background preloader

# Economie circulaire

Facebook Twitter

Ces garagistes veulent convertir votre vieille voiture essence à l'électrique. L'ElectroCox du garage Brouzils Auto est aujourd'hui illégale sur les routes françaises (Crédit : Vendée Energie Tour) 39 millions. C’est le nombre de véhicules immatriculés en France. Autant de voitures et utilitaires qu’il faudra un jour remplacer par des solutions moins polluantes si l’on souhaite contenir le réchauffement climatique. Problème : produire des véhicules neufs aggrave en soi les émissions de CO2 dans l'atmosphère, puisque cela nécessite de grandes quantités de ressources naturelles et d’énergie.

Une solution pourrait venir du "retrofit". Un terme anglosaxon qui désigne la conversion d’un véhicule thermique à l’électrique. (Crédit : AIRe) Une industrie naissante et pleine de potentiel, qui a convaincu l’entrepreneur de s’allier à trois autres start-up spécialisées dans la conversion de véhicules pour fonder AIRe (pour Acteurs de l’Industrie du Rétrofit électrique). Une exception française, alors que la conversion est légale dans tout le reste de l’Europe. 42 000 emplois. Le gouvernement présente son plan pour sortir de l’ère du « tout-jetable » Baisse de taxe sur la valorisation des déchets, meilleure information sur la réparabilité des équipements… Cinquante mesures doivent encourager l’économie circulaire.

LE MONDE | 23.04.2018 à 11h30 • Mis à jour le 23.04.2018 à 11h44 | Par Rémi Barroux Il faut sans doute y voir une attention particulière du gouvernement à l’égard de l’économie circulaire : c’est le premier ministre en personne, Edouard Philippe, accompagné de Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, qui a présenté, lundi 23 avril dans les locaux de l’usine SEB à Mayenne, la feuille de route de ce modèle économique qui veut rompre avec l’ère du « fabriquer, consommer, jeter ». Cette ambition se situe dans la droite ligne des engagements des gouvernements précédents, qui se targuaient de promouvoir ce nouveau système économique. Ainsi, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 installait légalement l’économie circulaire. Production. Ces "magiciens du compost" transforment les bio-déchets de Paris en ressource. Le composteur électro-mécanique des Alchimistes, aux Grands Voisins.

(Crédit : Florian Bérenguer) Dans la même rubrique Vos détritus fétides sont des fleurs en devenir. Mais seulement s’ils passent entre les mains des Alchimistes, magiciens d’un nouveau genre qui ressuscitent le compostage au cœur de la ville. "Avec des déchets qui puent, on peut faire pousser des fleurs, des tomates, des fraises ! " Ramener la nature dans la ville À l’origine du projet, une question simple : pourquoi les déchets devraient-ils faire un long périple pour être traités à la campagne, et brûlés, alors qu’ils sont composés à 85% d’eau ? Les Alchimistes revendent leur compost 100% made in Paris (Crédit : Florian Bérenguer) Moins magique que "low tech", le grand tube digestif en métal qui réside aux Grands Voisins "est biomimétique", raconte Alexandre : "Il imite la nature, reproduisant ce qui se passerait dans n’importe quelle forêt du monde, mais en l’accélérant, et en le replaçant au cœur de Paris. " La Relève et La Peste.

Re-commerce - Encyclo-ecolo.com - l'encyclopédie écologique. Un article de Encyclo-ecolo.com. Le Re-commerce Le re-commerce se distingue du commerce classique en ce sens que c'est le particulier qui vend au marchand, ou plutôt qui lui revend un produit qu'il avait précédemment acheté. Les consommateurs y trouvent une manière d'augmenter leurs revenus en se débarrassant d'un bien dont il n'ont plus usage et les distributeurs peuvent fidéliser leurs clients en leur proposant un débouché rémunérateur avant de leur proposer, par exemple, un modèle plus récent d'un bien antérieurement acquis. Pour l'environnement, cela permet de remettre dans le circuit des biens qui vont se retrouver remis sur le marché de l'occasion, une fois remis à neuf par exemple. Le recommerce se pratique notamment dans la filière high-tech avec le recommerce des téléphones mobiles. Le rec-commerce, une démarche d'économie circulaire Le “recommerce” est un comportement de plus en plus important.

Voici 3 éléments derrière le phénomène RECOMMERCE : Concepts proches du Re-commerce : Economie circulaire : imposer des matières recyclées dans les produits neufs. Dans une tribune au « Monde », un collectif appelle l’Union européenne à imposer progressivement des matières premières recyclées et bio-sourcées dans les produits neufs. Une condition indispensable, estime-t-il, pour une transition effective vers l’économie circulaire. La Ville de Paris a adopté, le 4 juillet, un plan vers l’économie circulaire à l’horizon de 2020.

Le G7 Environnement des 11 et 12 juin à Bologne (Italie) a placé la transition vers l’économie circulaire parmi ses priorités. Il nous faut cependant souligner que l’économie circulaire ne résultera pas de l’intensification, même très volontariste, des politiques actuelles. L’exemple du canton de Genève Cette mesure est un changement de paradigme. Elle consacrerait l’entrée effective dans une économie circulaire, conciliant à terme le développement industriel avec la réduction des ponctions sur les ressources non renouvelables. Générer des emplois et baisser les émissions de CO2. Paris&Co lance un incubateur dédié à l'économie circulaire. Elle est la petite dernière d'une dizaine de plateformes animées par l'agence de développement économique et d'innovation de Paris.

Paris&Co a lancé lundi 12 juin son incubateur dédié à un "nouveau sujet stratégique": l'économie circulaire. Quelque 19 startups ont été sélectionnées parmi 56 candidates par un jury composé des des membres fondateurs de la plateforme: Ecofolio, E. Leclerc, Veolia, Vicat et la ville de Paris. Jusqu'à 30.000 euros de subvention De l'agriculture urbaine (Aéromate, CitizenFarm) à la valorisation des biodéchets (Enerpro, Love your waste), de la consigne (La consigne francilienne, Reconcil, The green move) à l'optimisation des structures de traitement (Pickmywastes, Seligo), en passant par l'amélioration du tri du plastique (Plast'if, Yoyo), les principales préoccupations des acteurs de l'économie circulaire telles que définies par l'Ademe, sont représentées. 11,3 millions d'euros levés dans le pôle Ville durable.

Economiecirculaire.org, la plateforme Française de l'économie circulaire. Présentation / Notre offre / L'ADEME en Bretagne. L’ADEME peut intervenir sous des formes très variées auprès de ses partenaires ce qui constitue la spécificité de son rôle : soutien à la recherche, conseils et expertises, élaborations d’outils, diffusion de bonnes pratiques, financements, formation, information, communication et sensibilisation. En Bretagne, en matière de : formation : plusieurs modules sont régulièrement organisés ; financements : des appels à projets par thématique sont lancés chaque année, des aides aux projets innovants sont accordées pour accompagner la transition énergétique et écologique de la Bretagne ; communication, sensibilisation sur les bonnes pratiques : des outils pédagogiques et d’information sont disponibles.

ADEME Formation - Actualité - MOOC Economie Circulaire et Innovation : Saison 2. 7 grandes thématiques réparties pour cette session sur 5 semaines de cours : Les grands enjeux globaux Dominique Bourg, Université de Lausanne Croissance et économie circulaire François Grosse, ForcityL'analyse des flux de matières à l'échelle des territoires Sabine Barles, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne L'écologie industrielle Frédérique Vincent, Institut Mines-TélécomL'économie de fonctionnalité Béatrice Bellini, Université Paris Ouest Nanterre La Défense La consommation responsable Sandrine Gombert-Courvoisier, ENSEGID - Bordeaux INP Vers une économie circulaire Vincent Aurez et Jean-Claude Lévy, Institut de l'économie circulaire Que vous ayez ou non suivi, même en partie, la session 1, ce cours pourrait vous intéresser pour plusieurs raisons : Le suivi du MOOC demande environ 2 heures de travail hebdomadaire : 1 heure d'activités pédagogiques (QCM ou exercices de réflexion ou devoirs évalués entre apprenants). 1 heure de cours sous forme de visionnage de petites vidéos.

Achats responsables : passer à l’application sur le terrain. Le baromètre annuel, présenté par l’Observatoire des achats responsables (Obsar) le 2 février, montre que les politiques d’achats responsables sont bien ancrées dans les organisations publiques et privées. Si les chiffres sont relativement stables par rapport à la précédente édition, la version 2015 révèle toutefois quelques inquiétudes, notamment vis-à-vis du critère prix, qui revient en force.

Le sixième baromètre réalisé par OpinionWay pour l’Observatoire des achats responsables (Obsar), présenté le 2 février à Paris, conforte les tendances des éditions précédentes. Les politiques d’achats responsables sont maintenant bien « ancrées » dans les entreprises et organismes sondés (1), selon son président Pierre Pelouzet, président de l’Obsar. Un tiers des responsables achats interrogés considère cette problématique comme une priorité, une autre moitié comme un élément à conforter. La professionnalisation des acheteurs sur ces aspects se poursuit. Injonctions contradictoires. "L’économie circulaire, on commence comment ?" Au menu de la conférence environnementale de rentrée, l'économie circulaire occupera une place de choix. Mais que désigne exactement ce concept et quels espoirs offre-t-il ?

Au fil d'une série de cinq chroniques, Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France et Territoires décrypte les atouts économiques, sociaux et écologiques de ce modèle appelé à prendre son envol au XXIe siècle. Découvrez la deuxième d'entre-elles : « L'économie circulaire, on commence comment ? » Plaçons-nous tout d’abord du point de vue du fabricant – quel que soit le produit.

Entreprises et consommateurs sont gagnants Voilà qui rejoint les motivations des consommateurs. Économie circulaire : l’Europe pourrait y gagner 1 800 milliards de dollars. (Crédit : Fondation Ellen MacArthur) Et si, au lieu "d'extraire, fabriquer, jeter", comme elle le fait aujourd'hui, l'Europe se tournait vers une gestion circulaire de ses ressources ? C’est l’idée que soutient l'étude L’économie circulaire, pour une Europe compétitive, qui estime que notre continent pourrait réaliser un bénéfice net de 1 800 milliards de dollars d’ici 2030 en adoptant les principes de l’économie circulaire.

Réalisé en partenariat avec la Fondation Ellen MacArthur, McKinsey Center For Business and Environment et SUN (Fondation pour L’Economie environnementale et durable), ce rapport a été dévoilé le 15 septembre à Paris, à l'occasion des États Généraux de l'économie circulaire. Son objectif : évaluer les conséquences de changements économiques tels que l'irruption de la mobilité partagée (covoiturage, autopartage...), l'utilisation de matériaux recyclables, ou encore la fin du gaspillage alimentaire. Emissions de CO2 réduites de moitié.