background preloader

ContenuCooperationCollaboration- Doc 28

ContenuCooperationCollaboration- Doc 28
Entre la coopération et la collaboration, la différence est nuancée. Sources: site Outils et Réseaux F. Henri et K. Lundgren-Cayrol analysent de manière très éclairante la différence entre ces deux notions. La présentation qui suit reprend largement cette analyse. La première différence : comment partage-t-on le travail ? De manière générale, les groupes collaboratifs et coopératifs travaillent ensemble sur un but commun ou partagé. En coopérant Le groupe est divisé en équipes spécialisées qui réalisent une partie de tâche. En collaborant Les membres du groupe travaillent pour un but commun. Autres différences De cette manière de réaliser la tâche commune, découlent d'autres différences : La maturité des groupesLes interactions entre les personnes La manière de considérer le but La maturité des groupes La démarche coopérative est plus structurée et encadrante. Les interactions entre les personnes En coopérant, chaque membre est responsable d'une action ou sous-tâche. En conclusion concept

http://outils-reseaux.org/ContenuCooperationCollaboration

Related:  Social learningCOORDINATION / COOPERATIONCOOPERATION/COLLABORATIONnotions conceptsTravail collaboratif

L'apprentissage social, retour aux sources Doc 27 Albert Bandura est un psychologue canadien né en 1925. En 1963, il publie l'ouvrage intitulé "Social Learning and Personality", qui attendra près de 25 ans avant d'être traduit en français. Bandura développe dans cet ouvrage la théorie de l'apprentissage social. Tout apprentissage est social Nous apprenons en regardant les autres, et en tentant ensuite de les imiter. Coopération et collaboration au travail, quelle est la différence? Le terme collaboration a pris toute son importance dans les dernières années au sein des entreprises, des différentes instances municipales et gouvernementales, des établissements de santé, des grandes institutions d’enseignement et autres. La collaboration est devenue une valeur, un objectif à atteindre, une compétence. Par Suzanne Girard, CRHACoach certifié RCC, formatrice et mentor La popularité de la collaboration Nous pouvons attribuer la popularité de la collaboration, entre autres, aux changements économiques, sociodémographiques et à l’arrivée des nouvelles technologies et tout particulièrement celles qui exercent une pression pour une plus grande intégration des différents secteurs, une réorganisation du travail et des structures favorisant le décloisonnement.

OBJECTIVATION : Définition de OBJECTIVATION OBJECTIVER, verbe trans. A. −Faire passer de l'état de donnée intérieure à celui d'une réalité extérieure correspondante, susceptible d'étude objective.Objectiver le subjectif.L'humanité, dans ces âges pesamment réalistes (...) objectivait la voix de sa conscience en une voix émanée du ciel (Renan, Hist. peuple Isr., t.2, 1889, p.362).Au fur et à mesure que l'habitude nous dispense de sentir, nous supprimons les éléments nocifs de couleur, de dimension et d'odeur qui objectivaient notre malaise (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p.926):

Coopération et travail de groupe Pourquoi coopérer à l'école? Nous savons aujourd'hui que l'apprentissage est favorisé par la coopération et les échanges entre pairs. Les nouvelles connaissances sur le cerveau l'attestent, l'élève comme l'adulte comprennent d'autant plus qu'ils verbalisent leurs découvertes, qu'ils les expriment et les partagent. Edgar Dale, dès 1969 publiait les résultats d'une étude et la synthétisait par le biais d'une pyramide des apprentissages: En voici une version française: Mettez-vous simplement dans la situation de visionner le mode opératoire pour réaliser un oiseau en origami. getpart.php?id=lyon2.2009 Doc 17 Les sentiments d’appartenance(s) constituent l’un des aspects (collectifs) de l’identité et donc du sentiment de Soi. A. Mucchielli pense que le sentiment d’appartenance prend ses sources « dans la relation primitive du nourrisson avec sa mère, puisqu’on sait que dans son état premier, le nourrisson ne se distingue pas de sa mère », et découle tout autant du fait que l’être humain est un être social25. Pour l’adulte, le sentiment d’appartenance est avant tout ce qui définit l’image qu’il projette dans la société, c’est-à-dire son statut. Selon le sociologue Guy Rocher, « Appartenir à une collectivité, c’est partager avec les autres membres assez d’idées ou de traits communs pour se reconnaître dans le « nous » (Rocher, 1968).

Collaboratif / Coopératif : quelle différence ? François Bocquet Quand parle-ton de travail collaboratif ? « Quand deux ou plusieurs personnes - échangent des points de vue sur des informations existantes - planifient et gèrent leur temps - organisent leur travail collectif - partagent de l'expérience - définissent des objectifs communs - construisent des informations ensemble - construisent des compétences ensemble

Écosystème des outils collaboratifs Si vous recherchez un «outil collaboratif» dans Internet, vous serez assurément submergé par le flot de propositions : plusieurs centaines, avec chacune leurs caractéristiques imbattables. Certains services ne font qu’une seule chose, comme le partage d’écran, la présentation en 3D ou la vidéoconférence, alors que d’autres intègrent plusieurs fonctions différentes allant de la communication à la gestion de projet en passant par le dépôt de documents. En intégrant plusieurs services complémentaires, des géants comme Google et Facebook ont littéralement fait disparaître la plupart des services de petite taille. Qui utilise encore une application dédiée de chat ou de messagerie instantanée ? Certains services, comme la navigation partagée ou le partage de signets, se sont trouvé des niches mais la plupart, même excellents comme EditGrid, sont disparus.

Différence entre savoir et connaissance Savoir et connaissance, voilà deux termes souvent confondus. Bien que certains chercheurs y voient des synonymes pour d’autres la distinction est cruciale. J’en fais parti ! Qu’est-ce qu’un savoir ? Le savoir c’est que qui relève d’une communauté qui a statué sur une connaissance érigée alors en savoir. Document sans nom Pour comprendre l'usage de la notion de "pédagogies de groupe" telle qu'elle s'est développée depuis le début du siècle et, plus particulièrement, depuis les années 1960, il convient de situer la notion de "groupe" par rapport à la notion de "classe" contre laquelle elle s'est très largement constituée. La "classe", telle que nous la connaissons aujourd'hui, est une invention relativement récente et très limitée géographiquement; même si aujourd'hui, pour beaucoup de nos contemporains, la classe apparaît comme l'unique modalité institutionnelle possible de transmission des connaissances aux jeunes, elle n'a été systématisée, sous ses formes actuelles, que depuis un siècle et ses premières apparitions datent de quatre siècles environ (on l'appela d'abord "la bande" puis, ensuite, "le rang"). Une inspiration commune mais une multitude de propositions... Le courant religieux est né à la conjonction d'un certain nombre d' influences et de phénomènes. Philippe MEIRIEU

Théorie de l'apprentissage social Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Plusieurs théories reçoivent la dénomination de théorie de l’apprentissage social. La plus connue d'entre elles est celle d’Albert Bandura. La théorie de l’apprentissage social (« Social Learning Theory », abrégée SLT) d’Albert Bandura décrit comment l'enfant peut apprendre de nouveaux comportements en observant d'autres personnes : il imite les modèles de comportement qui font l’objet de récompenses et non de punitions[1] (notion d'« observational learning »)[2].

Related: