background preloader

Pourquoi les enfants de profs réussissent-ils mieux que les autres ?

Pourquoi les enfants de profs réussissent-ils mieux que les autres ?
C’est une idée qui circule, que vous avez déjà entendue certainement, comme moi : les enfants de profs réussissent mieux que les autres à l’école. Une chercheuse s’est penchée sur cette question, décortiquée dans une thèse de 390 pages. Et bien d’après elle, c’est vrai, et voici pourquoi. Annie Da Costa-Lasnes a analysé les résultats scolaires des enfants de profs par rapport à ceux des autres enfants, et particulièrement par rapport aux résultats des enfants des cadres, aux caractéristiques sociales proches (elle tentera ensuite de comprendre d’où vient la différence entre ces deux publics). - dès le CP, les enfants de profs ont des résultats légèrement supérieurs à ceux des cadres ; - à l’entrée en 6ème, 53,5% des enfants de profs appartiennent au quartile supérieur de réussite contre 48% des enfants de cadres ; - en primaire, 97,5% des enfants de profs ne redoublent pas, contre 94,5% des enfants de cadres (90% pour les enfants de professions intermédiaires, etc A. B. C. Related:  Sites & articles intéressantsEducation prioritaire

Qu'est-ce qu'un bon prof ? C’est au début du mois de juillet 2010, qu’une journaliste (du Pèlerin magazine) me contacte pour réaliser une interview. Sans jouer les blasés, c’est quelque chose d’assez fréquent et auquel je me plie bien volontiers bien que, à chaque fois, j’ai l’impression de ne pas avoir grand chose d’original à dire. Le sujet ? “Qu’est-ce qu’un bon prof ?”. Même si, comme tous les enseignants, j’ai été amené déjà à réfléchir à cette question (depuis 30 ans…) et que mes fonctions de formateur m’ont fait approfondir le sujet, cette question là n’est pas facile. Car, finalement, elle vous oblige à vous dévoiler et à parler beaucoup de soi et des raisons pour lesquelles on est devenu prof. J’essaierai donc d’abord de donner quelques idées qui me tiennent à cœur même si elles ne prétendent pas faire le tour de la question. Etre cohérent Cela veut dire aussi qu’il ne faut pas annoncer et promettre des choses qu’on ne peut pas tenir. Etre bienveillant La bienveillance c’est aussi un devoir d’empathie.

Quelles pratiques pour aider tous les collégiens à réussir ? Comment diminuer le décrochage au collège ? Depuis 2010, la Fondation de France soutient des projets pédagogiques qui visent à prévenir l'échec au collège. Une action qui se situe exactement dans l'objectif ministériel. Vendredi 14 novembre, la Fondation présentait plusieurs de ces projets en présence de la ministre de l'éducation. Des centaines de projets soutenus par la Fondation se dégage l'importance de la "bienveillance attitude". La journée des 600 000 "Nous nous avons tous ici 620 000 bonnes raisons d’être présents. 620 000, parce que c’est le nombre d’élèves qui, aujourd’hui, sont considérés comme en grande difficulté et ont « décroché » du système scolaire au fil des ans". Mais que fait la Fondation de France ? "25 000 élèves ont bénéficié des projets soutenus par la Fondation de France", annonce Anne Bouvier, responsable du programme Enfance Education. Des exemples d'actions sur le terrain ? Une première table ronde réunit plusieurs principaux. des repas gastronomiques.

Didactique professionnelle L'éducation prioritaire (ZEP, REP, 'ambition réussite', programme Éclair...) Présentation Les Zones d’Education Prioritaire ont été créées par la circulaire n° 81-238 du 1er juillet 1981 (sous l’appellation “zones prioritaires”). Mesure phare prise dès les débuts du Ministère Savary, donc avant la cascade de trahisons qui vont caractériser la “gauche” gouvernante, elles introduisent en France le principe de la “discrimination positive” : contribuer à corriger [l’inégalité sociale] par le renforcement sélectif de l’action éducative dans les zones et dans les milieux sociaux où le taux d’échec scolaire est le plus élevé. Relancées ou grignotées régulièrement, selon les interprétations ou les périodes, cette politique a probablement la force d’une nécessité impérieuse, tout en étant fragilisée en permanence parce qu’elle constitue un excellent révélateur du creusement vertigineux des inégalités sociales induit par les politiques libérales constamment renforcées depuis 1982. La circulaire n° 97-233 du 31 octobre 1997, signée Royal, élargit (ou dilue ?)

C'est au pied du mur….. Le samedi 13 décembre 2014 à Paris, 7ème séminaire professionnel de l'OZP : La (...) Note du 25 novembre 2014 Le nombre de places dans la salle de réunion du collège Poquelin étant limité, nous regrettons de devoir CLORE LES INSCRIPTIONS 7ème SEMINAIRE PROFESSIONNEL DE L’OZP La mise en œuvre des leviers de la refondation de l’éducation prioritaire. Le samedi 13 décembre 2014 de 10h à 16h30 au collège Poquelin 6 rue Molière 75001 Paris Métro : Pyramides ou Palais Royal Cette journée (gratuite) s’adresse à tous les acteurs et partenaires de l’éducation prioritaire et plus particulièrement aux pilotes (principaux, IEN, Correspondants académiques) et aux coordonnateurs, professeurs référents, (ex-)préfets des études... 9h 30 : accueil des participants 10h - 11h 30 : conférence introductive, suivie d’un débat, de BEATRICE GILLE, Rectrice de l’académie de Créteil et co-auteure avec Anne Armand du rapport IGEN de 2006 11h 30 - 12h 30 : Répartition et travail en trois ateliers. - I. - II. - III. 12h 30 - 14h : déjeuner libre 14h - 15h - Suite des ateliers,

Le cahier des apprentissages : de la théorie… à la pratique dans les classes Le journal des apprentissages, une pratique théorisée …par Jacques Crinon et le groupe ESSI-ESCOL de l’académie de Créteil. Dans ce court texte, Jacques Crinon résume un chapitre de son livre, le journal des apprentissages. Echec à l’échec (2003). Après avoir présenté quelques extraits de cahiers d’élèves : « Ces textes sont extraits de " journaux des apprentissages " que tiennent chaque jour les élèves de cinquième année (CM2) d’une école élémentaire de la banlieue parisienne… Chaque soir, ils récapitulent par écrit ce qu’ils ont appris au cours de leur journée. Le dispositif est donc simple, austère même. Expériences en primaire Dans la circonscription de la Goutte-d’or, à Paris, une équipe de professeurs des écoles a mené l’expérience récemment et le site internet de l’inspection académique recense des réflexions et témoignages qui nous éclairent sur la mise en oeuvre pratique du dispositif pensé par Jacques Crinon. Expériences en collège La question des outils est essentielle. Like this:

Enseigner l'Histoire-Géographie Veille et Analyses de l'ifé Dossier de veille de l'IFÉ : Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux n° 86, septembre 2013 Auteur(s) : Gaussel Marie et Reverdy Catherine Télécharger la version intégrale du dossier (version PDF) Résumé : Les débats houleux entre neurosciences et éducation existent depuis quelques décennies, mais prennent un nouveau tournant depuis les progrès considérables faits en imagerie cérébrale. Vous trouverez dans ce dossier, légèrement différent de sa forme habituelle, des renvois vers des articles de blog qui nous ont permis d'approfondir des aspects techniques et d’illustrer nos propos : Abstract : At the crossroads between brain research and educational research, educational neurosciences invite themselves in the classroom. Pour citer ce dossier : Gaussel Marie et Reverdy Catherine (2013).

Les quatre pilliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Les circuits cérébraux : des capacités disponibles dès l’origine Les circuits cérébraux qui sous-tendent les apprentissages ne sont d’ailleurs pas si variés. L’apprentissage de la lecture active une région spécifique, mais il mobilise et active aussi d’autres zones. Différentes zones du cerveau La zone de la lecture recycle un « algorithme » préexistant, celui de la reconnaissance des visages : au scanner, on voit nettement la même zone s’activer. Mais ce recyclage n’est pas une simple réutilisation. Comment alors passe-t-on d’une lecture ânonnante à une lecture fluide ? 1. 2. 3. 4. Stanislas Dehaene

Le tsunami numérique : Scénario pour une Ecole qui refuse de bouger Rappelez-vous Kodak. Une multinationale devenue en quelques années une PME parce qu'elle n'a pas voulu évoluer. C'est le sort que pourrait bien connaitre l'Education nationale, prédit Emmanuel Davidenkoff. Spécialiste écouté de l'éducation, il analyse l'effet d'un tsunami numérique sur le système éducatif bouleversant ses bases économiques, ses méthodes, ses objectifs même. On est là devant un des grands livres de l'année. Le tsunami Davidenkoff va-t-il faire bouger l'Ecole ? Un tsunami numérique ? "Un tsunami s'apprête à déferler sur nos écoles, nos universités, nos grands écoles... Une révolution culturelle A l'appui de sa thèse d'un changement global "plus lointain que ne l'imaginent les promoteurs du numérique éducatif mais plus proche que ne le conçoivent parents et enseignants", E. Une marchandisation de l'école ? Mais le noyau dur de la thèse d'E Davidenkoff, c'est que le tsunami numérique apportera une privatisation de l'école. L'Education nationale "obscurantiste" François Jarraud

Internet comme mirage pédagogique L’expérience m’a montré que ces doutes sont sains, à la fois sur un plan pédagogique et sur un plan économique, puisque ces technologies coûtent typiquement très cher. Sans nier qu’on trouvera des avantages à certains modestes usages faits en classe de ces nouvelles technologies, je pense que bien souvent les promesses qu’on nous fait miroiter, spécialement pour l’enseignement primaire et secondaire, sont des mirages pour lesquels on dépense des sommes importantes qui seraient mieux investies ailleurs. Mais c’est là un vaste sujet et c’est pourquoi je voudrais m’attarder ici à une seule idée, bien précise, qui est avancée par certains de ces technophiles. Je pense que si on examine cette idée de près, en particulier à la lumière de ce que nos savons en psychologie cognitive, de très sérieux bémols s’imposent. Connaissance brute et raisonnement Si ces idées sont aussi répandues, c’est qu’elles sont terriblement séductrices et à première vue plausibles. Savoir pour savoir

MOOC et classe inversée : Les défis pédagogiques posés par l’ère numérique On considère aujourd’hui l’arrivée du numérique et des nouvelles technologies comme un bouleversement culturel comparable à la découverte de l’écriture et à l’invention de l’imprimerie. Historiquement, chacune de ces révolutions a eu un impact majeur sur l’enseignement. La situation actuelle n’échappe pas à la règle et soulève des interrogations inédites sur les pratiques éducatives. Le MOOC est un cours en ligne massivement ouvert, qui connecte et rassemble des étudiants (mais pas uniquement) qui décident de se former à un domaine de connaissances. La classe inversée est une démarche pédagogique qui s’appuie sur les nouvelles technologies pour transmettre les éléments de contenu de la matière avant la séance de cours afin de la rendre plus interactive et plus orientée sur la mise en application des connaissances (10). Qui est l’étudiant face à nous ? Ces jeunes vivent dans un espace qui n’est plus limité par des distances. De quel savoir parle-t-on ? Quel est le rôle de l’enseignant ?

Related: