background preloader

Affaire Balkany

Facebook Twitter

Gestion de Levallois : le concours de mauvaise foi de Patrick Balkany. Reconnu pour sa mauvaise foi légendaire, Patrick Balkany renvoie le compliment aux magistrats de la Chambre régionale des comptes.

Gestion de Levallois : le concours de mauvaise foi de Patrick Balkany

Si ses quatre mises en examen pour fraude fiscale ont contraint le maire de Levallois-Perret à un silence absolu depuis près de deux ans, le rapport accablant de la CRC d'Ile-de-France sur la gestion de sa ville publié lundi soir — mais dont le contenu avait été diffusé la semaine dernière par France Bleu — l'a amené à réagir ce mardi 16 février dans Le Parisien. Une interview dans laquelle l'édile des Hauts-de-Seine n'épargne évidemment pas les magistrats financiers et déclare rester "très zen". Il apparaît surtout en grande forme ! Patrick Balkany épinglé par la Chambre régionale des comptes.

Patrick Balkany © ©Christophe Petit Tesson/MAXPPP - 2016 C'est une information de nos confrères de France Bleu 107.1.

Patrick Balkany épinglé par la Chambre régionale des comptes

Un rapport de la Chambre régionale des comptes d'Ile-de-France épingle la gestion de la ville de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) par Patrick Balkany. C'est un rapport de 192 pages qui met au jour de nombreuses irrégularités dans la gestion de la ville de Levallois-Perret. Entre 2007 et 2013 par exemple, les budgets de certaines années sont présentés comme équilibrés, alors qu'ils sont en fait déficitaires. Des "déficits réels qui auraient dû conduire à ce que la chambre soit saisie", détaille le rapport. La ville de Levallois est celle qui détient le record d'endettement par habitant : 8 344 euros par habitant en 2014. Il y a aussi cet ancien directeur du développement économique qui est à la retraite depuis 2012.

Urban Rivals - Sign in. Patrick Balkany épinglé par la Chambre régionale des comptes. Levallois : le rapport qui épingle le "système Balkany" Des irrégularités de gestion détaillées sur 192 pages : France Bleu publie ce jeudi 11 février en avant-première un rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la ville de Levallois-Perret par Patrick Balkany.

Levallois : le rapport qui épingle le "système Balkany"

Selon le document, les comptes de la ville des Hauts-de-Seine, dont Patrick Balkany est maire depuis 1983 (avec une interruption de 1995 à 2001), "ne donnaient pas une image fidèle de [sa] situation financière" entre 2007 et 2013. Des opérations d'un montant de plus de 116 millions d'euros ont ainsi été "oubliées". Selon la chambre régionale des comptes, "trois exercices (2007, 2011 et 2012) sur les sept examinés étaient déficitaires", dont deux avec un déficit "très élevé"... si élevé que "ces déficits réels auraient dû conduire à ce que la chambre en soit saisie", lit-on dans le rapport. Et la ville a bien contracté des emprunts toxiques, contrairement à ce qu'affirmait son maire, auprès de Dexia et de la Société Générale.

Des agents (trop) choyés. Patrick Balkany affirme avoir bénéficié sous Sarkozy d'une « transaction » avec le fisc. Tout comprendre à l’affaire Balkany. Le député UMP des Hauts-de-Seine et maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, a été mis en examen, mardi 21 octobre, pour « blanchiment de fraude fiscale », « corruption » et « blanchiment de corruption ».

Tout comprendre à l’affaire Balkany

En mai, c'est sa femme Isabelle qui avait été mise en examen pour « blanchiment de fraude fiscale ». Lire : Sur la piste de la fortune de Patrick Balkany Pourquoi l'affaire ? Officiellement, Patrick Balkany, très proche de Nicolas Sarkozy, et sa femme Isabelle déclarent des revenus d'environ 145 000 euros. Lui a déclaré, en 2012, 87 175 euros de revenus tandis qu'elle a été… non imposable, se voyant rembourser 6 000 euros du Trésor public après s'être déclarée en tant que « personne isolée » et donc bénéficié d'une demi-part fiscale supplémentaire. Problème : les enquêteurs mettent en lumière un train de vie beaucoup plus important qu'annoncé. Lire : Ce que leurs comptes racontent des époux Balkany Les éléments qui accréditent l'hypothèse de revenus et patrimoine non déclarés 1. 2. 3.

Le couple Balkany raconté par ses comptes. « Blanchiment de fraude fiscale », « corruption » et « blanchiment de corruption », tels sont les faits pour lesquels le député-maire de Levallois, Patrick Balkany, est mis en examen.

Le couple Balkany raconté par ses comptes

L'affaire touche à la fortune du couple qu'il forme avec son épouse Isabelle, et notamment à plusieurs propriétés immobilières qu'ils auraient dissimulées au fisc. Le Monde a eu accès à trois notes de Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère des finances, qui a épluché les comptes des deux époux. Ces notes dressent un portrait assez insolite de ce couple emblématique et de son train de vie. 1. Affaire Balkany : l’associé de Sarkozy est trahi par un fax. Abonnements à Canal+, décoration et employés de maison… le train de vie des Balkany épluché par Tracfin. Par Francetv info Mis à jour le , publié le Soupçonné d'avoir dissimulé une partie de son patrimoine au fisc, le couple voit son train de vie épluché par Tracfin.

Abonnements à Canal+, décoration et employés de maison… le train de vie des Balkany épluché par Tracfin

La cellule antiblanchiment de Bercy a décortiqué les dépenses du député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, et de sa femme Isabelle, dans une note remise début mai à la justice et dont M6 publie des extraits jeudi 10 juillet. Le document correspond, selon la chaîne, à "une radioscopie du patrimoine" du couple, sur ces sept dernières années. Il s'attarde ainsi sur leurs dépenses dans des magasins d'aménagement et de décoration à Marrakech (Maroc) et Saint-Martin (Antilles françaises), ou à leurs multiples souscriptions à Canal+, l'équivalent de sept abonnements annuels pour Patrick Balkany.

Mais d'après M6, le document relève aussi qu'Isabelle Balkany, première adjointe de son époux, a bénéficié en 2012 d'une demi-part fiscale supplémentaire au titre de personne isolée. Un associé de Sarkozy aurait orchestré l’évasion fiscale des époux Balkany.