background preloader

Mythologie Mésopotamienne (Généralités)

Facebook Twitter

LA CRÉATION 1er EPISODE. Tablettes de Kharsag : Légendes ou réalité. Mythologie sumerienne. Les sumeriens étaient établis dans les régions méridionales du vaste bassin alluvial formé par le Tigre et l'Euphrate (actuel Irak).

Mythologie sumerienne

Ils utilisaient une écriture cunéiforme dont les signes représentaient des mots, des syllabes ou des voyelles, et qui, à ce jour, n'a pu être rapprochée d'aucun autre langage connu. La civilisation sumérienne prit naissance au IVe millénaire avant notre ère avec la construction de vastes cités à l'architecture monumentale. Sumer, sources des mythes et légendes du monde. Le mythe du déluge est peut être le plus répandu à travers le monde, mais aussi le plus traumatisant dans la conscience collective mondiale.

Sumer, sources des mythes et légendes du monde

Pratiquement tous les peuples ont une histoire dans leurs origines qui parle de village ou de cités détruites par les eaux, décimant la population, ou les obligeant ainsi à migrer vers des lieux plus en hauteur. Cependant, cet événement n’est vraisemblablement pas un mythe, mais une réalité historique. Beaucoup de découvertes archéologiques et géologiques vont dans ce sens. (Voir article : Cités et origines engloutie). Le mythe du déluge Associé à l’histoire du déluge, vient tout de suite en tête un personnage célèbre : Noé et son Arche. Voici quelques extraits de cette histoire : Extrait 1 : » Uta-napishti expliqua donc à Gilgamesh ; « Gilgamesh, je vais te révéler un mystère, Je vais te confier un secret des dieux ! L’arche de Noé. A la recherche des vérités perdues ! La quête de l’immortalité En Égypte, Les Pharaons étaient considérés comme des dieux ou des demi-dieux.

A la recherche des vérités perdues !

Ils étaient préparés toute leur vie, dans le but de franchir les portes de la Douât (monde des morts ou de l’au-delà), puis à être guidés pour ne pas succomber au sort des mortels. Ce défit à la mort se retrouve inévitablement chez les Grecs, mais d’une façon bien plus prononcée. C’est d’ailleurs eux qui ont donné naissance à cette mode de « quête d’immortalité« . Ramsès II – Détail de la façade d’Abou Simbel. Les mythes mésopotamiens. La Mythologie Mésopotamienne. Mythologie mésopotamienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mythologie mésopotamienne

Ces mythes ont connu une histoire longue et complexe, pendant plus de deux millénaires, marquée notamment par la prépondérance culturelle des Sumériens au IIIe millénaire av. J. ‑C., supplantés par la suite par les locuteurs de langue akkadienne (Babyloniens avant tout) qui ont repris l'héritage sumérien et ont poursuivi le développement de la mythologie mésopotamienne. Celle-ci n'est donc pas un ensemble uniforme : il n'existe pas de dogme, et certains questionnements ont pu donner lieu à des mythes donnant des réponses différentes. Elle reflète au moins en partie l'ensemble des croyances des Anciens mésopotamiens sur le monde qui les entourait, ou en tout cas elle est le meilleur moyen de l'approcher, mais les mythes sont à plusieurs reprises repensés et recomposés par le milieu des élites lettrées mésopotamiennes, renvoyant souvent à leur idéologie politique qui est essentielle pour comprendre plusieurs d'entre eux.

La Bible et Sumer. La Bible et Sumer Les Sumériens vivaient au IIIème millénaire av. n. è. dans la région de l'actuel Irak.

La Bible et Sumer

C'était un peuple très avancé pour l'époque. L’arche avant Noé. TABLETTE.

L’arche avant Noé

Un grand bateau chargé d’animaux de toutes sortes ballottés au-dessus des flots démontés, telle est depuis 2000 ans l’image de l’arche du Déluge qu’offre l’iconographie. Or il va peut-être falloir changer de décor pour imaginer cet épisode qui, selon le récit biblique, vit des pluies catastrophiques s’abattre sur la Terre pour punir l’humanité de ses péchés. Depuis janvier, une tablette mésopotamienne d’argile, présentée au British Museum de Londres, vient en effet bousculer ce que l’on savait du mythe. En décryptant les 60 lignes en cunéiforme (la plus ancienne écriture du monde) présentes sur ses deux faces, Irving Finkel, éminent assyriologue britannique, a en effet découvert que celle-ci recélait un trésor : la description détaillée de la construction même de l’arche, destinée à sauver de la noyade un couple de chaque espèce présente sur Terre, plus de mille ans avant celle figurant dans le livre de la Genèse (lire aussi p. 18).

L'ARCHE DE NOE CONFIRMÉE. Déposée au Museum de Londres, par un collectionneur en 1985, une tablette d’argile de l’époque sumérienne (IVe-IIIe millénaires avant notre ère) a révélé son mystère.

L'ARCHE DE NOE CONFIRMÉE

C’est en 1759 que le musée britannique de l’histoire et des civilisations humaines, ouvre ses portes au public. Des siècles plus tard, sa collection compte plus de sept millions d’objets qui proviennent de tous les continents dont près de cent trente mille pièces liés à la civilisation et à la culture des mondes sumérien, assyrien et babylonien. Découverte Lorsque le Dr Irving Finkel, conservateur au Museum, archéologue et assyriologue, reçoit pour authentification la tablette qui se présente sous une forme modeste et sans grand intérêt selon ses propres dires, le spécialiste y fait une surprenante découverte.

Mythologie mésopotamienne et déluge. Le plagiat biblique d'un texte sumérien. Tablettes de Kharsag : Légendes ou réalité.