background preloader

Ressources complémentaires

Facebook Twitter

COMMENT ANALYSER LA STRUCTURE SOCIALE? MARX vs WEBER : stratification sociale. Qu'est-ce qu'une classe sociale ? L'organisation de la société selon Marx et Weber. Comment la structuration sociale évolue-t-elle ? Comment analyser la structure sociale actuelle ? Entretien avec Camille Peugny : Le nouveau visage des classes sociales. Camille Peugny est Maître de conférences en sociologie à l'Université Paris 8 et chercheur au CRESPPA (Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris).

Entretien avec Camille Peugny : Le nouveau visage des classes sociales

Spécialiste de la stratification sociale et des inégalités, ses recherches portent sur la mobilité sociale et les inégalités entre les générations (Le déclassement, Grasset, 2009), la reproduction sociale (Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale, Seuil, 2013), le rapport au politique des classes populaires. Il travaille actuellement sur les transformations des classes populaires et mène une enquête de terrain auprès de femmes de ménage employées par une grande entreprise de services à la personne. Lors du 7ème congrès de l'AFS en juillet dernier, il a participé à une table ronde intitulée "À quoi bon parler encore de classes sociales ?

". Télécharger l'entretien en version pdf. 1) Le concept de classe sociale est-il encore pertinent pour analyser la société française d'aujourd'hui ? Notes. Les ouvriers ont-ils disparu ? - Décod'éco. En haut, en bas. L’analyse wébérienne des stratifications sociales est peu connue pour maintes raisons.

En haut, en bas

Elle est quasi absente des manuels universitaires (e.g. Aron, 1967 ; Simon, 1991 ; Valade, 1996) et des ouvrages de synthèse sur son œuvre (e.g. Décrochage des classes moyennes : 5 idées fausses [Alexandre Mirlicourtois] La lutte des classes reste une réalité pour deux tiers des Français. La lutte des classes est toujours d'actualité pour deux tiers des Français (69%), selon le dernier baromètre des évènements Odoxa-MCI pour France Info et Le Parisien, publié ce vendredi.

La lutte des classes reste une réalité pour deux tiers des Français

C'est cinq points de plus qu'il y a trois ans. "On est loin du 19ème siècle et de Karl Marx, et pourtant les Français sont près de 6 sur 10 à se dire personnellement concernés", souligne Gaël Sliman, le président d'Odoxa. Ceux qui se sentent les plus concernés par la lutte des classes sont les sympathisants de gauche et ceux du Front national.

Illustration de ce sentiment, le scandale d'évasion fiscale des "Panama papers" est celui qui a le plus marqué les sondés ces dernières semaines (52%). Les précisions de Gaël Sliman, le président d'Odoxa Les salariés mal représentés par ceux censés les défendre Deuxième enseignement de ce sondage Odoxa-MCI : les salariés se sentent mal représentés par ceux qui sont censés les défendre. Pour une majorité de Français, la lutte des classes existe toujours. Gauche, droite, Front national...

Pour une majorité de Français, la lutte des classes existe toujours

Quelle que soit leur couleur politique, les Français sont deux tiers à estimer que la lutte des classes reste une réalité aujourd'hui dans l'Hexagone, selon le Baromètre des événements économiques Odoxa-MCI. «L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de lutte des classes», écrivait Karl Marx, dans Le Manifeste du Parti communiste, en 1848. Près deux siècles ont passé, et pourtant, les Français semblent persuadés que cette théorie est non seulement d'actualité, mais également une réalité, selon le dernier Baromètre des événements économiques pour France Info et Le Parisien, publié ce vendredi et que Le Figaro s'est procuré. Au total, 69% des sondés estiment que ce phénomène est une réalité.

Soit cinq points de plus qu'en 2013. »» Lire aussi: La croissance française accélère au premier trimestre Les inégalités sociales se réduisent »» Lire aussi: Le fossé entre riches et pauvres à un niveau record depuis 30 ans. Les cadres, des classes moyennes comme les autres. Recensé : Paul Bouffartigue, Charles Gadéa, Sophie Pochic (dir.), Cadres, classes moyennes, vers l’éclatement ?

Les cadres, des classes moyennes comme les autres

, Paris, Armand Colin, 2011, 347 p. Cet ouvrage, dirigé par Paul Bouffartigue, Charles Gadéa et Sophie Pochic, restitue quelques-unes des nombreuses recherches menées dans le cadre du Groupement de recherche (GDR) « Cadres », créé en 2001 ; certains travaux ayant été présentés au colloque final de ce GDR organisé en janvier 2009 [1]. Se voulant plus nuancée que les discours dramatisant le déclassement de ce groupe social, la perspective de recherche retenue privilégie l’observation des « dynamiques de diversification » (p. 13, §2) et des frontières internes et externes du groupe (p. 19, §2 ; p. 23, §2). La génération Y. L’Angle éco. Les baby-boomers, génération dorée ? Et si, au cours des dernières décennies, une génération de Français avait bénéficié d’un contexte économique sans précédent et jusqu’ici inégalé ?

L’Angle éco. Les baby-boomers, génération dorée ?

A l’heure où certains parlent de “génération sacrifiée” pour qualifier la jeunesse, une “génération dorée” se démarque de toutes les autres depuis cinquante ans. Ce sont les baby-boomers, la génération Mai 68, aujourd’hui à la retraite. “Sur le berceau de cette génération s’étaient penchées quatre fées : la paix, la prospérité, le plein emploi et le progrès”, explique l’historien Jean-François Sirinelli dans son ouvrage Génération sans pareille. Les baby-boomers de 1945 à nos jours (éd. La jeune génération moins bien lotie que l'ancienne. La génération Y est-elle la génération sacrifiée ?

La jeune génération moins bien lotie que l'ancienne

Alors que leurs parents ont connu l'âge d'or, celui des CDI et de l'immobilier pas cher, les jeunes sont confrontés à davantage de précarité. En effet, nombre de jeunes décrochent des CDD ou des petits contrats alors qu'au même âge leurs parents avaient déjà un CDI. En 1975, l'âge du premier emploi stable était d'ailleurs de 20 ans contre 28 ans aujourd'hui. Les chiffres du chômage diffèrent aussi selon les époques. Alors que le nombre de demandeurs d'emploi était de 5% chez les jeunes il y a 40 ans, il atteignait 25% en 2013. Centre d'observation de la société. L'âge situe une personne à un moment donné de sa vie, par rapport au nombre d'années qu'elle a vécues.

Centre d'observation de la société

La génération (on emploie parfois le mot "cohorte") situe la personne par rapport à une année de naissance. Dans le sens le plus courant, une génération regroupe plusieurs années, la "génération 68" (en fait celle qui avait environ 20 ans à cette époque), par exemple. On change d'âge chaque année mais jamais de génération : l'âge est une photographie à un moment donné, la génération raconte une histoire, c'est un film.

Distinguer âge et génération est important pour comprendre certains phénomènes sociaux. Prenons l'exemple des jeux vidéos. Deux erreurs classiques sont souvent commises à propos de ces concepts. Dis Uncle Obs...quelle est la différence entre sexe et genre ?