background preloader

Les entreprises ne créent pas l'emploi

Les entreprises ne créent pas l'emploi
Il faut avoir sérieusement forcé sur les boissons fermentées, et se trouver victime de leur propension à faire paraître toutes les routes sinueuses, pour voir, comme s’y emploie le commentariat quasi-unanime, un tournant néolibéral dans les annonces récentes de François Hollande (1). Sans porter trop hauts les standards de la sobriété, la vérité appelle plutôt une de ces formulations dont Jean-Pierre Raffarin nous avait enchantés en son temps : la route est droite et la pente est forte — mais très descendante (et les freins viennent de lâcher). Entreprise, mon amour ? En effet, droit, c’est droit ! Et depuis l’origine. Evidemment, pour s’en apercevoir, il aurait fallu prêter un peu plus attention aux six premiers mois de la présidence Hollande, où tout a été posé pour cinq ans, et les actes et la logique des actes. Ce texte est la version longue de l’article paru dans Le Monde diplomatique de mars 2014. Et voilà énoncée la logique des actes. La prise d’otages du capital Le capital-enfant

http://blog.mondediplo.net/2014-02-26-Les-entreprises-ne-creent-pas-l-emploi

Related:  ÉconomieCoût du capital (et de l'Etat)

Allemagne: la pauvreté à son plus haut niveau La pauvreté a encore augmenté en Allemagne, pourtant première économie de la zone euro, pour atteindre son plus haut niveau depuis la Réunification en 1990, s'alarment des associations d'aide sociale dans un rapport publié aujourd'hui. "Jamais la pauvreté n'a été aussi importante en Allemagne, jamais les clivages régionaux aussi profonds", a déclaré au cours d'une conférence de presse à Berlin Ulrich Schneider, président de la très respectée "Paritätische Gesamtverband", fédération regroupant 10.000 associations du domaine social et de la santé. Le rapport, baptisé la "République fissurée", évoque ainsi un taux de pauvreté "historiquement" élevé depuis la Réunification de l'Allemagne en 1990, passant de 15% en 2012 à 15,5% en 2013 (12,1 millions de personnes en 2012, 12,5 millions en 2013, pour une population totale de 80 millions d'habitants).

Femmes de Tunisie contre patrons français ! (illustration : carte postale du comité de soutien des syndicalistes de LATelec Fouchana) Ah, qu’ elle était jolie la révolution tunisienne, vous vous souvenez, il y a juste trois ans, la "Révolution de jasmin" ? Aujourd’hui, il faut bien le dire, c’était mieux avant. Je parle pour les entreprises françaises. Tranquillité sociale, main d’œuvre habile et docile, et surtout pas chère... L'esclavage moderne (En réponse à un post de Christophe Cesetti)Existe-t-il un système d'esclavage dans le monde actuel ? Définition : L'esclavage, c'est quand un être humain a le droit de vie ou de mort sur un autre être humain, alors nommé "esclave", et que l'esclave ne peut pas s'échapper sous peine de mort. Nous allons démontrer que ces conditions existent aujourd'hui, et que l'instrument de cet esclavage n'est pas le fouet ni le fusil, mais la monnaie.

Capitalisme ou démocratie, mais pas les deux à la fois Dans un ouvrage récemment traduit en français (1), Wolfgang Streeck dresse un constat pessimiste des rapports entre le capitalisme et la démocratie. Cette dernière implique que les citoyens aient la possibilité d’imposer au capital des contraintes dont celui-ci, en tant que classe, n’a de cesse de vouloir se libérer. La période que le sociologue allemand appelle le «capitalisme démocratique» - qui débuta après la Seconde Guerre mondiale et se caractérisa par la création d’institutions (comme la protection sociale) ou l’imposition de réglementations sur le marché du travail (protection de l’emploi), les marchés de biens et services (nationalisations, encadrement de la concurrence et du commerce international) ou les marchés monétaires et financiers (restrictions à la circulation des capitaux, taux de change fixes, contrôle de la Banque centrale) - déboucha, dans les années 70, sur une véritable révolte du capital.

Quel pacte ? Quelles entreprises ? Pour QUI dans les entreprises ? Dans quel but ? (Part. 2) « Moins de charges, plus d’embauches et de dialogue » ? L’expérience est là et fait foi : toutes les remises de « charges » ont été essayées depuis 25 ans, elles n’ont JAMAIS permis de relancer l’économie, de refaire de l’emploi. C’est un puits sans fonds. Notre problème n’est pas le coût du travail mais le coût du capital : il est trop cher, il est trop avide, les dividendes et les banques prennent trop. Elles pillent notre productivité et diminuent notre « compétitivité ».

Qu'entend on par autonomie des jeunes ? Mis en ligne le lundi 1er mars 2010. Elsa RAMOS, Sociologue, Maître de conférence à l’Université Paris Descartes est intervenue lors du 9e Neujpro (rencontre des élus et professionnels de jeunesse) en octobre 2010 à Vichy sur le thème : qu’entend-on par autonomie des jeunes. Extrait : Les 1 % les plus riches posséderont bientôt la moitié de la richesse mondiale L'ONG Oxfam publie, lundi 19 janvier, une nouvelle étude, consultable en ligne, révélant l'ampleur des inégalités dans le partage des richesses sur la planète. Selon ses calculs, réalisés à partir de données fournies par le Crédit Suisse, la richesse cumulée des 1 % les plus riches de la planète dépassera bientôt celle détenue par les 99 % restants. Selon Oxfam, « la part du patrimoine mondial détenu par les 1 % les plus riches était passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014, et dépasserait les 50 % en 2016 ». Cela signifie que s'ils continuent à s'enrichir, ils posséderont plus que l'ensemble des autres habitants de la planète réunis. La quasi-totalité des 52 % de patrimoine restant sont aux mains des 20 % les plus riches. « Au final, 80 % de la population mondiale doit se contenter de seulement 5,5 % des richesses », estime le rapport. « Le fossé entre les grandes fortunes et le reste de la population se creuse rapidement », poursuit-elle.

Quel pacte ? Quelles entreprises ? Pour QUI dans les entreprises ? Dans quel but ? (Part 1) Sortir les entreprises de la spirale malfaisante dans laquelle la finance les entrainent contre l’emploi (part. 1) Un « pacte avec les entreprises » nous dit-on ? Pourquoi ? Parce que jusqu’à présent l’état a donné aux entreprises 65 milliards d’aides publiques et 20 milliards de CICE… « sans pacte » ? Le travail : norme et signification Centre d'études de l'emploi Octobre 2000 Le débat sur la «fin du travail» est passé à côté d’une discussion sur la «signification» du travail : ce que travailler veut dire aujourd’hui dans les sociétés occidentales. Il s’est centré sur ce que représente le travail en tant que «norme» sociale.

Combien gagnent vos artistes préférés par seconde ? Posté le 16 Janvier 2015 à 13h49, par Thirsty Le site américain Skyrange a eu l'idée assez saugrenue de calculer les sommes que perçoivent les artistes...par seconde ! Tous ces résultats sont basés sur les sommes touchées par les artistes en 2014. Et c'est Dr. Les dividendes plombent-ils les salaires Comprendre la problématique Dividendes, valeur ajoutée, bénéfices. Termes qui s'invitent dans le débat public, parés des atours d'une relative évidence et qui pourtant nécessitent à mon sens d'être explicités même sans revenir aux fondamentaux de la compta, ce que j'ai déjà fait. Une entreprise fait un chiffre d'affaires qui correspond aux biens et services qu'elle vend.

Thomas Piketty ou le pari d’un capitalisme à visage humain, par Russell Jacoby (Le Monde diplomatique, août 2014) L’ouvrage de Thomas Piketty Le Capital au XXIe siècle (Seuil, 2013) est un phénomène sociologique autant qu’intellectuel. Il cristallise l’esprit de notre époque comme, en son temps, The Closing of the American Mind, d’Allan Bloom (1). Ce livre, qui dénonçait les études sur les femmes, le genre et les minorités dans les universités américaines, opposait la « médiocrité » du relativisme culturel à la « recherche de l’excellence » associée, dans l’esprit de Bloom, aux classiques grecs et romains.

Valls et Rebsamen oseront-ils suspendre le droit d’expression des salariés Le dialogue social coûterait trop cher et freinerait la création d’emplois, donc suspendons-le. C’est ce qu’a suggéré le ministre du travail François Rebsamen, dans un entretien au journal régional Le Bien Public. Le ministre répond ainsi favorablement à une demande du Medef et de la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) de supprimer les seuils sociaux de représentativité obligeant les entreprises à mettre en place des institutions représentatives du personnel à partir de 10 puis de 50 salariés. « Les organisations patronales affirment que les seuils de dix et de cinquante salariés constituent des freins à l’embauche. Je dis donc aux organisations syndicales que le meilleur moyen de faire tomber cet argument, c’est de tenter l’expérience », explique le ministre, qui propose de « suspendre » pendant trois ans les droits sociaux que déclenchent ces seuils. Un faible impact de ces effets de seuil, selon l’Insee

La «libération fiscale», propagande fantaisiste du libéralisme C’est le marronnier des ultralibéraux. Leur petite fête nationale, qu’ils ont eux-mêmes créée, et dont ils se repaissent jusqu’au ridicule. Comme chaque année en été, un pseudo institut économique, relayé en exclusivité par la presse de droite, célèbre ainsi «le jour de libération fiscale», date censée illustrer de façon symbolique le moment de l’année où le contribuable français cesse de «travailler pour l’Etat». Et où il peut enfin disposer pleinement de ses revenus. Concrètement, la date est déterminée en prenant en compte le taux d’imposition d’un salarié moyen (57%), et en reportant ce pourcentage au calendrier annuel. Un concept où la manipulation idéologique le dispute à la malhonnêteté méthodologique.

Related: