rencontre Egée, à droite Poséidon Revenu à Athènes, Egée oublia rapidement Aethra pour Médée qui lui donna un fils, Médos.

Les procréations assistées : Deuxième grossesse de Zeus : naissance de Dionysos - Ailleurs Notre ami Jupiter, Zeus pour les Grecs, ne s’est pas contenté d’avaler sa première épouse. Après avoir solennellement épousé en justes noces Héra, sa sœur préférée, il la trompa abondamment. En général, il se travestissait. En cygne, en taureau, en pluie d’or, en prenant les traits de l’époux parti à la guerre, bref, il ne se montrait pas. Sauf une fois. Zeus ne se déguisa pas avec Sémélé, une presque mortelle qui n’avait qu’une demi-portion de divinité. Les noces de Cadmos et Harmonie furent somptueuses, en présence de tous les dieux et déesses. D’abord, Harmonie reçut de Prométhée un collier qui porta malheur à toutes ses filles et à toutes celles qui le portèrent ensuite, comme par exemple Jocaste, mère-épouse d’Œdipe, roi de Thèbes. Ensuite, comme une mauvaise fée, la déesse Discorde, n’étant pas invitée, se vengea en jetant sur la table des mariés une pomme d’or où trois mots étaient gravés : A la plus belle. Zeus s’en éprit. Une fois à terme, Zeus se fait ouvrir la cuisse.

Hadès Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Hadès[modifier | modifier le code] Souverain des Enfers[modifier | modifier le code] Au terme de la guerre contre les Titans, Hadès reçoit en partage les « ombres brumeuses » et réside avec elles dans les Enfers[3]. On peut rapprocher ces mentions des propos d'Agamemnon prenant à témoin de son serment Zeus, Hélios et « vous qui, sous le sol / tirez punition des morts qui font de faux serments », c'est-à-dire Hadès et Perséphone[9]. C'est en tout cas au cours de la descente aux Enfers qu'Héraclès tue l'une des vaches qu'Hadès possède sur Érythie, l'île rouge, pour offrir un sacrifice de sang aux âmes des morts. Enlèvement de Perséphone[modifier | modifier le code] L'enlèvement de Perséphone par Hadès est le mythe le plus populaire rattaché au dieu ; on le trouve déjà chez Hésiode sous une forme très résumée : « Aïdôneus ravit [Perséphone] à sa mère, et le prudent Zeus la lui accorda »[18]. Amours[modifier | modifier le code]

Religion grecque antique (culte) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Prières[modifier | modifier le code] La prière (en grec ancien εὐχή / eukhế) peut être une demande précise ou un simple appel à la divinité ; quoi qu'il en soit, elle n'est jamais silencieuse : les mots, prononcés à voix haute, comptent ; dire seulement dieu (θεός / theós) est en soi une forme d'invocation. L'on prie debout pour se rapprocher de l'Olympe, main droite levée (parfois les deux) et paume dirigée vers les dieux (ciel, statue). On se prosterne, quoique plus rarement, pour appeler les dieux chthoniens ; dans le cas des dieux de la terre, l'on peut aussi frapper le sol. S'agenouiller pour prier, en revanche, passe pour une forme de superstition. Offrandes[modifier | modifier le code] Offrandes spontanées[modifier | modifier le code] L'offrande désintéressée peut se rencontrer, par exemple, à la campagne : passant près d'un temple, un paysan dépose spontanément des fleurs. Offrandes motivées[modifier | modifier le code]

Related: