background preloader

Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides officiellement reconnu

Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides officiellement reconnu
Un décret reconnaît cette pathologie comme maladie professionnelle chez les agriculteurs. Une avancée majeure dans un domaine où règne l'omerta. Le Monde.fr | 09.05.2012 à 19h08 • Mis à jour le 09.05.2012 à 22h01 | Par Angela Bolis C'est un pas de plus vers la reconnaissance des maladies professionnelles des agriculteurs. Lundi 7 mai, est entré en vigueur un décret qui reconnaît la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle et établit explicitement un lien de causalité entre cette pathologie – seconde maladie neurodégénérative en France après Alzheimer – et l'usage des pesticides. Un pas de plus car, dans ce domaine où règnait jusqu'ici la loi du silence, la prise de conscience des effets des produits phytosanitaires sur la santé des agriculteurs commence seulement à émerger. Quelques jours plus tard, ils étaient plusieurs dizaines d'exploitants à manifester au Salon de l'agriculture, devant le stand de l'Union des industriels de la protection des plantes.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/le-lien-entre-la-maladie-de-parkinson-et-les-pesticides-officiellement-reconnu_1698543_3244.html

Related:  Pesticides et autres poisonsActualités francophonesLes premiers touchés ? Les agriculteurs !Nutrition et Santé publique

Liens en Pays d'OC - Le droit des citoyens-consommateurs à ne pas être empoisonnés et endettés contre leur volonté ni par les pesticides, OGM ni par les grands événements servant les intérêts des lobbies photo de Convergence des luttes #jouretnuitdebout. A qui profite l’Euro de football ? Chacun de nous se souvient d’où il était au soir du 12 juillet 1998 et des scènes de liesses populaires qui s’en suivirent. Qui se souvient de l’impact économique de la Coupe du Monde organisée en France ?

Peur du glyphosate ? Les départements (et les vins) à éviter Si les pesticides vous font peur, alors évitez l’Aube, le département de France qui achète le plus de pesticides cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) et soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens, rapportés à l’hectare de surface agricole. Faites également un détour pour contourner le Pas-de-Calais et la Somme, où la bataille contre le mildiou semble justifier les kilos de chimie déversés dans les champs chaque année. Idem, enfin l’Hérault, le Gard et surtout le Vaucluse qui, en tant que département le plus dépendant au glyphosate, vient de se voir décerner le "Glyph'Award" d'or par Générations Futures. L’association révèle ce mardi, cartes à l’appui, la répartition des ventes de pesticides en France. Où l’on découvre les départements qui en achètent le plus, et lesquels.

«Partout, au restaurant ou dans votre magasin, demandez des produits sans huile de palme» En Indonésie, tout le monde connaît Aurélien Brulé. Ou plutôt son surnom, Chanee (gibbon, en thaï). Ce français de 36 ans, devenu indonésien en 2012 (et dont Libération a déjà dressé le portrait), a fondé en 1997 l’association Kalaweit pour protéger ces primates. Son programme de réhabilitation est désormais le plus important au monde. La radio qu’il a créée ou encore son émission sur la première chaîne d’information du pays sensibilisent la population au sort des gibbons, victimes de la déforestation massive. Cancer : un médicament responsable d'infections cutanées mortelles Médicament prescrit dans le traitement du cancer, l'Avastin® a été associé à plusieurs cas de fasciites nécrosantes. L'Agence nationale du médicament (ANSM) et le laboratoire Roche fabriquant ce traitement ont décidé d'en alerter les professionnels de santé dans un courrier adressé en juillet 2013. "Des cas de fasciites nécrosantes, dont certains d'issue fatale, ont été rapportés chez des patients recevant Avastin®, dans le cadre d'essais cliniques et depuis sa commercialisation. Il est recommandé d'arrêter Avastin® et d'initier rapidement un traitement approprié dès le diagnostic de fasciite nécrosante", expliquent-ils. Qu'est-ce qu'une fasciite nécrosante ?

DIJON : La Ville n'utilise plus aucun pesticide pour l'entretien de ses espaces verts Objectif atteint. La Ville de Dijon n'utilise plus de produits chimiques pour l'entretien des espaces publics. C'est par le cimetière des Péjoces qu'elle a terminé la démarche «zéro phyto», initiée en 2009. «Cela nous a permis d'abandonner complètement l'usage de produits chimiques pour l'entretien de tous les espaces publics de la commune de Dijon» s'enthousiasme Patrice Château, adjoint en charge de l'environnement. «Ça a commencé par les espaces verts, puis la voirie, et aujourd'hui le cimetière des Péjoces. ENTRE PATIENTS 19/11/12 Parkinson et pesticides : enfin un lien reconnu ! Gérard Marquois, agriculteur de la Vienne, découvre en 2007 qu'il souffre de la maladie de Parkinson, une grave maladie neurodégénérative. Celle-ci s'est développée du fait de son activité professionnelle et de l'exposition prolongée et répétée aux pesticides. Le lien entre pesticides et maladie de Parkinson existe bel et bien et a d'ailleurs été reconnu en 2009.

Soigner son intestin pour protéger son cerveau "La solution pour soigner des troubles cérébrales se niche dans l’intestin". Cette déclaration du neurologue américain David Permultter est détaillée dans son ouvrage L’intestin au secours du cerveau, sorti le 6 janvier 2016 en France. L’idée phare d’Hyppocrate, « veiller à sa nourriture pour préserver sa santé », est actualisée grâce aux études relatées par le professeur américain David Perlmutter. Dans son livre, L’intestin au secours du cerveau, ce neurologiste invite à se nourrir de manière à protéger ses intestins et donc son cerveau. Il va jusqu’à défendre l’hypothèse de soigner l’autisme par la transplantation de bactéries saines d’un autre microbiote (ou flore intestinale).

Les tampons TAMPAX : Mortellement toxiques La liste des atteintes létales à notre santé est longue, mais il en est une qui est le plus souvent ignorée du grand public, spécialement le public féminin, que j'ai découvert il y a 5 ou 6 ans et pour laquelle je n'ai pas trouvé d'études documentées en français: nos petites souris blanches pour les semaines d'amour fériés, comme disait poétiquement le chanteur RENAUD dans sa chanson "Dans ton sac". Elles représentent un marché colossal et leur secret de fabrication est farouchement conservé par Procter & Gamble, le fabriquant de la marque TAMPAX, leader mondial du marché des tampons. Peu d'entre nous savent que ces cartouches de "on ne sait trop quelle matière si absorbantes et si pratiques" sont imbibées de dioxines. A raison d'une moyenne de 5 jours par mois, je vous laisse faire le compte du nombre d'années sur une vie de fertilité, où nous portons sans le savoir en notre ventre, cette substance hautement cancérogène ! J'ai cru bon de traduire une étude en anglais sur le sujet.

Related:  Les désastres de l'agriculture actuelle