background preloader

La peur comme moyen de contrôle

La peur comme moyen de contrôle
A l’occasion de la conférence SXSW qui se tenait mi-mars à Austin, Texas, la sociologue de Microsoft, danah boyd, a donné une très intéressante conférence sur « le pouvoir de la peur chez les publics en réseaux » dont elle a publié le transcript sur son site. Son intérêt pour cette question, comme elle l’explique, vient du fait qu’elle travaille particulièrement sur les cultures adolescentes et les rapports des jeunes aux nouvelles technologies (voir les nombreux articles que nous avons consacré aux travaux de cette chercheuse). Dans ce cadre, elle observe notamment l’intimidation en ligne et est souvent confrontée aux problèmes que les jeunes rencontrent via les réseaux sociaux. L’occasion de revenir avec elle sur comment les médias en réseaux favorisent nos angoisses et comment pouvons-nous les combattre. Pour danah boyd, si l’on suit une suite de causes à effets, les choses sont assez simples. Nous vivons dans une culture de la peur. Notre peur est impossible à rassurer

http://www.internetactu.net/2012/03/29/pourquoi-avons-nous-peur-des-medias-sociaux/

Related:  SociétéNouvelles technologies

Perdre son temps : la nouvelle fracture numérique La lecture de la semaine est un article paru mardi dans le New York Times sous la plume de Matt Richtel (@mrichtel), et il est intitulé « Perdre son temps : la nouvelle fracture numérique ». Un bon sujet de réflexion pour ceux qui ont l’accès à l’internet comme seule politique numérique. « Dans les années 90, commence l’article, le terme de « fracture numérique » est apparu pour décrire la séparation entre ceux qui possédaient la technologie, et ceux qui ne la possédaient pas. Il a été à l’origine de nombreux effort pour mettre dans les mains des Américains, en particulier des familles les plus défavorisées, les outils numériques dernier cri. Ces efforts ont permis de réduire la fracture, c’est un fait.

danah boyd : Ce qu’implique de vivre dans un monde de flux A la Web 2.0 Expo qui se tenait mi-novembre à New York, la sociologue danah boyd a, comme à son habitude, fait une brillante présentation sur les conséquences qu’il y a à vivre dans un monde de flux, notamment en commençant à en dresser la liste des limites. Explorons dans ses pas – partiellement, mais fidèlement -, son « Streams of Content, Limited Attention : The Flow of Information through Social Media » (Flux de contenus, attention limitée : le flot d’information dans les médias sociaux). Image : danah boyd sur scène à la Web 2.0 Expo à New York en novembre 2009, photographiée par James Duncan Davidson.

Qu’est-ce que j’enseigne à mes élèves quand je leur apprends à maîtriser leur identité numérique ? Voilà cinq ans que je travaille avec les élèves sur la question des traces et de l’identité numérique. Et depuis cinq ans cette question me préoccupe même si je sens l’utilité civique et sociale de mes interventions. Je fais passer des informations, j’ai un rôle d’animatrice voir d’éducatrice. Les RH sont-elles contre l’entreprise 2.0 ? Si vous me suivez sur twitter ou lisez ce blog régulièrement, vous n’avez pas pu manquer que la semaine dernière se tenait le E2.0 summit. Ce fut un grand cru cette année et je pense que cela va donner lieu à de nombreux billets sur ce blog. A tout seigneur tout honneur, je vais commencer par une des sessions où j’étais speaker et qui portait sur les RH (d’où le titre du billet). Un bon connaisseur de l’entreprise 2.0, Emmanuele Quintareli qui assistait à la session, en entendant mon intervention autour de « l’absence des RH » dans les projets d’entreprise 2.0 a posté ce tweet provocateur qui a lancé le débat : Alors d’absent de RH, on est passé à adversaire de l’entreprise 2.0 (je ne crois pas qu’Emmanuele le pense vraiment). Qu’en est-il ?

Periscope : un cheval de Troie ou une chance pour l’école ? Quelle mouche a piqué le microcosme ? Que s’est-il passé exactement sur Twitter et autres réseaux proches ces derniers jours ? Tout cela faisait suite, en effet, à un article du Huffington Post qui interrogeait quelques témoins du milieu, lycéens, professeurs, syndicalistes… Bref un échauffement généralisé et très peu raisonnable en ces journées où le printemps tarde à arriver quand l’été a déjà commencé. La classe créative au secours des villes ? La « classe créative », salut des politiques urbaines ? Pour l’économiste régional Richard Florida, il existe dans nos sociétés une « classe créative » regroupant ceux qui, dans l’économie contemporaine, élaborent de nouvelles idées, technologies et contenus créatifs (Florida 2002). Cette classe recouvre une grande variété de métiers, puisqu’il cite entre autres les métiers de la haute technologie, du divertissement, du journalisme, de la finance, ou de l’artisanat d’art. À la notion de classe créative, Florida associe une théorie du développement économique des villes qui fait de l’attraction de membres de la classe créative une clé de la création d’activités nouvelles. Cette thèse est appuyée sur de nombreuses corrélations spatiales entre le développement des villes et des indices d’ouverture culturelle et de tolérance. Elle a connu un retentissement considérable.

Big Data : la nécessité d’un débat Il nous a semblé intéressant de traduire, de façon collaborative (via Framapad), l’essai original que viennent de publier danah boyd et Kate Crawford présentant « Six provocations au sujet du phénomène des Big Data ».Ces chercheuses, orientées vers l’ethnographie des usages des technologies de communication, s’interrogent – en toute connaissance de cause [cf. cette étude sur les tweets des révolutions tunisiennes et égyptiennes à laquelle a participé danah boyd]- sur les limites épistémologiques, méthodologiques, mais aussi éthiques des Big Data : champ d’études qui s’ouvre aujourd’hui sur la base des énormes jeux de données que fournit internet, en particulier celles générées par l’activité des usagers des sites de réseaux sociaux, que seuls des systèmes informatiques ont la capacité de collecter et de traiter. 6 provocations à propos des Big Data Traduction : Pierre Grosdemouge (@cultord) & Fred Pailler (@Sociographie) à l’initiative de Laurence Allard. L’ère de Big Data a commencé.

Quelle place pour les TIC dans les pratiques de l'enseignant chercheur ? Nous avons rencontré un enseignant chercheur de philosophie, Luc Foisneau, directeur de recherche au CNRS, qui appartient au Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron ( équipe de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales rattachée au CNRS) et son témoignage est éclairant sur les usages des outils numériques dans les milieux académiques. Ici comme ailleurs, il convient de ne pas surévaluer les changements mais de voir comment peu à peu les les initiatives pionnières, comme les carnets de recherche, éveillent l'intérêt des chercheurs en sciences humaines. Luc Foisneau, vous êtes principalement chercheur : sur quoi porte votre travail ? Mon travail porte à la fois sur l’histoire de la pensée politique moderne (Machiavel, Hobbes, Rousseau) et sur l’histoire de la pensée politique contemporaine, avec un intérêt particulier pour l’œuvre de Rawls et de ses successeurs Connaissez-vous le travail de Marin Dacos et le portail Revues.org. Illustrations :

Réseaux sociaux d’entreprise : quels sont les risques juridiques ? par Bénédicte Deleporte - Chronique Management La mode des réseaux sociaux se décline désormais comme outil de travail collaboratif au sein de l’entreprise. Cependant, la procédure de déploiement d’un Réseau Social d'Entreprise (RSE), puis la gestion du réseau dans le temps, ne doivent pas négliger la prise en compte du volet juridique. Les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) peuvent intégrer des fonctionnalités diverses, depuis le classique profil de l’utilisateur, en passant par l’annuaire des collaborateurs, l’accès à des contenus divers. Le RSE peut également intégrer des fonctionnalités de collaboration active telles la consultation, l’édition et la modification de documents.Quelles sont les obligations légales ainsi que la prise en compte des risques juridiques du RSE avant de déployer un tel service ? Et par la suite au cours de son utilisation dans l’entreprise. 1.

Travailler avec les médias sociaux dans un cadre pédagogique : quelques réflexions le diaporama qui suit a été le support d’une intervention que j’ai co-animé avec François Bocquet de la DANE et deux collègues de la CNIL, Carina et Pascale dans le cadre du deuxième Eduquer aux usages responsables des réseaux sociaux à l’ESEN les 28 et 29 avril 2016. Personnellement, je retiens l’intervention de Dominique Cardon, pleine de prise de distance par rapport à ces phénomènes et la rencontre avec quelques personnes avec qui j’ai pris du plaisir à discuter. Voici la présentation de l’atelier : « L’atelier propose des activités de formation et d’information présentant les contraintes à prendre en compte pour l’enseignant autour de la relation entre trois acteurs : Moi, Autrui et la Machine, d’une part, et d’autre part la rencontre entre des contextes de communication qui se croisent rarement : l’espace scolaire clos et l’espace public numérique ».

Les damnés de la ville CQFD : « L’air de la ville rend libre », disait un proverbe médiéval allemand. Qu’en est-il aujourd’hui ? Et était-ce vraiment le cas par le passé ? danah boyd : Vivre avec, dans et autour de l’information La lecture de la semaine il s’agit d’un texte de danah boyd signalé par un auditeur fidèle de l’émission Régis Barondeau que je remercie à cette occasion. Je parle souvent de danah boyd ethnographe américaine spécialisée dans l’étude des réseaux sociaux et particulièrement dans l’usage qu’en font les jeunes Américains. Dans ce texte, qui date de 2009, danah boyd étend son champ d’intérêt.

Les 7 clés de la mémoire Comment retenir ? Comment mémoriser son cours en vue des examens ? Comment retenir des listes de chiffres ou de noms ? Au-delà des techniques mnémotechniques – que j’aborderai dans d’autres billets – il y a quelques principes à pratiquer d’urgence pour favoriser une bonne mémoire.

Related: