background preloader

Charlie

Facebook Twitter

VIDÉO. Jamel Debbouze dans "Sept à Huit" sur TF1 : "La France c'est ma mère". J'ai pleuré. Jamel Debbouze dans "Sept à Huit".

VIDÉO. Jamel Debbouze dans "Sept à Huit" sur TF1 : "La France c'est ma mère". J'ai pleuré

Une claque, merci (CAPTURE TF1) À la fin, un grand silence. On se regarde tous, gênés d'avoir pleuré devant "Sept à Huit". Pourtant, je ne m'y attendais vraiment pas. Quand j'ai zappé et que je suis tombée sur le début de l'interview de Jamel Debbouze par Thierry Demaizière, j'ai franchement trouvé cette invitation ridicule.

Je n'étais pas convaincue Pourquoi l'humoriste serait-il le porte-parole de tous les musulmans de France ? J'ai quand même continué à le regarder, parce qu'il se passait quelque chose. Dans ses paroles, incroyablement fortes. Et puis j'ai donc eu des larmes qui ont coulé, devant un discours tellement juste, tellement fort, tellement beau. Tout est dit, et bien en plus Jamel Debbouze a tout dit, et il l'a bien dit. Concernant la marche du 11 janvier "En marchant, j’ai eu des manifestations d’amour, des gens sont venus m’embrasser, me dire qu’ils étaient pleinement avec nous, comme si j’étais représentatif de quoi que ce soit. Sur sa foi. Charlie : “la dérision, oxygène de la démocratie” (Meirieu) «Distinguer les idées qui choquent de l’incitation à la haine»

«Que peut faire le droit après ce qui s’est passé ?

«Distinguer les idées qui choquent de l’incitation à la haine»

Je vais essayer de répondre en reprenant le titre d’un de mes livres (1) : le droit peut permettre de résister, de responsabiliser et d’anticiper. Ou en tout cas y contribuer. «Résister d’abord. Il ne faut pas se leurrer, le monde est dangereux. Pour la première fois depuis longtemps, la France est au cœur de la tourmente. «Comment résister alors ? «C’est pourquoi les acteurs publics doivent assumer la responsabilité de leurs décisions. «Il faut aussi anticiper, c’est-à-dire remonter en amont du crime pour le prévenir. «La difficulté est de prévenir le terrorisme sans renoncer à l’Etat de droit.

«Enfin, il faut compter sur les acteurs civiques et préserver le pacte citoyen. «Ensuite, bien sûr, la question est : jusqu’où peut-on aller ? «Charlie»: éthique de conviction contre éthique de responsabilité. Le 14 janvier, l’interview de Caroline Fourest sur Sky News au sujet des attaques contre Charlie Hebdo s’est brutalement interrompue au moment où, à l’insu de son hôte, l’invitée a brandi le dernier exemplaire du journal pour en montrer la couverture au public britannique.

«Charlie»: éthique de conviction contre éthique de responsabilité

La journaliste Dharshini David s’est alors excusée auprès des téléspectateurs qui auraient pu être «offensés» en rappelant que la politique de sa chaîne était de ne pas montrer les caricatures du Prophète. Cette censure a immédiatement déclenché des réactions d’indignation de la part des médias français et l’intéressée a parlé «d’une violence inouïe et d’une hypocrisie absolue». L’épisode s’inscrit dans un contexte plus large où deux pratiques éditoriales s’opposent. Les uns, notamment en France, considèrent qu’il est important de montrer pour défendre le droit d’expression. Le sociologue allemand Max Weber peut nous aider sur ce plan. Auteur de «la Question morale (PUF) et de «l’Ombre du monde» (Seuil).

Comment les journaux pour enfants parlent de Charlie Hebdo. En une, des bonhommes tremblotant, les larmes aux yeux.

Comment les journaux pour enfants parlent de Charlie Hebdo

Le Petit Quotidien, destiné aux 6-10 ans, dédie la couverture de son édition du vendredi 9 janvier à la rédaction de Charlie Hebdo. “Des journalistes tués par des terroristes à Paris” annonce sobrement le titre, accompagné de quelques précisions sur le nombre de morts, ainsi qu’un fait: “c’est l’attaque la plus meurtrière en France depuis 50 ans.” Charb, le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, collaborait avec les journaux pour enfants et adolescents Mon Quotidien et Le Petit Quotidien. Aujourd’hui, les deux quotidiens portent le deuil après la fusillade de mercredi 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo. Comment parler des attentats à ses enfants ?

Depuis mercredi, de nombreux parents se demandent comment parler des attentats dans les locaux de Charlie Hebdo à leurs enfants. “Ce journal est satirique: il parle de l’actualité en donnant son avis et en se moquant, surtout avec des dessins. Publicité L’école change avec vous. Charlie : “la dérision, oxygène de la démocratie” (Meirieu)