background preloader

« Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran

« Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran
Post-scriptum 11 janvier 2015 : à tous ceux qui estiment que cet article serait une validation a priori de l’attaque terroriste ignoble contre Charlie hebdo (ils l’auraient bien cherché), la rédaction d’Article11 adresse un vigoureux bras d’honneur. Charognards ! Pour que les choses soient bien claires, il y a ce texte. Cher Charb, cher Fabrice Nicolino, « Et que ceux qui prétendent et prétendront demain que “Charlie” est raciste aient au moins le courage de le dire à voix haute, et sous leur nom. Nous saurons quoi leur répondre. » En lisant cette rodomontade à la fin de votre tribune dans Le Monde1, façon « viens nous le dire en face si t’es un homme », j’ai senti monter comme une envie de rejoindre mon poste de combat dans la cour de récré. Ainsi donc Le Monde vous a charitablement ouvert son rayon blanchisserie, pour un repassage express de votre honneur tout chiffonné. Raciste, Charlie Hebdo ne l’était assurément pas du temps où j’y ai travaillé. Bien à vous, Olivier Cyran

http://www.article11.info/?Charlie-Hebdo-pas-raciste-Si-vous

Related:  Charlie Hebdocharlie et les autresIslamophobie...Affaire CharlieAntiracisme 2

Charlie Sarkozy et Nico Hebdo La nouvelle affaire Charlie Hebdo étant tout aussi lamentable, de A à Z [1], que les précédentes, nous republions un texte paru il y a quelques années, à l’occasion du premier épisode d’un feuilleton qu’on espère sur sa fin. « Je préfère un excès de caricature à un excès de censure ». « Je tiens à apporter mon soutien à votre journal qui s’inscrit dans une vieille tradition française, celle de la satire ». « Il faut défendre le droit de sourire de tout ». C’est par ces mots qu’au mois de janvier 2007, Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur et candidat déclaré à la présidence de la république, a publiquement apporté son soutien à Charlie Hebdo dans le procès que lui intentaient la Mosquée de Paris et l’UOIF pour avoir publié des dessins racistes (comment, répétons-le, peut-on appeler autrement un dessin qui, représentant le prophète Mahomet lui même coiffé d’une bombe, véhicule l’équation Islam = terrorisme et donc musulman = terroriste potentiel ?).

"Il faut tuer Zineb El Rhazoui" : une journaliste de Charlie menacée sur Twitter Des appels au meurtre et des menaces précises contre la journaliste franco-marocaine Zineb El Rhazoui et son mari se multiplient sur Twitter. Un hashtag "Il faut tuer Zineb ElRhazoui pour venger le Prophète" a ainsi été repris plusieurs milliers de fois depuis mardi. Mais qui est derrière ce hashtag ? Et que fait Twitter pour lutter contre sa prolifération ? L'obscurantisme beauf Mercredi 19 novembre 1997, sous le titre « Les perroquets du pouvoir », Philippe Val consacrait la quasi-intégralité de son éditorial de Charlie Hebdo à l’enthousiasme délirant que lui inspirait la parution des Nouveaux chiens de garde de Serge Halimi. Il y évoquait les « BHL, Giesbert, Ockrent, Sinclair », etc., tous « voguant dans la même croisière de milliardaires qui s’amusent », et qui « n’ont aucune envie de voir tarir le fleuve de privilèges qui prend sa source dans leurs connivences ou leurs compromissions ». Il jugeait certains passages « à hurler de rire », en particulier le chapitre « Les amis de Bernard-Henri », qu’il conseillait de « lire à haute voix entre copains ». Six mois plus tard, mercredi 27 mai 1998, sous le titre « BHL, l’Aimé Jacquet de la pensée » (c’était juste avant la Coupe du monde de football), il volait encore au secours du livre de Halimi, contre lequel toute la presse n’en finissait plus de se déchaîner. Mercredi 1er mars 2006.

Ça faisait longtemps que Charlie Hebdo ne faisait plus rire, aujourd’hui il fait pleurer. Il est minuit moins le quart dans le siècle. Nous sommes à un point de bascule historique sur l’islamophobie et le déchaînement du racisme en France et plus largement en Europe. La lecture simplifiée à l’extrême par les médias de cette journée du 7 janviers 2015 va se résumer et s’imprimer dans de nombreux cerveaux « par l’attaque meurtrière contre un journal « de Gauche » par des Musulmans. Cela va déstabiliser et retourner des positionnements politiques.

Prévenir et combattre le racisme et toutes les formes de discrimination Les ouvrages scientifiques de référence Memmi (A.), Le racisme, Paris, Gallimard, [1982] 1994, 256 p. Albert Memmi est un auteur franco-tunisien qui a analysé les relations sociales induites par la colonisation et par la différenciation. Il souligne, dans cet ouvrage, les liens entre idéologie raciste et rapports de domination.L’ouvrage peut faire l’objet d’un travail collectif dès la terminaleQuelques phrases tirées de l’ouvrage : « Le racisme consiste en une mise en relief de différences ; en une valorisation de ces différences ; enfin en une utilisation de cette valorisation au profit de l’accusateur » « Le racisme est la valorisation, généralisée et définitive, de différences, réelles ou imaginaires, au profit de l’accusateur et au détriment de sa victime, afin de justifier une agression ».

La victoire idéologique de Charlie Hebdo En ces temps de crise, de désarroi et de division, il est bon que la France se rassemble autour d’une grande cause nationale, qui est aussi un enjeu de civilisation : le droit de dégueuler sur les musulmans. Quatre jours avant la parution en kiosque du Charlie Hebdo spécial rire anti-musulmans, dont la Une affublée d’un bandeau « Charia Hebdo » et d’une représentation du prophète en clown fouettard promettait de requinquer un peu les ventes moribondes du journal, on avait déjà compris que l’affaire était pliée. Dauber le musulman n’est plus seulement une bonne affaire commerciale, l’équivalent spirituel de la femme à poil en page 3 du Daily Mirror, c’est maintenant un gage d’appartenance à la gauche, et même à la gauche de gauche. Ce samedi soir-là, en effet, Laurent Ruquier recevait dans son bocal à rires de France 2 le bizut aux élections présidentielles du NPA, Philippe Poutou. Il faut se rendre à l’évidence : idéologiquement, les boute-en-train de Charlie Hebdo ont gagné la partie.

Charlie : la direction publie les montants des dons et recettes Opération transparence. Une semaine après la polémique déclenchée par la mise à pied d'une journaliste de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui, et alors que cette dernière a émis des doutes sur l'utilisation des dons reçus par le journal, la direction contre-attaque en donnant les chiffres exacts des dons et des recettes perçus depuis janvier. Un communiqué dans Charlie, un entretien au Petit journal et un autre sur Europe 1. Les principaux actionnaires de Charlie Hebdo, le dessinateur Riss et le directeur financier Eric Portheault (possédant respectivement 40% et 20% des parts du journal, le reste étant détenu par les parents de Charb, mort le 7 janvier) sont montés au front en dévoilant le montant des dons reçus par le journal ainsi que la manière dont ils allaient être distribués. Riss, sur Europe 1, le 20 mai 2015 Concrètement, le journal a reçu 4,3 millions d'euros, provenant de 36 000 donateurs.

Éric Zemmour ou l'inconsolable nostalgie du temps béni des colonies  Éric Zemmour a du talent. Il a même un don. Il arrive à concentrer à lui seul toutes les vieilles rancunes et les haines recluses héritées de la mal digérée et douloureuse guerre d'Algérie. Il est le parangon d'une (pénible) nostalgie: La "nostAlgérie" française. Son regret du temps béni des colonies s'exprime en effet sans pudeur, fustigeant par-ci ces arabes "qui ont détruit un paradis" perdu, invoquant par-là l'assertion prédictive que l'on prête au Général De Gaulle "dans 50 ans vous verrez ce que deviendra ce pays (l'Algérie algérienne)". Éric Zemmour est une obsession.

L’humour est une arme Je vais parler d’humour. La chose à laquelle il ne faut pas toucher, parce que les inconditionnels de la liberté d’expression l’ont placée au panthéon. Parce que selon eux tout doit pouvoir être dit n’importe comment, sans réflexion, même le pire, et surtout quand c’est sous couvert d’humour. Mais voilà, l’humour a bien des formes. Ethnicisations ordinaires, voix minoritaires Il n'y a pas de minorités ici » : ce fait social demeure impensé dans le débat public comme dans la recherche française (Amiraux et Simon, 2006). Abdelmalek Sayad l'avait pourtant souligné dès 1979 : toute migration de travail constitue, ipso facto, une migration de peuplement ; l'établissement familial des immigrés est cependant longtemps resté inconcevable, tant du point de vue des migrants que de celui de l'État et des sociétés de départ comme d'installation. Aujourd'hui, les descendants d'immigrés apparaissent collectivement distingués des autres Français en se voyant imputer ­ et en investissant parfois ­ des catégories ethniques diverses : selon « l'origine » géographique et/ou nationale, la culture, la religion, etc.

Charlie Hebdo : l’imposture féministe Il me faut sans doute dire aussi que j’ai longtemps lu Charlie Hebdo, en gros depuis la fin du lycée où j’ai commencé par piquer des numéros dans l’entourage, ce dernier étant globalement « à la gauche de la gauche » comme on dit de nos jours. Et par la suite avec même une certaine assiduité, jusqu’à finir il y a quelques années par me rendre compte que cela confinait au masochisme. Je me souviens avoir, de plus en plus souvent au fil des ans, tiqué à sa lecture (Mais qu’est-ce que c’est que cet édito hargneux et méprisant contre les partisans du non au traité européen ? Ah tiens, il est copain avec BHL Val maintenant ? Iran : douze ans de prison pour une caricaturiste Contenu reconnu d'Utilité Publique Ce contenu a été voté "d'utilité publique" par nos abonnés, ou sélectionné par la rédaction pour être gratuit. Il est temporairement accessible à tous, abonnés et non abonnés Ce contenu est accessible gratuitement pendant 24 heures. Partagez-le ! Atena Farghadani est une dessinatrice iranienne de vingt-huit ans qui réalisa, il y a quelques mois, une caricature montrant les membres de l'assemblée consultative islamique iranienne (c'est-à-dire le parlement) avec des têtes d'animaux.

Islamophobes de tous les pays… annulez tout! La première conférence "transatlantique anti-islamisation", prévue samedi 2 juillet à Strasbourg, n'aura finalement pas lieu. Les organisateurs ont annulé, faute de salle (l'Institut catholique a annulé la réservation) et des contres-manifestations étaient prévues. Affiche du rassemblement prévu à Strasbourg le 2 juillet Le plateau devait réunir les principales têtes de pont de l'islamophobie de part et d'autre de l'Atlantique, à une exception près: celle du Néerlandais Geert Wilders.

Pourquoi l’attentat nous rend (déjà) cons L’attentat contre Charlie Hebdo tourne en boucle sur BFM TV. Normalement plus une actu est partout dans les médias, moins on en a grand chose à foutre. On change de gouvernement, la Bourse se casse la gueule : on continuera à aller boire des coups le soir et déconner de la même manière. Pourtant sur ce coup là, avec l’attentat, on est en plein dedans. Pas parce que les tueurs ont abandonné leur caisse à deux rues de StreetPress. Pas parce qu’on s’est tapé la tête contre le mur de tristesse quand on appris la nouvelle.

Related:  Charlie H 13 Nov 2015