background preloader

Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides officiellement reconnu

Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides officiellement reconnu
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Angela Bolis C'est un pas de plus vers la reconnaissance des maladies professionnelles des agriculteurs. Lundi 7 mai, est entré en vigueur un décret qui reconnaît la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle et établit explicitement un lien de causalité entre cette pathologie – seconde maladie neurodégénérative en France après Alzheimer – et l'usage des pesticides. Un pas de plus car, dans ce domaine où règnait jusqu'ici la loi du silence, la prise de conscience des effets des produits phytosanitaires sur la santé des agriculteurs commence seulement à émerger. Et à porter ses fruits. En février, la victoire d'un céréaliculteur charentais, Paul François, qui avait intenté un procès contre le géant américain Monsanto, a constitué une première en France. Quelques jours plus tard, ils étaient plusieurs dizaines d'exploitants à manifester au Salon de l'agriculture, devant le stand de l'Union des industriels de la protection des plantes.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/le-lien-entre-la-maladie-de-parkinson-et-les-pesticides-officiellement-reconnu_1698543_3244.html

Related:  L'alimentation de masse vs l'alimentation biologique et localePoisons du quotidien : PesticidesPesticides et autres poisonssurveillons notre santé pour améliorer l'avenir !Les désastres de l'agriculture actuelle

Que faire après les révélations de « Cash Investigation » sur l’agriculture qui tue Image tirée du documentaire de Cash Investigation sur les produits chimiques Si vous faites partie des téléspectateurs du documentaire de "Cash Investigation" diffusé mardi 2 février sur France 2, vous devez sans doute vous demander comment limiter la quantité d'intrants chimiques dans votre alimentation et votre environnement. Voilà quelques solutions...

La justice poursuit un viticulteur bio qui dit non aux pesticides Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Comment concilier vignoble bio et lutte contre une maladie mortelle de la vigne ? C'est la question épineuse à laquelle s'est heurtée Emmanuel Giboulot, qui exploite dix hectares de vignes en biodynamie sur la Côte de Beaune et la Haute-Côte de Nuits, en Bourgogne. Le viticulteur de 51 ans doit être bientôt convoqué devant la justice pour avoir refusé de traiter ses cépages de chardonnay et de pinot noir. Il encourt jusqu'à six mois d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende, comme l'a révélé le site Bastamag.

Collectivités et particuliers : une loi 100% écolo pour aller vers le 0% phyto Elle répond au constat alarmant de l’Institut de Veille Sanitaire, qui a révélé que les Français étaient aujourd’hui "plus exposés que les Allemands ou les Canadiens aux produits phytosanitaires". "Grâce à la loi votée aujourd’hui, les collectivités devront dès le 1er janvier 2020 abandonner l’utilisation des produits phytosanitaires pour l’entretien de leurs espaces verts, forêts et promenades, précise Brigitte Allain. Deux ans plus tard, il sera impossible de mettre sur le marché des produits phytosanitaires pour les particuliers, complète Joël Labbé. » Ces délais permettront à chacun de trouver dans un délai raisonnable des solutions alternatives aux produits sanitaires : un rapport sur les freins juridiques et économiques au développement des substances et préparations alternatives aux produits chimiques de synthèse sera ainsi publié d’ici à la fin de l’année prochaine.

L'épandage de pesticides obligatoire crée la polémique Réagissez : Partagez : C’est une histoire édifiante ! Celle d’un préfet qui décide que les viticulteurs doivent épandre un pesticide pour une hypothétique épidémie de cicadelle, celle d’un viticulteur bio qui refuse de le faire et celle d’un tribunal correctionnel qui doit juger celui-ci pour complaire à celui-là. Une affaire édifiante qui risque d’instaurer un fâcheux précédent. Emmanuel Giboulot, viticulteur qui va comparaître le 24 février devant le tribunal correctionnel de Dijon (il risque jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 30 000 € d’amende) est à l’origine d’une pétition visant à le soutenir qui tourne un peu partout. Flambée des prix des aliments, comment l'expliquer ? - Greenweez Magazine Lait, viande, céréales, poisson... Depuis 2007, les prix des produits alimentaires ont fortement augmenté en France, atteignant même leur plus haut niveau depuis 30 ans au premier semestre 2008. A cela, plusieurs raisons qui s'expliquent par une combinaison de facteurs. Pour commencer, il faut revenir à l'un des fondamentaux de l'économie : l'équilibre entre l'offre et la demande.

Webdocumentaire. Fish for Cheap Sur le quai N°10 du port de Dakar, au siège de la Sopasen, société de gestion franco-sénégalaise, Adama Lam s'emporte : «le gouvernement s'est soumis aux intérêts étrangers.» Vice-président du Groupe des armateurs et industriels de la pêche au Sénégal (GAIPES), l'homme n'y va pas par quatre chemins et parle de «néo-colonialisme». «On avait demandé des licences pour le thon et elles nous ont été refusées, sous prétexte que la ressource était surexploitée. Or, juste après, on a vu le gouvernement signer un accord avec les Européens. C'est un scandale.» La Sopasen, comme les autres sociétés mixtes présentes dans le port de Dakar, pêche essentiellement pour l'exportation : des crevettes, des poissons gras, des poulpes et diverses autres espèces destinées au marché européen, mais aussi à l'Asie et aux pays africains qui ont un pouvoir d'achat supérieur, comme la Côte d'Ivoire.

Pesticides et médicaments dans l'eau minérale Crédits : U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Zachary Borden Des traces de pesticides et de médicaments ont été retrouvées dans des bouteilles de plusieurs eaux minérales. Ces molécules sont probablement issues d'une contamination de l'environnement. Une étude menée à l'instigation de 60 Millions de consommateurs et de la fondation France-Libertés sur plusieurs marques d'eaux minérales a révélé, pour certaines des marques analysées, la présence de pesticides et de médicaments. Un résultat annoncé le 25 mars 2013.

cyberaction Sauvons les surfaces d'intérêt écologique des pesticides! cyberaction N° 608: Sauvons les surfaces d'intérêt écologique des pesticides! [ 5 492 participations ] cyberaction mise en ligne le dimanche 16 février 2014 En partenariat avec : Good Food Good Farming Cette initiative est soutenue par ARC2020, FOEE, IFOAM, PAN, Slow Food et le Groupe de Bruges. Elle sera envoyée à : Stéphane LE FOLL Ministre de l’agriculture de l’agroalimentaire et de la forêt Demandez à votre ministre de l’agriculture de sauver les surfaces d'intérêt écologique des pesticides!

Related: