background preloader

Paumée

Paumée
Ces images de mon ciel, de ma ville ce matin... et Brigetoun les yeux dans l'un, les pieds sur les trottoirs de l'autre bleu sans fond du ciel et ventre serré l'esprit en friche tamise les herbes et avec son autorisation, je le lui emprunte, parce que, sauf peut être le talent de tamiser les herbes, ai reconnu mon matin.

http://brigetoun.blogspot.com/

Related:  lecture critique poésie littérature

Poezibao Volonté de chance (1) « un coup dé / coupé », Marie-louise Chapelle n’a pas écrit un coup de dés et pourtant le goût du jeu dans Tu (maniériste) est manifeste. Un coup de la longueur d’une phrase, les dés se séparent en roulant, traçant une voie à la fois précise et discontinue dépourvue de point final. L’image ne convient pas bien – « ni imparfaite ni fidèle » – dans la mesure où le coup n’est pas unique, renouvelé pour chaque segment, le vers qui se forme n’étant d’un seul tenant, suivant un modèle à saccades, passant par des relais souvent inattendus que le jeu impose de rejoindre. Cécile Vaissié, Les ingénieurs des âmes en chef 1Reprenant en titre la célèbre formule de Stalin enjoignant en 1932 aux écrivains soviétiques de devenir les « ingénieurs de l’âme humaine », Cécile Vaissié propose de relire et d’approfondir à la lumière de nouvelles archives le débat sur la relation de subordination entre littérature et politique en URSS. Pour mener son impressionnant travail documentaire, sans équivalent jusqu’à présent, l’auteur a utilisé les archives du parti communiste, des Unions des écrivains et les fonds personnels dans les archives littéraires, de préférence aux biographies contemporaines et aux souvenirs, qu’elle utilise cependant par croisement ou par opposition. Dès lors, l’ouvrage cherche à saisir l’implication des élites littéraires dans le processus d’étouffement de la liberté d’opinion et d’instrumentalisation de la création, à travers le tableau des instances intervenant dans le champ littéraire et la prosopographie croisée de quatorze personnalités.

Des ongles et un chien de l'enfer - L'Alamblog Classé par Monique Slodzian parmi Les Enragés de la jeune littéraire russe (La Différence, 2014), Mikhaïl Elizarov a publié Les Ongles, son premier roman, Le Bibliothécaire (Calmann-Lévy, 2010) et, plus récemment, un recueil encore non traduit : Dix-sept ans de pause cigarette. Il a reçu l'équivalent du Booker Prize russe et les louanges de Prilepine, par exemple, qui reconnaît en lui un représentant des "enfants de Limonov". C'est donc un homme à suivre, même si son oeuvre est encore assez courte et inégale. Musicos gothique, il passe pour un trublion dans la Russie littéraire depuis qu'il s'est attaqué au personnage de Boris Pasternak — c'est-à-dire en attaquant frontalement l'intelligentsia — ou en comparant la littérature à une syphilis, tout en en célébrant les vertus dans Le Bibliothécaire, et en la pratiquant assidument. Mais l'un des deux se ronge les ongles.

‘Filigranes’ est-il encore le nom d’une librairie ? - La revue nouvelle Et ce qui me frappe sans doute le plus, depuis la France, c’est l’extraordinaire propension de la Belgique à importer en son sein ce que le débat public, en France, produit de plus nauséabond. Et en particulier les polémiques franco-françaises – qu’on se souvienne par exemple du débat sur le port du voile intégral dans les lieux publics. Le dernier exemple en date touche évidemment au cas d’Eric Zemmour, que certains ont cru judicieux d’inviter à venir déverser sa haine en Belgique. Début janvier, le polémiste est ainsi invité à s’exprimer au Cercle de Lorraine, au Cercle de Wallonie, au country club B19, ainsi qu’à signer ses livres à la librairie ‘Filigranes’, à Bruxelles.

"Le Connemara pays de l'imaginaire", de Gil Jouanard - L'Or des livres Né en 1937 à Avignon, Gil Jouanard - qui fut à ses débuts remarqué par René Char - a beaucoup contribué à promouvoir la culture et a collaboré à de nombreuses revues. Ecrivain et poète voyageur, il a toujours relié dans ses ouvrages les hommes aux paysages qui disent leur origine. Ayant parcouru les routes d'Irlande et notamment celles de son extrême Ouest, il décrit dans Le Connemara pays de l'imaginaire la beauté sauvage de ces paysages de «bout du monde» qui sont aussi «le bout de nous mêmes», «celui où tous nos mots viennent se dissoudre (...) rendus à la simple expression de leur nudité originelle». Et il offre une vision de cette région transcendant largement celle de cette «immense prairie glissant vers la mer», de «tout ce vert quadrillé de gris» et «ponctué de moutons» qui en constitue la «vignette identitaire». Parvenant à saisir l'essence de cette terre, il y confronte en effet le lecteur à son humaine condition en lui faisant emboîter le pas de «l'homme du Connemara». p.19

MO(T)SAIQUES 2: P. 220. Le 2 février 1927, Camille Claudel écrit à sa mère : "je suis horriblement malheureuse"... (Mont. JEA/DR). - Camille Claudel, Eric Liberge et Vincent Gravé, Glénat, 2012. - 9ème Journée Internationale des Femmes : l’Association Pour Perpétuer le Souvenir des Internées des Camps de Brens et de Rieucros en partenariat avec l’association Paroles de femmes a proposé : Camille Claudel, l’Interdite ! un spectacle théâtral de la compagnie Cornet à dés, le 4 mars 2011. Edmonde Charles-Roux - "Camille Claudel est née en 1864, morte en 1943. Pour mémoire : son frère est de quelques années plus jeune qu’elle (1868-1955).

litterama (Les femmes en littérature) Les femmes écrivains du passé sont peu présentes voire inexistantes dans certaines anthologies ; encore aujourd’hui leur présence fait figure d’exception dans certains manuels. Les femmes furent-elles incapables d’écrire par leur nature même, par leur manque d’éducation, par les tabous sociaux et un certain « complot misogyne » ? Depuis les années 70 et les mouvements féministes, une re-découverte, ainsi que des publications ou re-publications d’œuvres ont cours afin de faire connaître les œuvres des femmes du passé. Or l’histoire littéraire, par ce qu’elle a des visées scientifiques , doit intégrer toutes les productions, quel que soit le sexe de leur auteur et contribuer ainsi à la connaissance de la part des femmes dans la culture commune. C’est pourquoi un certain nombres d’initiatives voient le jour qui cherchent à redonner une visibilité aux femmes écrivains.

Femmes écrivains-journalistes (1880-1940) : questions de genre(s) Texte intégral 1 Nous développons ces questions dans : Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880­1940). Identi (...) 1En Belgique, le tournant du siècle marque l’émergence de nouveaux rapports entre la femme et la littérature. Martine Cros : ‘Autoportrait à l’aimée’, recueil inédit paru aux Éditions Qazaq aujourd’hui Il y a deux mois Jean-Claude Goiri, éditeur du Festival Permanent des Mots, introduisit Martine Cros chez nous, les Cosaques des Frontières. Elle a déjà participé au blog avec deux textes. Dès le début, elle exprimait le désir de publier aux Éditions QazaQ son recueil qui paraît aujourd’hui sous le titre : “Autoportrait à l’aimée”. Il va sans dire que j’ai accepté sans hésitation. J’espère que vous ferez un très bon accueil à cette merveilleuse poésie.

Oscar Vladislas de Lubicz Milosz Solitude, ma mère, redites-moi ma vie ! voici Le mur sans crucifix et la table et le livre Les Oscars édition spéciale Jane Austen Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, J’ai aujourd’hui le plaisir, l’honneur et l’avantage de vous présenter la première cérémonie de récompenses intégralement dédiée à Jane Austen. Il faut dire que l’œuvre de l’écrivain britannique n’en finit pas d’inspirer les cinéphiles… pour le meilleur et pour le pire ! Et parmi tous les films qui ont été adaptés de ses romans (plus ou moins librement) ou de sa vie, j’ai choisi de récompenser ceux qui ont su se dégager du lot, se démarquer de la concurrence pour tenter de prolonger le plaisir de nos lectures solitaires.

Lewis Carroll, un pédophile victorien Lewis Carroll, un pédophile victorien par Marc-André Cotton Résumé : L'idéalisation de l'enfance va de pair avec la maltraitance. La littérature enfantine anglaise du XIXe siècle témoigne de cette réalité, ancrée dans l'histoire familiale de ses auteurs.

La réception de la comtesse de Ségur en Angleterre de 1860 à 1940 Le samedi 16 novembre, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS accueillait Sophie Heywood (University of Reading) pour une intervention sur la réception de la comtesse de Ségur en Angleterre de 1860 à 1940. En voici le compte rendu, rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions. L’histoire des transferts en littérature de jeunesse concerne aussi des textes pas ou peu traduits. Certaines œuvres, en effet, ne « passent » pas dans d’autres contextes. En Angleterre, par exemple, on ne connaît pas la comtesse de Ségur. Sa diffusion à l’étranger a été inégale : succès au Portugal, en Espagne, Roumanie, Amérique latine (Brésil, Argentine), mais pas en Europe du Nord.

Florence Noël (Pantarei) invitée chez Brigitte Célerier by chezjeanne Apr 2

Related: