background preloader

3615 mavie: Scandale sur internet !

3615 mavie: Scandale sur internet !
Grâce aux archives de l'INA, j'ai pu constituer un petit best-of des reportages des JT de France Télévisions qui, depuis maintenant une quinzaine d'années, aident la ménagère de plus de 50 ans à avoir confiance dans les nouvelles technologies de l'information et de la communication telles que le "internet", ce réseau international qui se joue des États et sur lequel on trouve des néonazis, des trucs et astuces pour terroristes, de la drogue, des pédophiles, des révisionnistes, des satanistes, le Ku Klux Klan, des terroristes, des pédophiles, des néonazis, des sites pornographiques, des trafiquants d'enfants, des néonazis, des pédophiles, des groupes terroristes, des médicaments en vente libre, des tueurs en série, des néonazis, des antisémites, des pédophiles, et bien entendu quelques terroristes (sans oublier les pédophiles et les néonazis). 1996 : on trouve sur un internet le manuel du terroriste, un site en anglais avec toutes les instructions pour organiser des actes terroristes.

http://3615-mavie.blogspot.com/2009/09/scandale-sur-internet.html

Related:  Il n'y a pas de vie privée sans libertés

Une contre-histoire des internets - ARTE À propos La rumeur prétend que les "autoroutes de l'information" ont été inventées par Al Gore et George W. Bush pour permettre aux soldats homosexuels américains déployés à l'étranger de pouvoir continuer à télécharger du porno -même en cas d'attaque nucléaire. La vérité, c'est qu'Internet a été créé par des hippies qui prenaient du LSD, mais qui n'en étaient pas moins financés par l'armée américaine, afin de permettre aux ordinateurs de communiquer, et protéger les communications -même en cas d’attaque nucléaire. Srsly. Revenons aux bases : Internet n’est pas qu’un réseau qui connecte des ordinateurs avec des tuyaux.

Arditi et la tirade d’anti net Quand Franz-Olivier Giesbert fait une émission sur Internet, il invite Laurent Joffrin, Elizabeth Levy, Guy Sorman et Arditi. Que des fins connaisseurs des réseaux. Seul face à eux, Birenbaum est là pour en prendre plein la tête. Cracher sur Internet, on peut le faire même si on n’a jamais ouvert un navigateur de sa vie. Dans une émission de Franz-Olivier Giesbert de décembre 2009, Pierre Arditi et quelques autres habitués des plateau TV se payaient le Net sans le connaître vraiment. Cet article de Sébastien Musset date du 21 décembre 2009 mais les élites du petit écran n’ayant toujours pas fait leur migration vers le web, cet exemple est toujours d’actualité. Twitter: premier media à dompter la rumeur? Ce WE @soacre, un twitteur comptant (à l’époque) 80 followers, c’est à dire une petite sphère, a publié un tweet "scoop": Johnny serait en mort cérébrale et l’annonce officielle serait prévue pour lundi, le temps que la famille arrive. Puis double confirme En ce qui me concerne, ça a rebondit chez moi via @mrboo. Evidemment doute. Mais le fait que @mrboo l’aie retweeté compte, puisque lui je le connais, et que j’ai mon opinion sur son intégrité. C’est essentiel.

Opération Coodgle : pourquoi tant de Len ? La censure : "Les personnes physiques ou morales qui assurent, même à titre gratuit, pour mise à disposition du public par des services de communication publique en ligne, le stockage durable de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature fournis par des destinataires de ces services ne peuvent pas voir leur responsabilité civile engagée du fait de la diffusion d'informations ou d'activités si elles n'avaient pas effectivement connaissance de leur caractère illicite ou de faits et circonstances faisant apparaître ce caractère ou si, dès le moment où elles en ont eu cette connaissance, elles ont agi promptement pour retirer ces données ou en rendre l'accès impossible." (Article 2bis, 2 du projet de loi pour la confiance dans l'économie numérique) Quand on cherche, on trouve...

Le monde de la culture sombre-t-il dans la diab Accueil > Rubriques > Le monde de la culture sombre-t-il dans la diabolisation de Google et de (...) Lors de ses vœux aux acteurs de la Culture, le Président de la République a déclaré vouloir adopter une attitude offensive contre le géant de l’Internet, Google. Suivant les recommandations de la commission Zelnik[1], il souhaite donc taxer de manière particulière les revenus publicitaires que la société engrange grâce aux clics que les internautes français effectuent sur les « liens sponsorisés ».Cette idée de taxation est justifiée, dans le discours présidentiel, et dans le rapport qui lui en a fourni l’idée, par le déséquilibre de la répartition des revenus publicitaires entre les producteurs de contenus - les industries culturelles - et Google qui détient une position dominante sur ce secteur d’activité.

Internet, vache émissaire ou bouc enragé? - Nouvelle formule - L L’Internet bashing est le sport à la mode chez les politiques et la poignée d’intellos qui les conseillent. La tendance n’est pas neuve, mais elle a pris ces derniers jours une ampleur inédite, portée par les affaires Hortefeux et Royal, après les révélations Faurecia et Chatel au supermarché. Le discours?

Internet c’est le mal – Le retour Internet c’est le mal – Le retour Une fois de plus, la télévision (qui sent le vent tourner) s'en prend au média Internet en le diabolisant et en faisant croire aux tévéphiles qu'Internet c'est le mal et ça dévore les enfants. L'objet du délit, c'est l'emission de Guillaume Durant : "L'objet du scandale" qui revient sur les dérapages du net. Bon, je n'ai pas vu cette émission, ne regardant plus trop la TV (à part pour quelques séries), mais je vous relai le message de paix et d'amour du grand JC Frog qui appelle la télévision à faire la paix avec Internet et à diffuser des informations exactes sans chercher à faire naitre la peur d'Internet dans le coeur des français qui n'ont pas encore basculé du côté lumineux de la Force : LE WEEEEEEB !

Pourquoi la télé diabolise Facebook - Recherche en histoire visu Par André Gunthert, lundi 15 décembre 2008 à 22:22 (35093 vues, permalink, rss co) :: Médias «Ne pas s'inscrire sur ces sites de réseaux sociaux.» Tel était le conseil conclusif après le reportage diffusé par France 2, le 4 décembre 2008, dans l'émission Envoyé spécial ("Planète Facebook", 32", par Jérémie Drieu et Matthieu Birden). Quelques mois après l'achèvement de la campagne victorieuse de Barack Obama, qui avait su trouver dans la convivialité de Facebook le moyen de favoriser une relation plus souple et plus moderne à la mobilisation politique, la France de la loi Hadopi, parfaitement servie par la télévision publique, marquait encore une fois sa différence. Journée de brouillage d'Echelon (Jam Echelon Day) 21 Octobre 2001 Le principal objectif du Global Jam Echelon Day ('Journée de brouillage d'Echelon', prévue pour le 21 octobre 2001) est d'attirer l'attention du public sur l'existence d'Echelon et d'appeler à un contrôle accru des agences gouvernementales qui en ont la charge. L'échec de la surveillance électronique généralisée à prévenir les récents attentats ne fait que nous inciter à dénoncer le gaspillage d'un tel espionnage généralisé de nos télécommunications. Nous proposons un ensemble substantiel de ressources permettant à tout un chacun de se faire une idée de ce dont Echelon (voire 'Frenchelon', son petit frère -"small brother"- français) est capable. Cette campagne, à vocation pédagogique, émane de citoyens & internautes attachés aux droits et libertés individuelles ainsi qu'à la protection de leur vie privée de toute intrusion ou surveillance d'état disproportionnée.

Arte dénoncera "les effroyables imposteurs" du Net mardi à 20H35 Mise à jour : Encore plus caricaturale que ce que l'on pouvait redouter, toute la soirée Théma d'Arte est disponible sur le site d'Arte. Nous pouvons résumer son propos en trois temps : 1. Internet c'est rien que de la désinformation dangeureuse manipulée par les complotistes, 2. l'information de qualité ne peut être communiquée que par de vrais journalistes dont c'est le métier, qui se remettent continuellement en question ; 3. faisons que cette information soit payante pour sauver la presse et donc la démocratie mis en danger par la gratuité d'Internet. Nous pourrions nous lancer dans une analyse plus longue et détaillée, mais dites-nous plutôt ce que vous en avez pensé...

Le pseudo manque d'information sur la gr Ceci est un billet d’humeur… mais avec des morceaux d’Internet dedans pour ne pas trop m’éloigner de la ligne éditoriale de ce blog ! Ce matin, j’entends un débat sur la vaccination sur la grippe A sur France Info… D’un côté, un médecin et Martin Hirsch, qui expliquent pourquoi il faut se faire vacciner contre la grippe A. Ils avancent des arguments connus et raisonnés : les risques de l’épidémie, le devoir civique de la vaccination pour évider la propagation à d’autres du virus, le fait que le processus de création vaccin a été le même que celui de la grippe saisonnière (adjuvant compris), qu’il n’y a qu’une injection au lieu de deux finalement parce que les études montrent qu’à part pour les enfants en bas âge, une injection seule suffit, etc. De l’autre, deux parents d’élèves et deux élèves qui sont contre.

bUg <BR>Oth3r ou Comment passer outre la cybersurveillance et les mesures anti-crypto de la LSQ... Le présent document -dont les mises à jour seront disponibles à l'adresse est librement inspiré d'un texte, "RIP Countermeasures", co-signé par Ian Brown, un cryptographe anglais proche de Privacy International -tout comme votre dévoué- et Brian Gladman, ancien "directeur des communications électroniques stratégiques" du ministère de la Défense britannique et de l'OTAN. Effrayés de voir le gouvernement anglais voter, l'an passé, une loi, le Regulation of Investigatory Powers Act, officialisant la mise sous cybersurveillance des télécommunications, ainsi que l'obligation de déchiffrement des messages cryptés, ils avaient par ce texte cherché à rappeler à quel point cette loi était "techniquement inepte et inefficace à combattre les criminels, mais risquant fort d'aller à l'encontre de la vie privée, de la sûreté et de la sécurité des honnêtes citoyens, ainsi que du business."

Related: