background preloader

Charles Chaplin - 1er site pédagogique français dédié à Charles Chaplin

Charles Chaplin - 1er site pédagogique français dédié à Charles Chaplin

http://www.charles-chaplin.net/accueil.php

Related:  CHARLIE CHAPLIN - Le DictateurcinemaCINEMADu cinéma des premiers temps à la fin du muetcharles-chaplin.net

Le Dictateur de Charles Chaplin (1940 "Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n'est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs…" C'est ainsi que commence le discours final du Dictateur, moment-clé de l’œuvre "chaplinienne", incontestablement le film le plus ambitieux de son auteur et une véritable oeuvre humaniste qui garde toute sa puissance 60 ans plus tard. Qui mieux que Chaplin pouvait s'attaquer à Hitler et à ce qu'il représentait ? SA MAJESTE DES MOUCHES 32’19” à 35’16” ( = 3’ 03”)* * Le minutage peut varier légèrement en fonction du mode de lecture utilisé : projection cinéma, lecteur de DVD, ordinateur. Les divergences entre Ralph et Jack sont entrées dans une phase décisive.

Les majors d'Hollywood : des gardes-barrières centenaires La vague de conglomération commencée dans les années 1980 a permis aux majors de trouver une structuration qui tient la route. Aujourd’hui, les rachats et fusions continuent. Si les contours exacts des entreprises sont toujours mouvants, les grands acteurs restent les mêmes. Des huit majors qui ont fondé le système hollywoodien dans les années 1920, une seule, RKO, a disparu. MGM et United Artists ont périclité et sont devenues des satellites. La parole dans le cinéma muet Le cinéma, même muet, n’a jamais pu être un cinéma silencieux. C’est plus entièrement un cinéma pris dans le chuchotement (les sous-titres, par exemple, lus à voix basse aux enfants au cours de projections). Et par ce silence chuchoté dans les premières images, un retour de cette poussière en nous, de cette lumière, de ces corps gris ; comme si un enfant, assis en nous, tenait encore notre main.

Charlie Chaplin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Charlie Chaplin Charlie Chaplin vers 1920 Charles Spencer Chaplin, dit Charlie Chaplin ( - ), est un acteur, un réalisateur et un scénariste britannique qui devint une icône du cinéma muet grâce à son personnage de Charlot. Durant une carrière qui ne dura pas moins de 65 ans, il joua dans plus de 80 films, et sa vie publique et privée a fait l'objet d'adulation comme de controverses.

» Histoire des Arts : le Dictateur de Chaplin - En attendant le cours d'Histoire-géo… Archives 2009-2013, Histoire des ArtsMme Brulat23 janvier 2012, 17:00 Voici quelques liens vers des extraits du Dictateur de Chaplin, étudié en cours pour l’épreuve d’histoire des Arts. Les 2 extraits retenus pour l’épreuve sont : le discours de Hynkel (parodie de Hitler)la danse avec le globe (dénonciation de la volonté d’expansion et de domination des Nazis) PERSEPOLIS Marji sort d’€™une déception avec Fernando qui s’€™est révélé brusquement homosexuel… – La séquence se situe de 53’10” à 54’43” (soit 1’33”). Plan 1 – Après avoir conclu que «  l’€™amour est un sentiment petit-bourgeois » mais que «  Life is life « , Marji, apparemment indifférente au monde, s’€™absorbe dans sa lecture, silhouette noire (manteau et cheveux) isolée sur un banc sombre, se détachant sur un fond clair façon sfumato évoquant les brumes de l’€™automne. Elle lève des yeux tristes d’€™épagneul mais ouverts à ce qui se présente : une autre forme noire, en amorce, qui vient refermer le cadre. Plans 2-3 – En contrechamp (point de vue de Marji) apparaît le visage clair, les cheveux blonds, souriant sur un fond de ciel presque blanc, contrastant avec le présage sombre du plan précédent.

Le film - The Artist - Mag Film - Centre National de Documentation Pédagogique Le film The Artist de Michel Hazanavicius © La Petite Reine Fiche technique Un film franco-belge de Michel Hazanavicius (The Artist, 2011), scénario de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin (George Valentin), Bérénice Béjo (Peppy Miller), John Goodman (Al Zimmer), James Cromwell (Clifton), Penelope Ann Miller (Doris). 1 h 40. Présentation À l’ère de la 3D, Michel Hazanavicius réalise The Artist, film muet en noir et blanc conçu comme un hommage appuyé au cinéma hollywoodien de la fin des années 1920, alors en pleine transition vers le cinéma parlant. Cent ans d'aller au cinéma - De la crise à la guerre : le spectacle cinématographique à l’âge d’or des studios 1Dans La Rose pourpre du Caire, Woody Allen évoque un peu nostalgiquement une époque où « aller au cinéma » était, pour les Américains, une activité aussi régulière, on dirait « programmée », qu’aujourd’hui allumer son téléviseur. C’est de cette époque qu’il s’agit ici. 2Ma réflexion a deux objectifs distincts et complémentaires. Je souhaite d’abord décrire les caractères spécifiques du spectacle cinématographique entre le début des années trente et la fin des années quarante, assez stables malgré les particularités des années de Dépression et de guerre. Mais je veux aussi essayer de montrer comment les structures de l’exploitation cinématographique de l’époque ont conditionné, non seulement le fonctionnement optimal de l’usine hollywoodienne, mais sans doute aussi la nature des œuvres qu’elle a produites.

JOUR DE FETE Générique Réalisation : Jacques Tati 1949, France, 78 minutes (hors générique de la restauration), couleurs. Scénario original : Jacques Tati et Henri Marquet, avec la collaboration de René Wheeler. Images : Jacques Sauvageot et Jacques Mercanton. Une question de point de vue. La photographie est-elle un médium objectif, neutre et impartial ? En réponse à cette question, beaucoup de gens répondent NON en pensant aux possibilités d'altération de l'image que procure l'informatique, et en particulier le très célèbre Photoshop. Mais bien avant cette étape de la retouche informatique, il y a, au moment de la prise de vue, le cadrage choisi par le photographe, le choix qu'il fait d'inclure ou d'exclure tel ou tel élément dans son image.

Cent ans d'aller au cinéma - Aller au cinéma dans les années 20 : l’expérience cinématographique pendant les années folles 1 The Atlantic Monthly, 1921, vol. 128, p. 22. 1On peut sourire à la déclaration volontiers prophétique de Katharine Fullerton Gerould, critique de cinéma qui, en 1921, avouant son peu de goût et d’expérience pour la chose cinématographique, et signalant évidemment les dangers moraux qu’elle présente, annonce cependant dans The Atlantic Monthly : « Il est certain que le cinéma est là pour durer – au moins pour un temps1 ». Pourtant, replacée dans son contexte, une telle déclaration, pour naïve qu’elle soit, n’est pas aussi aberrante qu’il y paraît. Tout simplement parce que ce que l’on pourrait qualifier d’« expérience cinématographique » n’a pas grand chose à voir à l’époque avec ce que nous connaissons, et tient plus du divertissement populaire que de l’art.

LE CIRQUE Générique À partir de 5 ans, de la GS au CM2 Charles Chaplin, États-Unis, 1928, 70 minutes, noir et blanc, muet.Titre original : The Circus. Exposition et rétrospective Martin Scorsese Martin Scorsese jouit d’une réputation toute particulière en France, parmi les cinéphiles comme auprès du grand public. On connaît son visage, intelligent, vif, rapide dans l’élocution, on sait aussi qu’il est un directeur d’acteur hors pair. La relation qu’il entretient depuis ses débuts avec Robert De Niro et Harvey Keitel, ou plus récemment avec Leonardo DiCaprio, pour ne citer que trois noms d’acteurs incroyablement prestigieux, constitue un élément essentiel qui fonde la mythologie du cinéaste en France et dans le monde entier.

Related: