background preloader

Pourquoi il faut arrêter de parler de « fake news »

Pourquoi il faut arrêter de parler de « fake news »
Le terme s’est répandu depuis quelques mois dans le vocabulaire des médias et le débat public. Mais il recouvre des réalités très différentes, et a déjà été récupéré. « La France fait la chasse aux fake news avant l’élection présidentielle » ; « Les médias et Facebook montent au front contre les fake news » ; « Présidentielle et fake news : les autorités veulent rencontrer Facebook, Google »… Il n’est pas besoin de chercher très loin pour voir le terme de « fake news » mis à toutes les sauces. Mais paradoxalement, tout le monde n’en a pas la même définition, ce qui pose un problème important pour une tendance supposée majeure de ces derniers mois. Un anglicisme trompeur La notion de « fake news » pose d’abord un problème de traduction : à strictement parler, le terme anglais ne désigne pas un article faux, au sens d’inexact, mais plutôt un faux article, une publication qui se fait passer pour un article de presse sans en être un. Un mot fourre-tout Le pastiche humoristique.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/31/pourquoi-il-faut-arreter-de-parler-de-fake-news_5072404_4355770.html

Related:  Fake news & DésinformationInformation et désinformationMédias, informations, réactionsUne autre éducation aux médias est possible

Facebook change de nouveau son algorithme pour moins mettre en avant les informations douteuses Les pages publiant des messages identifiés par Facebook comme « trompeurs » seront moins visibles dans les fils d’actualité. Facebook a annoncé ce 31 janvier une nouvelle modification de la manière dont il classe les messages et les affiche dans le fil d’actualité de ses utilisateurs, qui vise à privilégier les messages « authentiques » au détriment des informations douteuses ou trompeuses. En pratique, Facebook va introduire de nouveaux critères pour déterminer si une page publie régulièrement des contenus trompeurs ou du spam.

La « Revue des deux mondes » dans la tourmente La plus ancienne des revues culturelles européennes est accusée de complaisance à l’égard de François Fillon. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nicolas Truong C’est une vieille dame élégante, une institution littéraire au conservatisme assumé qui est aujourd’hui plongée dans la tourmente. TraAM EMI, Ethique du journaliste : Un projet inter-degré Séquence menée dans le cadre des traAM EMI 2015-2016 par Christine SOBOTA, professeur documentaliste au collège de Montbard (Côte d’Or) Ce projet d’éducation aux médias a été co-construit avec Jessica Flety, professeur des écoles dans le cadre de la liaison Ecole-Collège. L’objectif était de sensibiliser les élèves à l’éthique professionnelle du journaliste et à sa responsabilité éditoriale (en opposition avec l’information diffusée par les non professionnels sur les réseaux sociaux). Il fait l’objet en parallèle, d’un projet Etwinning ’’ Faisons EMI, ami’’.

Décodex : comment reconnaître une théorie complotiste ? Voici nos conseils pour faire la distinction entre le doute légitime et le conspirationnisme. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Il existe plusieurs définitions de ce qu’est une théorie conspirationniste (on dit aussi « complotiste »). D’une manière générale, l’expression désigne les thèses qui affirment qu’un groupe plus ou moins occulte manipule le monde ou au moins certains grands événements (élections, attentats…) dans le plus grand secret. Selon les cas, il peut s’agir des « reptiliens » (des reptiles humanoïdes), des Illuminati, des francs-maçons, ou toute autre organisation à l’influence supposément importante – mais toujours cachée. On constate souvent que les théories conspirationnistes circulent abondamment sur les réseaux sociaux, particulièrement après des événements comme les attentats de Paris en novembre 2015.

4 étudiants règlent le problème des fausses informations sur Facebook en 36 heures - Société Un algorithme pour s'assurer de la véracité des informations sur les réseaux sociaux a été créé lors d'un Hackathon à l'Université de Princeton. Depuis la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines, la question de la responsabilité des médias est au coeur du débat. Facebook en est le premier visé car de nombreuses informations, diffusées sur le réseau social, sont trop souvent propagandistes et fausses. Beaucoup de citoyens américains demandent maintenant au site de jouer un rôle de modérateur et de traquer toutes les informations erronées. Au sein même de l'entreprise, les voix se font entendre allant à l'encontre du discours de Mark Zuckerberg selon lequel ces informations seraient minoritaires. « 99 % de tout ce que les gens voient sur Facebook est authentique.

La défiance envers les médias s’accentue L’enquête annuelle réalisée par l’institut Kantar pour le quotidien « La Croix » relève une dégradation accrue des relations entre le public et les supports d’information. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Alexis Delcambre L’année 2016 n’a pas vu d’amélioration dans la confiance que les Français accordent aux médias. C’est en tout cas ce qu’indique l’enquête annuelle réalisée début janvier par l’institut Kantar pour le quotidien La Croix, sur un échantillon de 1 011 personnes majeures. Tous les supports voient leur crédibilité baisser : 52 % des personnes interrogées ont confiance dans les informations qu’elles entendent à la radio (– 3 points sur un an), 44 % se fient aux journaux (– 7 points sur un an), 41 % à la télévision (– 9 points sur un an) et 26 % au Web (– 5 points sur un an). Ces catégories ont leurs limites.

Qui décodexera le Décodex? De la difficulté de labelliser l'information de qualité Le Monde a lancé un outil pour repérer les sites d'information non dignes de confiance. J’avais déjà évoqué ce problème dans un précédent article: pour lutter contre les «fake news», il faut déjà pouvoir délimiter leur champ. Dessiner une ligne claire entre le journalisme et les fausses informations n’est pas aussi évident qu’il y paraît. LeMonde.fr est confronté directement au problème. Attentat de Londres. Donald Trump critique le maire sur Twitter Donald Trump s’en est pris dimanche au maire de Londres Sadiq Khan, l’accusant en substance de ne pas prendre au sérieux la menace terroriste au lendemain de l’attentat qui a frappé la capitale britannique, provoquant une passe d’armes politique. Ces critiques du président des États-Unis contre l’édile londonien et les tweets samedi soir du milliardaire républicain en réponse aux attaques - lorsque trois assaillants ont foncé en voiture dans la foule puis attaqué des passants au couteau - ont suscité de vives condamnations aux États-Unis et à l’étranger, M. Trump étant accusé de faire de la récupération politique. « Au moins 7 morts et 48 blessés dans un attentat terroriste et le maire de Londres dit qu’il n’y a "pas de raison d’être alarmés !" », s’est-il indigné dans une série de tweets matinaux. « Nous devons cesser d’être politiquement corrects et nous mettre au travail sur la sécurité pour nos concitoyens.

Fake news : peut-on répondre à la désinformation Depuis l’élection de Trump (voir nos deux précédents articles : « Trump : les 5 échecs des nouvelles technologies » et « Facebook, une entreprise politique ? »), la question de la propagation de fausses informations semble révéler d’une véritable crise de confiance dans notre système médiatique et politique, comme l’expliquait récemment le chercheur en science de l’information Olivier Ertzscheid. De partout, les esprits s’agitent pour tenter de trouver des réponses. Eli Pariser, celui qui a imaginé le concept de « bulles de filtres » tant mis en question ces dernières semaines, a ouvert un Google Doc pour recueillir des solutions. Le document fait désormais plus de 100 pages et Nicky Woolf, pour le Guardian, a tenté d’en faire la synthèse.

Les erreurs et approximations de la défense de François Fillon Le candidat de la droite à la présidentielle s’est justifié lundi devant la presse, avec des arguments parfois étranges. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Après dix jours d’accusations concernant les emplois de sa femme et de ses enfants comme assistants parlementaires, François Fillon a lancé une contre-offensive, lundi 6 février, en convoquant la presse.

Related: