background preloader

Qu'est-ce que l'économie circulaire ?

Qu'est-ce que l'économie circulaire ?
Le modèle de production et de consommation qui prévaut depuis la révolution industrielle repose sur des ressources naturelles abondantes et un schéma linéaire : Matières premières extraites > production > consommation > déchets. Ce modèle de développement a permis d’accélérer le « progrès » et à des milliards d’individus d’accéder à une certaine prospérité matérielle. Le fondement de la société de consommation trouve aujourd’hui ses limites face aux défis environnementaux, d’emploi et de l’augmentation de la population mondiale qui devrait progresser de 43% entre 2012 et 2100. Nos prélèvements sur les ressources naturelles dépassent déjà largement la biocapacité de la terre, c’est-à-dire sa capacité à régénérer les ressources renouvelables, à fournir des ressources non renouvelables et à absorber les déchets. La prise de conscience collective a permis d’engager des démarches de réduction des impacts environnementaux qui sont un premier pas indispensable.

http://www.institut-economie-circulaire.fr/Qu-est-ce-que-l-economie-circulaire_a361.html

Related:  Économie circulaire

Du berceau au berceau Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Du berceau au berceau (Cradle to cradle pour les anglophones, aussi abrégé en C2C), est une partie de l'écoconception mais aussi un concept d'éthique environnementale ou de philosophie de la production industrielle qui intègre, à tous les niveaux, de la conception, de la production et du recyclage du produit, une exigence écologique dont le principe est zéro pollution et 100 % recyclage. En simplifiant, un produit fabriqué doit pouvoir, une fois recyclé, produire à nouveau le même produit, seul un ajout d'énergie renouvelable intervenant dans le cycle. Label[modifier | modifier le code]

La décroissance, qu'est-ce que c'est ? Vivre mieux avec moins ! Voilà ce que proposent en substance les partisans de la décroissance. Pour eux, la sacro-sainte croissance érigée en dogme absolu par nos sociétés capitalistes est une course sans fin où l'objectif est de produire, vendre et consommer davantage que l'année précédente. Un système voué à l’échec selon eux. Leur critique de la croissance naît d'un constat : une double crise, écologique et économique, secoue notre planète. Ecologique tout d'abord.

Économie symbiotique : pour une économie vraiment au service de la planète La crise de 2008 a remis en cause la structure même du monde de la finance et de l’économie. Dans le monde de la compétitivité à tout prix et de l’immédiateté, des penseurs alternatifs prônent une économie raisonnable. Parmi ces courants de pensée, « l’économie symbiotique », définie par Isabelle Delannoye, environnementaliste française et ingénieur agronome de formation, occupe une place croissante. consoGlobe est parti à sa rencontre. « La volonté de mettre en place l’économie symbiotique est née du constat que notre modèle économique est en panne. Il n’y a pas de croissance et le futur écologique s’assombrit. Sur le plan écologique, nous dépassons les limites du système-terre : la biodiversité est en danger et le réchauffement climatique empire.

De la COP21 à la COP22, les grandes entreprises continuent à peser lourdement sur les négociations climatiques La 22e Conférence internationale sur le climat s’achève à Marrakech. Moins médiatisée que la COP21, elle constitue un premier rendez-vous crucial pour donner corps à l’Accord international sur le climat signé à Paris un an plus tôt. Si les objectifs affichés par la communauté internationale sont relativement clairs et consensuels – maintenir le réchauffement global des températures sous la barre des 2ºC et si possible de 1,5ºC –, les moyens de les atteindre le sont beaucoup moins. À l’occasion de la COP21, l’Observatoire des multinationales avait mis en lumière la place importante et souvent problématique des multinationales au sein de la conférence (voir en particulier nos enquêtes sur le salon Solutions COP21, le lobbying autour de la COP et les véritables politiques climatiques des entreprises françaises). Cette année encore, les grandes entreprises sont très présentes à Marrakech. Derrière le consensus apparent

De l'économie du partage à la transition écologique : encore faut-il le vouloir! Cet article se penche sur une étude de l’IDDRI conduite par Anne-Sophie Novel et Damien Demailly: Economie du partage: enjeux et opportunités pour la transition écologique (Studies N°03/14, IDDRI, Paris, France, 32 p., 2014). Cette étude a le mérite de questionner un postulat qui apparait trop souvent comme une évidence: économie du partage et préservation de l’environnement vont de pair. Selon les auteurs, la réalité est plus complexe et implique de faire du respect de l’environnement un objectif, et non un argument. L’intuition du potentiel environnemental de l’économie du partage

L'empreinte écologique L'information grand format. Avec toujours Quintin Leeds et Sara Deux à la Maquette ! Au début des années 1990, l’expression « spectacle vivant » s’est imposée pour qualifier le théâtre, les concerts, le cirque, l’opéra, la danse ou les spectacles de rue. Autant de formes d’art qui offrent des sensations distinctes de celles, tout aussi intenses et fortes, que l’on peut éprouver au cinéma, devant un écran ou en écoutant de la musique enregistrée.C’est en référence à cette distinction que nous avons intitulé Les Ateliers de Couthures le « Festival du journalisme vivant ». Il s’agissait de proposer une autre forme d’expression du journalisme et une autre relation entre les journalistes et le public.

Pour que l'économie circulaire finance le réemploi et la récupération De plus en plus de personnes refusent de gaspiller malgré elles, d'être contraintes de racheter régulièrement leurs meubles dès qu'un pied est cassé, de changer d'électroménager car une pièce fait soudainement défaut. Aussi, on a vu ces dernières années se multiplier des initiatives locales favorisant la récup'. En plus des traditionnelles boutiques Emmaüs, acteurs historiques du réemploi solidaire, des ressourceries, recycleries, Repair café et autres lieux de collecte et de réparation sont apparus pour offrir une deuxième vie à nos objets du quotidien. Aujourd'hui, à l'heure où la revitalisation des centres ville devient une préoccupation des pouvoirs publics, de plus en plus d'élus locaux cherchent à avoir leur propre ressourcerie sur leur territoire.

Classement IDH 2016 : les 20 pays où la vie est la plus douce Le rapport sur le développement humain 2016 dévoile les Etats où la population bénéficie de la meilleure qualité de vie. Le produit intérieur brut (PIB) n'est pas un outil suffisamment complet pour apprécier la conjoncture économique et sociale d'un pays à un instant T. Pour estimer le bien-être d'une population, il faut également regarder de près la façon dont les richesses matérielles et immatérielles sont distribuées. Économie circulaire L'économie circulaire est un nouveau modèle économique à vision systémique. Les notions d'économie verte, d’économie de l'usage ou de l'économie de la fonctionnalité, de l'économie de la performance et de l'écologie industrielle font partie de l'économie circulaire. Selon la fondation Ellen MacArthur (créée pour promouvoir l'économie circulaire[2]), il s'agit d'une économie industrielle qui est, à dessein ou par intention, réparatrice et dans laquelle les flux de matières sont de deux types bien séparés : les nutriments biologiques, destinés à ré-entrer dans la biosphère en toute sécurité, et les nutriments techniques (« technical nutrients »), conçus pour être recyclés en restant à un haut niveau de qualité, sans entrer dans la biosphère[2].

Ces entreprises qui ont réussi en misant sur le bonheur de leurs salariés Qui n’a rêvé d’aller travailler avec bonheur? Selon Isaac Getz, professeur de management, c’est le cas de seulement 10% des salariés français, contre 60% venant au travail juste pour toucher leur salaire, et 30% tellement malheureux qu’ils s’y rendent pour afficher leur souffrance: "En Europe, il existe encore des usines où des opérateurs de 40 ans doivent demander l’autorisation pour aller faire pipi !" Les travailleurs supportent de moins en moins d’être considérés comme de simples pions.

Consommation - Contre le gaspillage et pour l'économie circulaire : ce que prévoit la loi Développement de la vente en vrac, fourniture de contenants réutilisables, possibilité d'apporter ses propres récipients, interdiction de l'impression et de la distribution systématique des tickets de caisse, interdiction de produits plastiques à usage unique, fin des étiquettes sur les fruits et légumes... La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire est parue au Journal officiel du 11 février 2020. La loi prévoit notamment que : Au 1er janvier 2021 : Au 1er juillet 2021 :

Related: