background preloader

Education prioritaire

Facebook Twitter

MENE1500059A. Liste des écoles et des établissements scolaires publics inscrits dans le programme REP+ à la rentrée scolaire 2015 NOR : MENE1500059Aarrêté du 30-1-2015MENESR - DGESCO B3-2 Vu code de l'éducation, notamment article L. 211-1 ; décret n° 86-492 du 14-3-1986 modifié, notamment article 25-2 ; décret n° 2008-775 du 30-7-2008 modifié, notamment article 3-1 ; décret n° 2014-940 du 20-8- 2014, notamment article 8 Article 1 - Au 1er septembre 2015, la liste des écoles et des établissements scolaires publics participant au programme « réseau d'éducation prioritaire renforcé » (REP+) est arrêtée conformément au tableau figurant en annexe.

MENE1500059A

Article 2 - L'arrêté du 24 août 2014 relatif à la liste des écoles et des établissements scolaires publics inscrits dans le programme REP+ à la rentrée scolaire 2014 est abrogé. Article 3 - Les dispositions du présent arrêté entrent en vigueur à compter de la rentrée scolaire 2015. Fait le 30 janvier 2015. Programmes personnalisés de réussite éducative - PPRE. Répondre à la diversité des élèves La diversité des élèves accueillis dans les écoles et collèges est une réalité qui doit être prise en compte dans l'élaboration des séances d'apprentissage.

Programmes personnalisés de réussite éducative - PPRE

Des propositions de différenciations doivent permettre à chaque élève de maitrîser les compétences attendues dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Cette acquisition progressive ne se fait pas de la même façon pour tous les élèves et l'école se doit de proposer un accompagnement pédagogique notamment aux élèves qui éprouvent des difficultés. Éducation prioritaire & allocation des moyens à l’école : présentation des réformes.

Referentiel_de_l_education_prioritaire.pdf. Repères historiques - Éducation prioritaire. Sommaire Les origines La massification de l’enseignement par la prolongation de la scolarité obligatoire à 16 ans (1959) et par la création du collège unique (1977) visait l’élévation du niveau de formation des nouvelles générations.

Repères historiques - Éducation prioritaire

Elle avait également pour objectif la réduction des inégalités des destins scolaires. Ces espoirs de démocratisation ayant été déçus, il a fallu penser autrement les causes de l’échec scolaire. Des travaux de sociologie ont ainsi révélé l’importance de l’origine sociale des élèves, en insistant notamment sur le rôle joué par « l’environnement familial et social », et plus particulièrement par le niveau d’instruction des parents, sur la réussite scolaire. Ces constats ont abouti à la création de politiques d’éducation prioritaire dans certains pays d’Europe. Retour au sommaire La chronologie 1981 : Création des zones prioritaires par Alain Savary, ministre de l’Éducation nationale. Education prioritaire : Concentrer les moyens sur l'accompagnement pédagogique.

Le "rapport de diagnostic" sur l'éducation prioritaire produit, anonymement, par l'Education nationale et le Secrétariat général pour la modernisation de l'action publique, invite le ministère à investir dans l'accompagnement pédagogique des enseignants plutôt que réduire le nombre d'élèves par classe ou augmenter la rémunération des enseignants.

Education prioritaire : Concentrer les moyens sur l'accompagnement pédagogique

Alors que l'éducation prioritaire devient un des trois grands dossiers de l'année pour le ministère (avec les programmes et le collège), les orientations de ce rapport devraient peser d'autant plus lourdement sur les décisions ministérielles que les rapporteurs affirment avoir identifié les bons leviers.

Mardi 23 juillet 2013 : Jean-Paul Delahaye, directeur général de l'enseignement scolaire, planche devant les commissions des affaires culturelles et des finances de l'Assemblée qui mènent un rapport d'information sur la politique d'éducation prioritaire. Restructurer le continent éducation prioritaire Des moyens insuffisants François Jarraud. La nouvelle carte de France de l'éducation prioritaire. La nouvelle carte de l'éducation prioritaire, dont l'objectif est de réduire les inégalités sociales, a été présentée mercredi par Najat Vallaud-Belkacem mais elle devra convaincre enseignants et parents qui manifestent depuis plusieurs semaines contre l'exclusion d'établissements du dispositif.

La nouvelle carte de France de l'éducation prioritaire

La politique de l'éducation prioritaire, inventée par Alain Savary, "a donné des résultats mitigés", a expliqué lors d'une conférence de presse la ministre de l'Éducation nationale, qui veut "faire reculer le déterminisme social à l'école". Depuis 30 ans, les dispositifs se sont "empilés sans véritable pilotage", aboutissant à "des moyens insuffisants saupoudrés sur un nombre trop important d'établissements", parmi lesquels certains ont vu leur situation s'améliorer tandis que d'autres comprenant 65 % de boursiers n'avaient jamais été intégrés, a-t-elle expliqué.

"Tenir compte de la difficulté sociale" Mobilisation européenne pour l’Éducation aux valeurs citoyennes. A la suite des attentats terroristes qui ont touché plusieurs de nos pays, Najat Vallaud-Belkacem a souhaité réunir les ministres européens de l’Éducation.

Mobilisation européenne pour l’Éducation aux valeurs citoyennes

Réunis la première fois à Paris, ce mardi 17 mars 2015, les ministres européens de l’Éducation ont échangé sur les actions à entreprendre pour améliorer la transmission par l’École des valeurs fondamentales au cœur de l’Union européenne. Ce sont 25 ministres européens qui ont répondu présents à l’invitation de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Les 28 États membres étaient représentés à haut niveau, ce mardi 17 mars 2015 au ministère. " QUELS SONT LES APPORTS DE L'EDUCATION PRIORITAIRE" ? (2016) La lettre de l'OZP Le Flux RSS.

" QUELS SONT LES APPORTS DE L'EDUCATION PRIORITAIRE" ? (2016)

Éducation prioritaire - Questions au Gouvernement à l'Assemblée nationale : réponse à la députée Bérengère Poletti, mardi 20 janvier 2015. Éducation prioritaire, la grande supercherie. «En écoutant la télévision, j’y croyais.

Éducation prioritaire, la grande supercherie

Je me suis dit que notre travail allait enfin être reconnu… » Depuis, Marc (1), professeur d’histoire-géographie dans un collège de Seine-Saint-Denis, classé réseau d’éducation prioritaire « + » (REP +), est tombé de haut. Les déclarations prometteuses de la ministre de l’Éducation nationale lui avaient laissé espérer du changement. Le 17 décembre, Najat Vallaud-Belkacem présentait la nouvelle carte de l’éducation prioritaire. Mauvais présage. Le nombre de réseaux restait stable (soit 1 089) mais intégrait désormais les départements de la Guyane et de Mayotte. Les exclus, une centaine de réseaux et 500 écoles primaires, qui, en décembre, se sont fortement mobilisés pour obtenir leur maintien dans les dispositifs d’éducation prioritaire, avaient déjà senti le vent tourner face à leurs responsables académiques vers lesquels la ministre avait renvoyé leurs revendications.

LE DECROCHAGE EN QUESTION – In Centre Alain Savary, Education Prioritaire, Institut Français de l’Education (IFE) : PRISME. Dans un contexte où le décrochage s’inscrit comme une préoccupation majeure en France et où se construisent des dispositifs pour suivre les jeunes risquant de quitter précocement le système scolaire, que sait-on des processus ordinaires qui construisent, au sein de la classe, depuis la maternelle jusqu’au lycée, des inégalités scolaires en matière d’apprentissages et d’accès aux savoirs ?

LE DECROCHAGE EN QUESTION – In Centre Alain Savary, Education Prioritaire, Institut Français de l’Education (IFE) : PRISME

Cette formation, organisée par le centre Alain Savary, a été l’occasion de regarder le décrochage comme un problème de professionnels en se décentrant des catégories de publics « décrocheurs/décrochés ». La première journée a été consacrée à l’étude du concept de décrochage en lien avec les différentes politiques éducatives qui se sont succédées pour le prévenir et lutter contre.

Annette Bon et Anne-Marie Vaillé : « Quelques repères pour une histoire du décrochage qui reste à écrire» Education prioritaire: défilé à Paris contre la nouvelle carte. Education prioritaire : Les propositions de Philippe Meirieu. "N'en doutons pas : notre modèle de service public n'est pas immuable et intangible : il peut être mis à mal, voire mis à mort".

Education prioritaire : Les propositions de Philippe Meirieu

Alors, pour Philippe Meirieu, il faut réagir aux résultats de PISA et relancer l'éducation prioritaire. Excellent connaisseur du système éducatif, esprit libre, P. Meirieu fait des propositions : prime progressive pour stabiliser les équipes, universités d'été pour répondre au besoin de formation continue, ateliers d'écriture, dispositif plus de maitres que de classe étendu en collège, appel aux volontaires et équipes enseignantes réduites pour encadrer totalement un nombre limité de classes. Des propositions capables de changer les choses sur le terrain et qui peuvent être impulsées sans grever le budget.

Sociologie de l’éducation et éducation prioritaire : quelles influences ? 1Dans l’introduction de l’ouvrage collectif À quoi sert la sociologie ? , Bernard Lahire (2002) indique qu’une des manières de répondre à cette question est de s’interroger sur le rôle qu’elle joue dans l’histoire et dans les changements sociaux. Ce qui ne signifie pas, selon lui, que la sociologie ne se développe pas selon sa logique propre, mais qu’il faut pour répondre à une telle question se déplacer du côté de la réception sociale de ses résultats. Au lieu de se limiter aux transformations des problématiques qui sont propres, il faut examiner les usages qu’en font les acteurs (les décideurs politiques dans ce texte), et prendre en compte le fait que tant son degré d’influence que les usages qui en découlent peuvent être très différents selon les contextes socio-historiques. 1 L’éducation prioritaire a introduit en France l’idée de discrimination positive, ou d’affirmative d (...) 5Mais à quoi renvoie désormais cet objectif ?

2 L’Institut National d’Études Démographiques (INED). Conséquences de la carte scolaire pour les ecoles et colleges. Questions au gouvernement : Henri Jibrayel a attiré l’attention de Monsieur Luc Chatel Ministre de l’Education sur les conséquences de la carte scolaire. Une fois de plus que les cartes scolaires sont élaborées sur le simple critère du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, et pour la troisième année consécutive, le ministère de l’Education Nationale supprimera à la rentrée 2011 près de 16.000 postes d’enseignants. Ecriture - éducation prioritaire - outils et ressources pédagogiques - difficulté scolaire - contenus d'apprentissage - concept. Des élèves qui trop souvent n'aiment pas écrire, produisent des écrits décevants, à l'orthographe aléatoire, peu structurés voire incohérents... Tel est le constat à tous niveaux du système scolaire, où l'écriture est un puissant facteur de discrimination et de sélection.

Education prioritaire : Des efforts suffisants ? La dernière Journée de l'OZP le 30 mai le rappelle : un consensus s'est établi entre l'institution et de nombreux cadres de l'éducation prioritaire pour privilégier une approche pédagogique. Si celle-ci a évidemment de l'intérêt pour la classe et les jeunes, elle a aussi l'avantage d'exonérer de toute responsabilité les acteurs institutionnels. Education prioritaire : La réforme se heurte aux barrières administratives. Où en est la réforme de l'éducation prioritaire ? Voulue par V Peillon, lancée par son successeur il y a un an, incarnée par la centaine de Rep+ "préfigurateurs", la réforme est-elle sur les rails ? Le 30 mai, l'Observatoire des zones prioritaire, une association très présente dans l'éducation prioritaire, fait le point en réunissant l'inspectrice générale Anne Armand avec une soixantaine d'acteurs, principalement des coordonateurs.

Au coeur des débats : le pilotage. Les ZEP devaient garantir l'égalité de tous les élèves à l'école, elles ont fait l'inverse. La politique d'éducation prioritaire a-t-elle fait son temps ? Ils sont accusés d'être devenus des "labels" aux "effets pervers". Les "Réseaux d'éducations prioritaires" (REP et REP +), qui ont succédé aux "Zones d'éducation prioritaire" (ZEP) créées en 1981, sont vivement pointés du doigt mardi, dans le dernier rapport du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco).

Premier constat : les élèves qui y sont scolarisés (20% aujourd'hui, contre moins de 10% en 1982) sont davantage en difficulté que les autres.