background preloader

Site de Philippe MEIRIEU : L'EDUCATION EN QUESTIONS

Site de Philippe MEIRIEU : L'EDUCATION EN QUESTIONS
26 films de 13 minutes chacun... Chaque film croise les apports d'une grande figure de la pédagogie avec les questions que se posent au quotidien les praticiens de notre temps. Repères historiques, questions philosophiques et travaux pédagogiques avec des élèves tissent ainsi un "paysage réflexif" qui permet de s'interroger sur les grandes questions de l'éducation et la manière de les affronter aujourd'hui à la lumière de l'histoire de la pédagogie... Ainsi, dans chaque film, on "entre" dans l'oeuvre d'un ou d'une grande pédagogue (sans prétendre, bien sûr, être exhaustif), on voit travailler des maîtres et des élèves sur des thématiques qui se réfèrent à leurs apports et on s'interroge sur les principaux défis éducatifs... Outils d'information, de culture, de réflexion, chaque film est aussi un outil de formation qui peut être utilisé dans le cadre d'une réflexion individuelle ou collective. Attention ! Cliquez sur le nom de l'auteur pour visionner le film

http://www.meirieu.com/EDUCATION%20EN%20QUESTION/l_education_en_questions.htm

Related:  caromltcourant pédagogiqueDidactiqueEducation - PédagogieCafipemf

La scolarisation des élèves en situation de handicap L'éducation inclusive : des parcours toujours plus inclusifs pour les élèves en situation de handicap Les chiffres clésLa professionnalisation au service de la qualité de l’enseignement et de l’accompagnementUne insertion professionnelle facilitée pour les jeunes en situation de handicapLe numérique au service des besoins éducatifs particuliersDossier de présentation du 2 décembre 2016 Reportages vidéo Scolariser son enfant en situation de handicap Scolariser son enfant handicapé Les grandes théories pédagogiques revisitées par les Nouvelles technologies Skinner et le behaviorisme : des souris et des hommes Disciple de Pavlov, Skinner va modifier le conditionnement classique mis en évidence par Pavlov pour définir un conditionnement opérant en expérimentant d’abord ses principes sur des souris. Le réflexe ne tient plus alors à une réaction de l’organisme mais à des facteurs extérieurs au sujet. Les pensées et les motivations internes n’entraînent pas l’apprentissage d’un comportement. Or pour Skinner, enseigner revient à susciter chez l’élève une nouvelle forme de comportement. Seules les causes externes du comportement doivent être prises en compte.

L’enseignant n’est pas le facteur le plus important lorsqu’il est question d’apprentissage! On a souvent dit que l’enseignant était le facteur-clé favorisant l’apprentissage. Cette maxime a acquis ses lettres de noblesse grâce à la diffusion de ce que John Hattie a appelé l’effet enseignant. Or, le texte de Lisa Nielsen, publié cette semaine, nous ramène sur Terre : lorsqu’il est question d’apprentissage, l’enseignant n’en est pas le facteur-clé. C’est plutôt l’élève qui l’est. Traduction et adaptation d’un texte-choc, avec des idées novatrices qui détonnent avec plusieurs conceptions de ce que doit être un milieu scolaire en Occident. Si la réponse à l’une des questions suivantes est non, même les meilleurs enseignants trouveront leur travail difficile : Veille et Analyses de l'ifé Dossier de veille de l'IFÉ : La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques N° 114, décembre 2016 Auteur(s) : Reverdy Catherine Télécharger la version intégrale du dossier (version PDF)

France Stratégie : 2017/2027 Quelles priorités éducatives ? La dépense totale (publique et privée) consacrée par la France au financement des établissements d’enseignement – 5,3 % du PIB en 2012 – la situe dans la moyenne des pays de l’OCDE, mais assez loin des niveaux atteints notamment par la Corée, les États-Unis, la Norvège ou la Nouvelle-Zélande (plus de 6,3 %). La France reste dans la moyenne mais significativement derrière les meilleurs si l’on tient compte du nombre d’élèves et du niveau de richesse par habitant des pays : les dépenses d’éducation par élève et par étudiant représentent en France 28 % du PIB par habitant, contre 27 % en moyenne dans les pays de l’OCDE. Elle se distingue en outre par un sous-investissement important dans le préprimaire et le primaire, alors qu’elle est dans la moyenne pour le collège et le supérieur, et très au-dessus de la moyenne pour le lycée[12].

De l’intégration à l’école inclusive Depuis 2005, on ne parle plus d’intégration mais d’inclusion pour désigner la scolarité des enfants handicapés à l’école ordinaire. Les UPI (Unités Pédagogiques d’Intégration) deviennent des ULIS (Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire) et les CLIS des Classes pour l’inclusion scolaire. On comprend, derrière ce changement de terme, la volonté politique de renforcer la scolarité à l’école ordinaire des élèves handicapés. De l'intérêt des objectifs pédagogiques L’objectif pédagogique, c’est « ce que l’apprenant sera capable de faire à l’issue de la formation ». Il concerne donc les apprentissages, tandis que l’objectif opérationnel a pour objet les transferts visés en situation professionnelle. L’objectif pédagogique est un incontournable de la formation de formateurs, un élément essentiel du « contrat » entre le formateur et ses apprenants. Et pourtant, il reste souvent mal utilisé, plus « figure de style » que véritable outil pour la conception pédagogique.

Enseigner les mathématiques : entre réalité et utopie. « Reconnaissons-le : la majorité des enfants ne réussit jamais à comprendre la signification réelle des concepts mathématiques. Au plus, ils deviennent des techniciens consommés dans l’art de manipuler des ensembles compliqués de symboles ; au pire ils sont rebutés par les situations impossibles dans lesquelles les exigences mathématiques actuelles, à l’école, tendent à les placer. Une attitude par trop courante consiste simplement à passer l’examen après quoi plus aucune pensée ne sera plus accordée aux mathématiques. »

"Comment apprend l'élève ?" Conférence de Daniel FAVRE - Formation des personnels de l'académie de Dijon Conférence de Daniel FAVRE faite lors du séminaire Réussite Educative, le vendredi 18 avril 2014 à l’amphithéâtre Bouchard de Canopé Dijon Daniel FAVRE est Docteur en neurosciences et Professeur en sciences de l’éducation à l’université de Montpellier 2. Depuis 1994, il mène des recherches sur les liens existants entre la violence scolaire et l’échec scolaire. Comment apprend l'élève ? Conférence de Daniel... par ac-dijon-formation Il a publié en 2007 « Transformer la violence de l’élève : cerveau, motivation, apprentissage » et en 2010 « Cessons de démotiver les élèves : 18 clés pour favoriser l’apprentissage »

Related: