background preloader

Nouvelles technologies et écologie

Facebook Twitter

Comment rester écolo avec internet ? Le saviez-vous?

Comment rester écolo avec internet ?

L’industrie informatique utilise 2% d’électricité mondiale, google utilise 2 centrales nucléaires et d’ici 2030, le tout fonctionnera avec autant d’énergie qu’on utilisait en 2008 mondialement ! Je pourrais vous donner encore plein d’autres chiffres dans ce genre… (source : science & vie d’avril 2015 que je vous conseille).

Ces chiffres sont affolants, mais peuvent ne plus être une réalité qui empire si nous commençons à faire attention. Nous sommes au tout début de cette conscience des problèmes environnementaux liés à internet notamment, et donc les solutions arrivent peu à peu. J’avais déjà donné quelques tuyaux pour être écolo et geek il y a quelques temps ici, même si j’ai un peu changé (j’ai un ordinateur portable par exemple aujourd’hui, je suis à nouveau freelance en création de sites web et graphisme…) Je vous conseille vivement de voir ce reportage pour mieux comprendre pourquoi internet pollue.

Alors comment faire pour moins polluer avec internet? Conclusion : La chronique d'Anthony Morel : Comment surfer sur internet sans polluer ? - 16/09. Le Big Data est-il polluant. Grandes consommatrices d’énergie, les technologies de l’information ont un coût environnemental qui n'a rien de virtuel.

Le Big Data est-il polluant

Spécialistes en informatique, Jean-Marc Pierson et Laurent Lefèvre nous expliquent en quoi consiste cette pollution. Une fois par mois, retrouvez sur notre site les Inédits du CNRS, des analyses scientifiques originales publiées en partenariat avec Libération. (link is external) Du commerce à l’énergie en passant par la finance, la santé, le transport, la culture et même la science, les données numériques représentent pour beaucoup le pétrole du XXIe siècle. Chaque jour, l’industrie du Big Data se fait plus grosse, représentant déjà plus de 4 millions d’emplois directs dans le monde ! Des infrastructures pharaoniques Mais reprenons du début. Dans son data center, Google doit conserver la trace de milliards de pages Web. Prenons l’exemple de Google, qui indexe des millions de documents pour faciliter et accélérer la recherche.

Une demande énergétique croissante à contenir. Le premier procès contre un data center s’ouvre aujourd’hui. Le procès qui s’ouvre jeudi matin 1 octobre devant le tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis) est une première : il pose la question de la croissance effrénée des centres de données numériques, dit "data centers", en agglomération et notamment en région parisienne.

Le premier procès contre un data center s’ouvre aujourd’hui

Le collectif Association Urbaxion’93 s’attaque en effet à Interxion, l’un des géants de cette activité en pleine expansion. « Nous demandons l’annulation de l’autorisation d’exploiter du data center de la rue Rateau, à La Courneuve, en raison d’une irrégularité de l’enquête publique et d’insuffisances dans l’étude d’impact », explique Roxiane Sageloli, avocate du Cabinet Huglo-Lepage et Associés, spécialisé dans le droit de l’environnement et de l’urbanisme. Vue de la rue Rateau et de son data center sur GoogleEarth. Si le bâtiment est bruyant, c’est parce qu’il faut refroidir les centaines de serveurs informatiques qu’il abrite et qui fonctionnent 24 heures sur 24 et 365 jours par an. 10 règles (simples) pour ne pas tuer des bébés phoques avec votre ordi. Trier, ne pas multiplier les destinataires de vos e-mails, du téléchargement plutôt que du streaming...

10 règles (simples) pour ne pas tuer des bébés phoques avec votre ordi

Des bonnes habitudes dans vos usages d’Internet réduisent son impact sur l’environnement. Dématérialisation. C’est un mot que l’on entendait souvent aux premières heures du Web, à l’époque où l’on parlait de la fête d’Internet dans les JT. Et puis on a compris qu’Internet était finalement très matériel : les « data-centers » qui stockent les données sont énergivores, tout comme l’est la miniaturisation des composants électroniques.

Tapez directement l’URL plutôt que passer par un moteur de recherche Quand vous vous connectez sur votre site favori, mieux vaut taper directement son adresse dans la barre dédiée de votre navigateur plutôt que de taper son nom dans votre moteur de recherche puis cliquer ensuite sur le bon lien. « Je ne suis pas sûr de la trouver en passant directement par le site de l’Ademe, je vais donc faire une recherche via Google. » Oubliez le streaming, téléchargez.