background preloader

Arnaud maïsetti

Arnaud maïsetti

http://www.arnaudmaisetti.net/spip/

Related:  lecture critique poésie littérature

Poezibao Essais, confessions, journal de bord intime et extime, Le miroir aveugle de Jean-Luc Parant se dépl(o)ie suivant cinq mouvements – Face à nous-mêmes, Le miroir aveugle, Des flammes dans la nuit, Un morceau de ciel sans fin, De la nuit et du vide – pour constituer une somme surréaliste, poétique et analytique, qui éclaire sous un jour nouveau ce grand livre de vie que constitue cette œuvre-monde initiée il y a plus de cinquante ans. « Nous restons longtemps la même personne parce que nous ne nous voyons pas tout entier. » Face à nous-mêmes. A la façon dont nous percevons. Notre corps, notre image, notre identité. Face aux autres, au monde, à ce qui nous est/m'est extérieur, étrange(r).

Pessan Eric Extrait d’un travail en cours dont le titre pourrait être "Nous, les héros". A partir de la photographie "Disparition" de SR. le 5 décembre 2013, Eric Pessan recevait Gérard Azoulay (astrophysicien) et Laure Limongi (auteur, éditrice) pour évoquer la revue de l’Observatoire de l’Espace Note de lecture du roman d’Eric Pessan, par Benoît Vincent La revue des ressources Dernier baiser 12 février, par Xavier Zimbardo Il y a des gens comme ça, qu’on connaît ou qu’on croise… Des visages tellement noyés d’un long chagrin qu’ils sont devenus le masque même de l’amertume. Des traits anéantis, où tout est effondré, exténué, dévasté, (...) Sarajevo : Notre résistance 2 février, par Robin Hunzinger Ce film est l’histoire d’une aventure collective, et le portrait d’un homme qui n’existe que par le rapport aux autres, l’inscription dans ce qui le dépasse. Cet homme, on ne le verra pas, on verra ce qu’il a (...) Chérie fais de beaux rêves ! [ pour un homme - 7 ] 22 janvier, par Aliette G.

Bernard Manciet Bernard Manciet (1923-2005) a placé toute son œuvre sous le signe de son village natal, Sabres, dans la Grande Lande de Gascogne, et du parler « noir » de cette région, une forme de gascon au phonétisme assez particulier dont il a su faire, au fil des ans, un véritable style, et même, au-delà, un authentique mythe, passant ainsi directement du local au cosmique. Très cultivé, un temps diplomate après des études à Bordeaux puis Paris, Manciet fut plus que nul autre un homme de quelque part et de partout. Les fonctions qu’il occupa en Allemagne, puis au Brésil, comme toute son existence passée à quelques encablures de Sabres à partir du début des années 1950, sa grande connaissance du latin, du grec, de l’allemand et des langues ibériques, ont fait de lui une synthèse vivante de l’eau et du feu, un « monstre d’originalité », comme aimait à le dire son ami le poète et médiéviste René Nelli. Philippe Gardy Bernard Manciet dans notre catalogue : Sonnets

Cécile Vaissié, Les ingénieurs des âmes en chef 1Reprenant en titre la célèbre formule de Stalin enjoignant en 1932 aux écrivains soviétiques de devenir les « ingénieurs de l’âme humaine », Cécile Vaissié propose de relire et d’approfondir à la lumière de nouvelles archives le débat sur la relation de subordination entre littérature et politique en URSS. Pour mener son impressionnant travail documentaire, sans équivalent jusqu’à présent, l’auteur a utilisé les archives du parti communiste, des Unions des écrivains et les fonds personnels dans les archives littéraires, de préférence aux biographies contemporaines et aux souvenirs, qu’elle utilise cependant par croisement ou par opposition. Dès lors, l’ouvrage cherche à saisir l’implication des élites littéraires dans le processus d’étouffement de la liberté d’opinion et d’instrumentalisation de la création, à travers le tableau des instances intervenant dans le champ littéraire et la prosopographie croisée de quatorze personnalités.

Semenoir en lien avec martine drai, entrée déjà au semenoir ici les petites chaussures enfance plastique transparent - c'est des méduses ou quoi - pour marcher sur beaux rochers bruns bretons et fouiller les creux avec filets et pêcher crevettes et les lâcher plus loin dans un autre creux à petite flaque de mer les sandales nu-pieds à petites lanières cuir marron vacances ; quelle pointure, 33-34 ; eau de mer en plages, sel, pluie ; macadam quiberon, macadam préfailles, macadam belle-île, macadam le portel ; elles courent, elles sautent, elles gambadent, elles jouent à la marelle, un deux trois jusqu'à ciel, elles jouent à la corde, à la balançoire, à cache-cache, elles jouent au yoyo, au badminton, au jokari ; elles font la course avec soeurette ; ellles se lancent courir confiance mille à l'heure jusque dans des bras qui la soulèvent et qui la font fournoyer dans les airs comme astre en sa révolution chaussures cuir de nos grandes bêtes abattoirs alènes tranchets clous tiens te voilà scrupule

W. G. Sebald « Norwich W. G. Sebald, Austerlitz, p.15 Nos conversations d’Anvers, comme il les a parfois appelées ultérieurement, eurent trait, au premier chef, à l’histoire de l’architecture. Jean Clair, Le voyageur égoïste, p.222 Pour une anthropologie de la lecture Plus j'explore le sujet de la lecture, plus je me rends compte que nous ne savons pas grand-chose de la lecture et des modes de partage que celle-ci induit, et ce, pas seulement dans le numérique, mais même dans le monde du papier. Nous achetons peu les livres que nous lisons Brian O'Leary, en janvier, citait une étude de Forrester (datant de novembre) s'appuyant sur un sondage qui demandait à une population américaine circonscrite comment ils avaient acquis le livre qu'ils lisaient (désolé, je n'ai pas accès aux détails du sondage, l'étude de Forrester coutant ses 500 dollars). La surprise d'O'Leary était la même que la mienne : 50 % des sondés ont répondu qu'un ami leur avait prêté/donné un livre ! Image : Portraits de lecteurs dans le métro, par Nicolas Nova et ses étudiants.

Espace académique occitan Les aventures du chevalier Jaufré(2009) Jaufré, roman occitan du XIIIe siècle, est un grand roman de chevalerie. Ce très long poème de 10956 vers sait toujours enchanter le lecteur. Combats, scènes d'aventure et d'amour, épisodes magiques et épreuves initiatiques se succèdent avec vivacité. Des ongles et un chien de l'enfer - L'Alamblog Classé par Monique Slodzian parmi Les Enragés de la jeune littéraire russe (La Différence, 2014), Mikhaïl Elizarov a publié Les Ongles, son premier roman, Le Bibliothécaire (Calmann-Lévy, 2010) et, plus récemment, un recueil encore non traduit : Dix-sept ans de pause cigarette. Il a reçu l'équivalent du Booker Prize russe et les louanges de Prilepine, par exemple, qui reconnaît en lui un représentant des "enfants de Limonov". C'est donc un homme à suivre, même si son oeuvre est encore assez courte et inégale. Musicos gothique, il passe pour un trublion dans la Russie littéraire depuis qu'il s'est attaqué au personnage de Boris Pasternak — c'est-à-dire en attaquant frontalement l'intelligentsia — ou en comparant la littérature à une syphilis, tout en en célébrant les vertus dans Le Bibliothécaire, et en la pratiquant assidument.

marie richeux : pas la peine de crier Nous ne supportons plus la durée. Nous ne savons plus féconder l’ennui. Je rentre de Rennes, je trouve ce petit texte de Paul Valery sur l’Etat de l’intelligence, qui oserait ?

Related:  Sites et blogs d'auteursSITES ECRIVAINS