background preloader

Physique-Chimie - Découverte de la radioactivité

Physique-Chimie - Découverte de la radioactivité
Related:  michelaurelieRadioactivité et Réactions Nucléaires

Les 7 merveilles de la mécanique quantique La mécanique quantique, c’est cette branche de la physique qui décrit la manière dont se comportent les objets microscopiques : les molécules, les atomes ou les particules. Développée pendant la première moitié du XXème siècle, la mécanique quantique est un des piliers de la science contemporaine. Et pourtant, il s’agit aussi probablement de la plus étrange théorie jamais imaginée. En effet, la mécanique quantique regorge de mystères, de surprises et de paradoxes qui nous obligent à revoir la manière dont nous concevons la matière, et même la physique en général. Cette théorie est d’ailleurs tellement bizarre que l’un de ses plus fameux contributeurs, le physicien Richard Feynman (ci-dessus), disait à son propos: « Si vous croyez comprendre la mécanique quantique, c’est que vous ne la comprenez pas ». Nous voici prévenus ! 1. On ne sait pas forcément mesurer très exactement ces quantités, mais on sait qu’elles existent et qu’elles ont des valeurs précises. |Chat> = | Mort > + | Vivant > 2.

Nouvelle technique pour réaliser des réactions de fusion contrôlée Le Laboratoire pour l'Utilisation des Lasers Intenses (LULI) de Polytechnique présente une nouvelle technique pour réaliser des réactions de fusion contrôlée aneutronique dans un article publié par Nature Communications. Chambre d'expériences du LULI dans laquelle les réactions de fusion aneutronique, proton-bore, ont été réalisées. ©LULI Un nouveau schéma pour initier des réactions de fusion contrôlée hors équilibre thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des transferts de chaleur suivant...) par laser (Un laser est un appareil émettant de la lumière (rayonnement électromagnétique) amplifiée par émission stimulée. Les recherches sur la fusion laser ont beaucoup progressé au cours de ces dernières années.

Topographie du champ magnétostatique (Animation Flash) Le champ magnétostatique est une modification de l'espace, dûe à la présence d'aimants ou de courants électriques. L'animation permet de visualiser cette modification, en simulant l'apparition de petits détecteurs de champ magnétique (grains de limaille de fer). On observe ainsi le spectre du champ magnétostatique . Manipulation lorsqu'on clique sur le bouton "ajouter un aimant", "ajouter une spire" ou "ajouter un fil", cet élément se place au milieu de la zone de spectre (en vue de dessus). Suggestions On peut réaliser des configurations variées : un ou plusieurs aimants, une spire, deux spires parallèles ("bobines de Helmholtz" lorsque leur écartement est égal à leur rayon : elles permettent d'obtenir un champ relativement uniforme) ou antiparallèles ("quadrupôle"), un solénoïde, une bobine torique, deux fils parallèles parcourus par la même intensité ou des intensités différentes, etc... etc... Constater la réalité de l'expression "le champ tourbillonne autour de sa source".

La Chimie au Lycée La matière L’énergie La chimie organique Acidité/Basicité La cinétique L’oxydoréduction Les piles L’électrolyse La catalyse Lexique Les grands scientifiques Quizz Films à découvrir Accueil CNRS Banque d’images Catalogue Vidéothèque La physique au lycée Iter (2/2) : le Soleil se lève sur la fusion nucléaire avec West Pour s'approcher un peu plus de la maîtrise de l'énergie des étoiles, on doit tester le comportement d'un divertor en tungstène refroidi et son effet sur le plasma d'un réacteur à fusion thermonucléaire. C'est le projet West qui consiste à modifier le tokamak Tore Supra de Cadarache. Cette vue d'artiste montre à quoi ressemblera l'intérieur du réacteur dans quelques années. On voit sur la droite les sorties des antennes utilisées pour chauffer le plasma en injectant des ondes électromagnétiques. © CEA Iter (2/2) : le Soleil se lève sur la fusion nucléaire avec West - 3 Photos C'est après la seconde guerre mondiale que l'humanité a commencé à explorer le chemin menant à la fusion contrôlée. Les performances des accélérateurs de particules évoluent presque aussi vite et ce qui n’a rien d’étonnant puisqu’il s’agit là aussi de maîtriser des paquets de particules chargés dans un vide poussé, plongés dans des champs électromagnétiques. Une vue de Tore Supra. West, un banc d'essai pour Iter

Topographie du champ électrostatique (Animation Flash) Le champ électrostatique est une modification de l'espace, créée par la présence de charges électriques. L'animation permet de visualiser cette modification, en simulant l'apparition de petits détecteurs de champ électrostatique (dipôles par exemple). On observe ainsi le spectre du champ électrostatique. On peut aussi choisir d'observer la carte des équipotentielles. Manipulation En l'absence de charges, les dipôles s'orientent aléatoirement, montrant l'isotropie électrostatique. lorsqu'on clique sur le bouton "ajouter une charge", une charge q de valeur unité apparaît en haut à gauche. Lignes de champ : elles permettent de voir le "rayonnement" du champ électrostatique, qui diverge à partir de sa source. Equipotentielles : on remarque qu'elles sont perpendiculaires aux lignes de champ. Suggestions Observer les spectres : etc...etc... Voir aussi cette page pour le tracé des lignes de champ et des équipotentielles.

Prisme Le prisme est l'élément à la base de la spectroscopie par réfraction Du point de vue optique, un prisme est un ensemble de deux dioptres plans non parallèles, faisant entre eux un angle A. Le prisme est éclairé en lumière parallèle par une fente, elle-même illuminée par une source lumineuse. Chaque rayon lumineux entrant dans le prisme est (éventuellement) réfracté deux fois (voir l'animation du dioptre plan), et la déviation subie par la lumière dépend de l'indice de réfraction, fonction lui-même de la longueur d'onde, c'est le phénomène de dispersion. Ce phénomène est utilisé en spectroscopie pour analyser la composition spectrale d'une lumière. La déviation par un prisme de petit angle est également utilisé en lunetterie pour corriger des défauts de parallélisme des deux yeux. Mode d'emploi Un graphe permet de visualiser l'angle de déviation en fonction de l'angle d'incidence, pour une longueur d'onde donnée. On peut voir également le spectre de la lumière obtenu sur l'écran.

Iter (1/2) : le Soleil se lève sur la fusion nucléaire avec West Quand Iter sera en fonctionnement à partir des années 2020, les bâtiments accueillant le réacteur thermonucléaire devraient avoir l’aspect de cette vue d’artiste. Mais avant cela, il reste bien des étapes à franchir. Il faut notamment mettre au point un élément essentiel pour le fonctionnement de la machine. C'est l'objectif du projet West, lancé par le CEA. © Iter Organization Design Office, Hurzlmeier, Niculici Iter (1/2) : le Soleil se lève sur la fusion nucléaire avec West - 5 Photos En un an, l’humanité consomme une énergie totale de 15 TWan (térawatt.an). Les dirigeants de plus de la moitié de la population mondiale l’ont parfaitement compris. Une simulation de la construction d'Iter. Les tokamaks, ou le Soleil dans une boîte magnétique Rappelons que le plasma est souvent désigné comme le quatrième état de la matière. Le premier tokamak au monde était la machine russe T1 de l'institut Kourtchatov de Moscou (à l’image). Des supraconducteurs presque au zéro absolu pour la fusion

La liaison hydrogène observée au microscope à force atomique Des molécules de 8-hydroxyquinoléine. Sur les images de droite : C (carbone) = vert, H (hydrogène) = blanc, O (oxygène) = rouge, N (azote) = bleu, et les liaisons hydrogène sont représentées en pointillés. Ces molécules, sur une surface de cuivre, peuvent se retrouver liées par des liaisons hydrogène à basse température. C'est ce que l'on constate sur les deux images à gauche prises avec un microscope à force atomique. © Science, AAAS La liaison hydrogène observée au microscope à force atomique - 2 Photos C’est au début du XXe siècle que plusieurs chimistes ont plus ou moins indépendamment pris conscience qu’il existait une liaison chimique que l’on nomme la liaison hydrogène. Or, mieux comprendre la liaison hydrogène est au plus haut point intéressant parce que l’on peut la considérer comme la liaison chimique de la vie. Du microscope à effet tunnel au microscope à force atomique Une clé pour mieux comprendre la liaison hydrogène A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

Une illustration de la démarche scientifique : la découverte de la radioactivité Intégrer ce média sur votre site <div width='100%' height='100%'><center><object id="MultimediaPlayer_g_89b59bad_897e_4ba1_86cd_50ac86ba2b84" classid="clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000" width="698px" height="436pxpx" class="flash"><param name="movie" value=" radioactivite.swf"/><param name="wmode" value="opaque"><!--[if !IE]>--><object type="application/x-shockwave-flash" data=" radioactivite.swf" width="698px" height="436pxpx"><param name="wmode" value="opaque"><!--<![endif]--><p>Le lanceur n'a pu être chargé</p><!

"Décroissance radioactive" : ce qu'il faut retenir | Sciences physiques La radioactivité est bien loin en ces périodes de révisions et une petite fiche pour explorer les connaissances exigibles en radioactivité ne peut pas faire de mal. Connaître la signification du symbole ZAX et donner la composition du noyau correspondant. Voici une vieille connaissance qui date de la seconde : ZAX : noyau de symbole X qui a pour nombre de masse A et numéro atomique Z. Définir l’isotopie et reconnaître des isotopes. 2 noyaux isotopes ont le même nombre de protons mais un nombre différent de neutrons. Reconnaître les domaines de stabilité et d’instabilité des noyaux sur un diagramme (N,Z). Il s’agit de reconnaitre sur un diagramme du type : Qu’il y a une zone correspondant à des noyaux stable, donc non radioactifs. Et qu’autour de cette zone, les noyaux sont de plus en plus instables au fur et à mesure qu’on s’en éloigne. Définir un noyau radioactif. Un noyau radioactif est un noyau qui subit spontanément une désintégration nucléaire. 6027Co → 6028Ni + 0-1e Un exemple ?

Related: