background preloader

C'est qui la génération Y ? [Une Semaine d'Enfer, France 4]

C'est qui la génération Y ? [Une Semaine d'Enfer, France 4]
Related:  les facteurs explicatifs du comportement du consommateurquestion 1rationnalité conso

Comportement du consommateur : définition du Mercator Un mythe s'écroule : le consommateur rationnel n'existe pas Nouvelle étape dans notre découverte des “techniques secrètes pour faire craquer le consommateur” avec une affirmation qui remet en cause une grande partie de l’enseignement en économie et en marketing tel qu’il est encore largement pratiqué (et appliqué). On a longtemps fait le pari, dans les départements marketing et les écoles, que le consommateur exerce ses choix en analysant rationnellement, le mix produit, c’est à dire l’offre qu’on lui propose. Il n’en est rien ! Les échecs du marketing Au fil du temps, les traditionnelles recherches de marché, questionnaires, sondages, groupes de discussion ont montré leur limite. C’est bien connu que 80 % à 90 % des produits lancés sur le marché, échouent au cours de la première année. Les questionnaires sont biaisés, le fait même de poser la question, fausse la réponse. Non le consommateur n’agit pas rationnellement ! Le deuil du consommateur rationnel et prévisible

Activité de la profession (1/2) Suite à l'introduction générale Professionnalisation et Employabilité en 7 étapes, ce billet aborde la première étape sur l'activité de la profession qui pourrait également se nommer professionnalisation de la profession. Les transformations économiques et sociales du monde du travail accélérées par la révolution technologique interrogent chaque individu. Mondialisation des marchés, économie de la variété et de la réactivité, centrage "client", le salarié est face à de nouvelles valeurs et aspirations, à de nouveaux parcours professionnels, son rapport au travail est bouleversé, le sentiment d'insécurité grandissant est accentué par le développement de contrats précaires. Si je croise mon corpus théorique et mon expérience professionnelle de consultant en formation auprès de grands groupes et PME, il se dégage 6 approches pour professionnaliser la profession : 1 - Des actions hiérarchisées 2 - L'expérience 3 - Le développement de soi et des autres 4 - Co-détermination et Co-transformation

L’orientation au travail des générations : le cas de la génération X au Québec 1Les discours sur la jeunesse laissent souvent entendre que les valeurs des jeunes se distinguent de celles des générations précédentes. Ces discours sont particulièrement fréquents lorsqu’il s’agit du rapport que les jeunes entretiennent avec le travail. On les accuse régulièrement de ne pas vouloir travailler, d’être peu consciencieux et d’être plus attachés au salaire qu’à l’entreprise qui les embauche. 2Dans les années 1980 et au début des années 1990, c’était le rapport au travail des derniers-nés du baby-boom qui suscitait de multiples interrogations. 3Sans nécessairement remettre en question les thèses sur la transition culturelle, plusieurs chercheurs européens arrivaient à des constats similaires (Verquerre, Masclet & Durand, 1999 ; Baethge, 1994 ; Cannon, 1994 ; Gorz, 1988). 4Au Québec et au Canada, les discours entourant cette cohorte de jeunes n’étaient pas véritablement différents. 2 Le concept d’orientation au travail est emprunté à John H. 7 Sécurité sociale.

Peut-on encore compredre le consommateur ? Ce mode d’échantillonnage s’est rapidement généralisé en France (pas dans les pays anglo-saxons qui continuent à privilégier les méthodes probabilistes), au point d’être considéré aujourd’hui comme scientifiquement incontestable, alors qu’il s’agit en réalité d’un arrangement empirique permettant certes d’approcher la réalité mais dans certaines conditions seulement. Parmi ces conditions, il en est une essentielle et de bon sens : la validité d’un échantillonnage par la méthode des quotas est étroitement liée à l’importance des critères choisis au regard des comportements à observer. Ainsi, le choix d’une répartition intégrant un quota sur le sexe suppose, a minima, que les réponses qui vont être recueillies sont liées, conditionnées ou influencées par le sexe des personnes interrogées. Pour admettre la validité de cette règle, imaginez seulement un instant l’absurdité de quotas portant sur la couleur des cheveux, l’initiale du prénom ou le sexe du facteur ! Des repères mouvants

pyramide Maslow 2 L'efficacité au travail L'efficacité au travail se limiterait-elle à doter les salariés d'expertises d'adaptation ? La capacité à appliquer des connaissances et des compétences acquises de manière signifiante avec souplesse et créativité en fonction des situations rencontrées. Cette notion s'oppose à l'expertise de routine, c'est à dire la capacité à réaliser rapidement des tâches scolaires type sans erreur mais sans comprendre. Le salarié étant devenu un co-contractant de son employabilité et de son évolution professionnelle, le développement de ses expertises d'adaptation est plus que vivement encouragé, il est même devenu indispensable. Entre la nécessité d'une organisation apprenante, de parcours de mobilité motivants et d'un accompagnement partagé entre la recomposition d'anciens postes et l'émergence de nouveaux métiers, l'efficacité au travail est la résultante de nombreux paramètres. 1 - Base de connaissances 2 - Méthodes heuristiques 3 - Méta-connaissances 4 -: Compétences auto-régulatrices

Clivage entre la génération X et la génération Y. Mythe ou réalité? Livres et articles relatifs au management de la génération Y en entreprise se multiplient. Qu'en est-il en Wallonie? Nos entreprises sont-elles dirigées par des "immigrants numériques"? Le point sur les niveaux des usages sociaux sur le Web Selon le baromètre 2011 des usages TIC de l'AWT, 99% des Wallons de 15 à 29 ans sont utilisateurs d'Internet. En 2011, 4 millions de Belges avaient un profil sur les réseaux sociaux, soit 40% de la population du pays (43% de francophones contre 34% de néerlandophones). En moyenne, les internautes belges sont membres de deux réseaux sociaux à la fois et se connectent deux fois par jour, tandis que leur carnet d'adresses comporte en moyenne une centaine de noms. Par contre, les entreprises wallonnes elles, sont plus méfiantes vis-à-vis des nouveaux médias. Génération X, génération Y ... de quoi parle-t-on? Le terme "génération Y" désigne généralement les personnes nées entre 1980 et 1999. Dépasser les stéréotypes X et Y : même combat Conclusions

CONSOMMATION - Comportement du consommateur, Les facteurs explicatifs des comportements d'achat et de consommation La recherche des ressorts qui sous-tendent l'achat et la consommation est aussi ancienne que le commerce lui-même, et de nombreuses théories ont été avancées. En un sens, le comportement du consommateur n'est qu'une facette particulière du comportement humain et ce sont donc les sciences sociales qui offrent les plus nombreuses perspectives sur cette question. On peut classer ces dernières en trois catégories selon qu'elles mettent en relief : les déterminants individuels de l'acte d'achat (besoins, perceptions, attitudes) ; l'influence de l'environnement interpersonnel (groupes de référence, leaders d'opinion) ; ou l'impact du contexte socioculturel (classe sociale, style de vie, culture). • Les déterminants individuels de l'achat L'étude des besoins et motivations Pourquoi un individu achète-t-il un produit ou un service ?

Decathlon : l'expérience client en magasin se digitalise Qu’elle soit au niveau de ses produits ou de la vente, l’innovation se doit d’être au service du client pour Decathlon. En cette rentrée 2014, l’enseigne sportive préférée des français déploie de nouveaux services digitaux sur l’ensemble des 262 magasins : retrait en magasin des commandes passées sur Decathlon.fr, outil Mobistore et RFID. Les puces RFID pour gérer les stocks et accélérer le passage en caisse Une puce électronique fonctionnant avec le système dit RFID – « Radio Fréquence Identification » – est intégrée à une étiquette collée sur chaque référence. L’autre avantage pour le client réside dans le passage en caisse. Decathlon est parmi les toutes premières enseignes à déployer la RFID : dès juillet 2013, tous les produits des Marques Passion – les marques propres au groupe Oxylane, distribués exclusivement dans les magasins Decathlon – étaient étiquetés RFID en usine. Mobistore : le bras digital prolongeant celui du vendeur L’e-reservation prolonge celui du client

Related: