background preloader

Le problème, ce n'est pas les riches, c'est les pauvres

Le problème, ce n'est pas les riches, c'est les pauvres
Soyons honnêtes. Tout le monde (ou presque) aspire à devenir riche. Et ceux qui le sont déjà aspirent à l’être d’avantage. Tout honnête électeur de droite ne pourra que convenir avec moi que la plèbe française pose de plus en plus de problèmes: revendications incessantes, manifestations, grèves, refus de la retraite à 75 ans, j’en passe, l’exhaustivité des nuisances engendrée par les pauvres n’ayant hélas pas de limite. Dès lors, ayons le courage de regarder les choses en face. La solution que je vous propose est simple : donnons à tous les pauvres suffisamment d’argent pour devenir riches ! Vous l’aurez sans doute déjà compris, la solution que je vous propose est le revenu minimum garanti. En France, le seuil de pauvreté est fixé par l’Insee à 950€ par actif. 13% de français sont pauvres, dont 30% des familles monoparentales. Mais, où trouver tout cet argent ? Cette année, les entreprises du CAC 40 devraient verser 40 milliards d’euros de dividendes. Faisons donc une simple opération : Related:  Critique du systèmeDébat

Un vrai revenu : pourquoi pas ? À La fin de la Guerre, nous avions besoin de tout le monde pour travailler. Nos avons donc inventé un système social autour du travail, c'était logique. Il fallait reconstruire, et promettre à ceux qui participaient à m'effort que nous ne les oublierions pas, le système social de cette époque a donc été fixé dans ce cadre : travail à vie/retraite. Aujourd'hui, c'est peu de dire que ce système a du plomb dans l'aile et que les jeunes en particulier, n'y ont que bien peu de place. Il faut le plus souvent attendre 22 ans voir plus pour rentrer effectivement dans l'emploi et se créer une vraie situation, sans pour autant aujourd'hui être sûr de la conserver toute sa vie professionnelle durant. Fort de ce constat déjà maintes fois relevé, pourquoi ne change-t-on pas radicalement notre protection sociale ? Pourquoi baser et continuer sempiternellement à baser les prestations sociales sur les revenus et surtout sur les revenus passés ? On vous a brimé, brisé, hier ? C'est inacceptable.

Revenu Minimum Garanti et FMI A Otjivero, charmant petite bourgade namibienne ayant pour seule particularité notable d’être “un endroit dans lequel il ne se passerait rien pendant au moins deux ans : pas de programme de création d’emplois, pas de projet d’aide au développement, pas de rentrées financières“, la Basic Income Grant Coalition (BIG) de Namibie a lancé le RMG (revenu minimum garanti). Qu’est-ce que le RMG ? Il s’agit tout simplement d’une somme (en l’occurence 100$ namibiens, soit 10€) distribuée mensuellement à tous les habitants, sans aucune contrepartie. Pourquoi distribuer cet argent à tout le monde et non pas seulement aux plus pauvres ? La mesure pourrait laisser perplexe les sceptiques, mais les résultats sont éloquents : “Le nombre de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté est passé de 76 à 37 %. Une chose me perturbe toutefois : savez-vous pourquoi cette expérience, au résultat si positif, n’a pas été étendue à la Namibie toute entière ?

Monnaie unique, monnaie inique ! l’Euro et les monnaies de garage. Voilà que les fantômes reviennent rôder ! Un rapport du FMI, (demandé par qui ?) envisage les « alternatives to the US dollar… » ! A l’instant où le Fonds Monétaire International, institution réputée pour son absolu manque d’imagination, met un pied au bord de l’abîme et propose une monnaie internationale qui vaudrait pour tout le monde, des voix s’élèvent contre la tyrannie de l’Euro. « Pour les petits (pays), L’Euro est trop fort. Quand la monnaie dérive… La monnaie, on l’oublie un peu, repose aussi sur …. des valeurs morales, très fortes. Les plus grands esprits y sont allés de leurs pensées dans ce domaine : « la monnaie est un voile » ! Les monnaies morales à la contre-attaque ! Alors, pour lutter contre le fléau de l’argent « roi », règne des banques et de leurs billets, pour aussi lutter contrer la démence des économies qui s’éloignent de l’homme et le laissent sans emploi, on a vu se multiplier les initiatives de monnaies morales. Cette idée n’est-elle pas fantastique ?

ÉTATS-UNIS • Du luxe à la misère en quatre stations de métro Dans des quartiers new-yorkais mitoyens, les conditions de vie radicalement différentes sont un exemple criant de la montée des inégalités aux Etats-Unis, où le fossé ne cesse de se creuser entre les riches et les pauvres, constate The Observer. A New York, les habitants des 14e et 16e circonscriptions électorales – qui comportent chacune près de 600 000 résidents – vivent dans des mondes radicalement opposés. La 14e circonscription électorale s’étend sur une partie de Manhattan et du Queens. La 16e circonscription, qui s’étend sur la partie sud du Bronx, offre un tout autre visage. En dix minutes de métro, le trajet entre ces deux circonscriptions nous fait passer d’un univers de luxe inimaginable à un monde dominé par la peur et la pauvreté. Dans la 16e circonscription, Felix Santiago, 51 ans, a senti l’effet de la récession. Il a pourtant essayé. Santiago travaille à quelques pâtés de maisons de quelques-unes des rues les plus dangereuses du Bronx.

Trop riche pour être utile Pour la société, une femme de ménage est plus importante qu’un banquier. Selon le rapport « A Bit Rich ? » de The New Economics Foundation, lequel plaide en faveur d’une révision fondamentale de la manière de reconnaître et de rémunérer le travail, la préposée d’un hôpital a plus de valeur pour la société qu’un banquier ou un fiscaliste. La méthode consiste à regarder au-delà de ce que certaines fonctions reçoivent comme rémunération pour voir comment elles contribuent à la société. Ainsi, The New Economics Foundation pense que des travailleurs comme le personnel de nettoyage ou les ouvriers qui se chargent du recyclage des déchets créent davantage de valeur pour la société. Les auteurs ont mise en oeuvre leur méthode d’analyse en l’appliquant sur six différents emplois : trois à faible rémunération – préposé à l’entretien, à la récupération et à la petite enfance – et trois à rémunération élevée – un banquier, un fiscaliste et un cadre en publicité.

Faisabilité du Revenu d'existence de Götz Werner Considérant le revenu de base : Analyse du commentaire relatif à cette nouvelle fiscalité : "Rien n'est plus puissant qu'une idée dont l'heure est venue" Cette citation de Victor Hugo s'applique selon Götz Werner au "Revenu de Base" qui a le vent en poupe en Allemagne. C'est Olivier Auber, créateur du concept (génial) de "perspective numérique", et germanophile enthousiaste qui nous a twitté ce matin un lien vers une traduction d'une interview , publiée sur Médiapart de cet entrepreneur allemand à succès fondateur de la chaîne de magasins "DM".Je ne connaissais pas cette théorie de perspective numérique avec ses deux perspectives dites « temporelle » et « numérique ». " (le revenu de base) réduirait la bureaucratie liée aux aides sociales de façon spectaculaire" c’est accessoire

Revenu garanti, « la première vision positive du XXIe siècle » Susanne Wiest, Enno Schmidt et Daniel Häni Après avoir vécu douze ans dans une roulotte de cirque, pour être libre et pour économiser un loyer, Susanne Wiest s’est installée à Greifswald, dans le nord de l’Allemagne. Elle travaille comme maman de jour, sans gagner suffisamment pour joindre les deux bouts : elle doit accepter l’aide de ses parents. Une réforme fiscale, qui l’appauvrit en intégrant les allocations de ses enfants à son revenu imposable, augmente encore son exaspération et son sentiment d’absurdité. Et puis, un jour, elle tombe sur une carte postale. Derrière la carte - et la question -, il y a Enno Schmidt, un artiste allemand établi en Suisse alémanique, et Daniel Häni, qui dirige à Bâle Unternehmen Mitte, une ancienne banque reconvertie en centre social et culturel (une exception notable à la règle qui veut que seules les usines désaffectées connaissent ce destin). L’audition de Susanne Wiest au Bundestag, le 8 novembre 2010 1. Marie-Paule Perrin et Oliver Seeger

» Finance » L’argent n’a pas d’odeur, ah oui ?? « Je suis comme vous: avant, j’aimais tellement le pognon! Je n’avais jamais imaginé qu’il y avait quelque chose de plus important… » Voilà comment débute ce spot publicitaire très réussi pour l’ Economie Sociale et Solidaire (ESS)… sur un ton décalé et inspiré du célèbre « parce que je le vaux bien « , il donne la mesure de ce que pourrait être une autre économie, très bien vu ! ESS, parce que nous le valons bien envoyé par AurelienMarquot . – Cliquez pour voir plus de vidéos marrantes. Et cette vidéo tombe bien, car elle me permet de rebondir sur 2 actualités récentes à relayer autant que possible tant elles vous permettront de faire le point sur l’impact de votre argent dans le monde … car les bas de laine mal placés, autant le dire franchement et vulgairement: bien souvent, ça pue ! Etape 1: calculez l’impact carbone de votre argent Classement des banques et des placements financiers Etape 2: rejoignez le mouvement du Bankrun!

La lutte des classes serait mathématiquement prouvée – alors que l’INSEE s’appliquerait à l’effacer. Préliminaires avec des fourmis En 1946, un certain Weber publie un article [1] sur le « dimorphisme chez l’ouvrière africaine Oecophylla ». Très simplement, cet entomologiste mesure 300 fourmis et les répartit selon leur taille. Il obtient le graphique suivant : Fig. 1. Distribution des tailles d’ouvrières mesurées par Weber chez sa nouvelle espèce de fourmi. La première barre indique que Weber a trouvé huit fourmis de 40 mm, la seconde qu’il a trouvé 41 fourmis de 45 mm, la troisième 52 fourmis de 50 mm, etc. Cette distribution est dite bimodale, ce qui signifie que deux cloches sont discernables dans l’histogramme. De cette bimodalité Weber conclut qu’il existe chez sa fourmi deux populations distinctes d’ouvrières, les unes mesurant autour de 50 mm, les autres autour de 80 mm. Un standard La démarche de Weber est standard. Mais curieusement, s’agissant de la distribution des richesses chez l’humain, c’est rarement cette méthode toute simple que l’on choisit. Décillons sur le décilage 1. 2.

et hop dans le pearltree RevenuDeVie by ccesetti Jan 9

Related:  revenu d'existenceOpinions